• Parlons-en autour d'un flingue... | PV Lyne

 :: Musutafu :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 95
Disponible en RP : (2+1)/4 (Aaron - Setsuna) + Event

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Sam 30 Sep - 22:37
Deux têtes valent mieux qu'une !


« [...]  ah nous y voilà donc. » dis-je à mon invitée en percevant les grandes palissades qui délimitaient la zone urbaine et la zone industrielle.

Comme deux êtres humains tout à fait normaux, exceptée la présence quelque peu dérangeante si ce n'est glauque du garde du corps robotisé suivant nos pas d'un peu plus loin que d'habitude, la jeune blondinette et moi avions traversé la ville depuis la bibliothèque jusque mon "marais à moi" sans éveiller le moindre soupçon. Sans même forcément y penser d'ailleurs, je m'étais contenté pendant toute la durée de notre marche d'essayer d'animer la conversation en bon orateur que je fais. Je lui avais demandé quelques renseignements sur sa propre vie comme son parcours, et les raisons qui l'ont poussée vers le marché de l'information, son alter, son âge et ses origines, j'eus même le temps de m'intéresser à ses passions et son rêve. La marche rythmait mes questions et ses réponses, orchestrant l'illusion de deux citoyens moyens, mais dans cette comédie je m'étais pris à mon propre jeu. En effet, comme souvent la curiosité me gagnait de manière presque inconsciente et je voulais tellement en apprendre d'elle que je me laissais parfois mes questions aborder des sujets sensibles ou impertinents. L'une des principales séquelles de mon alter, la curiosité excessive était également responsable de mon manque d'expérience dans les relations humaines. Bien sûr, j'y travaillais encore, ayant su à priori développer de véritables liens avec au moins une personne dans ma vie. Mais il n'était pas rare que mes questions les rebutent, j'espérais simplement ne pas faire fuir celle-ci, elle se prouvait vraiment intéressante pour l'exécution de mes plans.

Mais la bonne chose était qu'elle avait accepté de me suivre jusqu'au hangar. Là, j'allais pouvoir lui raconter les détails plus intimes de l'entreprise que je souhaite créer sans avoir à craindre d'être entendu. Pas un chat ne traînait là-dehors ... A croire qu'ils savaient que j'étais là, et m'évitaient quand même ! Non pas que je ressentais les traumatismes de l'isolement pendant mes périodes d'enfance et d'adolescence mais j'avais fini par avoir un sens développé pour ça. La grande porte grinçante ne fit pas de manières pour s'ouvrir ni pour se refermer, nous enfermant Lyne, Zero et moi dans ce que j'avais tendance à appeler "mon monde". Des outils traînaient ici et là pendant que du câblage jonchait le sol près de gros tuyaux. Sur une grande table en bois, j'avais soigneusement rassemblé les objets terminés dans un coin, pendant que quelques pièces indiquaient un objet en construction dans un autre coin. Au milieu, une grande feuille de papier était étalée.

« Fais comme chez toi, je t'en prie. »

Je l'invitais à s'asseoir sur.. la seule chaise présente dans l'atelier. En effet vivant seul et n'ayant pas l'habitude des visites je n'avais pas besoin de plus. Ma chaise de bureau était la plus confortable des choses présentes ici. A roulettes, pour que je n'ai pas à me lever pour récupérer mes outils aux quatre coins de la pièce, elle disposait d'une mousse rembourrée au top. M'enfin, je prenais appui sur la table avant de tapoter ma montre pour demander à mon fidèle androïde d'aller se mettre en veille plus loin. Là, je croisais les bras et prenais une grande inspiration pour évacuer la légère montée de stress que l'on a avant de présenter un projet en classe, par exemple. Sauf que là, mon diaporama n'allait pas être joyeux à regarder.  Une fois qu'elle fut installée à sa convenance, je commençais à parler.

« Tu as répondu à mes quelques questions tout à l'heure, ça serait une marque de confiance ? Quoi qu'il en soit c'est à moi de t'en révéler plus derrière tout ce dans quoi je risque de t'embarquer. Pour commencer, je dois te parler de mon alter Encyclopedia, qui, selon tes réponses précédentes, pourrait t'interpeller. Localisé dans mon crâne.. dans mon cerveau, il me permet de mémoriser et de comprendre à peu près tout ce que je veux, pour peu que je me le répète trois fois, histoire "d'imprimer l'information". Au départ, je n'y ai trouvé aucun intérêt, aucune utilité.. Mais ensuite j'ai compris qu'en associant un cerveau aussi puissant et mes mains habiles, je pouvais accomplir de grandes choses. J'ai commencé à voir grand assez tôt, puisque j'étais déjà "dangereux" à la fin de ma fausse carrière à l'Académie des héros... Tu connais, n'est-ce pas ? La prestigieuse U.A... La prestigieuse bande de clowns en costumes qui pense que combattre les méchants à distance par le biais de machine c'est une idée folle, ouais. Je fronçais les sourcils en arrivant sur le sujet, indiquant clairement l'aversion que je portais encore pour cette foutue école. Ils m'ont exclu après qu'un de mes robots ait dérapé et failli déchiqueter mes camarades de classe. Mais c'était le tout premier, j'avais le droit à l'erreur, non ? Lui lançant un regard mêlant rancune virulente et incompréhension sur cette rhétorique, je poursuivais. Ils n'ont pas eu foi en mon génie, voilà tout. Et après ça, tout le monde perdait foi en moi. Ma mère.. a préféré elle aussi que je parte. Alors j'ai eu tout le temps, là dehors, tout seul, de réfléchir à l'empreinte que je voulais laisser dans ce monde. En prenant ma revanche sur l'école des zéros. Le prend pas pour toi, Zero. J'adressais une parole à mon robot éteint, dévoilant l'intérêt émotionnel que je lui portais. Effectivement j'avais l'habitude de considérer ces robots comme mes propres amis. Si je brise ce.. pilier de la société, ne penses-tu pas qu'il ne sera qu'une question de temps avant qu'elle ne s'effondre sur elle-même ? » Un sourire diabolique venait rétablir l'aspect menaçant de mon visage.

Je me suis écarté de la table pour marcher en long, en large, à la recherche de quelque chose. Dans des cartons, dans des caisses, je fouillais sans trouver avant de me souvenir enfin. J'allais fouiller derrière un gros tuyau pour dénicher une sorte de parchemin roulé. Je suis revenu le dérouler sur la table, faisant signe à mon invitée de s'approcher pour y jeter un oeil.

