Urban Jungle (PV Ewilan and Aaron)

 :: Musutafu :: Rue Commerçante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 19

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter:
Mer 4 Oct - 0:21
On lui avait souvent décrit la ville comme la "jungle urbaine". Un lieu immense et froid, bourré de monde, où héros et vilains errent en attendant de frapper un grand coup. Pour les enfants de l'orphelinat, habitués au calme et la sérénité de l'endroit, l'idée d'un endroit si gigantesque et froid ne pouvait être que terrifiant, particulièrement parce qu'une mauvaise rencontre avec un costumé au coeur sombre pouvait condamner une vie bien partie en un instant.

C'était pour cela que Katzuwa observait la ville qui s'étendait depuis les fenêtres du train avec confusion. Dressé dans sa chemise hawaïenne jaune tapante aux motifs d'ananas, de lunettes de soleil et de pantalons blancs, il contrastait sévèrement avec l'aspect plus gris et professionnel des autres passagers du train, qui s'étaient désormais habitués à sa présence, le jugeant seulement comme un excentrique.

Le but de Katzuwa avait été de prendre le train pour une petite ville sous les cocotiers. Un endroit agréable pour se détendre sur la plage et faire des escroqueries sur quelques vieillards riches, un mince terrain d'entraînement avant d'affronter le danger réel qu'était la cité de Musutafu et ses innombrables héros et vilains. Il avait même choisi de s'adapter aux couleurs locales !

Le jeune homme ne comprenait vraiment pas comment il s'était retrouvé dans ce train. Peut-être qu'il aurait dû écouter la personne sur le quai qui lui hurlait que ce n'était pas son train ? Peut-être aurait t-il dû écouter les annonces ou regarder les tableaux plus sérieusement ? Bah ! Il ne pouvait pas faire d'erreurs. Il était monté sur ce train par... par un signe du destin.

Oui. Il était trop bon pour les simples villes de la côte. Ses talents, même naturels, l'élevaient déjà au sommet des criminels. Pourquoi gâcher son temps dans de piètres activités quand il pouvait monter un gang capable d'asservir la ville ? Ce n'était pas une erreur, c'était un signe de sa dominance.

Satisfait, le jeune homme attendit l'arrivée du train et sortit en premier, respirant le bon air frais de la ville. Il lui fallut cinq essais pour trouver la bonne position. Trois parce qu'il était bousculé par un businessman en retard, deux parce qu'il réalisait qu'il respirait du carburant de voiture. Il lui fallut un sixième essai quand il rentra promptement dans le train de nouveau pour récupérer sa valise, sortant à peine.

C'était prévu qu'il manque d'oublier la valise. C'était... un test de ses techniques.

Le mur urbain se dressait devant lui, des tonnes de bâtiment se profilant à l'horizon, fourmillant de monde divers. Des centaines de personnes se promenaient plus bas, achetant ou dévorant des choses encore jamais vues par les yeux spéciaux du criminel. C'était.... exactement comme dans ses livres ou dans la télé. Et il souriait, parce qu'il savait exactement quel rôle il occuperait si c'était un livre ou une série tv.

Descendant promptement de la gare, Katzuwa observa ses environs et l'argent qui lui restait. Il y'avait assez de liasses pour qu'il aille dans un hôtel, mais d'après les dires de son cher parent adoptif, il allait devoir très rapidement se trouver un travail s'il ne voulait pas finir dans les rues ou être forcé de rentrer chez lui dans l'orphelinat. Le jeune homme avait été super poli pour le coup, et s'était fait une bonne liste qui contenait toutes les informations à acquérir.

La liste... où était t-elle d'ailleurs ? Vérifiant brièvement dans sa poche, les troubles de Katzuwa furent résolus quand il se rappela qu'il avait transformé la liste en un avion de papier avant de la lancer au travers d'une fenêtre dans un moment d'ennui.

