Les retrouvailles des favoris [PW Roman Fushoku]

 :: Musutafu :: U.A. - L'école des héros :: Salles d'entraînement Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Messages : 229
Disponible en RP : Ryoji - Izuku - Roman - Koda - Shimôe - Hina&Camille - Drapeau

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Ven 6 Oct - 18:35




"Les retrouvailles des favoris"




Une explosion, puis deux, puis trois... S'enchaînaient comme une véritable symphonie assourdissante et aveuglante. Roman... Shōto n'avait jamais connu un étudiant aussi impitoyable, bien qu'il ne soit pas encore au niveau d'Endeavor concernant le traitement psychique. Un fumigène blanc avait explosé sous ses pieds alors qu'il était en train de repartir après avoir déposé un mannequin blessé. Combien en avait-il ramené ? Bah, qu'importe pour l'instant, il supposait que son aîné ferait les comptes une fois l'épreuve terminée.
L'étudiant de première année se stoppa arrivé aux ruines d'un immeuble effondré sur lui-même. Alors qu'une nouvelle explosion assourdissante résonnait et lui faisait siffler les tympans, les yeux plissés, il observa la scène devant lui. Un frisson lui parcourra l'échine en voyant autant de mannequins à un tel endroit, et surtout, combien de voyage allait-il devoir faire pour tous les ramener intact ? Todoroki réfléchissait, alors qu'une petite explosion résonna non loin à l'intérieur, il allait devoir se dépêcher et ne pas traîner.

Premièrement, tout comme la carcasse bancale de voiture, il fallait solidifier la structure de béton instable qui se faisait secouer par les possibles mines internes du bâtiment. Cela allait lui demander plus de ressources, mais il n'avait pas le choix. L'élève au double Alter se pencha pour être en contact avec le sol et commença à faire grimper une couche de givre le long de la structure créée par l'homme. Il empêche ainsi la chute de cet immeuble en ruine, toutefois, il était possible que de nouvelles explosions grignotent sa glace.
Shōto s'aventura par la suite à l'intérieur de la construction, son souffle était déjà froid, l'ambiance s'était refroidi à cause de la carapace de glace qui empêchait l'effigie de tomber un peu plus en ruine. Un, deux, trois... DOUZE ?! Comment ça douze mannequins au même endroit !? Pourtant les yeux vairons du garçon ne lui mentait pas, il y avait bien douze mannequins. Impossible de ramener tous ça en deux voir trois voyages, il lui fallait quelque chose de plus rapide et mobile que de simples aller-retour.

Et si... ? Todoroki regarda le givre sous ses pieds, lui pouvait glisser aisément grâce à ses bottes. Plusieurs fois, il lui arrivait de surfer sur des vagues, des pentes de glace, qu'ils créaient pour se rattraper en général. Et s'il s'en servait comme piste ? Il pouvait faire glisser les mannequins jusqu'au pied de la tour ainsi, sans avoir à perdre trop de temps. Oui, il allait fonctionner comme ça, la seule chose qu'il avait oublié sur l'instant, c'était sa consommation d'énergie. La fatigue grimpait en flèche, rien que le fait de geler une grande bande de glace, de sa position jusqu'à la tour, lui fit tourner de la tête.
Le froid le faisait grelotter, alors il activa ses flammes pour compenser l'écart et réguler sa température, mâchoire serrée. Le feu ne fut généré qu'au niveau du haut de son corps, mais suffisamment pour qu'il puisse se mouvoir sans trop de pénalité. Le givre sur sa peau commençait déjà à s'évaporer, alors qu'il déposait les mannequins par deux, grâce à la largeur de la piste, sur le chemin glacé.

C'est ce qu'il fit pour chaque bonhomme, qui pesait son poids, combien pouvait-il peser d'ailleurs ? Il ne fit même pas attention aux étiquettes possibles cette fois-ci, se contentant de faire un travail à la chaîne en évacuant les mannequins. Quand il fit glisser les deux derniers, il en tomba sur les genoux, le souffle court, la vue légèrement trouble. Todoroki se ventilait en respirant comme un buffle, histoire d'aérer son cerveau et recharger ses muscles en oxygène, ce n'était pas le moment de faiblir. Une fois la zone de l'immeuble évacué, il commençait à faire glisser doucement les douze pantins alignés par deux sur la piste.
Sa main droite tremblait, malgré le fait que ses flammes essayent de compenser la fraîcheur instable de son corps. Des explosions retentissaient toujours d'ailleurs, à l'intérieur des ruines, ainsi que d'autres fumigènes vagabondant. Non seulement, il était fatigué, mais sa vue troublée ne l'arrangeait pas. La main toujours en contact avec l'un des bords de sa piste principale, il décida de marcher et non d'utiliser son Alter. Il réservait ce dernier pour l'évacuation des mannequins.

