AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Désillusion PV : Kurokkusu Mūn

 :: Musutafu :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 18
Jeu 17 Aoû - 2:09
Aujourd’hui avait été une journée assez longue et éprouvante pour notre jeune manipulateur de flammes. Pas mal d’heures de cours à l’académie avait achevé son moral. Aucune heure de pratique intéressante ne s’était glissée par là pour égayer le tout. Il fallait dire qu’en dehors de la pratique Yami avait du mal dans certaines matières en plus d’y trouver un intérêt un peu près aussi grand que le contenu d’une huître. Oui il se faisait littéralement chier sur les bancs de l’école mais savoir que sa mère était satisfaite suffisait à le maintenir un peu près assidu. Ca et le fait qu’il ne lui restait plus qu’une année à tirer ici si tout allait bien, c’était une perspective plutôt rassurante. Pour se dégourdir il avait décidé d’endosser un rôle de « serveur » ce soir dans une salle de jeu clandestine. Grosso modo son rôle consistait à refourguer de la came à un maximum de gens pour s’assurer qu’ils passent un bon moment et dépensent toutes leurs thunes sans s’en rendre compte. Oui je vous l’accorde c’était un job plutôt peinard d’autant plus qu’il avait carte blanche pour arriver à ses fins et touchaient un pourcentage, bref une soirée 100x plus intéressante que la sale journée dont il sortait.

Il prit donc la route du quartier qui abritait la salle de jeu, bien entendu pour se fondre dans la masse il ne portait pas son uniforme mais une tenue de jeune assez classique, seule un bandana vert foncé au poignet indiquait pour les connaisseurs qu’il était un « serveur ». Ce soir le quartier semblait drôlement agité, presque tendu ? Est-ce qu’il se tramait quelque chose ? Où était-ce simplement l’effervescence de fin de semaine ? De toute façon peu lui importait Yami était venu pour faire son job un point c’est tout. Arrivé à proximité il tourna à gauche et toqua à la porte de service. Un gorille vêtu de noir vient lui ouvrir et procéda à la traditionnelle fouille, ni notre jeune homme ni l’agent de sourcillèrent lorsqu’il passa sa main sur le canon froid de l’arme à feu glissé dans la ceinture du jeune étudiant. « Tu connais la procédure, on ne tire qu’avec le silencieux enclenché et en cas d’ultime nécessité » grommela le garde avant de le laisser rentrer. Le serveur d’un soir acquiesça d’un geste du menton avant de s’engouffrer derrière la lourde porte qui se referma aussitôt dans un bruit sourd qui résonna encore quelques instants après. Il attrapa un tazer de poche –de quoi motiver les mauvais payeurs et les plaisantins à déguerpir- ainsi une sacoche qui se trouvait sur la table elle aussi. Elle contenait la marchandise précieuse marchandise de ce soir, après avoir estimé le poids au jugé il emprunta les escaliers pour rejoindre la salle clandestine.

Comme à son habitude la salle du bas était remplie et il ne lui fallut pas longtemps pour se mettre à zigzaguer entre les tables et les machines échangeant des regards discrets de connivences avec les joueurs et les habitués. Ici nul besoin de charmer la clientèle, ils étaient tous déjà fournit ou consentant. Un une petite demi-heure à peine il en avait fait le tour. Il n’était pas le seul serveur de la soirée et tout le monde n’osait pas aller en haut, cette seule salle étant suffisante pour s’assurer un revenu cette soirée seulement les plus audacieux comme Yami pouvait gonfler leur chiffre d’affaire aisément et avoir de charmantes surprises en allant dans la salle de jeu du haut. Principalement composée d’adolescent et de jeunes adultes, il fallait être observateur pour trouver les clients les plus à même de vouloir tenter de « nouvelles expériences » de jeu. S’arrêtant dans un coin le jeune homme se mit à scruter la salle avec discrétion et précision. Qui ressortait du lot ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 6
Disponible en RP : Autant que faire ce peut
Double-compte : Non
Jeu 17 Aoû - 14:30


Yami Zeke et Kurokkusu Mūn


Désillusion


Je m’ennuyais. Il n’y avait pas d’autres mots, dans aucunes langues qui ne pouvaient me traduire mieux ce fait. Si les cours de la journée n’avaient pas étaient trop lourd et que je m’étais relativement concentrée sur ses derniers, il était clair que la suite avait autant d’intérêt pour moi qu’un pot de fleur. Non pas que j’étais contre les études bien au contraire, mais parler stratégie pendant deux heures avec à la clé pour seule conclusion : ont ne peux pas savoir ce qu’il va arriver, c’était assez frustrant. De plus, cela faisait des jours que j’étais prise d’une envie de me battre et je n’avais trouvée personne pour passer mes nerfs. En outre, j’étais outrageusement frustrée. Cela me fait sans doute passer pour une gamine incapable de contrôler ses caprices, mais je n’en avais cure, je voulais faire quelque chose contre ça et je n’avais pas trouvée d’autre solution que la plus simple : aller là où ce trouve les ennuies !