« Les plans de la future Society of Gears. Tu vois ? Quand j'aurais rasé U.A, j'y construirai mon siège à la place. J'ai déjà tout prévu, des halls aux quartiers des membres. Mais je te l'accorde, c'est un projet très ambitieux. Il ne pourra voir le jour que si les multitudes de plans préliminaires que j'ai également préparés se déroulent comme prévu. Entre autre, le recrutement en est un fondamental, comme je te l'ai dit à la bibliothèque. C'est pourquoi ton aide serait très appréciée. Ensuite tout ne deviendra que plus fun, on aura des cambriolages, des raids et même des guerres de faction à mener. Mais je n'oublie pas que ma véritable intention dans tout ça, c'est d'imposer mon génie au-dessus de leurs idéaux moraux à deux balles. C'est de la parlotte, dans ce monde, rien n'a changé pas même depuis l'apparition des supers-pouvoirs. L'argent et la puissance mènent l'Homme à la baguette, sous des formes plus créatives, rien de plus. Je vais donc créer une énième puissance, qui, je l'espère, fera de l'ombre à l'échelle mondiale. La plus grande organisation criminelle qui rassemblerait la crème des parias pour faire tourner l'économie des bas-fonds. Beaucoup d'entre nous veulent s'enrichir, d'autres veulent devenir puissants. Je leur proposerai tout ça, à la fois. Ainsi, pour que tout le monde soit content, mes créations rendront mes subordonnés plus efficaces tandis qu'ils seront la preuve vivante de mon talent sous-estimé. C'est comme ... lier un caprice à l'humanitaire, le scénario du génie incompris qui s'en va en guerre pour s'exprimer. Tu comprends ça, Lyne ? Un regard insistant venait se poser sur la demoiselle, espérant ne pas l'avoir perdue en cours de speech. Tout ça prendra du temps, et se fera secrètement pendant un premier temps, mais j'ai bon espoir qu'avec ton aide, l'attente sera amoindrie. Je lui adressais un sourire amical pour accompagner la nouvelle louange que je faisais de son soutien potentiel pour ma cause. Je peux t'assurer que tu auras à y gagner, l'argent ne sera pas un problème. »

Je croisais de nouveau les bras, revenant à ma position de départ pour terminer ma tirade. Je voulais entendre ses répercussions quant aux avoeux que je venais de faire. Maintenant qu'elle était au courant de mes réelles intentions qui allaient bien au-delà du simple projet scientifique, elle détenait trop d'informations sur moi de toute manière. Si elle se trouve de mon côté, j'aurais définitivement l'avantage sur toutes mes prochaines cibles, car comme on dit : deux têtes valent mieux qu'une.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Disponible en RP : Olivia / James-Kiza -> 2/4
Double-compte : Nope !

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe: /
Alter: Base de données
Dim 1 Oct - 20:38
Lyne Adelreich se contentait de suivre son nouvel ami dans la mesure d'en apprendre plus à son sujet. Et elle était bien loin de se douter de ce qui allait arriver une fois arrivée dans son repère. Le trajet n'avait pas été trop long, le scientifique s'était contenté de faire la conversation en essayant de soutirer des informations sur la blonde, ce qui avait eu une quelconque réussite puisqu'elle n'hésitait pas à répondre en prenant bien soin de ne pas tout dévoiler. Ce n'était que le deuxième rendez-vous après tout. Suivis de près par le garde du corps robotique, Lyne ne faisait plus trop attention à son entourrage. Le fait d'être accompagné par quelqu'un la faisait passer pour un banal citoyen, ce qui ne la dérangeait pas le moins du monde étant donné sa prudence naturelle concernant sa discrétion.

La destination finit par se montrer, et c'est avec une pointe d'hésitation que la Germanique constata l'état des lieux. Un hangar. Voilà un banal repaire pour un vilain. Mais qui était elle pour juger, puisqu'elle s'habillait de façon très voyante. Passant l'aspect assez basique du lieu, la blonde avait envie de savoir dans quel environnement son comparse évoluait. Et en pénétrant dans son antre, Lyne se rendit compte qu'il était très basique également. Du bazar, voilà ce qui l'attendait. Mais elle ne fut guère surprise de trouver cela en désordre, elle était limite contente. Ca avait bien l'air cliché, mais cela montrait également qu'il était impliqué dans son travail. Contrairement à tout ceux qui avaient également des "projets incroyables" que l'Adelreich était allé voir. Un bon point déjà.

Je te remercie. Je t'aurais bien invité à partager ta chaise, mais... c'aurait été gênant...

En réponse à l'invitation du scientifique de se mettre à l'aise, désignant la seule chaise encore debout dans tout ce joyeux bordel, finissant par un petit sourire malicieux en coin. Vu le confort du siège, la blonde en conclut qu'il s'agissait du fauteuil privilégié du chef des lieux. Si confortable qu'elle aurait pu dormir dessus... Seulement voilà elle n'était pas venu pour dormir, mais pour parler business. Approuvant à la première question du Scientifique, la donzelle écouta soigneusement ce qu'il avait à dire. Ainsi, elle put apprendre plusieurs choses intéressantes, comme l'Alter et son fonctionnement du savant. Mais aussi une certaine haine qu'il semblait avoir contre U.A. Un deuxième bon point, puisqu'elle avait également une certaine rancune envers l'Académie.

Oh oui je connais...

Elle aurait pu entrer dans les détails, mais préféra laisser Kakihigi poursuivre sa narration. La fille y reviendrait plus tard dans tout les cas.  Une société de vilains qui viendrait faire de l'ombre à celle des héros, ma foi un bon plan. C'était désormais à la blonde de donner son avis sur tout ce qui venait de se dire.

Voilà un plan qui ne manque pas d'ambitions déjà, et ça je t'en félicite. Très peu voire aucuns des pseudo vilains m'ayant contacté en me vendant du rêve pour l'avenir n'avait poussé aussi loin. La seule chose qui m'inquiète dans ton projet, c'est la façon dont on va être exposé. Est-ce volontaire de se montrer à la face du monde ? Est-ce que la société va accepter une telle chose, et n'a t-elle pas prévu de bâtir une autre école sur le même projet que U.A ? Ta Society of Gears m'attire vraiment, je te l'affirme. Toutefois, je m'implique dans un projet quand tout les voyants sont au vert. Hormis quelques doutes, c'est tout bénéf'. Ce qui me laisse penser que ce n'est pas dans un futur proche, troisième bon point. Il faudrait se mettre d'accord avec la ligue des vilains pour organiser un casse de cette ampleur.  Oh, et ne t'en fais pas pour l'argent. Je suis pas à un centime près. - reprenant son souffle, Lyne balaya du regard les alentours - Je suis comme toi concernant U.A. Incapables de m'aider quand j'en avais le plus besoin, ils ont préféré me reconduire dans une filière à laquelle je ne servais à rien. J'ai préféré partir avant cela, lassé de cette propagande de héros qu'ils nous vendent et que très peu réussissent à percer. Tsss

Ça lui faisait à la fois du mal et du bien d'en parler, d'extérioriser un peu sa haine à un inconnu, qui en fin de compte s'avérait être un proche. Bien plus qu'un simple contact. Leurs dons se ressemblaient. Etait-ce un signe du destin, qui l’amenait à prendre sa revanche sur le monde ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Disponible en RP : (2+1)/4 (Aaron - Setsuna) + Event

