Heroic Desire [PV - Ketsuro Kujiro]

 :: Musutafu :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 55
Disponible en RP : TOUJOURS

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-C
Alter: Drop The Beat
Dim 1 Oct - 3:59

「 Even if I have a girly shape, I'm not and I'll never be one, so I'll train until this body of mine will make me manlier 」

ft. Ketsuro Kujiro
Je détestais cette impression… Vraiment.

Combien de temps cela faisait-il déjà ? Pourquoi étais-je comme cela ? A un rythme pareil, je risquais uniquement de semer la honte sur le nom des Tempest. Comment pourrais-je être le génie de la famille en étant aussi misérable ? Était-ce là la limite de mes pouvoirs ? Était-ce là l’étendu de mes forces ? Je ne pouvais y croire. Tout le monde évoluait si rapidement. Pourquoi étais-je le seul à stagner aussi durement ? Cette vocation de héros, je l’avais finalement choisie. Pourquoi finissait-elle par me trahir ? J’étais sûr de m’entraîner deux fois plus que mes camarades… Alors pourquoi !? Pourquoi ne pouvais-je franchir ce cap ? Serais-je à jamais l’être faible sauvé par son entourage ? Je ne voulais pas de ça. Moi aussi… Moi aussi je voudrais être fort, plus fort que n’importe qui… Je le savais. Je n’étais pas fait pour être un héros. Peu importe comment je travaillais, je ne progressais pas, ou alors très peu, trop peu pour être remarqué. Devrais-je abandonner ? J’avais fait de mon mieux après tout…

Si j’arrêtais maintenant, que penserait Lena de tout cela ? Je lui avais promis de devenir un héros. Je ne pouvais lui dire que j’avais décidé de tout stopper car c’était trop difficile pour moi de m’améliorer quand même, si ? Sigh. Pour que cette sombre idée parcourait mon esprit, cela démontrait bien à quel point mon attrait pour les héros était faible. Il n’était nullement porté par une ambition qui tenait depuis mon enfance, ni même d’une illusion qui aurait abriter ma conscience. Moi qui étais dans ce département d’apprentis ne l’étais que par coïncidence. Je ne voyais cette voie simplement telle qu’elle en était une comme une autre, non pas comme un chemin vers la gloire et la satisfaction ultime. Cet écart entre ma puissance et celles des autres élèves devait tenir de là. Au fond de moi, devenir un héros ou non m’importait peu. Toutefois, je n’aimais pas l’idée d’y renoncer.

Ce n’était réellement pas comme si j’espérais quoi que ce soit du fait d’être reconnu en tant que héros. Ce n’était pas non plus parce que cela allait décevoir ma sœur. Je haïssais admettre ma défaite. Je le savais, c’était une raison idiote… Mais, je ne pouvais pas m’arrêter maintenant, je me sentirais à nouveau misérable, comme auparavant. Je reconnaissais que j’étais faible et pitoyable. Néanmoins, si je capitulais, j’étais pire que cela. Était-ce le type d’homme que j’étais ? Je ne pouvais même pas parler d’homme à ce niveau là ! Une merde restera une merde toute son existence.

« Jamais, jamais personne ne me dira cela. »


Si tout mon entraînement passé n’avait fonctionné, il devait y avoir un problème dans sa composition, ou bien alors il existait une complication externe. Il y avait forcément une raison pour laquelle je ne m’améliorais pas. Il me suffisait d’un seul indice pour pouvoir comprendre ces conneries. Se sentir aussi mauvais était le pire, je ne voulais plus jamais de cela. Mais, comment pouvais-je progresser !? Mon alter était-il si terrible que cela ? M’empêchait-il toute évolution !? Déjà qu’il mettait mon corps en morceau, si je ne pouvais même pas le renfor… Idiot. Idiot de Kyle. C’était ça. Toute la réponse était juste là. Je ne pouvais pas me permettre de me reposer uniquement sur mon individualité, qu’importe sa puissance. Je devais avoir un corps puissant et endurant. Les limites imposées par mon corps bloquaient ma progression.

Je me sentais complètement idiot pour ne point y avoir songé, un pur imbécile. J’avais fini par être tellement fasciné par ce pouvoir que j’en avais omis les bases. Je comprenais pourquoi malgré mon entraînement acharné, ma silhouette féminine ne faisait qu’accroître. Je ne passais pas assez de temps à construire mon corps. Pour une personne qui comptait beaucoup sur la ténacité de ces muscles, c’était une erreur fondamentale que de ne guère les développer comme il fallait. Au plus j’y repensais, au plus je me sentais bête. L’humiliation pourrait presque me tuer… Et dire que j’avais songé à quitter l’académie pour si peu. Je n’avais pas le droit au pardon. Pour me rattraper, ne serait-ce qu’un minimum, je devais mettre trois fois plus d’ardeur dans chacun des exercices que j’allais effectuer. Non, l’ardeur ne suffirait pas. Le temps que j’avais perdu était trop important. Pour le rattraper, c’était jour et nuit que je devais travailler.

Mon corps lui-même savait pour cela. Pas étonnant qu’il m’ait réveillé tous les jours d’aussi bonne heure, même si ces journées devaient sensiblement être consacrées au repos. Ceci dit, comment devais-je bien procéder ? J’effectuais les mêmes exercices donnés par mon ancien professeur tous les jours, mais j’avais l’impression de ne prendre que des hanches…

Je m’avançais alors près du miroir afin de m’observer. Baissant la tête en premier lieu, je vins alors à fixer mes jambes, puis ma taille, remontant petit à petit pour admirer le joli faciès qui composait le dessin de ma tête. Pris dans un délire unique, je continuais de scruter la glace qui reflétait mon apparence. Je n’avais guère l’habitude de me regarder autant, tant que je commençais à vouloir en connaître davantage sur mon physique. Comme si j’étais poussé par un instinct diabolique, j’abaissais le bas de mes vêtements pour y libérer mes jambes de tissu. Je ne tardai pas non plus à retirer délicatement mon haut, sans perdre de vue mon reflet. Cachant instinctivement ma poitrine à l’aide de mes bras, je vins de nouveau à regarder de bas en haut mon propre corps. Le cramoisi de mes joues s’accentua alors tandis que mon cœur loupa un battement. Dès lors que je ressentis cela, je me retournais pour tenter d’oublier cette malsaine vue qui s’accaparait de mon esprit.

« J-je r-ressemble vraiment à une f-f-femme haha… »

Je n’avais pu empêcher un gloussement de se faire. Je savais bien que mon profil était semblable à ceux des damoiselles, mais je n’avais imaginé qu’il l’était tant que je pourrais arriver à rougir de mon propre corps. Je pouvais bien oublier cette sensation de défaite et faiblesse, je me sentais complètement gêné de mon propre corps, à un point où je commençais à être outragé de cette pensée. Même si j’essayais de me remettre de cette mésaventure, tout arrivait à me rappeler cette parfaite carrure, bien que manquant de poitrine. Je devenais fou petit à petit, à un niveau où même mes mains arrivaient à ressortir le rouge de mes joues. Sans prendre en compte du lieu auquel je me trouvais, je ne pouvais que hurler afin d’ôter ce démon qui me hantait. M’habillant au plus vite possible de la première tenu que j’empoignais, je quittais cette pièce pour courir le plus vite possible, le plus longtemps que je pus.

Haletant finalement lorsque mon corps refusa de mettre de nouveau un pied devant l’autre, je me posais calmement sur un des bancs des alentours. Un peu plus d’une heure s’était passée depuis cette scène obscure. Si j’arrivais encore à y penser, je chassais cette image en secouant fortement ma tête pour me concentrer sur plus important. C’était sûr que courir un long moment aidait à forger le corps, mais il me fallait aussi plus de force et non pas uniquement de l’endurance. Je ne pouvais me permettre de me consacrer que sur l’un… Je savais bien qu’il n’existait aucun raccourcis pour devenir le plus fort. Ce n’était que la lutte acharnée durant des années qui permettaient d’atteindre un tel exploit. Toutefois, je souhaitais vaincre cette faiblesse qui s’accrochait à moi au plus vite. Oui, je voulais m’en débarrasser, qu’importe si j’avais à en cracher du sang chaque jour pendant des mois. D’où me venait autant de détermination, moi qui n’avait aucune ambition ? C’était juste comme cela que j’étais, un homme vraiment étrange.