Flûte.. bah c'est pas comme s'il en avait besoin. Le génie de Katzuwa lui permettrait d'obtenir un travail avant qu'il n'ait besoin de demander de l'argent aux personnes qui passaient dans la rue. C'était tout prévu, d'ailleurs, il se souvenait parfaitement de ce qu'il y'avait dans la liste !

Tendant la jambe en avant, Katzuwa se lança avec un grand sourire, les yeux louchant dans deux directions différentes. Il était sûr et certain que rien de catastrophique ne saurait lui arriver avant la fin de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Disponible en RP : Disponible
Double-compte : Aucun

Fiche de Pouvoir
Grade: 27
Année et Classe: ///
Alter: Elements Network
Mer 4 Oct - 15:05
Urban Jungle
Ewilan Springfield & Katzuwa Brio & Aaron Arkving
La vie est une pute. C'est ce à quoi Ewilan pensait, alors qu'elle se baladait dans les rues marchandes Musutafu, capuche sur le visage. En fait, à cette heure-ci elle était généralement en train de faire du parkour ou traîner dans un skate-parc, mais malheureusement il y avait un petit problème... Son skate venait de rendre l'âme, après un tricks un peu trop sec. Putain. En plus, elle s'était ramassé la gueule et avait quelques écorchures au genou droit. Génial.

- Au pire je laisserais Shigaraki payer la note...

Ou pas. Elle se disait ça pour plaisanter à moitié et dédramatiser un peu la situation. Évidemment, qu'elle ne le ferait pas, c'était un coup à se faire instantanément tuer dès son retour à la cantina. Ouais, très mauvais plan. Tant pis, elle allait devoir payer de sa poche. Non pas que c'était un problème mais bon, les dépenses non prévues, ça la faisait un peu chier quoi. Toujours est-il qu'il faisait assez beau aujourd'hui et que les rues étaient très animées. On pouvait même y voir des bandes de jeunes, car il n'y avait pas cours aujourd'hui. Tant de jeunes âmes à corrompre... mais en premier le skate !

- Tiens, c'est pas Aaron ?

Quelqu'un venait en effet d'attirer son attention. Un jeune homme, un poil plus vieux qu'elle avec des cheveux noirs. Ouais, c'était bien lui, un autre gars de l'alliance des Vilains, pas bavard pour un sou. En vrai, les deux ne s'étaient jamais vraiment posés pour discuter un coup. Faut dire que le gars n'était pas des plus sociables, c'était tout juste s'il lui disait bonjour le matin. Une occasion de sympathiser ?

- Aaron, my boy ! Comment ça va, mon p'tit glaçon ?

Ewilan venait de s'exprimer avec joie, tout en faisant une tape amicale sur l'épaule gauche du criminel. Ho, elle se doutait très bien qu'il l'enverrait chier, mais c'était amusant, de l'emmerder un peu comme ça. Et puis, si ça se trouve, il était juste très timide ? Avec un peu de chance, elle arriverait à le décoincer... ou pas. Ouais non, Ewilan n'y croyait pas vraiment elle-même. Mais bon, au moins, ça lui faisait une occupation.

- [bTu fais quoi ici, j'peux t'accompagner ? Merci, je savais que tu dirais oui ![/b]

Elle ne laissait pas vraiment le choix à son interlocuteur... il faut dire que les autres Vilains de la Ligue, c'étaient ceux qu'elle considérait comme ses seuls amis, la cantina étant le seul endroit où elle était vraiment bien. Là-bas, il n'y avait pas à se cacher, elle pouvait agir comme elle l'entendait, en plus, les filles là-bas étaient graves mignonnes, donc c'était tout bénef. Et puis, c'était le meilleur moyen de briser All Might.

Tiens ? Sa poche faisait un looping ? Étrange... ce n'était pas les vibrations de son téléphone portable, dans ce cas... D'un seul geste vif, utilisant la vitesse de réaction que son Alter lui procurait, Ewilan attrapa de manière sèche le poignet de la personne en question. Un jeune, de son âge à peu près, aux cheveux en bataille, qui s'amusait à faire le pick-pocket. Bah voyons, il était mal tombé.