Il aurait pu surfer lui aussi, mais cela lui aurait fait puiser de nouveau dans ses forces, et il en manquait. Le fils d'Endeavor allait devoir conserver ce qu'il lui restait d'énergie, son individualité capricieuse faisant trembler les muscles de son avant-bras. Arrivé au pied de la tour, il déchargea un à un les douze mannequins, faisant attention à ne pas les cogner et ne pas trop les coller, car il prenait cette simulation très à cœur. Bien que pour lui, Roman était un véritable bourrin, il continuait et subissait sans broncher.
Pas une fois l'héritier des Fushoku n'avait pu l'entendre se plaindre de l'entraînement. À croire que le traitement d'Enji l'avait rendu totalement insensible à ce genre d'exercice intensif. Alors que notre futur héros allait repartir, son genou droit vint rejoindre le sol, lui faisant serrer le poing de nouveau. Sa jambe droite était, de l'intérieur, embourbée par la glace. Cela ne se voyait que par les engelures sur les vêtements à cet endroit, mais sa jambe était totalement paralysé par le froid.

Les petites flammes actuelles, inoffensives, que produisaient Shōto étaient inefficaces face à cette trop grande baisse de température. Le jeune étudiant bicolore s'éloigna de la zone de la tour en boitant, pour ne pas blesser les "victimes", et laissa éclater une déflagration de flamme de son côté gauche. Un souffle puissant s'en échappait, comme la première fois qu'il avait pu les activer au championnat contre Midoriya. Il se sentait revivre sous la chaleur de son feu, ce dernier détendait ses muscles endolori par la pression glaciaire.
La demi-torche humaine qu'il était recommença à se diriger vers la suite de la zone, l'ouest, à pied pour débuter. Il refaisait marcher ses muscles de la jambe droite petit à petit, réveillant ces derniers avec un peu d'adrénaline s'écoulant naturellement dans ses veines. La pression de ne pas pouvoir sauver tout le monde, la peur de l'échec, savoir au fond qu'on ne pouvait sauver tout ceux qui se présentait à nous... Quel héros n'aurait pas ce genre de peur au fond de lui.

Taire et enfermer ses peurs, se voiler la face ou tout simplement les ignorer jusqu'à ce qu'un jour fatidique arrive et fasse ressortir ce genre de sentiments... Aucun héros ne souhaiterait se sentir impuissant et faible. Todoroki ne faisait pas exception à cette règle. Toujours en feu, il arriva sur un nouveau champ de ruines qui lui fit pencher la tête sur le côté tellement les structures étaient... En ruines. Un véritable méli-mélo de constructions sans queue ni tête. Alors qu'il s'approchait de ces drôles de ruines, de nouvelles explosions et fumigènes lui sautèrent au visage, Roman ce forceur...
L'héritier du numéro deux toussa un bon coup devant cet amas de fumée blanche, alors qu'il s'aventura à l'aveuglette dans la zone. Il retira de lui-même ses flammes, pas question de blesser une potentielle "victime". Il n'en trouva que deux, qu'il eu du mal à ramener malgré la glace qui le faisait glisser sous ses pieds. Cette dernière était moins dense et il pouvait le ressentir aisément. Les explosions ne se taisaient toujours pas, vu sa fatigue croissante, le garçon de première année devenait plus sensible aux chocs qui pouvaient lui tomber dessus.

Le dos de sa main gauche passé sur son front, il en essuya la sueur, mais sentit autre chose couler entre ses deux yeux. Une goutte rougeâtre dévala l'arête de son nez, pour s'échouer jusqu'à son menton et tomber au sol. Pourtant, il n'avait pas eu de choc violent au crâne. Puis le souvenir de sa blessure matinale lui revint en mémoire. Les bandages étaient partis en fumée après la déflagration de flamme qu'il avait produite pour se réchauffer. Des petites perles de sang gouttaient de ses plaies, mais l'adrénaline lui avait fait effet de calmant.
Ce n'est qu'après s'être rappelé de ses blessures, qu'instinctivement, son corps lui rappela qu'elles pouvaient être douloureuse, à force de forcer sur ses muscles et son Alter. Les ruines de l'ouest étaient, elles aussi, aussi instables que leurs cousines du nord. Néanmoins, Shōto n'allait pas pouvoir solidifier toute la structure, et encore moins bien la solidifier. Sa glace se tarissait et commençait plus à rapetisser d'elle-même et à perdre en dureté.

La main droite appuyée contre un mur, il sentit celui-ci bouger sous son poids. La frayeur de faire chuter le décor l'envahit et il activa brusquement son Alter, congelant le mur et un bout de plafond et du sol qui se trouvait au-dessus et sous ses pieds. Par un quelconque miracle, aucun mannequin n'avait été pris dans la glace, il en souffla un nuage de fumée glacé, par soulagement. Ce soulagement ne fut que de courte durée. Alors qu'il se déplaçait vers les mannequins pour les extirper de la zone en ruines, une, ou plutôt deux explosions retentirent.
Un bruissement affreux de béton glissant sur du métal donna un mal de crâne immédiat au fils d'Endeavor. À cela s'en suivit le bruit de câbles, ou de tuyaux, se détachant et se brisant. L'un tomba derrière lui, l'autre à sa droite. Ce n'était pas le moment de s'éterniser. Les sons affreux de crissements étaient insupportables à subir pour une audition humaine, Todoroki en plissait les yeux à chaque pas alors qu'il venait de sortir l'un des mannequins.