Je n’avais pas encore planifié un bon entraînement, mais j’avais une petite idée en tête. Commencer et terminer celui-ci par deux heures de courses était essentiel pour moi. Ainsi, je me remis à courir, sans pour autant y perdre mes poumons cette fois. Pendant que je courais dans les rues de la ville, j’essayais de trouver ce qui pourrait aider ce corps si… Féminin à ressembler enfin à celui d’un homme… Non, je voulais dire, à devenir plus puissant. L’un de mes anciens professeurs me faisait aller dans une salle de fitness si ma mémoire était bonne. Il me disait que cela pourrait grandement m’aider à forger un joli corps et à contrôler mon alter. Peut-être était-ce la solution que je cherchais. Y en avait-il par ici au moins ? Je me rappelais surtout de l’emplacement des épiceries ou des grandes surfaces, mais point des salles de sport. Une insigne m’attira alors l’œil alors que je galopais toujours. Mon intérêt se porta alors sur ce bâtiment, tant que j’en vins à demander à un passant s’il s’agissait bel et bien d’une « salle où l’on pouvait développer son corps ». Même si la réponse ne fut celle que j’attendais, si j’avais à le croire, il s’agissait bel et bien d’une salle de fitness… ?

« Tss, comment cela ce n’est pas pour nous les filles ! Je suis un homme ! »

Quelque peu vexé par la remarque de la damoiselle, je ne manquais pas l’occasion d’y pénétrer pour exaucer mes souhaits. Malgré cela, l’endroit semblait être en désaccord avec mes souvenirs. D’une certaine façon, cela ne ressemblait pas à une salle de fitness, mais à quelque chose de plus… Masculin ?

« Cela risque d’être dérangeant pour mes formes… »
, murmurais-je en en fixant mon bassin.

Eh ? Je tapai à plusieurs reprises le haut de ma tête en rougissant faiblement. Cela avait l’air d’avoir attiré l’attention de la plupart des personnes présentes, ce qui me gênait davantage. Néanmoins, je ne pouvais reculer après être venu à cet endroit. Je devais vraiment m’entraîner ici. Remplissant alors les formalités nécessaires afin de commencer, je demandais gentiment à l’un des individus par quoi je devrais bien débuter afin de renforcer mon physique. Sans attendre, il me mena à une machine où l’on devait soulever des poids en étant allongé. Bien aimable qu’il était, il me conseilla de ne point viser trop élevé pour commencer, et d’y aller tranquillement avec une demi-centaine de kilogrammes. J’eus un faible rire avant de lui sourire tendrement, répondant avec honnêteté comme je savais le faire.

« Ne vous inquiétez nullement, mon cher. Je suis sûr de pouvoir le faire. »

Je ne savais pas si c’était mon accoutrement spécial qui attirait les regards, mais je me mis à m’allonger après avoir ajusté le poids à bon vouloir. Si ma cape me gênait un peu une fois couché, j’arrivais tout de même à bouger comme souhaité. Malgré que mon demi-masque me dérangeait sensiblement, je continuais sans y faire attention. Si le début était quelque peu difficile, je finis par soulever le tout et par répéter ce mouvement une vingtaine de fois. Suite à cela, je vins à lâcher un souffle après avoir retiré ce masque pour essuyer les quelques gouttes de sueurs qui coulaient de mon front.

« Peut-être que cent-soixante kilogrammes étaient un peu trop… Je n’ai même pas pu atteindre mon objectif de cinquante mouvements que je ne ressens plus mes bras. », dis-je avec sourire.
Luv'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Disponible en RP : Damn right I am !
Double-compte : Nooooot yet.

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe: Héroïsme (Sans classe attitrée.)
Alter: Deadeye
Lun 2 Oct - 21:17
The Teach'
The Trap
The Training
IT'S A TRAP
What time is it ?

6 heure du matin.

Et qu'est-ce qu'on fait à six heure du matin ?

Ca dépendait des jours, mais la plupart du temps, être debout à cette heure, ça signifiait que j'allais m'entraîner. Et aujourd'hui, c'était le cas aussi. J'étais arrivé à Musutafu il n'y a pas très longtemps de ça, mais j'avais déjà un parcours de course, ce qui n'était pas plus mal. Cela dit, je n'allais pas me contenter de cardio toute ma vie. Il fallait que je trouve une salle de muscu, illico.

Evidemment, j'avais ma routine journalière, qui consistait en exercices que je pouvais faire chez moi, où en extérieur, mais escalader des façades et enchaîner les pompes, même avec du poids en plus, ça allait 5 minutes. Il fallait que je pousse de la fonte, si je ne voulais pas perdre de masse, et encore moins de force.

Équipant mes poids d'entraînement (30 kg par jambe, 15 par poignets et une veste lestée de 40 kg), je préparais à sortir courir. J'allais dévier un peu de mon parcours, en espérant tomber sur une salle de sport, où même un fight club, si ça existait au Japon. L'un comme l'autre devraient posséder des machines.

Je n'étais pas vraiment sûr du temps que j'allais accorder à mon entraînement du jour, j'avais
rendez-vous avec une adorable p'tite Japonaise dans un resto du coin. Une chose était sûre, je devais en finir avant midi. Dieu, que j'aime le week-end.

Et je courais, et je courais, et je courais. J'allais vite, je sautais par dessus les poubelles, je grimpais au murs, et je sautais d'un toit à l'autre, je courais sur sur une barrière étroite, je me propulsait de mur en mur pour redescendre d'un bâtiment. Après deux bonnes heures, j'étais en nage. J'étais en nage, mais je m'étais arrêté devant ce que je cherchais. Une salle de sport. Kogoro ? Huh. Okay, pourquoi pas.

Pour tout dire, le bâtiment était massif, et je me demandais comment j'avais pu le rater pendant tout ce temps. Quoi qu'il en soit, je suis entré. A peine avais-je posé pied à l'intérieur que je pouvais le dire. La chaleur du lieu, l'odeur de machines huilées mélangées à la sueur d'hommes et femmes qui poussent leur corps à fond, les bruits, les expirations bestiales lors de ma poussée ! C'était belle et bien une salle de sport. En y passant la tête, quelle ne fut ma surprise ! Un ring ! Un putain de ring ! J'avais des flashback de mes années passées dans la salle d'entraînement du Shadow Raid. C'était la fête dans ma tête.

"...Sieur ?"

La salle était immense, et y'avait de tout, en très grand nombre. Peu de machines de cardio, cela dit, mais vu la course d'obstacle que je m'étais imposé pour arriver ici, ça ne serait pas nécessaire.

"MONSIEUR ! Si vous êtes la pour rêvasser vous pouvez aller dehors !
-Ah ? Heu? Ouais, nan, je suis là pour une séance d'essai.
-Une séance d'essai ? Ah. Dans ce cas, nom, prénom, adresse, profession ?
-Ketsuro Kujiro, Prof à UA.
-Un prof ? Ici ? Ecoutez, monsieur, c'est pas vraiment un lieu pour les gens gentils, ici, vous feriez mieux de ne par...
-Ecoute, j'te demande pas ton avis sur ma moralité, 'kay ? J'peux m'entraîner ici ou pas?
-J'imagine... Les vestiaires sont au fond. Vous reviendrez pour payer, ou vous reviendrez pas du tout.
-Sure. Let's make that a deal."

Après être allé déposer ma veste en cuir et mon chapeau au vestiaire, je suis sorti en tenue confortable : Marcel noir et short. L'inconvénient du marcel, c'est qu'on voyait ma veste lestée en dessous, et ça attirait un peu l'attention.

Peu de temps après, je me suis laissé entraîner par la passion du sport. Je ne voyais plus le temps passer, les minutes passaient comme des secondes, et il pleuvait averse sur mon corps. Mais je m'éclatais. Je ne souffrais pas vraiment, c'était plus de l'entretien qu'autre chose, je ne dépassais pas les 100 kg pour le haut du corps, ni les 180 pour le bas. Il ne servait à rien de me tuer à la tâche, d'autant que c'était amplement suffisant avec les poids que je portais en plus.

Les autres membres étaient sacrément costauds, à tel point que même moi, je me sentais maigrelet. Enfin, pour être honnête, mon objectif n'a jamais été d'être une armoire a glace. J'ai un physique clairement musclé, mais à la manière d'une statue grecque, et non d'un amas de muscle sans cervelle : Trapézoïde 10% plus large sur le haut, et non triangulaire inversé avec une taille de guêpe et des pectoraux sur-proportionnés. Mais c'est vrai qu'il impressionnaient, les gorilles qui se trouvaient autour de moi.