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Lun 2 Oct - 20:17
Enjoué par l'attention qu'elle portait à mon speech, j'étais même un peu surpris, m'attendant à la voir s'impatienter sur son siège attendant le mot de la fin de tout ça, là où elle était réellement concernée et où on parlerait de ses gains. Mais non. La demoiselle ne semblait plus considérer ma proposition comme une vulgaire offre professionnelle, non, sûrement parce qu'elle avait comme un passif amer avec l'école des héros. Elle s'entichait d'une curiosité qui ne pouvait que me faire plaisir. Si la Society of Gears pouvait attiser l'intérêt d'autres éminents criminels avec autant de facilité qu'elle accrochait mon invitée, je serais bien vite à la tête de l'armée dont je rêvais. Mais quoique confiante et même supporter du plan que je venais de lui dévoiler, il lui restait des questions. Des doutes, ces nuages gris qui pesaient dans notre conscience plus lourd que notre avis. Si bien que l'on ne pouvait avoir d'avis clair tant que les doutes étaient présents. Je ne comprenais que trop bien ses inquiétudes; elle qui travaillait dans l'ombre ne devrait pas être très exaltée de se retrouver si soudainement sous les feux des projecteurs, après que nous nous soyons mis sérieusement en marche... Mais la notoriété était pour moi le deuxième élément essentiel à l'accomplissement de tout ça. En effet et à l'image de la Ligue qu'elle évoquait elle-même, pour que d'intéressants personnages frappent à notre porte il fallait que notre profil leur corresponde, les intéresse. C'est là que nous nous servirons des caméras et des microphones des médias : ces simplets en quête de mouvements révolutionnaires comme le mien s'entre-tueraient pour diffuser en exclusivité le logo de mon groupe décoré par des cadavres récents laissés là par nos soins pour expliciter que la Society of Gears n'était pas là pour plaisanter, et qu'il fallait la prendre comme un concurrent on ne peut plus sérieux. Cette perspective de dissuasion, je la tenais de ma compréhension de la guerre. Lorsque deux puissances se font face, c'est souvent celle qui intimide le plus qui prend l'avantage le plus tôt dans le combat, à l'image d'un pays agitant le détonateur d'une bombe atomique sous le nez de son adversaire n'ayant que son infanterie pour se défendre, je voulais que l'on véhicule deux messages à la fois; le premier s'adresserait aux nôtres, comme un message de bienvenue parmi nous, ceux qui verront l'étendue de notre puissance décideront sûrement de se ranger de notre côté. Le second, quant à lui s'adresse à ceux qui se ligueraient contre nous... Eux, ils auront peur qu'une chose similaire voire pire leur arrive à eux. Cette peur ne les empêchera pas de nous haïr ni de comploter, mais elle sèmera assez de confusion, pour sûr, pour nous laisser le temps de préparer nos troupes pour la suite de nos frappes décisives. J'avais déjà tout planifié des cibles jusqu'aux modes opératoires en passant par les évolutions progressives que subira notre entreprise du mal. Je faisais écho à sa brève mention de sa mauvaise relation avec l'Académie en lui répondant.

« Aah cette école .. On dirait qu'elle a le chic pour nous apprendre comment diverger du "droit chemin" ! J'ai toutes mes raisons de croire qu'elle est désormais obsolète. Son enseignement n'est même plus digne du héros digne de ce nom, de toute manière. Nous en sommes tous les deux des preuves vivantes, leur incompétence sera la cause de leur déchéance ! Bien sûr que nous aurons besoin d'aide. La Ligue. Je pensais notamment à Aaron, mon principal contact dans ladite Ligue. Même les petites frappes pourront être utiles, nous aurons sûrement besoin de chair à canon ! J'étouffais un rire sadique à ces mots. Mais nous ne pourrons nous permettre de nous exposer qu'une fois les forces prêtes, ma chère informatrice. C'est pour ça qu'il va me falloir poursuivre le recrutement et de plus belle, si je veux être prêt avant que quelqu'un d'autre n'écrase l'Académie par rancune ! Quoi qu'il en soit je te prie d'être rassurée, l'identité des cerveaux derrière tout ça ne devra pas être connue, c'est bien pour ça que nous devrons peut-être arborer masques et pseudonymes pour tromper et brouiller les pistes. Les meetings avec les candidats potentiels ne devront se faire que dans le secret, et je compte sur ton expérience pour opérer les repérages en toute discrétion. Quant à moi, je ne suis pas un nomade de toute façon. Ils ne verront de moi que le visage inexpressif de mes cyborgs destructeurs. Et seulement quand j'estimerai que nous sommes prêt, nous émergerons. »

Je tournais les yeux vers la pile d'inventions en cours. Parmi elles, l'arsenal que je me préparais personnellement comprenant entre autre des armes à distance et de corps-à-corps et des gadgets utilitaires ô combien utiles en situation. Mais je ne serais jamais en mesure de tout porter moi-même sur le terrain, il y aura forcément en rab une ou deux pièces qui resteront à prendre la poussière dans la réserve... A moins que je n'en dispense Lyne ?

« Tu sais, les missions que je vais te donner ne seront pas sans risques. Je vais avoir besoin de tes talents pour apprendre un maximum d'informations sur le lieu de nos prochains raids, et si tu négliges un seul détail, ta propre vie pourrait être en danger. Ce n'est pas ce que nous voulons, ni toi, ni moi pas vrai ? Je suis sûr qu'il y a ici quelque chose qui pourrait te servir.. en cas de pépin. »

Je marchais près de la table, me saisissant des plans d'une future invention gisant là à côté des pièces nécessaires à son assemblage, que je terminerai dès que je trouverai un temps libre pour. C'était le schéma d'un revolver petit mais puissant, embarquant assez de puissance de feu pour qu'on réfléchisse à deux fois avant de s'y frotter. Je le voulais surtout parce que j'étais fan des armes à feu, mais il pouvait se montrer encore plus utile dans les mains de ma nouvelle associée.

« Ca te dis de m'aider à le finir ? Tu pourras le garder. J'ai déjà du boulot pour toi, alors je t'en prie, ne refuse pas... C'est pour ton bien. J'affichais comme une sincère attention pour son bien, je laissais volontairement apparaître le fait que je lui accordais de l'importance vis-à-vis de mes plans. Lyne s'annonce comme une pièce maîtresse de mon côté de l'échiquier, une de ces pièces que l'on ne peut se permettre de sacrifier ou de perdre, préférant sacrifier un autre pion plutôt que de voir le sien tomber. A la manière d'un général, je me devais de garder mes meilleurs éléments en vie. Je commençais déjà à me saisir d'un chiffon doux pour essuyer chaque pièce, je les nettoyais au préalable pour que la poussière et l'huile ne compromette pas le bricolage, il n'était pas rare qu'un mécanisme soit faussé par un grain insignifiant, je ne voulais pas manquer de professionnalisme devant elle. Dis-moi, Lyne. Ton alter doit t'être affreusement efficace au travail pour que tu sois encore là aujourd'hui, en travaillant aussi dangereusement, je me trompe ? »

Je voulais désormais en savoir plus sur ses capacités qu'elle n'avait pas décrit avec autant de profondeur que je l'aurais souhaité. En effet, elle ne m'en avait cité que les grandes lignes, il me fallait en savoir plus pour saisir quel genre de combattante j'avais à faire. Même si, sur le papier, elle avait tout l'air d'être plus subtile que guerrière. Exactement mon type ! Je lui adressais un sourire curieux pendant que je frottais le gros barillet. "Duke", le flingue que je construisais présentement se démarquait des autres par ce dernier. Un barillet capable de contenir le double de balles qu'un simple revolver, parfait pour riposter rapidement en toute circonstance, j'étais même persuadé qu'elle trouverait des façons créatives de l'utiliser comme par exemple en effectuant un tir de suppression profitant du chargeur accru pour masquer sa fuite. Elle pourrait clairement lire dans mes yeux les implicites de ma question qu'on pourrait résumer par "dis-moi ce qui fait que tu es si douée."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Disponible en RP : Olivia / James-Kiza -> 2/4
Double-compte : Nope !

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe: /
Alter: Base de données
Mar 3 Oct - 18:57
Parfaitement d'accord avec toi. Il semblerait que Yuuhei ait atteint ses limites et qu'il serait grand temps de la remplacer.