Sans se soucier du raffut à l'intérieur des ruines, il y retourna, pour lui, il restait une personne à l'intérieur, alors il devait la sauver. Les structures allaient s'écrouler, la glace se brisait, ne tenant pas aussi bien qu'avant, et s'effondrait déjà au sol en copeaux. Agenouillé devant le dernier mannequin de ces ruines, pas très large et haute comparé à l'immeuble au nord, un nouveau bruit sourd attira son attention. Le plafond se craquelait et s'effondrait en petits morceaux. Impossible de fuir à une vitesse raisonnable, les constructions allaient définitivement s'écrouler.
Plutôt que de penser à la fuite, Shōto apposa instinctivement sa main droite au sol et généra de la glace jusqu'à ses limites, puisant dans les dernières gouttes de son individualité qui lui restait. Alors qu'un dôme de glace se formait autour de lui et du dernier mannequin, un premier débris vint briser cette première couche qu'il formait, mais il ne s'arrêta pas. Première couche, deuxième couche, troisième couche.. Et il s'effondra à l'intérieur du dôme, d'épuisement. Bien qu'il avait l'habitude de se surmener, il avait trop poussé à cet instant sur son individualité ; pour finir par s'évanouir, le côté droit recouvert de glace à moitié solidifié autour de ses membres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 42
Disponible en RP : Oui ? Rythme variable avec le boulot.
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-B Heroïque
Alter: Acide Sulfurique.
Mer 11 Oct - 1:04
- Oh le con…

Voilà les mots qui tombèrent, lourds comme des pierres tombales, de la bouche de Roman alors qu’il observait à plusieurs dizaines de mètres de là, un immeuble s’effondrer sur son protégé.

- Oh le con… balbutia-t-il à nouveau.

Il faut savoir que Roman, étudiant issu d’une famille puissante, riche, noble et influente, n’était pas particulièrement quelqu’un de grossier. Il avait bien dit « merde » une ou deux fois, vers ses quatorze ans, et été privé de lecture de manuels de tactique militaire pendant une semaine. Le faire en arriver à jurer deux fois de suite était un exploit. Certes plus mince que de faire s’effondrer un immeuble sur son propre visage. Mais un exploit tout de même, Shoto venait en quelques minutes de réussir deux tours de forces dont personne d’autre ne serait jamais témoin.

Fort heureusement, et pour la seconde fois de la journée, l’étudiant avec un drapeau Suisse capillaire s’était enfermé dans un dôme glacé, un peu comme un dessert givré, mais en beaucoup plus grand en somme.  Le connaissant, il pouvait rester dessus un moment, toujours en le connaissant, il était aussi capable de tout bonnement y rester…

Sans réfléchir plus avant Roman descendit l’échelle qui se mit à grésiller au contact de ses paumes nues. De l’acide se formait déjà à la surface de son corps, il anticipait de devoir en utiliser beaucoup pour sortir Shoto de son guêpier.  Sulfur dégringola les derniers mètres, se réceptionnant en roulé boulé, les barreaux d’acier avaient lâchés sous la corrosion. A nouveau sus ses deux jambes il entreprit de courir vers la zone du mannequin VIP.

Pendant le trajet l’étudiant de 2ème année en profita pour amasser un maximum d’acide liquide à la surface de ses bras, au bout de cinq minutes de course effrénée il était arrivé aux abords de la structure écroulée. Par endroit on pouvait observer une surface bleu et craquelée. Le dôme tiendrait visiblement moins longtemps que prévu. Forer à travers le béton et la glace, à l’horizontal était clairement exclu, il n’y aurait pas pire pour que le tout s’effondre.

Agissant par instinct, et parce que les cours de sauvetages étaient ses préférés Roman posa les mains à même le sol, provoquant la dissolution instantanée du béton en dessous, puis dirigea son attention dans le but d’agrandir le trou, et de l’approfondir. L’homme acide continue à « creuser » pendant quelques instants avant de descendre, puis de creuser à l’horizontal vers le dôme. Les deux tiers de sa réserve d’acide y étaient déjà passé, fort heureusement il était littéralement fait pour ce genre de terrain.  Trois mètres plus loin il pointa vers le plafond, tout son corps secrétant de l’acide pour l’aider à agrandir le conduit qu’il créait en avançant à genoux. Ne restaient de ses vêtements qu’une paire de basket et la moitié de son pantalon.

Enfin il arrivait à la surface à nouveau, comme selon ses prévisions, il était bel et bien sous le dôme de glace. La structure se fragilisait d’ailleurs à vue d’œil. Avec un haut le cœur il se hissa hors du trou et s’essuya les mains au sol, provoquant un panache de fumée âcre, il avait produit trop d’acide d’un coup, creusant plusieurs mètres dans de la roche et du métal enchevêtré. Pas assez pour le vider, mais de quoi l’empêcher de reproduire la chose avant plusieurs minutes.

L’air s’appauvrissait rapidement sous la glace, il le sentit instinctivement, habitué à travailler dans un environnement pauvre en oxygène. Shoto devait utiliser ses flammes pour réguler sa température. Avec un grognement mi plaintif, mi douloureux, le deuxième année se releva en pesant de tout son poids sur les jambes. Efficace il fit un rapide tour sur lui-même, son tunnel était sorti de terre très près des limites de la coupole gelée. Il faudrait faire vite avant qu’elle ne s’effondre, pendant son tour d’horizon il repéra le jeune homme suicidaire.