C'est pour ça que j'étais vachement surpris de voir ce gringalet en tenue tout-sauf sportive se mettre sur un banc. Sans rire, il -ou elle ?- était si fin(e) que, selon tout aspect, 10 kilos sur le bench press allait lui briser les os. Il/elle était devenu le centre d'attention, surtout avec son accoutrement. Certains hommes ricanèrent, mais pas moi. Elle -c'était forcément une femme, c'était pas possible autrement-, était en train de mettre des poids sur la barre. J'étais inquiet. Cent. Cent-vingt. Cent-soixante. Elle allait se tuer. Par réflexe, je me suis rapproché, prêt à récupérer la barre quand elle allait inévitablement la lâcher.

Mais plutôt que de la dissuader, je voulais voir si elle pouvait le faire.

ET ELLE POUVAIT ! Elle venait de le soulever une fois!

ET DEUX !

ET CINQ !

ET DIX !

ET VINGT !

J'étais sur le cul, mais pas plus que les musclors qui se moquaient quelques secondes auparavant. C'était incroyable. Bon, ses bras tremblaient plus qu'une corde de guitare, sur les dernières répétitions, mais elle l'avait fait.

Hein?

Elle comptait en faire 50 ? Seigneur dieu ! Quelle ambition ! Quelle hargne ! Ca, c'était un sacré brin de femme !

Elle disait ça avec un sacré sourire. Mais ses bras avaient des mini-convulsions. Elle voulait prouver quelque chose ?

J'ai attrapé ma gourde et je lui ai envoyé.

"T'sais qu'tu t'en sortirais mieux sans c'te cape et sans ces épaulettes, girly ?"

Je m'essuyai ensuite le visage avec une serviette. Elle devait avoir à peine plus de 17 ans. Ca rendait sa prouesse physique que plus impressionnante.

"Vu l'accoutrement, t'es quoi ? Apprentie héroïne ? C'est bien, faut pas laisser de côté le training, même après les cours. Ca se trouve, j'serai ton prof, plus tard."

_________________

Themes :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 55
Disponible en RP : TOUJOURS

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-C
Alter: Drop The Beat
Mar 3 Oct - 18:59

「 Even if I have a girly shape, I'm not and I'll never be one, so I'll train until this body of mine will make me manlier 」

ft. Ketsuro Kujiro
J’avais peut-être informé les autres de mon objectif avec un sourire d’ange, mais en toute vérité, j’étais à deux doigts de m’écrouler. Mes bras tremblaient encore de ce surplus d’effort. Dix-sept répétitions était sans aucun doute le maximum que je pouvais faire, mais à cause de mon esprit simple et idiot de vouloir terminer sur un chiffre rond, j’avais poussé sur mes limites pour terminer une série de vingt. Cent-soixante kilogrammes… Je voyais mal ce que cela représentait. J’espérais vraiment effectuer une série de cinquante avec un tel poids. J’espérais qu’ainsi, j’atteindrais un nouveau nombre complètement rond de deux centaines comme valeur-limite. La frustration commençait de nouveau à s’emparer de moi. Comment pouvais-je me réjouir d’avoir trouvé une voie me permettant de devenir plus fort si ma force actuelle n’était même pas dans mes prévisions ?  Je savais bien que j’étais faible, mais après ce petit exercice, je m’étais rendu compte que je l’étais encore plus que ce que je pensais. Même si ma déprime se nourrissait de nouveau de mon esprit, je ne laissais rien paraître en surface si ce n’était que ce radiant sourire.

Remarquant alors enfin que j’avais véritablement retiré mon demi-masque de je vins à caché mon visage du monde qui m’entourait. Leur vision tournée vers moi ne m’effrayait pas autant que leur carrure, mais un certain sentiment de déplaisance naissait en mon cœur. Pour quelle raison attirais-je autant l’attention ? Ma tenue n’était pas le seul facteur qui passionnait leur regard, si ? Ce malaise s’accroissait petit à petit, puis vint à disparaître lorsqu’un homme, semblant d’une trentaine d’année à vue, me prêta gentiment sa gourde. Observant d’un œil curieux ce personnage, puis la bouteille, je finis par prendre quelques gorgées afin de me rafraîchir et de m’oxygéner comme il le fallait. Affichant alors de nouveau un doux sourire, j’écoutais l’entrée en scène de ce sieur.

Si j’écoutais sa remarque tel un élève modèle, je vins à vite oublier sa contenance à cause de son dernier mot. Franchement, il était inutile de me rappeler à tout moment que mon physique correspondait à celui d’une damoiselle. Je commençais véritablement à être vexé que l’on me répète sans arrêt ce fait alors que moi-même en aie conscience. Exprimant une moue en gonflant très légèrement mes joues et en détournant le regard vers le sol, je m’attardais tout de même à ce qu’il avait pu dire. Il était vrai que sans tout cet équipement, il serait plus simple de manipuler ces machines. Dans de meilleures conditions, résultent de meilleures performances… Peut-être devrais-je continuer l’entraînement en déposant cette cape à l’abri.

Héroïne… Se moquait-il de moi à nouveau, ou pensait-il vraiment que j’étais une damoiselle prête à me fortifier ? Même s’il avait à peu près raison jusque là, je ne pus contenir mes mots, marmonnant faiblement dès lors que je pus entendre la connotation féminine.

« Je suis un homme... »

Par la suite, la surprise me tira de mon monde pour finalement porter toute mon attention vers cet homme. Sa dernière phrase laissait suggérer qu’il allait appliquer une demande afin de devenir enseignant dans l’académie de U.A. Ou… Peut-être l’était-il déjà ? En tout cas, je perdis cet aspect un peu insatisfait pour me concentrer sur le dialogue avec le barbu.

«  Actuellement, je viens de la branche héroïque de l’académie de U.A. bien que je ne sois qu’en première année.  Je vous prie de m’excuser si jamais ma tenue est déplaisante… Je peux la retirer dès à présent si vous le souhaiter. »

Mes bras n’étant pas tout à fait remis de mon dernier effort, j’eus quelques mal à défaire les liens qui fixaient mes épaulettes, elles-mêmes raccordées à ma cape. Cependant, je finis par ôter cette part de vêtement, échappant par la suite un léger souffle avant de redresser mon regard. Replaçant les mèches de mes cheveux qui cachaient mon visage, je laissais paraître ce dernier, oubliant totalement cette gêne de montrer le défaut qu’il dessinait, mon œil gauche étant alors mis en valeur dû à la cicatrice qui en descendait.

« Si je peux me permettre, êtes-vous un professeur d’héroïsme ? Il ne me semble pas vous avoir déjà rencontré dans l’enceinte de l’académie cela dit… »

Ma vision se porta alors sur ma chemise pendant que je la déboutonnais lentement de bas en haut, laissant paraître un début de peau. Tout en me déshabillant, je tâchais de garder le contact avec ce sieur, souhaitant assouvir ma curiosité.

« Sieur, vous semblez aussi avoir des origines étrangères, sans vouloir vous vexer. Étant donné votre accent… Je suppose que vous êtes américain ? »

Je me levais de ce banc pour faire correctement face à l’homme avec qui je parlais depuis quelques minutes, tout en continuant de défaire les boutons de mon haut. Toutefois, de nouveau, j’esquissais un joli sourire en direction de mon interlocuteur tandis que je relevais légèrement les yeux.

« Because, you know, I always love to speak this specific language. »
Luv'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Disponible en RP : Vi
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 27
Année et Classe:
Alter:
Mer 4 Oct - 16:14
J’abandonne ma Bécanne, un grosse Harley chromée ornementée avec soin dans un sens du bon goût irréprochable. Je récupère un paquet dans le sac de fonte, cale mon casque de moto tigré, pour le bien du merchandising, sous mon bras et gravis les quelques marches. J’ouvre alors d’un grand geste presque théâtral la lourde porte qui mène au gymnase. Je m’imprègne quelques secondes de l’atmosphère du lieu, les gars mettent du cœur à l’ouvrage, c’est bien.

-SALUUUUUT LES BOUSEEEEEEUUUUX !


Directement, tous les habitués s’arrêtent comme un seul homme et répondent comme à leur habitude.

-BON RETOUR, ANIKI-SENSEI !

Je salue l’intendant derrière son petit comptoir d’accueil.