C'était une façon plus rapide et subtile d'approuver le projet et s'y atteler au plus vite. Oublier tout les préjugés et les points faibles de la societé que voulait bâtir Kakihigi et se focaliser sur les points positifs. Après tout, gérer dès le début le négatif était la meilleure chose à faire, pour obtenir la perfection tant désirée. Vint ensuite un sujet plus épineux, la Ligue. Ce fameux groupe de vilains qui menaient la vie dure aux héros, agissant sous la même bannière. Forcément, ça devait venir sur le tapis à un moment. Lyne n'était pas sans savoir que la Ligue se plaçait extrèmement bien vis à vis de la réputation, mais ça n'attirait pas plus que ça la Germanique. Du moins pour l'instant.

La Ligue... Disons que je préfère les éviter. Leur popularité pourrait déteindre sur mon image, et je ne désire pas encore être fichée. Il me manque tellement de choses pour que je sois prête... marmonna la blonde, plus concentrée sur le plan du scientifique que sur l'idée de s'allier à la Ligue. Chair à canon, voilà longtemps que l'Adelreich n'avait pas entendu ce mot. Ce qui provoqua un petit rictus sur son visage, occupée à imager des vermines se ruant vers ceux qui s'opposeraient à elle, le tout en riant à gorge déployée. Oh oui le beau discours du savant avait su éveiller plus que de la curiosité, c'en était désormais au stade du culte de la personnalité dans sa caboche. Manipuler dans l'ombre était tellement plus plaisant et jouissif que la bonne vieille méthode d'antan. Préparer ses coups à l'avance, anticiper chaque mouvement... La Germanique était tombé sur la personne qu'elle avait tant cherchée. Quelqu'un qui la comprennait à sa juste valeur.

Des missions qu'elle allait devoir effectuer à présent. Ca ne la changera pas de ses habitudes tant elle avait été dans la rue pendant toutes ces années post-Yuuhei. C'est donc avec un visage serein qu'elle suivit son interlocuteur jusqu'à la table, découvrant un plan d'une arme à feu. C'était pas trop sa tasse de thé, quitte à faire souffrir autant le faire lentement. Avec les pistolets, c'est toujours une balle un mort. Peu amusant donc, mais elle n'était pas contre.

Vu l'ampleur de ton projet, t'aider à finir cette broutille  n'est que le minimum que je puisse faire enfin. répondit-elle en prenant le temps d'observer minutieusement les plans de fabrication de l'arme. Mon alter est à la fois efficace et inefficace en fait. Si tu veux un bref topo, disons que je ne le maîtrise pas assez pour retenir X alters. Ca reste donc un alter de mémorisation à un nombre limité, qui augmente avec assez de temps et de maîtrise. La manière de survivre jusqu'à maintenant est juste une question d'adaptation. On peut dire que j'ai réussi avec brio, ce que je n'ai pas réussi à faire à Yuuhei... Et ça me fait penser au jour oùA ils m'avaient demander à faire mon costume, l'élaborer pour qu'il soit en parfaite adéquation avec mon alter. Mais je n'ai jamais eu le temps de le finir. - zieute un peu partout - Comme tu m'as l'air adepte du bricolage et de la mécanique, j'aurais besoin de tes services pour ... comment dire... mettre au point mon costume. Mais ça ne sera pas pour tout de suite, rassures-toi.

Il avait joué franc-jeu en parlant de son don, alors elle ne faisait que lui rendre la pareille. Par contre, Lyne avait quelque peu subtilement fait dévier le sujet sur les costumes. Tout vilains ou héros se doit d'avoir un uniforme qui mérite de retenir l'attention. Même si ses vêtements de couleur assez clairs étaient remarqués par tous en ville, la blonde préférait toutefois posséder un habit rien qu'à elle. Mais comme elle l'avait dit, ça ne pressait pas. Mais alors pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Disponible en RP : (2+1)/4 (Aaron - Setsuna) + Event

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Ven 6 Oct - 0:27
    Pendant que Lyne parlait, mes yeux et une moitié de mon attention sagement répartie se baladait sur les plans du revolver dopé que je voulais réaliser avant la fin de la journée. Non pas que sa présence me dérangeait, mais je n'avais pas non plus le droit de lambiner, même avec des invités. En effet, Duke était supposé faire partie de mon propre arsenal, avant que je ne trouve l'occasion de le proposer à ma nouvelle connaissance, un modeste gage de sympathie pour lui prouver mes bonnes intentions... envers elle, en tout cas. Je l'entendais par ailleurs réprimander l'Académie à son tour, réagissant à sa pique par un grand sourire qui avait tout l'air d'un grand "OUAIS". Sur les cendres que je laisserai d'elle, je rebâtirai les fondations de mon empire tant convoité. Et c'est à partir de là que je deviendrai, en un sens, immortel. Mon nom gravé dans l'Histoire comme des empreintes dans le ciment, je mériterai peut-être même mon propre prix Nobel ... de la paix par la violence ? Le titre sonnerait vraiment bien. Néanmoins elle se rétractait mystérieusement au sujet de la Ligue, déclarant qu'elle avait encore à faire avant de se dévoiler ; comme quoi ? L'une des quelques questions que mon esprit pensif laissait éclore comme pour perturber la concentration adamantine que je savais consacrer au bricolage. J'avais déjà commencé à manipuler des outils pour bidouiller son canon, débrider sa puissance de feu et retirer le vieux canon du revolver-modèle. Je devais, en quelques sortes, mettre un énorme moteur de monster truck sur une belle Berline. Duke MK.44 est une brute malgré sa belle gueule rouge bordeaux, et pour que la bête tienne la route, il lui fallait un chargeur double capacité, rien que ça. Le revolver standard comporte six places pour les projectiles, avec le sien c'était une douzaine de coup qui pouvait être tirés avant de recharger. Un avantage certain, que ce soit à courte ou moyenne portée, puisqu'il lui permettra au moins, dans un premier temps le temps qu'elle se fasse à son maniement, d'effectuer un tir de suppression pour masquer sa fuite, si les choses venaient à s'envenimer pour elle. Je ne la vois vraiment pas tuer. Je pouvais me tromper, mais instinct me demandait de faire attention à elle, dans les deux sens du terme. Je voulais lui assurer un minimum de protection même si je ne pouvais pas retirer de ma tête l'idée qu'elle utilise mes propres armes contre moi.

    Pourtant, son comportement semblait vouloir m'indiquer tout le contraire. Je fus surpris de la voir s'intéresser aux plans de l'arme prétendant qu'il s'agissait d'un bien petit pas, pour un premier pas dans tout le cheminement de mes plans diaboliques. Elle s'est même décidée à s'ouvrir un peu plus sur elle-même. Son alter, ses propres besoins ... Notre collaboration lui était profitable, après tout, je ne pouvais que comprendre sa coopération. J'arquais un sourcil quand elle en venait à son anecdote sur U.A ; c'était là la meilleure façon de lui prouver que mon côté vaut bien mieux que le leur que de réussir là où ils ont raté le coche. Même si je m'admets bien plus à l'aise dans les armes et machines que les costumes, mon habitude de bidouiller de l'équipement me laisse me débrouiller plutôt pas mal. A mon actif, je n'avais encore eu l'occasion que de délivrer quelques costumes par le passé lorsque mon pseudonyme circulait sur les marchés noirs, proposant des armes aux tueurs et de l'équipement aux autres psychopathes, cependant mes clients se sont toujours amusés avec leurs commandes. Je n'ai pas eu de réclamation, de toute manière, la maison ne rembourse pas en cas d'insatisfaction ! Avec le lègue de Duke, je prenais un peu de retard sur la constitution de mon propre équipement, et même si les commandes ne pleuvaient plus vraiment depuis que j'eus fais profil bas sur le marché j'avais également du travail à fournir pour mes quelques nouveaux alliés. Lyne faisant partie de ceux-ci, je n'allais pas lui refuser mon aide. On n'a rien sans rien, n'est-ce pas ? En manipulant entre mes mains le gros barillet à monter sur le revolver comme s'il s'agissait d'une balle, je lui fis face en faisant mine d'être embarrassé.