Sans écouter ses muscles fatigués d’avoir rampé, il marcha jusqu’au corps de son camarade. Ce dernier avait les yeux fermés, la tête posée à même les gravats, qu’un long filet de bave glacée sous la forme d’une flaque de verglas irisée décorait.  Roman posa une main sur la jugulaire à l’air libre de son protégé, l’autre moitié de son corps étant encastrée dans une gangue de glace. Il était en vie.
- Ouuuuuuf… Soupira-t-il de soulagement, le reste de l’inspection ne révéla rien de plus. Son bras n’était plus parcouru par la moindre flammèche, signe que Shoto n’allait vraiment pas bien, et sa peau à l’air libre bleuissait à vue d’oeil.

Un crissement sec lui fit relever la tête.
- Oh, non, non … non non non.
Le sommet du dôme avait bougé, il ne tiendrait plus longtemps. Sans écouter les consignes de sécurité habituelle, il saisit Shoto par les aisselles et le tira, sa main droite commençant déjà à le brûler de froid.

Le duo atteint le trou au moment où les premiers pans de glace commençaient à tomber du plafond. Sans attendre Roman jeta Shoto dans le trou à peine assez large pour le laisser passer et sauta à sa suite. Ils atterrirent pêle-mêle au fond, la partie horizontale était plus large exprès pour faire passer une personne blessée ou inconsciente. Le deuxième année se félicita de la précaution, et se promit de remercier 13 pour ce conseil avisé.

Les mains déjà abimées par le travail fourni et le froid, il continua de tirer l’héritier Todoroki à travers sa cavité improvisée, derrière eux un fatras monstrueux se faisait entendre, l’immeuble entier s’était remis à bouger, et la glace se rompait de plus en plus vite.

Ils arrivèrent in-extremis à l’autre bout du tunnel, et Roman prit sur lui de pousser son pupille hors du trou, une tâche extrêmement difficile. Todoroki pesait plus lourd qu’il n’en avait l’air.

C’est les poumons et les bras en feu, les mains tremblantes qu’ils se retrouvèrent à l’air libre, derrière eux le bâtiment finit de s’effondrer, soulevant un dense nuage de poussière qui obstrua la vue de Roman. Son épreuve n’était pas finie.

Au bord de la nausée il s’estima assez remis pour convertir la sueur qu’il avait produite pendant l’effort en acide, gagnant ainsi de précieuses secondes, toute la matière qu’il convertit entoura ses pieds alors qu’il signait la fin prématurée de ses basket en faisant cela. S’inspirant du surf glacé de Shoto, il allait glisser jusqu’aux vestiaires qui n’étaient plus qu’à une trentaine de mètres.

L’homme acide souleva à nouveau son condisciple, pleurant de grosses larmes de douleur sous l’effort et entama sa glissade. C’est à moitié conscient qu’il parvint dans les douches des vestiaires et déposa son fardeau. La dernière chose dont il se souvint était de manipuler le mitigeur pour déclencher la douche la plus chaude possible, et puis ce fût le trou noir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 229
Disponible en RP : Ryoji - Izuku - Roman - Koda - Shimôe - Hina&Camille - Drapeau

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Ven 13 Oct - 21:18




"Les retrouvailles des favoris"




Shōto ouvrit les yeux, le paysage était encore flou et ses pupilles mirent un temps avant de faire la mise au point de ce qui l'entourait. Il n'était plus sur le terrain d'entraînement, c'est la première chose qui le frappa une fois que son environnement fut affiché clairement. Il était dans une grande salle, aménagé luxueusement du sol, en passant par les murs, jusqu'au plafond. Cet environnement trop riche à son goût lui remonta dans la gorge et lui rappela de mauvais souvenirs.

« Shōto, ça suffit maintenant ! Arrête de faire l'enfant ! »


La voix forte de son père lui provoqua un frisson de dégoût, alors que cette scène passé lui revenait en mémoire progressivement.

« Je suis un enfant ! »


C'était inconfortable à regarder et à entendre pour lui. Il se souvenait de ce moment, c'était peu de temps après que son paternel ait décidé de faire interner sa mère. Ses poings se serrèrent comme par automatisme à cette pensée haineuse envers son géniteur. Todoroki se revoyait donc, du haut de ses cinq ans à tenir tête à Endeavor qui le tirait par un bras à travers la grande salle. Plusieurs regards se tournaient d'ailleurs vers eux, à cause du petit garçon bruyant qui contestait le numéro deux des héros.
Ce dernier ne lâchait d'ailleurs pas son fils, celui-ci cherchant à se retirer de sa poigne par n'importe quel moyen humainement faisable. Quelque chose attira l'attention de l'étudiant au double Alter, qui revoyait cette scène. Il se rapprocha, comme s'il était devant un film sur lequel il ne pouvait avoir aucun impact, puis confirma sa pensée.

