Dévaliser une bijouterie avec des jouets et une comparse [ft Olivia]

 :: Musutafu :: Rue Commerçante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 115
Disponible en RP : Pas dispo - Olivia - Keria - Camille - Himiko - Aaron
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 29
Année et Classe: Nada
Alter: Witch's Call (Animation des Objets)
Sam 2 Sep - 3:15

Musutafu - 13 Novembre 20xx - Nuit

"Je me souviens. Maintenant oui. Encore aujourd’hui. Ma main tremblait à la simple idée d’oublier tous mes soucis. La société. Moi. Mes parents. Mon abandon. Tout. Lentement, je sentais mon masque se glisser le long de mon visage poupin, comme si l’albâtre de ma peau n’était qu’un mirage de trop. C’est un autre mal qui me gagne en cet instant...Je crois.

« Aujourd’hui Rose, tu chasses. » Je sais que j’y songe encore. Cette rose envoyée à mon père, je la dédicace pour l’avenir de mes crimes. Alors je marche, je continue de cheminer en cette froide soirée à travers ces rues à peine illuminées, là, sous les réverbères de la rue. Je me dis qu’aujourd’hui, plus rien ne pourrait m’arrêter. Mes forces me gagnent et l’assurance m’inonde dans ma démarche. En outre, je n’hésiterai pas cette fois-ci. Ou plutôt, je n’hésiterai plus. Mon délit m’attend.

Cette nuit, je la dédis à un seul verbe: Gagner. La porte qui s’ouvrirait illégalement à cette maudite Red Meridian me permettrait à la fois de survivre, mais aussi de faire les news. Un défi contre le symbole de la Paix. Contre ce Père qui me renie chaque jour un peu plus.

Oh que oui, j’espère que tu m’observeras. Que tu continueras à m’insulter autant que cette maudite populace."


C’était dans ce même état d’esprit que la jeune femme entreprit sa première inspection. Aussi discrètement que possible, Rose s’était cachée dans une ruelle, lui donnant une vue sur une bijouterie qu’elle avait longtemps inspecté. Lorgné. Détaillé... A dévaliser.

Un magasin de renoms d’après les rumeurs, un commerce fructueux sur quelques raretés qui se vendaient alors au prix fort. Mais surtout, au prix coûtant…Des sculptures avec des pièces précieuses, notamment! Un sourire s’esquissa à même les lippes carmines de l’Italienne. La simple idée de s’attaquer à ce genre de gros poissons l’excitait par avance, et tout le monde savait que l’adrénaline était tel un poison qui se répandait le long d’un corps…Ca rend fou, ça rend tout puissant. Et ça dévore. Cruelle dépendance.

A cette pensée, ses membres s’étaient détendus quand son dos, lui, s’était voûtée pour entrapercevoir le reste de la rue. Oh, elle n’excluait pas qu’une certaine impatience jouait certainement son rôle en ce geste. Mais avec lenteur, sous ce masque blanc et balafré de rouge, le regard de Rose examina alors les alentours de la rue. Ah, brave jeune gardien, il fallait être sacrément courageux pour tenir tout seul cette espèce de bâtiments à sousous qu’était le Lucky’s Miyako. Pourtant l’homme semblait siffloter, regarder l’heure. S’ennuyer. Etait-ce de l’inconscience ? Certainement. Malgré la Paix relative qui régnait sur la ville, le crime demeurait aux dernières nouvelles.

Il n’en fallait pas plus pour la jeune femme ; sa main débuta son action en allant attraper quelques objets dans l’une de ces ceintures quasi militaires.

De sa poche, elle avait sorti une ribambelle de petits soldats, qu’elle saisit entre ses deux paumes en fermant les yeux. Là, un souffle sembla se verser sur les petites figurines, comme une brise légèrement illuminée. Synonyme de vie. Lorsque la jeune femme rouvrit les yeux, ses premiers mots avaient à peine été soufflées.