    « Eh bien, j'imagine que cela scellera nos accords. Je suis ravi de pouvoir t'être utile, j'ose espérer que cela me permettra de passer encore du temps en ta compagnie. Je me retournais après avoir enfilé une paire de gants, pour marcher vers une scie circulaire que je devais utiliser pour ratiboiser quelques millimètres pour faire rentrer la pièce. Et qu'est-ce qui pourrait bien, à ton avis, "en parfaite adéquation avec ton alter", Lyne ? Si c'est un pouvoir de mémorisation comme tu l'entends, plus ou moins comme le mien, tes possibilités sont quasi-infinies... Tu pourrais peut-être mémoriser les mouvements et les techniques de tes idoles pour être la plus imprévisible des combattantes... Ou porter une sorte de casque directement liée à ton cerveau, ton stockage ou ton.. disque dur, à toi de voir... pour aller fouiner l'information directement dans les pensées des autres, ou ... Je m'arrêtais subitement, conscient que je partais fréquemment dans des avalanches d'idées parce qu'Encyclopedia me permettait de faire preuve d'une créativité à toute épreuve. Enfin.. Prends bien soin de me détailler précisément ce que tu souhaites, et je m'occuperai du reste. »

    L'horrible bruit du métal rongé par la scie ne me gênait plus, mais pour Lyne, il était probable qu'il soit incommodant. C'était là encore une de mes maladresses que je mettais sur le compte de mes pauvres capacités sociales ! Auprès des machines sans coeur, je n'avais pas à être prévenant ni même attentionné, quoi qu'il m'arrivait même d'éprouver plus de sentiments pour Zero que pour un vieux suppliant que je l'épargne, après qu'il eut fait l'affront de lui enfoncer la coque. Mais le désordre n'était pas bien long, je revenais vite à la table d'opération, prêt à enfourner le chargeur modifié. Il me fallait maintenant un petit coup de main, un coup de main que j'aurais pu ordonner à Hunter de venir me prêter si j'étais seul, en trois tapotements sur l'holomontre que je portais en permanence pour éviter d'être pris "nu". Mais aujourd'hui, nous avions quelqu'un. Une vraie personne, alors pourquoi ne pas s'essayer aux joies du tissage de lien humains avec son associée en travaillant ensemble ? Je lui tendais la "carrosserie" du revolver encore vide.

    « Tu pourrais me le tenir, s'il te plaît ? Je dois juste ... » Tournevis déjà en main, je mimais l'action de visser, encore une fois bien aidé par mon aisance avec les filles. J'avais l'impression de devoir lui parler comme à une personne normale, tout en sachant qu'elle pouvait bien être aussi intelligente que moi. Le résultat était catastrophique, j'espérais ne pas la vexer ni l'embêter avec mes affaires de bricoleur, j'imagine qu'il y a mieux comme entretien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Disponible en RP : Olivia / James-Kiza -> 2/4
Double-compte : Nope !

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe: /
Alter: Base de données
Ven 6 Oct - 17:11
Qu'il est bon de se savoir désirée par autrui. Lyne avait gagné, et Kakihigi se montrait ravi de l'accueillir dans ses rangs. Oui, elle avait fait du bon boulot, non pas comme informatrice mais en tant qu'être humain sur le plan social. La blonde avait beau l'air facile d'accès, elle n'accordait très rarement sa confiance et ne faisait que "jouer l'intéressée" la plupart du temps. Son seul moyen de garder la tête haute était l'argent. Bien qu'elle ne lui voue pas un intérêt particulier, la blonde avait fini par comprendre que plus le service demandé était important, plus les gens mettaient la main à la poche. Ses tarifs avaient d'ailleurs augmentés, et c'est de cette façon qu'elle s'était faite une réputation reconnue par ses pairs, bien qu'elle s'efforçait à ne pas être victime de sa célébrité. L'argent qu'elle gagnait achetait le silence de ses clients, et son sérieux l'aidait à les garder. Voilà comment depuis son passage bref à Yuuhei comment Lyne Adelreich était parvenue à se hisser à la place où elle se tenait à présent. Se faire contacter par Kakihigi, elle voyait ça comme une sorte de consécration si jamais le projet venait à se concrétiser. Donc forcément, la Germanique se sentait obligée de le remercier pour cet ascension éclair.

Pour le costume, le scientifique se montra intéressé, allant jusqu'à demander à Lyne plus d'informations sur ce qu'elle pensait faire. Il va s'en dire qu'elle avait réfléchi un peu à la question, mais aussi que l'Adelreich savait parfaitement ce qu'elle voulait. J'aimerais que mon costume fasse trembler les héros, qu'ils savent qu'engager un affrontement contre ma personne s'avère être un gros risque. Ca c'est l'image que je veux donner. Ensuite, pour les fonctionnalités, je souhaitais partir sur la portée de mon alter. Que je ne sois plus obligée à être à côté d'une personne pour l'utiliser. On partirait sur une sorte d'ordinateur qui est reliée à plusieurs cables ayant des caméras au bout. Tout en ayant possibilité de se défendre. M'adapter à chaque héros en face de moi. Comme un peu Doctor Octopus, un vilain si peu connu mais pourtant si redoutable pour le concept. Voilà qui représentait parfaitement ce à quoi elle aspirait, et pour illustrer ses propos, la blonde sortit une photo pliée de sa poche pour l'adresser à son interloctueur. A en juger par l'offrande qu'il venait de lui faire avec le pistolet déposé sur la table, Lyne savait très bien que Kakihigi était la personne taillée pour faire cette oeuvre d'art.

Le niveau sonore n'embêtait pas plus la Germanique que ça, trop habituée à ce genre d'ambiance comme dans les films de gangsters où le héros va retrouver son ami dealer et échangent des liasses de billets contre deux trois pilules. Méfiante, elle ne l'est pas. L'Adelreich savait très bien qu'en étant entré dans l'antre du mécano elle s'était exposé à une vision plus globale de l'intéressé, entre les caméras, les robots, les micros. Bien qu'ils étaient tout deux vilains et partageaient désormais le même rêve, elle n'oubliait pas qu'elle n'était pas en terrain conquit. Du moins pour le moment.
Agrippant l'arme à feu non terminée, Lyne accepta de partager le travail de son allié. Elle qui pensait avoir touché à tout, voilà qu'elle découvrait un nouvel univers : celui de la mécanique. Il fallait de la patience, à en voir le professionnalisme et le malaise assez évocateur de Kakihigi, à allier parfaitement le social et le travail. Il ne devait pas avoir beaucoup de relations dans ce domaine, mais Lyne le comprenait très bien. Après tout, elle non plus n'avait pas de véritables amis. Ils n'étaient que des contacts sur un répertoire de téléphone, ceux qu'on appellent pour dénicher des ragots.