-Toujours dans leur trip du gang Kogoro ces cons héhé. Du nouveau Hida ?
-Pas vraiment, pas d’emmerdes aujourd’hui. Mandervil devrait aussi bientôt revenir avec la team et on a deux nouveaux.
-T’as pas réussi à les faire fuir ? Malgré ta sale gueule ?
-Des gars d’UA, le scénario habituel ça marche pas avec des types comme ça. Sinon, t’as trouvé le cadeau pour ta fille.
-Difficilement, j’ai dû aller dans la ville d’à côté. Ils étaient en rupture de stock. Bon, je bazarde mon barda et je viens m’occuper de la salle.
-Tu patrouilles à quelle heure ?
-Vers 16h je pense, j’ai déjà prévenu Date, t’inquiète pas.

Je contourne le bureau et m’engage dans l’escalier qui mène à mon bureau et mes appartements. J’abandonne mon équipement de moto sur le râtelier dans mon bureau et en profite pour planquer le paquet dans une commode et vérifier s’il y avait du nouveau. Un coup d’œil rapide à mon pc m’apprend que j’ai une nouvelle demande de stage, deux propositions de collaboration pour une mission. Et enfin, le spam habituel « Enlarge your penis », j’ai ce qu’il faut merci. Je passe dans mes appartements perso, c'est un peu le bordel. Faudra que je fasse un peu le ménage avant que ma fille n'arrive. Les piles des canettes et de nouilles instantanées, c'est pas un exemple.
Je me change rapidement en tenue de sport et retourne au rez-de-chaussée. Je me glisse entre les machines, saluant mes initiés de leur petits surnoms et part à la recherche des deux loustics. Je les retrouve planqué de l’autre côté du ring. Un gamin aux allures de gonzesses, mais les muscles ne trompent pas, c'est un mec. A moins qu'il ne vienne de s'installer, on dirait qu'il se débrouille malgré sa faible stature. Le barbu à ses cotés, lui par contre, je le connais. Un compagnon de beuverie qui a rejoint l'équipe d'enseignants d'UA en même temps que moi.

-Ketsu’, ma biche ! Depuis le temps que j’attends que tu traines tes panards dans mon ranch, Old boy ! Une bière après l’effort, ça te dit ?

Sans même lui laisser le temps de répondre, je l’attrape dans une étreinte virile avant de me tourner vers l’autre.

-Et toi gamin, t’es aussi de l’UA ? T’as besoin de muscle ma mignonne ?


La porte claque comme pour ponctuer ma phrase et un truculent personnage fait son apparition.
Spoiler:
 

-Salut les nazes ! Votre dieu est de retour !

Mes disciples lui donnent la réplique, Manderville est effectivement de retour. Il prend la pose exposants ses muscles abondamment huilé et habillé de sa tenue très moulante, surtout en bas. Malgré ses cinquante ans bien tassés, l’homme qui m’a enseigné la boxe avant de devenir mon associé pète encore la forme. Il roule des mécaniques se pavanant entre les machines avant d’arriver à nos côtés. Pour l’instant il supervise l’entrainement de l’équipe qui va représenter le Gym au prochains championnats athlétiques nationaux. On a d'ailleurs réussi à force d'envoyer de pétition de faire reconnaitre la boxe comme une discipline olympique. Pour l'instant cela se limite au championnat des non-mutés avec interdiction d'utiliser son alter, à l'ancienne.

-Les FAIBLES vomissent dehors et on a paumé Munjy’ dans la montagne. TOI ! La Crevette ! Tu vas me faire plaisir de prendre de la masse. Ça se voit que t’as une bonne base mais même ma grand-mère pâtissière ressemble plus à un HOMME !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Disponible en RP : Damn right I am !
Double-compte : Nooooot yet.

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe: Héroïsme (Sans classe attitrée.)
Alter: Deadeye
Jeu 5 Oct - 17:03
The Teach'
The Kid
The coach
The Cowboy, The Tiger and The Kid
So that's that, huh !

Bravo le tact, Ketsuro. Vu la tronche qu'il a tiré après mon commentaire, et son ton lorsqu'il grommela être un homme, j'avais du soit le vexer soit le blesser. Dans les deux cas, c'était pas forcément le résultat escompté. Tu parles d'un prof ! Ca devait faire une sacrée première impression. Mais je n'ai pas vraiment pu m'excuser, il avait enchaîné tout de suite. Au moins,
si j'avais pas deviné son sexe du premier coup, j'avais eu raison, c'était bien un futur héros de UA. L'embarras précédent fut vite effacé quand il commença à s'excuser pour sa tenue. C'était marrant, pour un jeune, il s'exprimait de façon vachement soutenue.

"Heu, nan, moi ça m'gêne pas, c'pour toi que j'dis ça."

Mais il n'avait pas du m'entendre, ou alors il ne m'écoutait pas, parce qu'il avait continué a parler. Si j'étais prof d'héroïsme ?

"Ouais, j'suis prof d'héroïsme, en effet. Hé mais, qu'est-ce que tu..."

Je rêvais pas ? Non je rêvais pas ! Après s'être débarrassé de sa cape et de ses épaulettes, il était en train de se désaper !

Ni une ni deux, alors qu'il continuait de parler, je l'ai attrapé par les épaules et je l'ai tiré derrière le ring.

"Yes, I'm from america, and as an american would say "WHAT THE FUCK DO YOU THINK YOU'RE DOING?!""

La gêne que j'avais ressenti auparavant quand je m'étais trompé sur son genre était revenue de plus belle quand il a commencé à retirer se chemise. C'était quoi ce bordel.

"Quand je disais de te changer, je parlais d'ALLER AUX VESTIAIRES!"

J'ai lâché un profond soupir, un peu honteux de m'énerver pour si peu. J'allais continuer de parler quand soudain, un grand hurlement résonna à travers le bâtiment. Toute la salle y répondit à l'unisson. C'était impressionnant. Mais cette voix, je la connaissais.

"Attend, attend, Kogoro ? Oh, comment que j'ai fait pour pas faire le lien ! Hey, kid. Prépares toi à rencontrer l'propriétaire de l'endroit. Et referme ta chemise, for the love of God !"

Je me suis retourné pour me diriger vers le bord du ring. C'était bien lui. Takamura Kogoro, l'armoire à glace parmi les armoires à glace. Et un sacré buveur, sa décente rivalisait avec la mienne ! Quelle surprise d'apprendre qu'il était professeur a UA aussi, d'ailleurs ! On ne se connaissait pas depuis très longtemps, mais l'alcool crée des liens plus fort que n'importe quoi d'autre. Dès qu'il m'aperçu, il vint vers moi à bras ouvert et me proposait déjà une bière post-effort.

J'allais répondre, et je me suis rappelé que c'était de Taka qu'on parlait.

Après une étreinte amicale, il harangua le garçon qui, je l'espérais, n'étais plus en train de se déshabiller, en lui demandant s'il était aussi de UA.

Alors que j'allais répondre pour de bon, ce coup-ci, la porte claqua violemment, plus violemment encore que le cri de Taka. Et le claquement de porte fut suivi par l'entrée de l'homme le plus fab que j'ai jamais eu le... Plaisir? de voir. Sa démarche était tout aussi fabuleuse que sa façon de s'habiller et de se huiler les pectoraux. Une chose est sûre, il était en forme ! Lui aussi s'est adressé au petit étudiant, directement. Sa remarque, bien qu'amusante de l'extérieur, ne devait pas franchement lui faire plaisir, mais au moins, l'homme à la coupe afro était d'accord avec moi : Il avait de sacrées bases.

"Taka, ma couille, je t'avais dit que je finirai par passer ! Comment que ça va bien ?"

Mais comme pour l'imiter, j'ai enchaîné sans lui laisser le temps de répondre. Je me suis retourné vers l'étudiant.

"Ouais, il est même venu s'entraîner en tenue de héros, si ça c'est pas la classe ? Enfin, même si ça doit pas être l'éclate pour pousser de la fonte, hein kiddo ? Mais disco-man a raison, faut faire quelque chose pour ton physique. T'es déjà fort, tu le seras encore plus."

Je me suis retourné vers Taka, en lui claquant amicalement la main sur l'épaule

"Tell you what, si jamais tu m'aides à l'faire prendre en masse, ou au moins à l'coacher, la bière d'après l'effort, c'est moi qui la paie. T'en dis quoi?"


Puis, avec un regard plein d'attentes dirigé vers le gosse :

"Et toi, kiddo, t'en dis quoi ? J'suis Ketsuro, by the way. Pas de sensei ou tout ce bordel entre nous, compris?"