« Bien. Maintenant que vous êtes animés…Je vais vous demander d’utiliser votre petite taille pour me transporter ceci. » De son dextre, elle avait tendu un objet qui ressemblait à une petite grenade, à la différence près que celle-ci contenait un gaz particulièrement soporifique…Non toxique en somme. Cette nuit, Rose éviterait de tuer. « Bien sûr, votre mission consistera à vous approcher de l’homme au fond de cette rue débouchant sur le Lucky Miyako. Une fois cela fait, il vous faudra le dégoupiller…Me suis-je bien faite comprendre, soldats ? »

Les petites figurines firent tous un signe silencieux avant de s’en aller guerroyer, particulièrement réceptifs aux ordres de leur…Comment l’appelait-elle déjà ? Ah oui, Générale. Générale Albano. Son rire demeurait interne mais elle l’avouait elle-même : cette appellation était presque charmante ! Elle n’eut pas le temps d’y songer un peu plus longtemps que le toussotement d’un homme marquait l’ouverture de son vol.

Aujourd’hui, c’est jour de shopping…Peut-être aussi parce qu’elle avait en tête un article précis.

Cuir rouge et ceintures à poches, elle était flamboyante, la jeune femme. Discrète et à la fois cruellement apparente. Lorsqu’elle crocheta la porte à l’aide d’un petit pic en fer ambitieux, Rose vit pourtant qu’elle n’était pas seule. Ou plutôt l’avait-elle entendu d'une oreille attentive. Et tout éprise d’un air mutin, sa petite forme s’était retournée derechef. Elle restait toutefois sur ses gardes, tandis que les petits soldats à ses pieds levaient déjà leurs armes en plastique, leur cible était en mire…Furieux petits bonhommes en plastique mais peu offensifs !

« Hm. Ce n’est pas pour vous manquer de respect, mais à vous juger vaguement ainsi, je ne pense pas que vous êtes de… » Elle songea aux héros. De ce que ses yeux percevaient, soit un costume discret sur une jolie blonde masquée. Caches-tu quelque chose, ma belle inconnue? « De ceux-là. »

Ceux-là oui. Ceux-là qui recevaient déjà un ton répressif et une gestuelle purement italienne qui renforçait son dégoût. Pourtant, un large sourire était aussitôt apparu sur ses joues : une autre idée lui était venue en tête.

« Mais ça serait tant mieux ! Et comme on n’a pas tout notre temps et que je suppose que vous n’êtes pas là par hasard, hm ? »

BAM ! Peu patiente, Rose dénotait par son curieux mélange de caractère. Entre goût prononcé pour les formalités et audace sans pareille. BAAAAAM ! Un coup de pied bien mesuré venait de défoncer les derniers remparts de la bijouterie: une verrerie désormais en l'état d'éclats. Les renforts arriveraient tôt ou tard, mais Dieu seul savait ce qui pouvaient advenir d’elles si elles restaient papoter éternellement. Toujours était-il qu’il fallait bien survivre en ses temps modernes et cruelles.

« La chasse est ouverte! Tu peux tenter de me mettre sous les barreaux  ou alors tu peux en profiter avec moi un petit peu, mais il te faudra avancer de pair en ce cas. Moi, je t'avouerai que ça m'importe peu pour l'heure... »