Je... J'ai pas l'habitude de manipuler ce genre de choses... Tu me le dis si je fais ça mal hein ? répondit elle, d'un sourire gêné. Ah ça oui, le numéro de la fille qui ne savait pas trop où se mettre, elle savait que trop bien le faire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Disponible en RP : (2+1)/4 (Aaron - Setsuna) + Event

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Sam 7 Oct - 18:42
    « J'aimerais que mon costume fasse trembler les héros, qu'ils savent qu'engager un affrontement contre ma personne s'avère être un gros risque. Ça c'est l'image que je veux donner. Ensuite, pour les fonctionnalités, je souhaitais partir sur la portée de mon alter. Que je ne sois plus obligée à être à côté d'une personne pour l'utiliser. On partirait sur une sorte d'ordinateur qui est reliée à plusieurs cables ayant des caméras au bout. Tout en ayant possibilité de se défendre. M'adapter à chaque héros en face de moi. Comme un peu Doctor Octopus, un vilain si peu connu mais pourtant si redoutable pour le concept. Sur ces mots, elle fouillait dans sa poche pour en sortir une photographie qu'elle me tendait. Elle représentait une illustration des plus effroyables du costume de Mort qu'elle voulait endosser. En y jetant un oeil, je faisais mine d'être étonné et intéressé à la fois.
    - Eh bien c'est ... C'est original ! Assez loin de mes tendances actuelles mais qui suis-je pour juger ? En regardant la photo, je ne pouvais empêcher mes méninges de se mettre en route immédiatement, rassemblant parmi mes connaissances les meilleurs matériaux pour réaliser cette pièce de maître, mon regard insistait tout d'abord sur les étranges membres, au nombre de huit au total, semblables à ceux des céphalopodes. Une bonne quantité de vif-argent pour la souplesse et de plomb pour la robustesse des tentacules ... En effet ses tentacules seraient le principal moyen d'attaque, il fallait donc y mettre le paquet. Et pour cette cloche au niveau de la tête, hm .. Du verre trempé résistant pour le combat ... Je séchais un moment avant de reprendre par une intonation montante. Tu aimerais qu'il ait une fonction particulière, ton casque ? »

    Néanmoins l'heure n'était pas encore au designing de son attirail. Je devais me concentrer sur le travail que j'avais encore sur les bras ou plus précisément dans les mains. Heureusement, la demoiselle se prêtait au jeu et acceptait de me prêter main forte, même si tout ce que je lui demandais de faire était de me tenir le jouet pour que je lui assène deux trois coups de tournevis. C'était ce cruel manque de mains qui m'incommodait le plus souvent dans mes créations, raison pour laquelle j'étais en quête d'un assistant capable d'opérer à mes côtés. Cependant, il fallait que ce-dernier soit aussi passionné et impliqué que moi, même avant qu'elle ne me le dise je pouvais remarquer par son expression que Lyne n'était pas une adepte de la mécanique. Je pratiquais les finitions devant ses yeux attentifs avec beaucoup plus de tact que dans mes paroles. C'était ça, ma méthode d'expression favorite ! En construisant des armes et gadgets extravagants et hautement prisés, je pouvais faire comprendre au monde entier la frustration dans laquelle je me suis trouvé en quittant les bancs de l'école. Je pouvais également m'amuser à deviner les remords amers de cette-dernière, en voyant le génie qu'ils avaient littéralement mis à la porte. Pourtant, ils sont eux-mêmes de fervents utilisateurs de technologie, proposant moult robots aux étudiants héroïques et se servant de plusieurs machines rudimentaires pour les tâches simples telles que le transport et la surveillance. Bien sûr, ce serait mentir d'affirmer qu'ils ne m'avaient pas inspiré ! Mais j'étais le seul auteur des améliorations que j'eus apporter à leurs méthodes. En effet, ce que je bricolais était toujours plus poussé que tout ce qu'ils pouvaient imaginer. Derrière chacune de mes oeuvres se trouvait une volonté de faire mieux, de me surpasser. En résumé, pendant qu'ils grattaient à la surface de ce monde à part qu'est la robotique, je m'efforçais à forer toujours plus en profondeur, histoire de tomber sur une pépite d'or, une idée révolutionnaire capable de me faire passer au niveau supérieur. Concentré dans les bidouillages du revolver, je relevais les yeux vers Lyne lorsque j'eus finis.

    « C'est parfait. Un sourire fier venait s'inscrire sur mon visage, fier de mon travail mais aussi fier qu'elle sache au moins tenir un prototype sans le tâcher de vernis ou le laisser tomber comme l'auraient fait les autres demoiselles préoccupées par leur apparence pour se salir les mains avec un peu d'huile de mécano. Si tu permets... je reprenais de ses mains l'arme qui prenait forme petit à petit, pour que j'aille débrider son canon pour décupler sa puissance. Je remarquais au même moment la délicatesse de ses paluches féminines, me faisant douter immédiatement de ses compétences en matière de meurtre. En retournant auprès de mes autres outils pour poursuivre le travail, je la questionnai. Est-ce que tu as déjà eu du sang sur les mains ? »

    Mes yeux étaient devenus soudainement glacés. Non pas que je voulais l'effrayer, mais il fallait que je sois assuré d'une chose. Que si je lui fais cadeau de Duke, elle sache s'en servir sans hésiter si le besoin s'en faisait sentir. A vrai dire, j'aurais préféré qu'elle n'ait pas à le faire, mais dans ce monde on ne peut savoir de quoi sera fait demain. Si jusque là, l'informatrice s'en était tirée à bon compte, certainement grâce à du chantage et des pourquoi pas des pots-de-vin, rien n'assurait que les ennemis de Mastermind s'arrêteront à ces "moyens de défense" verbaux. Il fallait qu'elle soit apte à presser la gâchette si une des crapules vers qui je l'enverrais glaner l'information se montrait menaçant. Je n'avais pas de doutes sur ses propres facultés à se défendre, une bonne gifle laisse toujours cinq secondes d'avance pour prendre ses jambes à son cou et un coup de genou là où il faut peut même mettre hors d'état de nuire pendant un certain temps.. Mais lorsqu'elle ira se frotter à des voyous qui, comme moi, préfèrent envoyer un tiers sur le terrain à leur place, elle ne parviendra qu'à se mettre toute la clique à dos. J'avais une petite pensée perturbante pour les gangs auprès de qui j'allais réclamer les impayés. Les groupes de sales Yakuzas qui pensent pouvoir m'arnaquer et dormir sur leurs deux oreilles, sous prétexte que leurs forteresses asiatiques étaient gardées par d'innombrables chiens méchants et armés. Qu'en est-il de mes soi-disant associés, s'étant servi de mon talent pour obtenir ce dont ils avaient besoin et tenter de me doubler aussitôt qu'ils l'ont eu ? Mon passé était très mouvementé. Et très souvent, les fantômes de ce passé ressurgissent, prêts à même hanter mes nouveaux alliés. C'était d'ailleurs à cause de ce passé tumultueux que je prenais autant de pincettes lors de mes nouveaux entretiens; même si Lyne était à première vue digne de confiance au point que je lui offre une arme sans autre contrepartie que son aide, elle n'avait encore rien laissé paraître en retour qui indique qu'elle ne s'ajouterait pas elle-même à la liste noire.
    Je chassais les pensées négatives de mon esprit en fermant les yeux avec force, comme un marmot qui pincent ses paupières face à un monstre imaginaire qu'il souhaite faire disparaître par le pouvoir de son imagination encore débordante. Le plus étrange, c'est que je ne joue même pas le rôle du gamin, mais du monstre, voulant faire s'en aller le petit sans qui il n'existerait pas. Je voulais à tout prix que ce qui s'était passé auparavant m'ait réellement servi de leçon, et que je ne fasse plus les mêmes erreurs lorsque je m'acoquinais à d'autres méchants. Le Duke MK.44 était sur le point d'être totalement terminé, quand j'eus un nouvel éclair de génie venant infiltrer sa lumière dans les doutes obscurs qui planaient encore dans ma tête quant à la dextérité de Lyne avec une arme à feu.