- Houlà... où es-tu en train de mettre tes mains, jeune homme... mon derrière est plus bas, tu sais.

Elle parlait d'une voix lascive. Se moquait-elle de lui ? Très certainement. Néanmoins, sa poigne était assez solide. Pour ne pas le laisser partir. Heureusement, avec tous les gens autour d'eux, ils pouvaient ne pas attirer l'attention. Tant mieux.

- Alors, pourquoi un garçon dans ton genre essaye de voler le grand méchant loup comme ça ? Tu as perdu tes parents ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 51

Fiche de Pouvoir
Grade: 30
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Mer 4 Oct - 20:15

Ewilan Springfield

Katzuwa Brio


Aaron Arkving








Urban Jungle




"Bonjour Monsieur Arkving.

Vous recevez ce mail suite à une récente commande de votre part dans notre magasin. Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre commande est disponible dans son entièreté. N'hésitez pas à venir la récupérer le plus tôt possible dans notre magasin.

L'équipe du magasin animalier."


Enfin, une bonne nouvelle, Aaron laissa retomber mollement son bras gauche qui tenait son cellulaire. Il rebondit une fois sur son matelas, faisant relever la tête d'un des chiens qui avait son museau juste à côté du rebond. Il regarda la pièce de droite à gauche, avant de se faire rassurer par la main de son propriétaire qui lui grattouilla la tête et les oreilles. Il poussa un soupir, conscient qu'il fallait qu'il se lève, malgré sa non-envie. Pourtant, c'est ce qu'il fit, à contrecœur, suivit par sa meute de chiens.
Avant de quitter son logement, il vérifia que tout était bien fermé, que chaque créature avaient assez mangées ou, possédaient une réserve de nourriture, le temps de son absence. Toutefois, quand il allait se promener ainsi, il ne laissait pas ses chiens chez lui. Premièrement, car ça les faisaient sortir autre part que dans son jardin, et puis ça ne faisait pas de mal à Aaron non plus. Bien que se balader avec quatre grands chiens pouvait toujours impressionner et être compliqué à gérer.

Ayant sa voiture dans le garage, il sortit une petite camionnette noire, histoire de pouvoir transporter toute sa troupe ; et surtout pouvoir réceptionner sa commande à l'animalerie. C'était la première fois qu'il retournait à l'animalerie depuis le décès d'un de ses chiens justement, il en avait encore de la peine. C'est une peine qu'il allait devoir tasser au fond de lui, mais il ne pourrait jamais l'oublier. Les quatre canidés restèrent sages durant toute la durée du voyage, passant par fois leurs truffes par la fenêtre, langues pendantes.
Arkving se gara non loin de la rue commerçante, celle qui menait au centre-ville. Elle était à la fois remplie de petite boutique en tout genre. Il la traversa calmement, ses quatre chiens l'entourant comme des gardes du corps, mais ils ressemblaient plutôt à de grosses peluches de loin, qui donnerait presque l'envie de les câliner. Chose à ne pas faire évidemment.

Aaron les avait bien dressés, mais ils restaient confiants qu'envers leur propriétaire. Ce dernier avait d'ailleurs les laisses dans l'une de ses poches, au cas où un policier lui demanderait de ses tenir ses molosses "au cas où" dirait-il. Et puis pour l'intérieur du magasin aussi, qu'il apercevait aux alentours du centre commercial bondé. C'était un grand magasin, sûrement le plus grand de la rue commerçante dans le domaine animalier, répartit sur plusieurs étages.
Alors qu'il allait s'engouffrer dans la zone, il venait tout juste de mettre une laisse à chaque duo de chiens. Ces laisses pouvaient se séparer en quatre, mais pouvaient aussi se réunir pour en former trois, deux, ou une entière. Les chiens attachés deux par deux, il marchait pour s'approcher de la boutique quand une voix l'arrêta, non loin de lui.