Pétillante de malice, la jeune femme s’engouffra dans les ombres d’un magasin grondant : une sonnerie d’alerte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 10
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Ven 8 Sep - 13:15
Olivia prépare un coup, oui, elle a beau être accueillit par une héroïne, elle a quand même décidé de préparer un cambriolage. La vie des rues a fait en sorte de faire d'elle une voleuse contre son grès, voler est devenu maladif pour elle, impossible de marche sans qu'elle glisse sa main dans la poche d'une personne qui lui passe jusqu'à côté. Mais là, ce n'est pas par réflexe, mais pour payer une grosse dette. Les personnes qui lui ont rappelé ses dettes sont en effet tout sauf des gens pleines de bonne intentions, plutôt à casser des fenêtres et brûler des maisons si elle ne paye pas. Non pas qu'Olivia a peur, bien au contraire, ces rigolos n'ont jamais réussi à mettre la main sur elle, ni même ont su où elle habitait. Elle en rigole rien que d'y penser, mais maintenant qu'elle vit chez quelqu'un, une héroïne assez connu de plus est, elle ne peut pas se permettre de les ignorer, il fallait donc les calmer, mais à quoi bon les payer. Ils veulent qu'elle rembourse, mais elle a juste envie d'en finir avec eux. Oui, derrière ce cambriolage se cache en fait plusieurs meurtres, enfin, ce ne sont que des rebuts de la société, des criminels sans vergogne, leur mort ne sera pas un grand problème pour la ville. Après tout, la plèbe n'est jamais très apprécié.

Elle avait quitté la maison d'Hina pour reprendre son bon vieux déguisement, reprendre son masque qui caractérise bien sa fausse identité, Edwige aux mains d'argent. Quitte à se faire détester sous sa vraie identité à cause de son lien avec son père, autant voler le surnom de son père n'est-ce pas ? Enfin, les gens pensent surtout qu'Edwige n'est qu'une fanatique, rien de bien impressionnant, c'est pourquoi elle n'est pas beaucoup recherchée. La voilà maintenant incognito, elle s'échauffe la voix pour pouvoir mieux la modifier par la suite, puis elle commence à se diriger sur le premier toit qui lui est disponible. Si tout le monde s'attendrait à voir des personnes s'attaquer depuis les rues, personne ne fera attention à une menace venue du ciel. Enfin, menace, Olivia n'allait pas semer la mort et la désolation, ce n'est pas son genre, ce qu'elle veut, c'est survivre, pouvoir manger quand elle le souhaite, se soigner quand elle a le plus besoin et se couvrir quand il le faut. En gros, c'est juste pour ne pas mourir qu'elle vole, rien de plus, il y a du mal à tenter de survivre à la famine présente pour une fille des rues comme elle ?

Edwige se retrouve donc sur le toit d'un bâtiment proche d'une bijouterie, le Lucky's Miyako, malheureusement, Miyako ne trouvera pas son chanceux lorsqu'elle entrera dedans. Elle modifie la chair de ses mains, effaçant les empreintes qu'elle peut laisser avec ses doigts. Pas besoin de gants, juste d'un masque pour cacher son visage et personne ne trouvera de trace d'elle sur ce passage. De toute manière, elle compte y aller doucement, d'abord couper le système de sécurité, puis seulement entrer. Elle a étudié la bijouterie, il y a un câble caché sur le toit qui est relié au système de caméra, elle s'y hâte déjà pour le désactiver. Il a une manipulation à faire, mais Olivia s'en sort sans problème. Une fois le système débrancher, les gens vont venir voir ce qui se passe, la voleuse en profitera donc pour s'infiltrer dans la bijouterie. Cependant, elle voit une autre personne arriver dans ce magasin de bijou, ça n'a pas l'air d'être une cliente, car oui, c'est une femme, habiller surtout en rouge. La voleuse se laisse donc tomber dans une ruelle à côté avant de de se rattraper avec ses lianes de chair.

La jeune femme qu'elle a vu essaie de crocheter la serrure, de manière pas du tout professionnelle … elle comptait vraiment essayé de cambrioler cette bijouterie toute seule avec juste … ces soldats ? D’ailleurs, ces soldats en plastique semblent ne pas faire attention à elle, à croire qu’ils ont déjà eu une cible prédéfinis. D’ailleurs, quel est cet alter ? Donner vie à des jouets ? C’est … spécial comme pouvoir, Olivia ignore comment elle arrive à faire, sûrement une sorte de déviation de la télépathie, enfin, la voleuse n’est pas vraiment d’accord pour qu’elle vole le même magasin de bijoux qu’elle, mais d’un certain point de vue … ça peut faire une diversion. Assez pour qu’elle monte et qu’elle de l’alarme, de toute manière, elle n’avait pas grand chose à faire, les caméras sont déjà coupés, plus qu’à trouver la combinaison de la caisse ou bien une clé qui l’ouvre. D’ailleurs, c’est la jeune fille tout en rouge qui invite Olivia à cambrioler avec elle la bijouterie qu’elle voulait cambrioler seule, de toute manière, tout ce qu’elle veut, c’est un moyen d’attirer les resquilleurs, qui lui demande de “rembourser ses dettes”.