Oui, cette solution, c’était chercher la petite bête, mais qui ne tente rien n’as rien, de plus j’avais eus vent d’une salle de jeu clandestine il y a peu, à force de tourner dans les quartiers mal famés à la recherche d’une proie potentielle pour m’amuser. Toujours était-il donc, qu’en désespoir de cause, j’étais allée à cet endroit, dans l’espoir de pouvoir me défouler. Maintenant, je vous arrête, je ne suis ni drogué ni alcoolique, cependant je suis prête à faire semblant de prendre les deux ou l’un des deux si cela me permet de me fondre dans les décors le temps de trouver quoi faire. Donc je disais… Je suis allée dans cette salle. Je fus dans un premier temps fouillée et l’entrer n’étant visiblement pas autorisé à tout le monde, j’eus droit à des questions un peu stupide comme « Avez-vous des armes sur vous ? ». Car oui, au moins ici, ils avaient un peu de respect et le gorille qui protégeait l’entrée des clients à la salle avait assez de décence pour ne pas faire de fouille sur une femme ou du moins, une adolescente. Autant dire qu’après tout ça, lorsque je suis rentrée, je fus déçus, mais il ne faut pas juger un livre qu’à sa couverture, aussi je donnais le bénéfice du doute à l’endroit.

Mon apparence peu ordinaire attira bien des regards, pas toujours très amicaux et parfois un brin trop lubrique à mon goût. Si l’uns d’entres eux essayaient quoi que ce soit, je pouvais être sûr d’avoir une raison pour me battre. Au moins, c’était un bon point. Remarquant l’odeur qui régnait dans les lieux, il était assez évident que la drogue faisait partie du manège ambiant. De quoi échauffer rapidement les esprits qui plus est il serait facile de trouver une raison pour ce battre. Finalement, l’endroit n’était pas si mal. Peut-être que je trouverais de quoi me défouler ici ?

J’eus un sourire. Pendant un temps je me mis à rôder autour de la pièce, cherchant à voir s’il y avait quelque chose d’intérêt. J’avais à la base prévue, de m’habiller à kimono, mais vu l’endroit j’avais optée pour quelque chose de plus pratique et sportif. Je n’avais, bien sûr, pas mon katana, mais cela ne m’empêcherais d’être redoutable au corps à corps. Il me tarde de voir la surprise sur leurs visages, lorsqu’ils viendront me frapper… leurs poings, taper du carbone ? Plus de chance de ce casser les doigts de la main ! J’eus un sourire carnassier rien qu’à l’idée. Définitivement une perceptive qui illuminé ma journée. C’est alors qu’a force de tourner, je notais un jeune homme au loin, regardant avec un intérêt de lui, l’air scrutateur, comme un aigle cherchant proie. Probablement pas un client étant donné que je l’ai vu servir des clients ici, donc sans doute un « serveur » dont j’avais appris l’utilité plus tôt. Etrange… Que cherche-t-il ?

Me faufilant à travers les tables, je m’adossais discrètement au mur sur sa gauche à seulement cinq mètres, observant l’observateur. C’était un garçon plutôt beau pour ce que j’en voyais, mais il avait définitivement quelque chose de différent à son sujet. Appelez le l’instinct des femmes, mais je sentais qu’il n’était pas ordinaire. Non pas que beaucoup n’avaient pas cette impression autour de moi, mais celui-ci était à un autre niveau. L’endroit devenait de plus en plus intéressant. Enfin quelque chose de bien dans cette ville miteuse ! Je commençais à croire que j’avais fais un mauvais choix…

Voyons voir s’il sait jouer au chat et à la souris… M’avançant au milieu de la salle, je fis en sorte d’être bien visible à ses yeux pendant quelques secondes puis je me tournais dans sa direction avec un grand sourire connaisseur. Viens jouer avec moi, petite souris…
codage par LaxBilly


_________________
« Heroes don't exist, and if they do, I would not be one of them »
I speak in #990000 and I think in #990000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La désillusion a un gout de trahison
» la désillusion te guette, l’échec t'attend, sweeney.
» Vos désillusion sur les jeux pokémon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits-
Sauter vers:


bouton partenariat