« Aaron, my boy ! Comment ça va, mon p'tit glaçon ? »


Le dénommé Aaron se figea justement à l'entente de son prénom, mais plus particulière à l'horripilant surnom qu'on venait de lui attribuer. Encore glaçon... C'était vrai. Petit aussi, mais ça il l'assumait un peu moins. Il en reconnaissait pas la voix, ce n'était pas celle de Rose, ou de Toga, aucune de ces deux-là n'auraient osées lui parler ainsi de toute façon. N'importe qui tenant à la vie n'oserait parler ainsi à Aaron. Il se retourna de moitié, tel un mort-vivant prêt à commettre un meurtre sur la première personne entrant dans son champ de vision. Et cette personne, c'était une femme aux cheveux verts, aux alentours de la vingtaine sûrement.
Cette femme voulait mourir ? Qui était-elle ? Il n'avait aucun souvenir de cette couleur de cheveux extravertie. Cela devait être encore une de ses vilaines lambdas qui traînaient aux alentours de la Cantina dans le seul but de ramasser de l'argent. Qu'est-ce qu'on lui voulait encore ? Ne pouvait-il donc pas faire ses courses tranquilles ? Être un simple citoyen ? Apparemment non.

Extérieurement, Aaron avait la même tronche que d'habitude, inexpressive. Mais à l'intérieur, une envie folle le démangeait de faire ravaler l'envie à cette femme de le rappeler par un surnom, n'importe lequel. Il ne la connaissait pas, et le trafiquant ne trouvait pas ça poli à proprement parlé d'aborder une personne que l'on pense connaître, tandis que l'autre ne vous connaît pas.
La simple petite tape sur l'épaule lui donnait envie de l'étrangler, elle avait osé ne serait-ce que l'effleurer, bon toucher, pour ce cas précis. Le jeune homme n'était pas quelqu'un de tactile, lui-même détestant qu'on le touche ainsi sans raison précise. D'extérieur, sa mine de marbre n'avait en rien changé, mais son envie de meurtre sur cette femme avait doublé de volume.

« Tu fais quoi ici, j'peux t'accompagner ? Merci, je savais que tu dirais oui ! »


Doublé ? Que dis-je ! Triplé maintenant. Son envie grandissait à une vitesse folle. Qu'avait-il envie de lui faire ? Lui briser les os de cette main qui l'avait touché ? Lui retourner le bras pour briser ses articulations par la suite ? Déboîter ses rotules pour finir par les détruire ? Lui injecter un quelconque venin ? Son Alter était d'ailleurs apparu autour de son cou, enroulé autour de ce dernier, ayant pris la forme d'un mamba noir.
Le serpent sifflait de manière menaçante et ouvrit la gueule en montrant ses crochets à la jeune femme aux cheveux verts. Si elle n'avait pas bien compris, en plus du regard froid et du serpent, Aaron en rajouta avec une voix sortit d'outre-tombe.

« Premièrement. Tu ne me touches pas, je ne te connais pas. Deuxièmement... »


Il l'attrapa par le cou et la rapprocha volontairement de lui, empêchant leurs deux fronts de se cogner sans douceur. L'ex-policier savait maîtriser sa force, qu'on ne lui soupçonnerait pas vu de loin. Il vint ensuite lui murmurer à l'oreille d'une voix sanglante, n'ayant aucune once de sympathie pour elle à l'instant.

« La prochaine fois que tu m'appelles ainsi, je te tue. Est-ce clair ? »


Il la relâcha, ayant exercé une pression assez conséquente avec sa main depuis qu'il l'avait attrapé à la gorge. Au moins, il avait montré directement à cette femme qu'il ne fallait pas le prendre pour quelqu'un d'amicale. Bras croisés, le mamba noir était toujours autour du cou de son propriétaire et menaçait à chaque instant de se jeter sur cette fille dont il ignorait le nom. Son individualité qui faisait ressortir pleinement son désir de meurtre, qu'il dut calmer pour ne pas attirer l'attention sur eux. Le serpent retourna se cacher sous le col de la chemise du maître animalier, à contrecœur de ne pas avoir pu se défouler.
Oui, Arkving était déçu de ne pas avoir pu plus lui faire payer que cela ses paroles. Mais il était rancunier quelques fois, il n'oublierait pas de lui rendre la monnaie de sa pièce une fois à l'écart de cette zone où la population pullulait.