- Okay.

La jeune voleuse commence à remonter à l’étage d’aussi pendant que la rouge se mette à détruire la vitrine. Cela attire l’attention de tous les gardes qui doivent être descendu, tant mieux, les employées sont sans défense. Olivia se faufile en ouvrant une fenêtre les gens semblent avoir eu comme réflexe de se cacher sous le bureau, laissant le bouton qui désactive l’alarme sur le mur sans protection. La voleuse saute donc de bureau en bureau pour appuyer sur le bouton d’alarme, celle-ci s’éteint automatiquement. Bien, maintenant, elle bloque la porte avec une chaise de libre, puis, elle se tourne vers les employées qui sont cachés, l’un d’eux doit pouvoir lui dire comment s’ouvre le coffre.

_________________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Disponible en RP : Pas dispo - Olivia - Keria - Camille - Himiko - Aaron
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 29
Année et Classe: Nada
Alter: Witch's Call (Animation des Objets)
Dim 17 Sep - 2:53
Banqueroute !

ft. Olivia

1000 mots
dialogue en #003333
None








Si Rose foulait de ses pieds quelques morceaux de verre brisé, ce n’était pas par simple plaisir de commettre un vol. La cleptomanie, les désirs de possession, toutes ces déformations de malfrat n’étaient pas de ces valeurs que l’Italienne plaçait en haute estime. Pour autant, elle devait résoudre ce manque d'adrénaline naissant, une sorte d’addiction à combler un vide insatiable. Après tout, en tant que nouvelle Vilaine, elle n’avait guère d’autre choix que de se rehausser les manches et de poursuivre la voie du crime.

Ainsi, l’Italienne s’était faufilée dans les locaux de la bijouterie, accompagnée du chant des alarmes. Ni une ni deux, ses pas l’avaient amené à enjamber les quelques obstacles qui se présentaient à elle, révélant alors un désir unique et pas des moindres : c’est la volonté à atteindre ces bijoux qui l’arrangeaient. C’est cette délicieuse culpabilité qui commençait à lui prendre les tripes. Pour autant, la femme aux reflets rubis était bien loin d’oublier la jolie blonde qui s’était présentée à ses côtés. Qu’allait-elle faire ? L’arrêter ou la suivre ? Peu importait, en cet instant la discrétion ne comptait pas. Quelqu’un semblait même avoir banni l’alerte de leur effraction, à dire vrai.

« Viens…J’ai besoin d’aide ! »

Ce n’est pas l’argent que Rose demandait, mais de l’attention. Ni une ni deux, elle avait élevé Vlad vers le plafond et tira d’un coup sec. Quelques hurlements se firent entendre de toute part, perturbée, dérangée par cette arrivée subite, tandis que chacune des marches d’un escalier avait été bravée une à une, réveillant au passage quelques vitrines qui ne tardèrent pas à marquer leurs voies libres.

Et puis il y avait cet objet qui l’appelait avec plus de force que les autres. Tout en ramassant un ou deux colliers de perles au passage, ses jambes avaient bravé les quelques obstacles surélevés avant d’arriver au premier étage, poussant les quelques personnes qui barraient son chemin.