_________________

Themes :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 55
Disponible en RP : TOUJOURS

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-C
Alter: Drop The Beat
Sam 7 Oct - 19:21

「 Even if I have a girly shape, I'm not and I'll never be one, so I'll train until this body of mine will make me manlier 」

ft. Ketsuro & Kogoro
Bien que ma première nationalité était japonaise, mes origines anglaises prenaient une très grande part de ma personne. En effet, le style quelque peu occidental ressortait dans ma manière de me comporter ainsi que dans les costumes que je portais. Naturellement, il en valait de même pour la langue que j’avais apprise de mes parents. Comme j’avais pu l’annoncer, j’aimais tout particulièrement l’anglais ainsi que les sonorités qui y ressemblaient. Par ailleurs, hormis lors des cours permettant d’approfondir nos connaissances en ce langage, il m’était rarement possible de l’utiliser. J’avais pour habitude de communiquer de cette manière avec ma famille, et surtout avec ma sœur. Ainsi, en dehors de ces personnes, il était compliqué de pouvoir se faire pleinement comprendre si je parlais anglais. Bref, j’étais assez heureux d’avoir découvert un autre professeur avec qui je pourrais discuter comme je le souhaitais.

Ceci dit, avant même que je n’eus le temps de retirer ma chemise, je fus traîné jusqu’à l’arrière du ring par l’enseignant. Je n’étais pas sûr si c’était la surprise qui le régnait ou le mécontentement, mais le professeur m’avait crié dessus. Qu’étais-je en train de faire… C’était pourtant visible. Je ne comprenais pas pourquoi il me réprimandait alors que tout ce que je faisais n’était autre que de retirer ce qui pourrait me gêner. C’était même lui qui m’avait dit que je n’avais pas une tenue appropriée… La petite précision qu’il apporta ne prenait pas son sens non plus. Pour quelle raison devrais-je prendre le temps d’aller aux vestiaires pour retirer mon haut ? Il serait d’autant plus rapide que de le faire là où je me situais, non ? Et puis, ils n’avaient pas à être gêné puisque j’étais un homme…

Je rougis en repensant à l’événement quelque peu honteux qui s’était produit le matin. Il était vrai que mon corps était légèrement féminin, mais je doutais que ça aurait un effet quelconque de le voir sans vêtement par d’autres personnes du même sexe. Après tout, ils n’étaient sans doute pas aussi étrange et perv… Non, pas que je sois pervers mais j’admets avoir une étrange et très forte attirance envers les damoiselles… Je suis tellement idiot à penser cela, aaaah…

Un hurlement royal me tira totalement de mes songes, portant mon attention vers cet individu qui n’avait fait que se présenter, mais qui dégageait pourtant une atmosphère de meneur et de grandeur. En tout cas, il forçait le respect rien qu’avec la prestance qu’il dégageait. C’était quelque peu compréhensif que les hommes présents dans cette salle lui répondirent instantanément, comme s’il était une personnalité importante. Cela dit… Il me semblait déjà l’avoir vu quelque part. Il serait étonnant que je me trompe vu l’apparence du type. Non pas que je sous-entendais qu’il était particulièrement moche, ni même beau, mais il était difficile de le confondre avec un autre tant sa musculature le départageait. Kogoro… ? Ah ! Takamura Kogoro ! C’était un professeur de U.A. Il n’était donc pas étonnant que les deux se connaissaient.

Je ne m’attendais pas à ce que ce formateur soit le propriétaire d’un tel lieux, mais en toute franchise cela m’importait peu. Je n’espérais pas me défaire d’éventuels charges ni même d’avoir des faveurs de sa part. Seul mon point de vue le concernant commençait à se former, l’ayant déjà aperçu sans avoir l’occasion de lui parler. Ainsi, j’avais pu avoir des informations sur lui rien qu’en observant ce qui se passait, et en sachant quelques nouveautés.

Échappant un doux soupir lorsque l’homme barbu finit de parler, je me raccordais à ses dires pour boutonner à nouveau ma chemise, for the sake of God. Même si Kogoro-sensei semblait avoir des relations bien plus que professionnel avec cet autre monsieur, je n’en prenais pas compte. La véritable notion d’ami m’était inconnu après tout… Ce n’était pas comme si je pouvais en être jaloux, même s’il m’arrivait parfois d’envier ces personnes qui formaient des liens durables et aussi forts que ceux de la famille.

Alors que je m’apprêtais à répondre à la question de Kogoro-sensei, sans prendre en compte sa dernière remarque, je fus coupé par l’énorme bruit qui traduisait un violent claquement de porte. Par réflexe, je fermais l’œil qui se tenait le plus proche de l’entrée pendant que je bouchais mon oreille de la main du même côté. Même si mon ouï était fort remarquable, il l’était un peu trop pour que ce soit uniquement un plus pour moi. En vérité, je le présentais plus comme une part de défaut vu que les ondes sonores m’affectaient bien plus, me créant alors une grosse faiblesse. Ironique quand on sait que mon Alter se base sur une manipulation sonore…

En tout cas, un sieur presque aussi imposant que le musculeux professeur entra en scène. Si sa pose eut l’effet de me tirer un léger rire, aussi féminin que mon apparence, son commentaire me déplut fortement. Ce n’était pas comme si on ne me le répétait pas sans cesse.

« C’est pas comme si je décidais à la place de mon corps… Je fais des efforts depuis longtemps, après tout, je déteste que l’on me prenne pour une damoiselle… »

Vexé, je ne pus empêcher certaines réactions de ressortir, surtout celle qui me faisait légèrement gonfler mes joues alors que je détournais le regard.

Finalement, je n’eus le besoin de répondre à l’enseignant que je connaissais que son ami répondit à ma place. Il était sûr que ce n’était pas la base de l’amusement que de m’entraîner jour et nuit, et matin aussi, mais ces temps-ci je ne pensais qu’à devenir meilleur. Le moi d’avant n’aurait sans aucun doute jamais cru qu’un jour je passerais autant de temps à soulever des poids. J’étais habitué à jouer encore et encore… Voilà une partie de moi qui avait bien disparu.

Mmh ? J’étais déjà fort ? C’était faux, complètement faux. Comment pourrais-je bien être fort avec mes pitoyables performances ? Inutile d’en parler, j’étais bien trop faible pour pouvoir dire que j’étais un minimum fort. Je me devais être bien plus fort, trois fois plus au moins… Non, dix voire vingt fois plus. Actuellement, mon corps est à peine capable de supporter mon alter. Je me devais de le renforcer un maximum vu que je me trouvais encore au plus bas.

« Je ne suis pas fort !!! », criais-je soudainement.

Le regard pointé vers mon poing fermé, le visage orné d’un constant sourire s’effaça lentement pour apporter un autre masque qui démontrait une certaine colère, une haine que j’adressais envers ma propre faiblesse.

« C’est bien loin d’être suffisant ! Comment pourrais-je être satisfait de cette force ? Pourquoi devrais-je être ne serait-ce qu’un minimum heureux de cette puissance ? Avec juste un peu plus que ça, je vais simplement encore perdre, et ce encore et encore ! Je veux pas de ça ! »


La gêne ne vint qu’à la fin. Je m’étais complètement emporté, moi qui montrais d’habitude une attitude calme et posée, ou encore une autre qui ne dénotait aucune animosité, j’avais tout bonnement craqué sous les paroles de l’américain. Le cumul de ce que je ressentais ainsi que ses dires avaient fini par faire ressortir mes pensées que je m’efforçais de garder pour moi. Ou en tout cas, je détestais m’exclamer et crier sur les autres. Voilà pourquoi je désirais me faire petit, passer inaperçu malgré cet instant où ma voix portait à travers toute la salle.

Comprenant qu’il était inutile de tenter de se cacher après coup, un sourire d’embarras se forma sur mon visage. Ne sachant trop comment me comporter, je décidai de faire comme si je n’avais rien dit et que tout était bien normal, sans embrouille.