Ses chiens étaient restés calmes malgré cette rencontre à forte tension, cela grâce à un ordre simple que le dresseur avait soufflé. Il ne souhaitait pas qu'ils se mettent à aboyer ou grogner, bien que l'un d'entre eux semblait particulièrement réceptif aux ressentis de son maître. La main d'Aaron se baladait d'ailleurs dans la fourrure de cette bête à l'apparence d'un loup. Pourtant, il n'avait du loup que l'apparence, c'était bien un chien, un gros chien disons.
Les trois autres se révélaient être un husky sibérien, lui aussi massif en fourrure et en prestance, tout comme le berger allemand et l'inuit à côté. Des peluches d'apparences, mais qui peuvent s'avérer redoutables si on s'attaque à leur maître. L'attention d'Aaron fut d'ailleurs de nouveau reportée sur cette femme horripilante qui venait d'attraper la main baladeuse d'un gamin, un pickpocket en herbe vu sa mine pas encore très débrouillarde.

« Houlà... où es-tu en train de mettre tes mains, jeune homme... mon derrière est plus bas, tu sais. Alors, pourquoi un garçon dans ton genre essaye de voler le grand méchant loup comme ça ? Tu as perdu tes parents ? »


Pauvre gamin, il n'avait pas vraiment de chance à tomber sur des vilains. Pourtant, il avait eu la chance de ne pas avoir cherché à fouiller les poches d'Aaron, sinon il se serait fait attraper les mains par quatre mâchoires aux crocs acérés. Les chiens n'avaient pas bougé, malgré ce petit incident, car il ne concernait pas leur propriétaire. Le trafiquant détailla d'un coup d'œil ce garçon à l'allure de vacancier. Était-il conscient qu'être discret dans cette tenue était impossible ? Ou alors ne tentait-il ce genre de chose que pour s'amuser ?
Et puis surtout, pourquoi Aaron réfléchissait à cela ? Il n'en avait rien à faire. Ce qu'il voulait à la base, lui, c'était juste récupérer sa commande, et qu'on le laisse en paix. Il ne pouvait pas sortir de chez lui sans se faire accaparer. Que ce soit par des vilains, ou par des gamins. Décidément, il détestait bien de plus en plus la ville et ses congénères.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter:
Jeu 5 Oct - 0:16
Quand l'on est pickpocket, l'essentiel est de trouver une bonne cible. Quelqu'un de pas trop musclé ou de vieux, qui serait bien incapable de le démolir physiquement. Même un idiot comme Katz savait faire mieux que d'ennuyer quelqu'un de plus grand et fort que lui, particulièrement parce que sa faiblesse primaire était le contact physique en soi.

Il avait fait quelques essais sur d'autres enfants ou même des adultes dans l'orphelinat, se glissant derrière eux tel un ninja avant de prendre trois minutes pour ouvrir leur poche et s'emparer d'un maigre bonbon avant de disparaître dans les ténèbres. Parce qu'il avait eu quelques expériences sur des cibles faciles, il était clair qu'il était désormais un expert national en terme de pick-pocketing, capable de tromper des héros ou des vilains avec ses stratégies perverses.

Son regard se pose d'ailleurs sur un vieillard chétif près d'un banc, occupé à faire ses dents sur un maigre sandwich. Discret, Katzuwa leva la jambe en avant, renversant un sac posé sur un autre banc, et s'approcha avec une efficacité diabolique, un sourire idiot affiché sur son visage, les poches du vieil homme se reflétant sur ses lunettes noires. Il ralentit légèrement le pas quand un gros balourd déguisé en motard se ramena près du papy, posant sa grosse patte sur l'épaule de la future victime.