Ce fut alors à ce moment-ci que l’Italienne retint son souffle. Le second étage était à couper le souffle une fois qu’on s’y aventurait. Bien sûr, le bureau enlevait le charme luxueux du premier étage, mais là, plus loin, l’éclat de cet objet dépassait l’entendement. Une pièce rare, protégée des vues. Mais aussi un bijou d’histoire, un diamant chargé d’un passé qui tenait en haleine la presse et affirmer de plus belle les craintes. Oh, il y en avait deux autres, à ses côtés…Mais seuls ce dernier intéressait la rousse.

« C’est sparking Man ! Il est là ! »

« Eh beh, il n’a pas tardé celui-là. », hurla son esprit derechef. De loin, la femme Albano entendit un héros brailler quelques présentations, et si la jolie rousse ne le vit pas, les lumières qui clignotaient au plafond et sur les lampes de bureau lui donna la nette conclusion qu’il s’agissait probablement d’un Alter d’électricité. Cela impliquait deux situations : il était au rez-de-chaussée, et alors il gardait le sol pour otage afin de leur barrer la route. Deuxièmement, rejoindre le sol bitumé était autrement plus dangereux si celui-ci n’avait pas encore franchi les quatre murs de leur bâtisse.

En outre, il fallait prendre l’héroïsme à son propre jeu.

« Joie… »

Désormais, c’était une véritable partie d’échec qui se jouaient entre elle, ce sparking Man et Olivia. D’un geste de la main, Rose envoya quelques soldats faire le repérage nécessaire, tout pour se sortir de ce pétrin à la fois dangereux et excitant. Le petit peloton vert s’était alors mis en fil indienne, devenant cette fois-ci les yeux d’une jeune femme concentrée dans toute leur discrétion, dans toute leur organisation. A peine les premières marches descendues, la situation leur paraissait claire à force d'analyses : les commerçants du premier étage s’étaient enfui pour laisser place à un héros au teint basané, désormais pleinement maître de ses faits et gestes si on omettait les otages du second étage. L’escadron revint ainsi au bout de quelques minutes, faisant part des informations qu’ils avaient récolté dans l’oreille de la Red Meridian.

« Il est au rez-de-chaussée. Tu as eu le temps de faire le plein ou de trouver ton bonheur ? Je l’espère…parce que ce n’est pas dit qu’on s’en sorte sous une foudre au cul. »

Un rire cristallin avait empli avec légèreté la salle, tandis que le regard mordoré de l'ex-héroïne en herbe parcourait la salle, à la recherche de ses futurs alliés. Fusil à la main. Fortement amusée, presque plus joueuse que Vilaine aigrie pour cette fois-ci...




© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 10
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Mer 20 Sep - 17:19
Les gens tremblent de peur, c'est bien normal, il s'agissait d'un hold-up, même si c'est surtout dans le rez-de-chaussé que cela se passe, vu que la jeune fille en rouge a décidé de faire une entrée en grande pompe, et par pompe, Olivia entend bien sûr parler de celle de ses chaussures qui ont fracasser la vitrine. Cette fille doit sûrement être à son premier vol, si elle croyait qu'il suffisait juste d'entrer en force et de tout prendre, puis de repartir, elle se trompe largement. Elles ne sont pas dans un jeu, il faut d'abord prévoir la fuite, puis, il faut effacer ces traces, sinon à quoi bon tenter de dévaliser une bijouterie si c'est pour se faire prendre deux jours après ? La jeune allemande sait ce comment faire heureusement pour faire en sorte qu'il n'y ait aucun témoignage de son passage, bien sûr sans tuer. Déjà, adopter une seconde identité aide beaucoup, tout le monde ne pense pas directement à Olivia lorsqu'elle fait ses cambriolages, et quand bien même, Edwige n'est pas si connue que ça, elle est surtout vu comme une voleuse de bas niveau ... ce qu'elle est, mais pas que, au moins, aucun héros n'ira lui courir après pour pouvoir toucher une prime extrêmement élevée. D'ailleurs, Olivia ne pense même pas qu'Edwige à sa tête mise à prix pour dire, ces époques sont révolus voyons.