Pendant que petit Shōto piquait sa crise contre Enji, ce dernier ignorait le comportement intenable de sa progéniture et discutait avec d'autres adultes présents. Celui qu'il avait reconnu, c'était Roman, qui semblait fixer le petit héritier d'Endeavor du coin de l'œil, d'un sang-froid qui lui était propre. Les différentes familles questionnèrent le père sur la raison du bandage au niveau du côté gauche de son fils. Il se prit même une petite réflexion, se voulant humoriste, sur le fait qu'il maltraite son enfant.
Cela ne fit pas rire l'adolescent qui avait envie d'exploser devant ce genre de comportement. Son alter ego plus jeune lui se débattait comme un fauve, mais Enji ne se permit pas de faire preuve de violence en public sur son propre fils. Il expliqua donc que c'était sa femme, désormais folle qui avait causé une telle atrocité. C'était bien le cas, pour le dernier point, mais sa mère n'était pas folle, non. C'était de sa faute si elle avait pu se comporter ainsi.

L'étudiant de première année souffla du nez, calmant ses ardeurs devant ce simple reflux du passé. Cela ne servait à rien de s'énerver, ça ne changerait rien. Certains des adultes se moquaient "gentiment" de la situation de leur camarade héros. Ils plaisantaient sur le fait qu'Endeavor allait avoir du travail pour "mater son propre fils, vu son caractère". Ce genre de parole l'avait fait sortir de ses gongs, il s'en était souvenu. Mais le gamin qu'il était à l'époque ne cherchait qu'à se débattre de la prise de son paternel et n'avait sans doute pas fait attention au sens de la phrase.
Puis soudainement, la scène changea, mais le décor persistait. C'était encore l'un de ses souvenirs, mais cette fois-ci, il était un peu plus grand, environ huit ans. Son père l'avait encore tiré à l'une de ses réunions entre grandes familles à en faire dormir debout. Inintéressante pour lui en somme, comme il le pensait encore aujourd'hui.

C'était d'ailleurs sa deuxième rencontre avec Roman ce jour-là, il commençait à faire le rapprochement. La dernière fois, cela avait été leur première rencontre, assez... Explosive. Bien qu'ils ne se soient pas adressé la parole une seule fois ; faute au plus jeune des deux qui rejetait la moindre personne l'approchant comme la peste. Cette fois-ci, l'héritier Todoroki se tenait bien, tête baissée, sans réellement écouter les éloges que recevaient son père, ni les dialogues que pouvaient faire ce dernier.
Pas un seul regard relevé, il n'avait d'yeux que pour le sol brillant de propreté. À cet instant, Shōto se souvint qu'il n'avait qu'une envie, à l'époque, c'était de fuir le plus loin possible et que ce manège s'arrête. Endeavor était félicité par ses pairs fortunés, comme quoi sa progéniture semblait changé de la tête aux pieds. Il ne ressemblait plus à ce petit garçon rebelle et colérique, mais il était devenu "sage et docile".

C'étaient les mots qui ressortaient des bouches de ces familles tout aussi riche que la sienne. Enji avait "bien dressé son fils". Un neurone avait dû exploser à cet instant dans le cerveau du petit garçon de huit ans et il était parti calmement, sans un mot, toujours la tête baissée. Cette fois-ci, il ne s'était pas fait retenir, et tant mieux. Son visage crispé, ses poings serrés et sa mâchoire grinçait de colère devant ce genre de déduction. Non, il n'était pas dressé et il ne le serait jamais.
Il aperçut Roman le suivre, lui qui avait dix ans, plus vieux de deux ans, il vint à sa rencontre. Ce fut la première fois que le plus âgé était venu à sa rencontre, pour "parler" avait-il dit. À l'époque, Shōto n'avait pas répondu, et il s'était contenté d'écouter l'héritier des Fushoku parler sans le couper. Un véritable mur, auquel Roman faisait son petit monologue dont il n'entendait que des paroles soudes. Il ne se souvenait plus de ce qu'il avait pu lui dire à cet instant-là.

La scène s'effrita en de petites particules, comme si cela n'avait été qu'un mur de feuilles. Tout redevint noir, avant qu'il n'ouvre réellement les yeux. Ses pupilles se refermèrent d'ailleurs immédiatement à cause d'une agression extérieur, qui lui fit froncer les sourcils. Il avait reçu de l'eau brûlante sur les paupières et ça n'avait pas été une partie de plaisir. De l'eau semblait lui couler dessus en continus, mais ce n'était pas désagréable à sentir sur la peau. Le bruit de l'eau qui coule était comme une berceuse, il avait presque envie de se rendormir.
Pourtant, c'est autre chose qui le força à émerger complètement. Un poids en l'occurrence, à même le corps, qui l'écrasait de manière assez conséquente. Il tenta de lever sa main droite, mais ce côté de son corps semblait encore un peu embourbé, il se reporta donc sur sa gauche. Paume au niveau des yeux, il pu enfin ouvrir ceux-ci, sa main empêchant l'eau chaude de lui brûler ses globes oculaires.