T'as besoin de quelque chose, papa ?

Katzuwa prit la direction opposée de suite, effectuant un jogging silencieux. Il ne fuyait pas devant le motard parce qu'il avait peur de se faire démolir, notez. Il ne voulait juste pas humilier l'individu devant son père chétif, voilà. Ce n'était pas de la lâcheté, juste un geste magnanime de la part d'un mec qui ne pouvait pas faire d'erreurs. Sa prochaine victime ne recevra guère autant d'indulgence, foi de Brio !

Il lui fallut plus de temps avant de trouver une autre cible, mais il finit par remarquer une civile supplémentaire, désireux d'offrir son argent bien-acquis au malfaiteur en herbe. Quoi que,
était t-elle vraiment une civile avec ses étranges cheveux verts ? Peut-être que c'était simplement ce truc que les femmes se mettent, des "dyes" ? Il n'était pas un raciste des cheveux, remarque. Elle aurait fait l'affaire même avec des cheveux multi-colores.


Le jeune homme utilisa ses pouvoirs discrètement, ses pupilles se séparant brièvement pour repérer tout porte-feuille avant de s'avancer, lui permettant de savoir où chercher. Personne ne remarqua rien, vu qu'il avait ses lunettes de soleil cool. C'était dur pour eux de voir ses yeux, mais sa vision n'était nullement affectée par elles. Cette combine ingénieuse était un autre signe de sa domination mentale comparée aux villains !

Il remarqua brièvement l'étrange individu entouré de chiens, occupé à faire un câlin à la civile,
mais ne s'y attarda pas. Il devait avoir ses poches remplies de boites de nourriture pour chien et son visage ne figurait de toute façon rien de bon. Il eut la courtoise de distraire la femme suffisamment longtemps pour permettre au jeune criminel de combler la distance, désactivant son alter pour se préparer au pick-pocketing.


Mais il ne rencontra pas le cuir d'un portefeuille salement acquis ou le tissu du pantalon. Ce qu'il rencontra, c'était de l'air et une pression soudaine sur son poignet. La femme s'était retournée et venait de lui attraper le bras. Heureusement pour lui, la femme semblait être tombée sous son charme, lui demandant de façon séductrice s'il s'était trompé d'endroit.

Curieux, Katz leva son autre bras sous son nez. Il n'avait pas eu un alter de séduction depuis tout ce temps, non ? C'était son doute son charisme immense et naturel, propice à faire tomber les femmes sous son charme. Il comprenait bien qu'elle soit instantanément en train de le séduire, quoi qu'il devait repousser ses avances. Il préférait les femmes plus vieilles et elle était beaucoup trop à son âge.

Katzuwa fixa la femme aux travers de ses lunettes. Son sourire derp avait disparu, laissant place à une poker face étrange.

Erm, je n'ai pas tenté de pick-pocketer le loup, non.

Il observa son poignet. Femme stupide, les loups n'ont pas de porte-feuilles ! Et il aurait essayé de voler le loup si c'était le cas ! Il ne fut toutefois pas assez stupide pour pointer du doigt. Quand aux parents, c'était plutôt l'inverse, mais les vilains admettent les histoires tristes aux héros, pas aux civils aux cheveux étranges qui essayent de le séduire.

C'est mon alter, j'ai une main vivante. Oui. Je ne la contrôle qu'en lui faisant manger des porte-feuilles.

C'était pas censé arriver, bordel ! Où était sa liste de justificatifs ? Il s'en était servi comme papier pour manger du sandwich dans le train, merde !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Disponible en RP : Disponible
Double-compte : Aucun

Fiche de Pouvoir
Grade: 27
Année et Classe: ///
Alter: Elements Network
Jeu 5 Oct - 14:44
Urban Jungle
Ewilan Springfield & Katzuwa Brio & Aaron Arkving
Ah. Ewilan était un peu déçue pour le coup. Son charmant camarade ne la reconnaissait pas. Ca montrait bien le peu d'intérêt qu'il avait envers les autres membres de la Ligue. Certes, ils ne s'étaient jamais vraiment parlés, mais tout de même. Il était vraiment pas cool sur le coup. Et il espérait quoi là ? L'intimider. Durant le travail de son père, elle avait vu des types biens plus menaçants... mais moins dangereux, certes.