    « Dehors derrière l'entrepôt il y a tout un tas de canettes et autres bouteilles pouvant servir de cibles.. est-ce que ça te dérangerait de me montrer tes talents de tireuse une fois que le petit Duke sera finalisé ? »

    Je lançais de petits coups d'oeil démonstratif vers le flingue prêt à environ quatre-vingt dix pour-cent. Il ne me restait plus grand chose à faire si ce n'est redresser le réticule qui tirait la tronche sûrement à force de rester entassé dans mon tas de pièces d'armes, passer un énième coup de chiffon pour que l'arme ne soit pas graisseuse, et charger ses munitions afin d'être prête à l'emploi. Et quelles munitions ! Du calibre supérieur, un poil plus gros que ceux d'un pistolet ordinaire et perforantes, par dessus le marché ! Ce genre de fournitures se vendaient plutôt cher là où je faisais mes emplettes, heureusement mon surnom assez répandu dans le milieu m'octroyait des réductions auprès de mes fournisseurs... Pour les autres, la lame affûtée de Zero collée à leur jugulaire était la meilleure des négociantes. Lorsque la blondinette utilisera pour la première fois son nouveau jouet sur une cible vivante, j'espère qu'elle ressentira la même sensation que moi lorsque plus jeune, je tirais au fusil sur les animaux que mon père m'amenait chasser. De l'engouement, de l'adrénaline et une frénésie enivrante qui ne demandait que plus de chair à perforer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Disponible en RP : Olivia / James-Kiza -> 2/4
Double-compte : Nope !

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe: /
Alter: Base de données
Lun 9 Oct - 11:14
Il avait pas l'air convaincu pour l'idée de costume, néanmoins il n'avait pas refusé. Lyne pouvait n'être qu'heureuse. Après tout, Kakihigi lui devait bien ça. Son analyse sur les composants fut brève mais parfaitement exacte. Tout ce que désirait la blonde, le scientifique le rendit possible en un coup de cuillère. Il ne manquait plus qu'une petite précision à apporter et la demande de la Germanique allait pouvoir voir le jour dans un futur plus que proche. Le casque était quelque chose à quoi la demoiselle avait pensé longuement car il fallait qu'il soit à la fois défensif mais en plus qu'il puisse tirer au maximal son Alter. C'est donc tout sourire que la blonde lui répondit.

Je voyais le casque comme une sorte d'interface, comme l'affichage du bureau sur les ordinateurs. Ainsi je pourrais à la fois contrôler le costume,manipuler mon Alter et me défendre voire me battre tout en même temps.

Il allait y avoir un petit moment d'adaptation donc beaucoup d'entrainement pour parvenir à ce à quoi elle aspirait. Manipuler tout d'un coup était une tâche très difficile, entre les bras-câblés et tout les autres petits gadgets que mettrait Kakihigi afin de rendre ce costume parfaitement parfait sur tout les points. La blonde savait très bien qu'un scientifique ne pouvait pas laisser une telle opportunité, et qu'étant à la recherche de la perfection allait l'aider dans sa progression.
La question sur le costume étant réglée, vint un autre sujet auquel la blonde n'était pas préparée. Du sang sur les mains, elle en avait déjà eu. Mais pas intentionnellement. C'était un moment de sa vie assez sombre, passage post-Yuuhei. Une simple rixe de bar ayant mal tournée, Lyne qui finissait avec une arme dans les mains. Un coup de feu dans la nuit, une nuit au poste. Des débuts très peu glorieux pour une dame. Esquissant un léger sourire, s'être rappelé à ce souvenir autrefois fut douloureux à porter qui désormais était d'une banalité enfantine. Toutefois, le fait d'avoir à jouer la balance de la Justice ne lui plaisait guère.

Oui. Mais je préfère éviter de me salir les mains.

C'était comme ça qu'elle avait réussi à survivre, en faisant le choix de n'être ni d'un camp  ni de l'autre. Ca lui avait causé des soucis oui, mais jamais elle avait été à nouveau meurtrière. Lyne pouvait remercier sa manie de toujours chercher la prudence dans n'importe quelle situation. Cela étant, l'hôte désirait savoir si l'Aderlreich possédait des aptitudes au tir. Ce qui ne dérangea pas la blondinette. Du moins pas à première vue, car tout son corps était en alerte rouge. Et si ça se passait mal ? Et si yavait des blessés ? Et si Kakihigi refusait finalement leur accord quand il aurait vu les capacités plus que limitées de Lyne au tir ? Et si elle le tuait pas inadvertance, comme sa dernière et unique fois ?  Toutes ces questions la taraudaient mais l'Allemande garda son masque de sérénité.

Va pour la séance de tir. Je préviens de suite, ça fait très longtemps que je n'ai pas manié... une arme à feu.

Ah ca, il allait vite le remarquer. Ce n'était qu'une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Disponible en RP : (2+1)/4 (Aaron - Setsuna) + Event

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Mar 10 Oct - 17:34
    Aux vues du sourire radieux qui éblouissait le visage déjà éminemment brillant de la jeune femme à la chevelure de blé, j'ai aussitôt compris que les quelques premières propositions que je faisais au sujet des matériaux de son costume correspondaient à ce qu'elle visualisait elle-même. Alors comme ça tu te sens suffisamment destructrice pour arborer une tenue aussi chaotique, Lyne ? Un léger rictus venait répondre au sien pendant que j'effaçais les préjugés de la jeune innocente que j'avais sur elle. Si elle était intéressée par un costume d'une telle envergue, aucun doute qu'elle éclatera impunément quiconque voudra barrer sa route. Et la mienne, si les deux continuaient à se croiser jusqu'à ce qu'un sentier fusionnant les deux me permettent de marcher à côté de sa puissance peaufinée par mes propres talents. Moi, j'étais majoritairement pour d'aider mes alliés à se développer si j'en avais les moyens, même si l'on m'attribue souvent un égoïsme excessif, je sais faire preuve de générosité et de coopération... Surtout quand je peux en tirer des bénéfices plus tard ! Je sais être patient. La demoiselle pourrait me demander ce qu'elle veut, tant qu'elle ne se défile pas lorsque je viendrais lui demander d'aller récolter des informations sur de dangereux individus auprès d'autres dangereux individus ! Son expérience dans le domaine me laissait penser qu'elle était la mieux taillée pour ça, en effet, moi j'aurais tendance à préférer une approche beaucoup plus violente et de ce fait moins subtile. Faire irruption dans le camp adverse, tout faire péter en prenant deux ou trois prisonniers à torturer sans modération pour recueillir toute l'information que je recherche. Mais quoiqu'efficace, cette façon de faire est maladroite. Elle m'ôterait l'effet de surprise, prévenant ma cible que je viens à elle comme un éléphant en pleine charge. Elle souhaitait faire du casque transparent une interface où projeter les écrans de son alter. Ingénieux surtout si avec le temps elle apprenait à se servir de cet ordinateur intégré pour d'autres choses que la mémorisation.