Shōto avait pu reprendre une respiration normale, mais quelque chose le troubla. Il pouvait sentir son cœur battre, rien d'anormal jusque-là, mais il pouvait aussi sentir contre lui autre chose battre. Alors que des fragments de la journée lui revenaient en mémoire, il fit le lien assez vite et entreprit de se relever. Une fois la tête redressée, pour que l'eau lui tombe sur le crâne et non en plein visage, il laissa sa main gauche glisser et retomber sur le sol pour découvrir sa vue.
La scène aurait pu être extrêmement gênante, elle l'était d'un point de vue externe disons ; Roman étant totalement avachi sur son cadet et lui bavait sur l'épaule. Le plus gênant restait tout de même le fait que le plus âgé, ainsi que son pupille étaient littéralement en sous-vêtements. Todoroki fut surtout encombré par son côté droit, encore encastré dans des résidus de glace qui fondaient à vitesse tortue avec la chaleur de l'eau qui lui coulait sur le corps.

Le plus jeune se redressa en position assise, puis tendit le bras en hauteur pour essayer d'arrêter l'eau. Ce qui fut difficile avec un seul bras valide, mais avec une main blessée. Car ses blessures sur sa paume gauche ne s'étaient pas miraculeusement envolées. L'arrivée d'eau fut stoppée, avec un peu plus de douleur que prévu, pour une tâche si peu compliqué. La tête relâchée en arrière, il régulait sa respiration, ayant toujours l'héritier des Fushoku contre lui. Son premier réflexe fut de vérifier sa respiration, au moins, il était vivant, mais juste inconscient. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer ?
L'immeuble qui commençait à se fracasser, sa glace qui le recouvrait... Ses souvenirs étaient vagues et prenaient du temps à revenir entièrement. Roman avait dû certainement le tirer d'un pétrin sans nom, et en avait pâti juste après l'avoir déposé ici, c'était le bilan qu'il venait de s'improviser. Sa température corporelle s'était légèrement réchauffée, mais l'eau ayant cessé d’irriguer son derme, un frisson parcourra rapidement son échine.

Il ne se sentait pas encore assez réveillé et maître de ses forces pour pousser Roman, alors il peina à faire enflammer son côté gauche ; ne souhaitant pas blesser son aîné. La pièce se réchauffa rapidement qu'il se mit à en suer ; déjà qu'ils étaient totalement trempés. Au moins, son corps retrouva une stabilité confortable, il n'était plus embourbé dans ce sentiment toujours assez désagréable de celui d'être prisonnier de la glace. En y réfléchissant, heureusement que Roman et lui-même avaient toujours au moins un vêtement sur eux, la scène aurait été bien plus que gênante si non.
Ses flammes cessèrent de réchauffer l'atmosphère, une fois sa température correctement régulée. Il fallait à présent se relever, ou du moins essayer de se lever. Todoroki eut un petit instant où ses jambes se mirent à trembler sous son propre poids, il fallut un peu de temps pour que ses muscles soient totalement irrigués et près à le supporter. Le dos appuyé contre le mur recouvert de carrelage, il se pencha pour redresser son aîné, qui était plus lourd qu'il ne le pensait ; les muscles probablement.

Ne sachant pas trop comment porter Roman, il fut forcé de laisser le poids de son aîné retomber contre lui au moment où il le remit sur ses deux jambes. Le deuxième année ne tenait évidemment pas sur celles-ci, alors Shōto fut forcé de passer ses bras autour de son abdomen, reliant ses mains dans son dos, pour le soutenir. L'étudiant de première année pivota légèrement pour arriver sur l'un des côtés de Roman, lâchant l'un de ses bras, pour le soutenir par l'autre. C'était assez difficile de faire marcher une personne qui était un véritable poids mort, alors il se décida au final de le porter sur son dos ; chose encore plus difficile à mettre en marche.
Au moins cinq bonnes minutes furent consacrées à placer l'aîné sur le dos du cadet dont les jambes titubèrent quand il se releva trop rapidement. L'héritier des Fushoku fini sa balade sur l'un des bancs des vestiaires, Todoroki venant tout de même couvrir son aîné d'une large serviette, n'ayant que ça à disposition dans les vestiaires. Lui-même ayant un petit problème de vêtements, il en emprunta une, principalement pour si jamais quelqu'un passerait par-là, par hasard. C'était assez gênant d'attendre aussi dévêtu, mais il n'avait pas vraiment le choix d'attendre que son mentor se réveille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 42
Disponible en RP : Oui ? Rythme variable avec le boulot.
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-B Heroïque
Alter: Acide Sulfurique.
Mar 17 Oct - 22:19
Roman était plongé dans un vieux souvenir, il voyait devant lui un jeune garçon aux cheveux en glace à la fraise/vanille se faire tenir la bride par ce qui devait être son père. Son sang se glaçait dans ses veines alors qu’il hésitait entre sauter à la tête de cet homme et ne rien faire pour ne pas causer de tort à l’autre enfant.

Finalement il ne fit rien, à part faire fondre la manche de sa veste, ce qui serait pris par tous comme une manifestation de son Alter puissant mais imprévisible, et dangereux. Les murmures le suivirent un moment alors qu’il quittait la pièce principale dans un silence de plomb. Pauvre enfant.


Le sol était vraiment dur. Pourquoi le sol était-il si dur ? Pourquoi sentait-il le sol d’ailleurs ? Roman se posait beaucoup de questions, sauf la plus évidente, pourquoi ne voyait-il rien ?

Il lui fallut environ trente secondes, alors qu’il émergeait doucement du brouillard du sommeil, pour que l’homme acide se demande clairement « pourquoi tout est noir ? », après quelques secondes il se rendit compte qu’il avait juste les yeux fermés.