- Ouuuuuh, j'ai peur.

Absolument pas. Elle se moquait clairement de lui, pour le coup. Mais bon, pour l'heure il fallait s'occuper du jeune homme qui avait fait l'erreur de vouloir la détrousser... qui ne semblait pas bien dégourdi pour ne pas avoir compris la référence. Ok, il n'était pas malin, celui-là. Décidément, c'était vraiment une journée de merde. Bon, reste calme petite Ewilan. Le tuer ici n'apporterait que des ennuis.

- Un Alter de main vivante, mais oui, c'est ça. Et moi j'suis la princesse de Monaco.

En espérant qu'il ne le prenne pas au pied de la lettre. Bon, il n'était sans doute pas idiot à ce point, n'est-ce pas ? Espérons-le Dans tous les cas, Ewilan était prise entre deux feux pour l'instant. Mais elle se décida d'abord de mettre les choses aux clairs avec Aaron. Histoire qu'il soit au moins au courant qu'elle était aussi dans la Ligue... même s'il devait s'en foutre aussi un petit peu.

- T'es pas sympa Aaron. On fréquente le même bar et on a les mêmes amis aussi, comme la petite blonde et le black qui gère les boissons.

La petite blonde faisait évidemment référence à Toga. Quant au « black » qui gérait le bar, c'était évidemment Black Mist. Avec ça, il devrait pouvoir comprendre, à moins que la jeune femme ne l'ai surestimé. Ce qui était possible. Mais bon, au pire ils se verraient ce soir à la cantina.

- Quant à toi mon voleur du dimanche, ta technique de vol est vraiment mauvaise. Même une grand-mère sourde et aveugle avec la tremblote arriverait à te cramer.

Et voilà qu'elle faisait la leçon. En même temps, sa technique manquait clairement de finesse pour réussir à faire quelque chose. Que faire ? Une petite vengeance ? Pourquoi pas ! Tenant toujours fermement le poignet du garçon, elle prit alors un grand sourire avant de parler, d'un ton calme et agréable.

- Pour te faire pardonner et éviter que je ne te casse le bras, t'empêchant ainsi d'astiquer ce qui te sert de poireau, tu vas nous accompagner et régler nos dépenses à notre place, c'est d'accord ?

C'était pas très sympa ça. Le pick-pocket qui allait devoir payer à la place de ses victimes. Enfin, il l'avait bien cherché. Dans tous les cas, Ewilan ne plaisantait pas. Casser un bras, ce n'était pas grand-chose quand on commet des meurtres. Et puis, elle aurait largement le temps de se tirer avant que quelqu'un n'intervienne...

- C'est un bon deal, non ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 51

Fiche de Pouvoir
Grade: 30
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Lun 9 Oct - 0:51

Ewilan Springfield

Katzuwa Brio


Aaron Arkving








Urban Jungle




Cette femme gamine ne l'amusait définitivement pas. Elle jouait à un petit jeu stupide avec le gamin qui avait tenté de la détrousser, à savoir lequel des deux étaient le moins malin. Bien que la femme aux cheveux verts ait mentionnée le fait qu'elle soit bien membre de la Ligue, avec sa mauvaise description de son ami Kurogiri, cela n'allait pas changer son comportement.

Au contraire, si elle souhaitait quelque chose, acquérir une arme en tout genre, il lui ferait payer un petit supplément, rien de bien méchant non. Cela ne serait certainement pas lui demander de payer plus cher, car Arkving n'était pas prêt d'avoir de problèmes d'argent. L'ex-policier avait déjà quelques idées en tête qui mijotaient dans un coin de son cerveau.