« Moi, moi ça ne me dérange guère de vous suivre… Haha… »


Je venais de plomber l’ambiance… ? Je n’aimais pas réellement ce silence… Dites quelque chose ! N’importe quoi ! Ne me regardez pas avec ces yeux ! Parlez et faites vos activités, vous pouvez le faire ! Franchement… Vous voulez me tuer comme ça ? C’est moi qui doit parler encore c’est ça ? C’est pas encore à votre tour c’est ça ? Je le saute mon tour, alors agissez…

« Well… I’m underage to drink but… I already used to drink a little haha… Il ne devrait donc pas avoir trop de problème haha… »
Luv'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Disponible en RP : Vi
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 27
Année et Classe:
Alter:
Mar 10 Oct - 19:23

-C’est bien d’être d’avare et de ne pas reposer sur ses lauriers gamins. T’as déjà le bon esprit, c’est déjà ça. Tu veux devenir le meilleur ? alors mets y les formes et adopte une vie pour devenir un héros, deviens un homme Barbara gould ! Ce n’est qu’en devenant un modèle de virilisme de film des années 80 que tu deviendras quelqu’un… par contre. Juste une chose, une toute petite chose… Je ne bois pas avec les moutards encore moins quand ils ont l’âge de ma fille ! Si tu veux rester en un seul morceau et dans ce club de sport, tu vas te contenter de carburer au lait jusqu’à tes 21 ans ! Maintenant tu me retires cet air de con de ton visage et tu te remets au boulot ! ÇA VAUT AUSSI POUR LES AUTRES TROUS DU CUL ! D’ailleurs Ketsu’, ça me va pour la bière mais pas las pisse de chat que t’as l’habitude de boire.


D’un signe de tête je rappelle à Manderville qu’il est l’heure pour l’équipe de monter sur le ring, ils se sont déjà suffisamment reposés. Je fusille du regard les derniers qui étaient encore à bailler aux corneilles et me diriges vers le fond de la salle pour attraper une feuille plastifiée pour donner un programme correct à l’autre morpion. Faire mumuse avec des gros poids, c’est bien, mais ça ne vaut quedal. C’est juste un truc pour impressionner la galerie rien de plus. Ensuite je parie qu’il vient de se niquer le dos et les bras et qu’il devra se concentrer sur le bas du corps le temps que le haut récupère. Des séries de 160 comme ça ? sans échauffement, trois jours comme ça et il finit à l’hosto. Je file la fiche au gamin et lui laisse quelques secondes pour enregistrer les informations.

-La musculation, c’est comme la sculpture, faut y aller progressivement. Tu veux faire le machin en dix minutes et t’attaques ton marbre à la pioche, tu feras de la merde. Alors tu commences au burin même si tu dois passer une semaine juste à virer le superflu. Tu veux qu’il commence par quoi Ketsu’ ? Quoique… dis-moi gamin, t’es en héroïque non ? J’vais pas parler du mauvais goût de tes fripes, mais tu l’utilises comment ton corps ? En fait, tu veux l’entrainer ? En slip les gars ! Manderville ! Tu vas dans le ring d’en bas et ramène moi des gants et des protections pour novice ! En piste les gars, foutez-vous sur le groin dans les limites du raisonnable qu’on sache sur quel muscle travailler spécifiquement. La gonflette, c’est juste bon pour les mecs qui ont pas d’amis. Et tu me décris aussi ton alter tant qu’à faire !


Les deux gars ne sont probablement pas versés dans ce noble sport qu’est la boxe, mais le naturel revient au galop comme on dit. Après le premier round, ils ne finiront pas utiliser leur muscle comme ils ont l’habitude de le faire dans ce type de situations. Je doute que le gamin aille faire dans l’humanitaire, il ne veut pas perdre et ce n’est que face à un humain que l’on perd. Mais même dans le cas où il n’est pas un héros combatif, cela donnera des pistes. Je me dirige vers mon ring et espace les cordes pour laisser les deux compères s’affronter. Avec un peu de chance, le regard des autres fera des émules.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Disponible en RP : Damn right I am !
Double-compte : Nooooot yet.

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe: Héroïsme (Sans classe attitrée.)
Alter: Deadeye
Lun 23 Oct - 3:59
Mot I
Mot II
Mot III
Entering the arena
Now that's gonna be a fun day !

J'm'attendais pas à ce que ça évolue comme ça, mais c'est pas pour me déplaire. Le gosse avait la hargne, et ça c'était beau. Bon, il se sous-estime, évidemment, mais c'est pas plus mal. Se sous-estimer pousse à vouloir toujours faire mieux, et si il parvenait à faire mieux,
ça pourrait devenir un monstre. Son cri avait une certaine puissance, et malgré tout, y'avait une petite once de détermination cachée au fond de sa tirade qui était en train de faire bouillir mon sang de prof. Il a un potentiel, et il faudrait... Non il faut... Non, JE VAIS lui faire réaliser.

Ajoutant à ça le fait que c'est Taka qui s'occupe du lieu, ce qui suffisait déjà à me mettre d'encore meilleure humeur, et qu'en plus il avait l'air okay avec l'idée d'être le coach du gosse avec moi, je ne pouvais m'empêcher d'avoir un sourire satisfait. Un peu moqueur en direction du kid, aussi, quand il a parlé de boire avec nous. La réponse de Takamura m'a achevé et j'ai lâché ce qui commençait comme un ricanement pour finir en un vrai rire

"Oh yeah, milk's good alright. But I ain't payin for it, though. Ah, et je ne bois pas de la pisse, je bois de la bière de table ! Mais okay, t'inquiète. J'ai vu avec le patron du Dorinkkusho, il m'a mit en réserve une dizaine de sa cuvée bleue. Ca t'tente ?"

Replaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille, j'observais mon camarade d'héroïsme. Il avait cet air clair, celui de l'analyste. Il avait remarqué, évidemment. Les tremblements du môme se sont un peu calmés, c'est vrai, mais c'est encore clairement visible. Et puis, franchement, je suis sûr que Taka serait capable de voir la fatigue de l'apprenti héros même sans ces indices.

Il lui tend une fiche. Il s'était déjà décidé sur le programme à lui faire suivre ? Meh, pas étonnant. Je suis un peu déçu, si le gosse commence à suivre le programme, il risque de croire que c'est suivant. Il risque de croire que s'il suit le programme, ça devrait aller, et ne pas tenter de se pousser. Et si il essaie pas de se pousser de lui-même, faudra toujours être derrière lui pour le pousser. C'est pas une bonne mentalité, et l'appréhension mélangée à la frustration se voyaient sur mon visage, un regard en coin dirigé vers Takamura.

M'enfin, après tout, pour commencer, c'est pas plus mal d'avoir un programme, ça évite de faire de la merde.

Comme soulever 160 kg sans échauffement.

Après que le môme aie prit connaissance de ce qui était écrit sur le papier, l'armoire a glace recommença a parler. L'analogie sur la sculpture, hein ? Efficace.

Comme à son habitude, il pose une question mais ne laisse pas le temps de répondre, avant d'enchaîner. J'écoutais en me passant la main dans la barbe. C'est vrai que je n'avais pas réfléchi à ce que j'allais lui faire faire : Je ne sais pas non plus ce qu'il cherche a obtenir. Non parce que "je veux devenir fort mdr" c'est tout sauf précis.

Alors c'est pour ça que, lorsque le proprio nous dit d'aller dans le ring, j'étais aux anges. C'est simpliste, mais c'est droit au but et ça permettrait de juger plus exactement les capacités du gosse. Ca permettrait de juger ses capacités, mais sa permettrait aussi de voir si il en voulait : je n'allais pas le ménager.

Le regard perçant enfoncé comme les serres d'un aigle dans sur le visage efféminé du gosse, une expression joviale d'anticipation, je suis monté dans le ring, passant entre les cordes que Taka tenait si gentiment ouvertes.

Debout, observant la chrysalide de mon mètre 85, j'ai retiré mon T-Shirt et laissé tomber au sol ma veste lestée d'entraînement, qui tomba dans un "BVRAM" retentissant sur le sol. Pour ajouter à l'effet, j'ai craqué mes poings et ma nuque. J'étais encore chaud de mon petit entraînement, et tout aussi transpirant. Le fait d'avoir le buste a l'air libre était étonnamment agréable.

Protection mises -a part celle pour la tête parce que ça me tirait douloureusement sur la barbe-, j'ai attendu que mon nouvel adversaire soit prêt.

"T'en fais pas kiddo. Je t'enverrai pas à l'hosto."


Je plaisantais. Je ne suis pas du genre à sous-estimer mes adversaires, aussi jeune qu'ils soient, aussi fatigués qu'ils soient. Je suis certain que même après les 20 successions à 160 kg, il avait encore la force de faire des dégâts, avec ses p'tits poings de fragile.

Je bandais tous les muscles de mon buste en me mettant en position de combat. Jambe principale tendue, l'autre légèrement fléchie, torse tourné a 70° par rapport à mon adversaire, bras et épaule en avant en forme de triangle, et l'autre collé à mon abdomen.