Epuisé il entrouvrit les yeux, son front le brulait, ainsi que ses coudes et ses genoux. Avant de les inspecter, il fit tourner sa tête à droite et à gauche. Visiblement il était toujours dans les vestiaire, et en vie aussi. Par contre, et c’était étrange, il était nu, sous une serviette. En essayant d’en voir plus autour de lui il se retourna et tomba au sol dans un grand bruit métallique. Le banc l’avait suivi dans sa chute.

Donc il avait été allongé, parce que lui ne se rappellait de rien… OH non … Shoto !
Est-ce qu’il allait bien ? Où était-il ? L’eau ne coulait plus dans la douche, il était certain de l’y avoir amené pourtant.

Roman senti un pic de panique affleurer, était-il seulement encore en vie ? son état était inquiétant lorsqu’il l’avait trouvé.

Se redressant maladroitement, l’étudiant de seconde vit l’état de ses genoux et de ses mains, la peau avait été écorchée et il devait avoir saigné pendant son sauvetage, mais les plaies étaient propres et la peau déjà cautérisée par son Alter.

Enfin debout il refit un tour sur lui-même, shoto n’était pas là. Avant toute autre chose, Roman se dirigea vers un casier et en tira un nouveau set de vêtement qu’il enfila rapidement, certain que personne ne le voyait, il ne prit aucune précaution.

Puis il redressa la tête, et tomba nez à nez sur son cadet qui re-rentrait dans la pièce.

- Shoto !? Tu vas bien ? demanda-t-il en tendant une main vers lui par réflexe. Après avoir attendu la réponse du concerné il le fit s’assoir sur le banc et l’inspecta brièvement.
- Je suppose que tu te doutes que tu as fait une erreur massive à la fin de l’exercice ? demanda-t-il avec un grondement sourd Mais je me doute que tu referais exactement la même chose si on recommençait. Tous pareil ces futurs héros… marmonna-t-il entre ses dents, avant de se rendre compte de la portée de ses mots. Sans compter qu’il était lui-même étudiant, ne s’était-il pas jeté dans un sauvetage suicide quelques instant avant… peu importait. Le faire ne signifiait pas qu’il fallait encourager cette attitude chez les plus jeunes.

Une fois l’examen terminé, Roman les fit sortir tous les deux en portant un petit sac. Il indiqua à Shoto de s’assoir à même le sol, ils faisaient face à un bout de forêt derrière lequel on voyait l’immense bâtiment principal de l’école.

Une fois assis, il tira du sac une paire de bento, qui les avait préparés ? Sachant que Roman travaillait depuis l’aube, bien avant le héros cuisinier en chef. Peu importait au fond. Il en tendit un au plus jeune et lui intima de manger.

La pause dura une heure et demie, les deux héros en devenir avaient encore besoin de repos, et le soleil qui leur tombait dessus faisait un bien fou après les épreuves de la matinée.

La suite serait plus simple, Roman fit venir Shoto vers un nouveau terrain d’entrainement, le premier avait rempli son office, un peu trop bien, et subit beaucoup de dégâts. Il y’aurait des réparations à faire.

La nouvelle épreuve se passait dans une pièce au plafond en demi-sphère. Shoto était au milieu et Roman dans une régie séparée de la pièce, il pouvait le voir par une grande vitre en hauteur.

Tapotant un micro il énonça l’épreuve :
- Shoto, la suite est simple, tu es dans une pièce, des murs vont sortir du sol, et des silhouette en bois aussi. Les silhouettes sont peintes, certaines sont des vilains les autres des civils. Elimine les vilains, mais au premier civil touché l’épreuve s’arrête et on recommence.

Cette épreuve pouvait sembler facile pensa-t-il en appuyant sur le bouton qui activait la sortie des murs depuis le sol, tandis que la luminosité de la pièce diminuait, le décor simulait parfaitement une rue, avec même quelques élément de décoration comme des lampadaires, ou des bouches à incendie.
Puis des silhouettes sortirent du sol progressivement, elles allaient sortir puis rentrer plusieurs fois tout au long de l’épreuve, de manière aléatoire, dans les rues factices. Elles allaient aussi le faire de plus en plus vite, avec de plus en plus de silhouettes. L’immense majorité étant des civils, certains menaçant, mais sans agresser d’autres silhouettes ni activer leurs Alters en publique.



hrp:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 229
Disponible en RP : Ryoji - Izuku - Roman - Koda - Shimôe - Hina&Camille - Drapeau

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Mar 31 Oct - 0:49




"Les retrouvailles des favoris"




En attendant que son mentor s'éveille, Shōto décida de retourner sous l'une des douches qu'il avait précédemment abandonné. Il appuya sur la petite pression métallique de l'une d'elles pour faire tomber un jet d'eau chaude. Cependant, l'étudiant ne s'arrêta pas là et généra quelques flammes qui crépitaient en s'évaporant contre sa peau. Cela réchauffait l'atmosphère, créant une petite ambiance de sauna, principalement voulu pour se dégivrer entièrement le corps. L'effet de l'eau chaude sur son corps endolori faisait un bien fou.
L'étudiant dû se résigner à quitter la douche, en se rappelant que Roman pouvait probablement s'être réveillé. Il se saisit d'une serviette propre pour se sécher, puis partit prendre un nouveau set de vêtement d'entraînement. C'est en rentrant de nouveau dans la pièce qu'il tomba nez à nez avec son aîné, alors qu'il était en train d'enfiler un haut. Ce dernier semblait mort d'inquiétude, mais vu que Todoroki se tenait debout, et semblait bien se porter, il se calma.