    Ma question suivante semblait l'avoir quelque peu secouée, pendant quelques brèves secondes, Lyne semblait nostalgique, happée dans un flux de pensées que je ne parvenais pas à déchiffrer malheureusement. Pourtant elle continuait à sourire. Si elle préférait ne pas se salir les mains, j'aurais plutôt mieux fait de lui donner Shocker, puisqu'il n'était pas forcément létal, son intérêt résidant dans l'engourdissement que ses coups de jus provoquaient. Mais maintenant que nous y étions, pourquoi ne pas l'habituer à ça ? Il fallait après tout qu'au moment de dégainer elle sache trouer la tête de son opposant entre les deux yeux. Elle n'y voyait aucun inconvénient d'ailleurs, acceptant de me faire une petite démonstration derrière le hangar. Je devais juste finir de frotter le pistolet frénétiquement avec un chiffon doux, venant tout juste d'apporter les dernières finitions.

    Une fois ceci fait, je chargeais le revolver en l'empoignant avec plaisir. Pour moi aussi, ça faisait longtemps. Mais comme le vélo, les bons réflexes revenaient immédiatement lorsque, la crosse en main, je brandissais le canon devant moi en me positionnant avec autant d'assurance qu'un soldat en mission. Reprenant une posture normale, j'invitais mon invitée à me suivre à l'extérieur pour débuter la séance de tirs, comme elle l'appelait.

    Nous devions contourner le bâtiment en passant à travers une pelouse visiblement peu entretenue, je ne voulais pas changer l'aspect "abandonné" de l'endroit pour ne pas éveiller les soupçons. Jusque là, personne ne se doutait que quelqu'un vivait reclus ici comme un rat de ville dans les poubelles. Une fois arrivé derrière, nous nous sommes retrouvés face à quelques caisses avec les fameuses canettes et bouteilles de bière posées dessus, certaines renversées, indiquant que même si l'endroit n'était pas fréquenté, il arrivait qu'on vienne s'y torcher entres amis et à l'abri des regards. Sans se douter qu'ils se trouvaient sur le territoire d'un terrible prédateur ... Ces quatre joyeux lurons, j'avais envoyé mes chéris s'en débarrasser comme de parasites, ce qui expliquait les tâches de sang qui semblaient avoir éclaboussé les faces des caisses. La propreté du travail n'était effectivement pas parfaite, mais voyons le bon côté des choses ; pas de cadavre dans le paysage, ni d'odeur morbide ! Je tendais le flingue à la tireuse que je pensais tendue. Je ne sais pas si elle se débrouillera mais si elle accepte au moins d'essayer, c'est faire preuve de bonne volonté. Une bonne volonté qui suffisait à me satisfaire, je n'attendais pas d'elle qu'elle sache déjà faire plus que son boulot, son rôle à elle est de récolter les infos, pas de tuer. La seule raison pour laquelle nous étions là, une arme dans ses mains, c'est que je me souciais de sa sécurité. Dans le meilleur des cas, elle ne devrait même pas avoir à sortir Duke. Je suis parti redresser les cibles et les aligner à différents niveaux : six d'entres elles étaient sur les caisses, tandis que deux étaient posées plus bas sur les côtés, et trois autres au sol, devant les caisses. Sur un être humain, cela reviendrait à viser le torse, les mollets et les pieds, tout juste pour handicaper plutôt que pour abattre. En revenant près d'elle, je prenais une grande inspiration pour profiter de la bise légère venant caresser nos joues, en faisant tressaillir les épis de cheveux de Lyne. Un parfum très féminin venait m'envahir les narines, cassant l'aspect plutôt rustique des lieux pour lui apporter cette touche chique que toute dame se devait d'avoir et de dégager. Je pointais enfin les cibles du doigt avant de lui donner les consignes simples comme bonjour :

    « Il y a onze cibles devant toi. Combien d'entres elles es-tu capable d'atteindre avec tes douze balles ? »

    Amusé, j'étais même prêt à placer des paris. Mais je ne voulais en aucun cas lui imposer plus de pression que ça. Je savais pertinemment que le tir comme toute pratique nécessitait d'être calme et concentré, et non pas d'être pris à la légère, même si avec le temps et l'expérience elle saura certainement tirer en plein dans le mille en rigolant les yeux fermés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Disponible en RP : Olivia / James-Kiza -> 2/4
Double-compte : Nope !

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe: /
Alter: Base de données
Ven 13 Oct - 14:18
Il y aurait donc onze essais. Onze tirs qui montreront à Kakihigi la non-aisance de la blonde avec les armes à feu.  Onze cibles, toutes disposée différemment. Sur des caisses, au sol, voilà un message codé de la part du scientifique à l'égard de la Germanique. "Réussit et tu seras une femme comblée" ou "Si jamais tu rates, j'te louperais pas." Voilà ce que Lyne pensait capter comme message, comme à chaque fois qu'une relation avec un client passait au delà du niveau "j'te fournis des infos, tu me donnes de l'argent". Elle n'avait eu très peu de relations arriver à ce point là, et à chaque fois cela se finissait de manière violente. Un échange verbal intensif suivi d'un claquage de porte pour plus de nouvelles par la suite. Etait-ce vraiment ça qu'elle voulait que se fasse sa relation avec le Kaki ?

Douze balles, onze cibles. Lancez les paris ! s'exclaffa Lyne avec le pistolet dans les mains. Elle n'avait aucune idée de ce qui allait se produire, mais ignorait tout de son fonctionnement. Est ce que l'arme avait toujours son cran de sécurité, ou pas du tout ? Si jamais elle se trouait complètement, qu'est ce qu'il se passerait ? Explosions en chaine ? Une seule façon de savoir.

Braquant l'arme en direction de la première cible, la demoiselle plissa les yeux pour se donner un air de cowboy et plaça son doigt sur la détente. Un bruit sourd, un effet de recul assez imprévu. La balle sortit de l'arme à feu pour aller se loger dans la toiture, laissant intact la première canette. Un premier tir qui s'avéra non concluant. Cependant, Lyne avait prévenu que ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas pratiqué, donc si jamais mauvaise surprise il y avait, la blonde serait exempte de tout reproche. Il ne restait plus qu'à recommencer la scène onze fois pour finir cet exercice plus que malfaisant pour la demoiselle. Admettre son impuissance à Kakihigi revenait à le faire douter sur tout ce qu'avait déblatérer Lyne.
Tournant la tête vers Kakihigi, la demoiselle fit feu cinq fois d'affilé avant de laisser reposer sa main. Les contrecoups étaient assez virulents, même si bizarrement le poids de l'arme était très faible, et la pauvre main de la blonde commençait à fortement prendre cher. Il valait mieux arrêter cet exercice et retourner sur autre chose de plus intéressant.

Comme tu peux le voir, je n'ai pas les aptitudes nécessaires pour le tir au pigeon. Peut être m'a tu un peu trop surestimée ? dit-elle en déposant l'arme et allant s'asseoir. Ce qu'elle ignorait, c'était que les cibles avaient été touchées. Mais pas de la façon attendue. Les caisses avaient éclatées, faisant tomber les canettes. Pas toutes, juste quelques unes. Une chance de blonde ? Probable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» DECLAN&JENNIFER- "Parlons autour d'un verre"
» Regarde autour de toi, les arbres sont en fleurs
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp
» Mets moi un flingue sur la tempe, et décore les murs avec ma cervelle... (Destinée et Rich)
» Réflexion autour d'un repas [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits-
Sauter vers:


bouton partenariat FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310