L'allemande balaye la pièce du regard, personne n'ose sortir de sous son bureau, tant mieux. Elle regarde sur les bureaux s'il y a une quelconque note qui pourrait l'intéresser, ils étaient en train de se préparer pour un convoi de bijoux dans un musée, les bijoux en question sont enfermés dans un coffre à l'étage, il suffit du coup de le trouver et de l'ouvrir. Serait-ce une combinaison ou bien une clé à avoir ? Elle attrape un plan de l'étage qui se trouve sur un des bureaux, sur celui-ci, il y a l'emplacement d'un coffre qui est dissimuler dans un des nombreux murs de cette pièce, il fallait donc trouver le bon, heureusement, les gens ont eu la décence de noter la combinaison sur ce plan ... comme quoi, travailler dans une banque ne fait pas forcément de soi une personne intelligente. Elle laisse tomber des ampoules pour imiter des coups de feu pour que personne n'ose sortir, puis, elle se dirige vers le coffre. En un tour de main, ce gros compartiment est ouvert, il a beau résister aux poings d'All Might ou bien résister à des explosions digne d'un certain bonhomme qui s'est fait enlever par un homme slime, il suffit juste de mains expertes et de deux trois tours de mains pour qu'il s'ouvre, même si savoir la combinaison aide beaucoup.

Là, se trouve un joyau assez gros pour qu'on puisse jouer au bowling avec ... enfin, s'il était rond. Il était d'une couleur écarlate et d'un éclat pouvant facilement aveugler n'importe qui qui le regarderait sans protection lorsqu'il est en présence d'une source lumineuse. Elle l'enveloppe dans un tissu conçu pour le cacher de la lumière, mais le problème, c'est que ce truc pesait sacrément lourd, mais Olivia a déjà voler des objets plus lourds. Ce joyau pourrait permettre de faire sortir du trou à rats ces fichus gaillards qui essaient de l'arnaquer depuis tout ce temps et qui lui disent qu'il faut qu'elle paye ses soi-disant dettes, alors qu'elle n'en a jamais eu, c'est même eux qui devraient payer les dettes qu'ils ont ! Enfin, si ce joyau pouvait briller de milles feux, cela pourrait même l'aider pour son plan et ainsi tuer tout ceux qui la gênerait pour qu'elle reprenne une vie normale. Mais pour le moment, il fallait s'enfuir de cet endroit, surtout qu'un héros semble être arriver et au vu des lumières qui se mettent à ouvrir des crises d'épilepsie, il maîtrise l’électricité ... mauvais ça. Heureusement, elle a de quoi contrer tout ça avec des bottes en caoutchouc, ça lui a toujours sauver la vie lorsqu'elle devait marcher sur des dalles électrifiées, et puis, Olivia volait surtout pieds nus, c'était bien plus discrêt, mais elle a toujours eu ces bottes au cas-où.

Le sol s'effondre, Olivia a le réflexe de sauter en arrière pour esquiver le trou qui se formait sous elle, assez loin pour ne pas tomber dedans, ce qui n'est pas le cas des quelques employées qui étaient cachés sous les tables. S'ils ne meurent pas sous le coup, ils risquent malheureusement de finir avec de sacrés factures, surtout avec les bureaux qui sont tombés avec eux. Malheureusement, trop tard pour s'inquiéter pour eux, après tout, Olivia est en train de dévaliser cette bijouterie, elle ne doit pas traîner. Justement, sa camarade vient la rejoindre pour lui dire de partir vite fait sous peine d'avoir les foudres à leur trousse. La voleuse acquise silencieusement, elle montre l'un des bureaux, pour montre la fenêtre, pour lui demander de jeter le meuble par celui-ci pour faire diversion. Puis, la jeune allemande se dirige vers une autre fenêtre, qu'elle ouvre avec son pied pour éviter de finir électrocutée, puis montre la fenêtre comme moyen de fuite ... en espérant qu'elle ait compris.

_________________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Photo d'un photographe avec des jouets SW
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Rue Commerçante-
Sauter vers:


bouton partenariat