Ses remarques étaient d'ailleurs dures. Il semblait critiquer ses actes, mais lui aussi avait bien sauté la tête la première pour venir le chercher. Au fond, il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Toutefois, le fils d'Endeavor n'était pas du genre à sortir des remarques de ce calibre, alors il ne fait que baisser la tête sous les sermons. S'en suivit une petite marche, après la sortie des vestiaires, pour se rendre dans un coin isolé derrière le bâtiment principal.
L'héritier des Fushoku invita donc son cadet à manger. Déjà ? Il était vraiment midi ? Il n'avait vraiment pas vu la matinée passer. De toute façon, il n'avait pas eu le temps de la voir passer, vu le programme qu'il avait eu. Que lui préparait le plus âgé pour cet après-midi ? Shōto se saisit du bento, en remerciant Roman, puis commença à manger. Le repas était bon, mais qui avait bien pu le préparer ? Cette question trottait dans le crâne du jeune garçon.

« Dis, Aniki, qui a préparé ces bentō ? »


Il avala une bouchée de riz après avoir posé sa question. Une question qui était simple et qui ne passait pas par quatre-chemins. Non pas que la réponse soit vitale, mais cela avait tout de même piqué sa curiosité. De plus, cela faisait longtemps que Todoroki n'avait pas appelé Roman « Aniki », tout simplement, car ils ne s'étaient pas vraiment revus depuis plusieurs années. C'est un petit tic de langage qu'il avait adopté depuis leur rencontre, et qu'il ne semble pas avoir perdu ; vu que ce mot était revenu au galop.
Ne sachant pas comment l'appeler lors de leur première rencontre, alors qu'ils étaient encore de jeunes enfants, c'était la première chose qui lui était venu à la tête. Roman était un peu comme un grand frère, après tout. Après leurs repas avalés, les deux étudiants s'allongèrent pour profiter du soleil. Cette pause du midi sembla être plus rapide de la première, à moins que, encore une fois, Shōto n'ait simplement pas vu le temps passer.
Son tuteur l'amena sur un nouveau terrain, à moitié fermé. Il y avait une cabine avec une vitre permettant d'observer aisément le terrain, là où se rendit Roman. Une fois grimpé dans cet endroit clos, un son aigu résonna sur l'ensemble du terrain, avant qu'il ne se mette à parler. Sûrement pour lui énoncer la suite des événements.

« Shoto, la suite est simple, tu es dans une pièce, des murs vont sortir du sol, et des silhouette en bois aussi. Les silhouettes sont peintes, certaines sont des vilains les autres des civils. Elimine les vilains, mais au premier civil touché l’épreuve s’arrête et on recommence.   »


Les règles étaient simples, l'épreuve compréhensible, mais le fils du numéro deux avait un arrière-goût de méfiance au travers de la gorge. Ce ne serait pas la première fois que Roman ne lui dirait pas tout, mais là, il ne se sentait pas très à l'aise, mais n'en fit rien savoir. L'épreuve débuta alors que la lumière semblait avoir une crise d'épilepsie à elle toute seule, tandis que les premiers panneaux surgissaient. Todoroki restait dubitatif. Son aîné était-il sérieux dans ses consignes ?
Il est vrai que cela était normal, de ne pas toucher de civil. Mais avec son Alter, c'était de l'ordre de la précision, chose que ne possédait absolument pas Shōto. Il n'était pas précis et se contentait de grosses attaques brutes par-ci par-là. C'était donc une torture, un véritable supplice, que d'accomplir un tel devoir de précision vitale. Des flammes, de la glace, ces deux éléments étaient très volatiles et pouvaient rapidement s'étendre sans le bon vouloir de son générateur.

Quelle plaie, ce mentor, et cet exercice. Il se savait mauvais dans ce genre d'entraînements. La dernière fois qu'il avait tenté d'exercer une telle précision sur l'une de ses attaques de glace, ça n'avait fait que lamentablement échoué ; et il avait congelé les jambes d'une autre étudiante. Sa confiance était plate sur ce sujet, cela ne lui arrivait que dans ce genre de situation, la peur de déraper et de faire une bêtise avec son Alter. Mais encore une fois, il n'avait pas à protester, et baissa docilement la tête pour se re concentrer sur l'épreuve.
Sans grande surprise, il était hésitant à débuter. Il allait échouer un bon nombre de fois durant cet exercice, s'en était certain. À un moment, il allait sûrement finir par s'énerver contre lui-même et taper contre un mur ou à même le sol, quitte à se blesser d'avantage qu'il ne l'était déjà au niveau de la main gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Des retrouvailles tragiques...
» vous aimer les puzzles??? a mettre dans vos favoris
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: U.A. - L'école des héros :: Salles d'entraînement-
Sauter vers:


bouton partenariat FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310