Je n'avais strictement aucune idée de ce que je faisais, c'était certainement pas optimisé pour le combat, en tout cas pas pour le combat en arène. Je suis plus un habitué du combat de rue, où la seule règle c'est de pas taper dans les couilles parce qu'aucun homme qui se respecte ne s'abaisserait à ça. Mais une chose était certaine : Les muscles contractés, le regard perçant, le sourire en coin, c'était imposant, impressionnant. Si on était dans un manga je suis presque sûr que c'est le moment où une sorte d'aura ou autre truc bullshit du genre émanerait de mon corps. La, par contre, c'est la vraie vie, donc la seule chose qui émane de moi, c'est la sueur qui s'évapore ou coule le long de ma musculature dessinée. C'est pratique, ça fait comme des rigoles.

"Don't be shy. Hit me."

Mais avant qu'il ai pu répondre, j'ai fait un rapide pas dans sa direction, lui donnant un coup de poing un peu grossier, mais tout de même relativement violent, entre les deux pectoraux.

"Or dodge. Cuz I'm not waiting for you. A vilain wouldn't."

Après avoir dit ça, j'ai fait un petit bon en arrière pour reprendre ma position initiale. Mon visage ne montrait qu'une seule et unique émotion : L'anticipation.




_________________

Themes :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 55
Disponible en RP : TOUJOURS

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-C
Alter: Drop The Beat
Mar 24 Oct - 2:26

「 Even if I have a girly shape, I'm not and I'll never be one, so I'll train until this body of mine will make me manlier 」

ft. Ketsuro & Kogoro
Revenir sur le sujet de l’alcool était bien évidemment une plaisanterie pour changer de sujet. Je ne cherchais pas réellement à boire, même si cela ne me dérangeait pas plus que cela. J’étais peut-être un apprenti héros, et même un prétendu chevalier, mais il était sûr que je ne respectais pas totalement les lois de ce pays. Dans le temps, comme je l’avais affirmé, j’avais déjà pu boire quelques bières et j’avais même essayé de l’alcool fort dans le dos de mes parents. M’enfin, tout ça pour dire que je n’étais pas à cheval sir mes règles. Il m’arrivait souvent de les briser sans même que je ne le regrette.

Quoi qu’il en soit, outre les remarques sur mes dernières paroles, je gardais en mémoire les mots de ce professeur. Le fait que je ressemblais bien trop à une damoiselle prouvait que je ne m’étais pas assez entraîné malgré mes quelques et maigres prouesses physiques. Par ailleurs, si soulever ces poids avaient eu un gros retour momentané, je semblais déjà m’être remis. J’avais fait un constat sur ma rapidité à me rétablir. Étant donné que mon alter tirait mes muscles d’un coup sec avant de les laisser un peu reposer pour que ces derniers puissent de nouveau agir directement, il était possible que j’avais développé une certaine faculté pour passer d’un état de fatigue à un autre en forme. Toutefois, ce n’était qu’une théorie basé sur mes observations. La vérité pouvait être tout autre, mais ce n’était qu’un détail insignifiant. Tout ce qu’il fallait savoir, c’était que j’étais de nouveau prêt pour les efforts.

Kogoro-sensei me donna alors une fiche d’exercices que je pourrais suivre pour mon entraînement. Sans doute était-ce bien pensé étant donné qu’il avait pu me voir à l’œuvre, mais je doutais de la sincérité de cet enseignant, si j’osais dire. Jusqu’à l’heure, je n’avais jamais rencontré de formateur allant dans mon sens. Tous me répondaient que j’essayais d’aller trop vite, et j’avais aussi cette impression en analysant cette feuille. Je finis même par en être certain en l’entendant dire. « Progressif ». Si progrès était un beau mot, je détestais l’autre qui en dérivait. Ils n’avaient pas idée à quel point mon cœur était blessé… Je ne pouvais me permettre de progresser lentement, surtout si c’était pour perdre encore et encore sur les prochaines années à venir. Je n’avais pas particulièrement d’ennemis à vaincre, ou de rival à battre constamment, mais j’avais ce sentiment qui me poussait de l’avant. Un sentiment unique et presque étranger, mais si présent et ancré en moi. Dans tous les cas, j’allais sûrement utiliser ce programme comme une base et aviser à faire mieux par la suite. Après tout, c’était comme cela que fonctionnait l’évolution.

« Comment j’utilise mon corps… »


Il était vrai qu’il aurait sans aucun doute besoin de ce savoir pour perfectionner sa fiche si jamais il songeait à la modifier. Et puis, un renseignement pareil aidait toujours pour connaître la direction que l’on souhaitait prendre. Le plus simple serait de tout lui expliquer d’un coup par rapport à mon alter et ses contre-coups, et sur le fait du pourquoi je voulais tant renforcer mon corps.

« Mon alter, bien que cela pourrait paraître étonnant au vu de mon envie si abrupt de forger davantage mon corps, n’est autre que la maîtrise des sons environnants. A ma guise, je peux contrôler leur fréquence, leur puissance d’émission et leur amplitude, et même la pression qu’ils génèrent. Ainsi, j’utilise cet individualité sous deux facettes distinctes. L’une est tous ce que l’on pourrait attendre d’un quelconque bruit travaillé sur une fréquence précise. Avec cela, il est possible d’entrer dans l’esprit des personnes ciblées à travers la voie auditive, et ainsi agir sous différentes façons. Par exemple, lorsque l’on entend un très puissant bruit aigu, on a tendance à être paralysé parce que l’on cherche à empêcher le son de nous traverser. L’esprit ordonne alors aux muscles différentes choses suivant le son qu’il peut entendre, si celui-ci présente une spécialité. »

Ma voix laissait paraître une assurance qui était jusqu’à présent quasiment inexistante. Je laissais mon talent d’orateur prendre le relais, comme si je n’avais jamais été timide ni même ce jeune garçon en quête de pouvoir. Je n’étais qu’un informateur dans toute sa splendeur, même si je ne racontais pas au détail près les principes de mon don, et surtout ses inconvénients.

« Quant au second aspect, je me sers d’une vibration dans l’air provoqué par les sons d’une puissante amplitude et d’une pression anormale pour effectuer des frappes améliorées, capables d’engendrer un surplus de dégâts non négligeable. Toutefois, le principal défaut de tout cela n’est autre que la pression émise sur mon propre corps. Ainsi, mes capacités sont limités par la charge que mon corps peut supporter. J’en ai déduis la chose suivante : afin de progresser de manière propre, il fallait que je renforce mon corps de façon à ce qu’il puisse supporter une charge étonnamment plus grande que celle actuelle. De cela, mon alter découvrira une nouvelle limite et je ne pourrais que l’exploiter davantage, tandis que mes attaques actuelles seront elles aussi renforcées. »

Et voilà, tirade terminée. J’avais enfin expliqué tout ce que je cherchais, et peu à peu, je commençais à redevenir un peu gêné, surtout en sachant que j’allais devoir affronter l’autre professeur barbu dans un ring de boxe. Je n’avais jamais pratiqué de sport de combat par le passé. Bon, avec tout ce que j’avais dit, il avait peut-être une idée plus claire de comment me former, mais il était aussi vrai que me voir bouger et combattre lui donnerait une recette complète. Je n’allais donc pas rétorquer Kogoro-sensei, même si je n’avais effectivement pas d’amis, ni même m’opposer à sa demande.

Le gros bruit que fit l’habit de ce Ketsuro dirigea mon attention vers lui. Une veste d’entraînement hein… Alors, il portait ce poids constamment sur lui alors que je leur parlais… D’une certaine façon, je commençais à avoir hâte de me confronter à cet énergumène. Même au sein des héros, je ne voyais pas souvent ce genre de méthodes d’entraînement, souvent considérées comme mauvaises. Pourtant, personnellement, je l’approuvais au mieux, même si les charges que je portais étaient de plus faibles calibres. Entrant alors à mon tour dans l’arène, je retirai finalement cette chemise pour éviter certains fâcheux événements. M’équipant ensuite des protections, j’étais enfin prêt à affronter mon adversaire.

Malgré mon envie, il était clair que je n’étais pas confiant sur le combat. Cela se répercutait sur mon visage dont l’anxiété rappelait mes traits féminins. A en croire le professeur, il n’allait pas se battre sérieusement, ce qui me déplut fortement intérieurement. Je détestais que l’on me prenne de haut, peu importe qui cela pouvait être. Bien que je ne fis aucune réelle remarque, je m’étirai brièvement avant de me retourner vers l’enseignant. Je ne connaissais pas ses capacités, mais s’il portait des poids en guise de veste, cela ne m’étonnerait même pas que son poing pourrait me percuter assez violemment.

Je devais l’analyser en premier et savoir comment il se battait… C’était comme cela que je fonctionnais. Même si une bataille de force me tentait réellement, j’avais pris l’habitude de réagir en fonction de l’attitude de mon adversaire. Ainsi, je n’étais pratiquement jamais celui qui faisait le premier pas.

Pensant répondre à sa provocation, je n’étais pas complètement sur mes gardes. Sachant que c’était un duel en bonne forme, je m’étais laissé berné par l’aspect formel. Ainsi, je n’avais pas réagi assez vite pour me défendre, me prenant son attaque, me faisant aussi reculer jusque dans les cordes. Bien que ce coup ne m’évoquait pas particulièrement une douleur insupportable, elle avait réveillé d’anciens instincts combatifs, ceux que j’avais oublié mais dont j’étais conscient qu’ils existaient. Ou plutôt qu’instinct, ce coup bien placé avait fini par émoustiller cette partie de moi.

Blocage, off.

Un sourire malicieux se dessinait lentement sur mon visage alors que j’étais toujours dans le côté du ring. J’avais du mal à réfléchir comme je le faisais d’habitude. L’appel du combat était trop fort. D’une certaine façon, mon cœur n’était plus en harmonie avec mon esprit. Je me sentais à la fois excité et… Vivant. Cette sensation, j’avais l’impression qu’une éternité s’était passé depuis la dernière fois que je l’avais ressentie. C’était comme si… Comme si j’étais quelqu’un d’autre.

Maintenant, je m’en rappelle… Je m’en rappelle même clairement. Cela s’était déjà produit à ce moment. Puis à celui-ci… Je me rappelle du pourquoi… Pourquoi donc je me présentais toujours avec ce nom, pourquoi je ressentais une force qui m’obligeait à le faire. Je suis un peu de moi… Et aussi complètement de moi.

Tandis que je m’étais rapidement remis de son attaque si plaisante, je dirigeais à nouveau mon regard vers Ketsuro, sans perdre de ce sourire.

« Don’t worry Teach’. It’s gonna be fun hehe… », dis-je en me léchant rapidement les babines.

Directement après, je pris une bonne impulsion sur le sol pour effectuer un dash rapide sur ma cible. Dans un premier temps, je n’allais pas lui démontrer la totalité de ma force, mais plutôt le ruer de coups et faire preuve d’une vitesse dont j’étais fier, à contrario de ma puissance générale. Si mon enchaînement pouvait être facilement encaissé avec une bonne garde, ce n’était qu’une ruse pour préparer ma véritable attaque. Malheureusement, je ne pouvais pas le faire entièrement dans la boxe, mais ce n’était pas un si gros problème. J’allais uniquement maquiller le tout avec une bonne feinte d’un direct gauche sur le visage pour lui renvoyer au final un coup identique entre les pectoraux. Par la suite, je vins à sautiller trois fois en arrière histoire de reculer, comme il avait pu le faire. On pouvait croire que je me jouais de lui, et c’était tout à fait le cas, mais je souhaitais surtout lui dire d’éviter de me prendre pour un enfant lorsque l’on combat à travers nos poings.

« I can’t wait to fight ya for real. »
Luv'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Disponible en RP : Damn right I am !
Double-compte : Nooooot yet.

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe: Héroïsme (Sans classe attitrée.)
Alter: Deadeye
Mer 15 Nov - 15:57
Mot I
Mot II
Mot III
Bitchslap de l'infini
Alright now.

Le kid semblait effrayé comme pas deux. Enfin, non. Pas effrayé, anxieux, plutôt. Très anxieux. Quand il est monté sur le ring, en tout cas, il avait pas l'air bien du tout.

C'est pour ça que j'ai pu en profiter pour lui mettre le sucker punch. Ca avait fait son effet,
c'est certain, mais pas l'effet auquel je m'attendais. Non, comme s'il était passé en mode serious business, il me regardait à présent avec un regard presque... Prédateur ? Si on peut considérer un chiot comme un prédateur. En fait, la seule chose prédatrice qu'il aie fait,
c'était se lécher les babines. Niveau intimidation, ça repassera. Ses traits féminins rendaient l'acte presque malaisant.

J'avais appris par lui la raison qui le poussait à vouloir s'entraîner. Le fait que ça soit son alter qui le pousse à vouloir être plus fort, c'est une bonne raison. C'est une bonne raison, et ça a du sens. A bit disapointing, too, parce que j'espérais que ça soit vraiment par choix unique qu'il décide de se renforcer. Pour le simple but d'être meilleur. Mais j'imagine que c'est pas si loin que ça, tout compte fait. C'était sensé, et c'était plutôt bien réfléchi, je pense.

La par contre, niveau combat, c'était passé à la trappe. Le coup de poing que je lui ai mis,
il devait se douter que je n'y étais pas aller à pleine puissance, mais ça avait quand même suffit à le faire valser en arrière. Est-ce qu'il avait déjà combattu au moins ? Je veux dire,
pour de vrai, physiquement, sans alter ? Non parce ce que si la pichenette que je venais de lui mettre avait suffit à le faire reculer comme ça...

Mais quelque chose me disait que ça ne se passerait plus comme ça. Il suffisait de voir son sourire narquois, et sa presque-provocation pour comprendre qu'il passait aux choses sérieuse.

Et quand je disais choses sérieuse, je ne m'attendais pas à ça !

Il a foncé sur moi, attaquant avec une vitesse étonnamment grande ! J'avais du mal à suivre,
j'avais peur de subir quelque dégâts quand même, vu la force qu'il avait démontré sur le banc de muscu...


Mais je me suis vite rendu compte que ses attaques étaient flamboyantes mais pas grand chose d'autre. Il allait vite, ouais, c'était bien, mais... Je n'avais même pas besoin de me mettre en garde. Ses poings ne me donnaient aucune sensation de douleur, plus une gêne qu'autre chose.

Jusqu'à sa dernière attaque. Une feinte bien placée à laquelle je ne m'attendais pas vraiment.
Vu le basique de ses "coups" précédents, qui pourrait me juger de le prendre pour un débutant ? J'avais prévu de lui attraper le poing, qui filait vers mon visage, mais je n'ai donc attrapé que le vide, laissant un petit

"...Huh."

Échapper mes lèvres. Le véritable coup vint moins de quelques secondes après droit dans le plexus. Largement plus lourd que ses autres petites piqûres de moustique, j'ai regretté le fait d'avoir baissé ma garde. Pectoraux décontractés à ce moment là, j'ai quand même grincé des dents. Puis, victorieux et presque moqueur dans ses déplacement, le kid sautilla en arrière pour se reculer.

« I can’t wait to fight ya for real. »


Il venait de terminer sa phrase que j'étais déjà à porté de bras de lui. Plutôt que de simplement rester sur mes positions et attendre mon tour comme dans un jeu vidéo, j'ai couru dans sa direction alors qu'il sautait en arrière avec son air joueur.

J'avais décidé que s'il voulait faire le malin, j'allais le calmer tout de suite.

"Yeah. You should start doin' that."

Armant mon bras gauche de façon ostentatoire, en déployant mon buste de toute sa hauteur, j'ai agi comme si j'allais lui asséner le plus violent coup de poing qu'il aurait jamais reçu.

Mon bras gauche était tiré vers l'arrière, poing serré, bras complètement contracté, tandis que mon bras droit, lui, comme s'il servait de contrepoids, était vers l'avant. J'avais une position presque similaire à un lanceur de javelot, à la différence près que je visais plus bas, vers ma cible.

Et à la place d'abattre mon poing gauche, j'ai déplacé mon centre de gravité brusquement vers l'avant, armé mon bras, et dans un mouvement semi-circulaire, je lui ai retourné une violente gifle du revers de la main. Mais pas la gifle de gonzesse qui fait du bruit mais qui fait pas mal. Non. Une gifle de daron. Celle qui te décolle de sol. Si jamais il n'arrivait pas a esquiver un coup aussi prévisible, il n'avait vraiment aucune capacité combative.

"Ca, c'est un feinte !"

Ou un bitchslap de l'infini. Au choix.



Reproduction schématique du tour:
 

_________________

Themes :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» images d'heroic fantasy
» Campagne D&D4 dans univers d'heroic-fantasy perso
» Bite me, it's a naughty desire ▬ Melody
» HEROIC FANTASY
» ANTONIO DIT TONIO EX UFO ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits-
Sauter vers:


bouton partenariat FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310