« Quant à toi mon voleur du dimanche, ta technique de vol est vraiment mauvaise. Même une grand-mère sourde et aveugle avec la tremblote arriverait à te cramer. Pour te faire pardonner et éviter que je ne te casse le bras, t'empêchant ainsi d'astiquer ce qui te sert de poireau, tu vas nous accompagner et régler nos dépenses à notre place, c'est d'accord ? C'est un bon deal, non ? »


Aaron passa une de ses mains sur ses tempes, les décisions de cette femme l’insupportaient. De quel droit pensait-elle pouvoir décider pour lui, à sa place ? Le gamin qu'elle tenait semblait d'ailleurs un peu dépiter de s'être fait prendre et cherchait visiblement à échapper à cette femme tout autant que lui. D'une poigne plus forte que la sienne, le trafiquant libéra le poignet du garçon plus jeune que lui, lui permettant de se redresser convenablement.

Par la suite, sous un élan de générosité soudaine, ou plutôt parce qu'il voulait que ce gamin reparte et les laisse tranquille, il sortit son portefeuille. Ne se promenant pas avec toute sa fortune non plus, il en sortie 5 billets de 5.000¥ (~38,67€/unité) et lui tendit. Il lui restait évidemment de la marge, mais ne sachant pas combien ce gamin voulait, il lui tendit une somme basique, qui pour lui, n'était pas astronomique.

« Prends ça gamin, et laisse-nous. »


Non pas qu'il avait une envie spéciale de se retrouver en tête-à-tête avec la vilaine à côté de lui. Mais il allait devoir lui régler son compte proprement. Il ne la tuerait pas, pas dès le début voyons, il attendrait de voir ce qu'elle lui veut, puis finirait par lui briser un ou deux membres selon son envie. Mais avant, il restait un homme d'affaires. En général, quand un membre de la Ligue venait le voir de cette manière, c'est qu'il cherchait un boulot ou des armes.

Dans les deux cas, Aaron pouvait offrir ce que la personne désirait. Le jeune homme allait donc devoir calmer ses nerfs naturellement, le temps d'un instant, se disant qu'il se défoulerait plus tard sur cette gamine insolente. Il ajouta donc de nouvelles phrases, cette fois-ci à l'attention de l'unique présence féminine du trio actuel.

« Si tu veux garder ce gamin avec toi, libre à toi. Je ne compte pas m’encombrer de vous deux avec moi. J'ai des choses plus importantes à faire qu'à vous écouter. »


Sur ces mots, Aaron rangea précieusement son portefeuille puis reprit sa route vers le lieu de sa destination première. Il ne fallait pas l'oublier, le magasin animalier. Ce dernier s'étendait devant eux, sur quatre étages garnis. Le maître animalier avait des choses à récupérer. Au final, peut-être que ces deux gamins qu'il venait de quitter il y a à peine une seconde pourrait lui servir de bras pour transporter le tout.
Oh et puis sinon, tant pis, il demanderait au personnel du magasin. Pourquoi aurait-il besoin d'eux.

Ah, autre chose à préciser. Avant de les quitter, Aaron avait ajouté un fait en particulier. Si cette femme aux cheveux verts souhaitait lui parler pour des "affaires" qu'elle le suive, mais cesse de piailler dans tous les sens. C'est après cela qu'il était parti, oui. À l'instant, il s'apprêtait à rentrer par les portes coulissantes du magasin, arrivant au rez-de-chaussée avec ses quatre chiens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter:
Lun 9 Oct - 20:08
Katzuwa
EWILAN SPRINGFIELD
Aaron Arkving
Titre
Bougredieu, son bluff ne semblait pas passer. Devrait t-il se peindre une bouche et des yeux sur sa main, et pratiquer son ventriloquisme afin de faire des grognements redoutables ? Oui ! Il allait le faire la prochaine fois, histoire de pouvoir offrir une excuse convenable ! Misérable petite femme aux cheveux verts, ton conseil avisé allait être utilisé pour te faire chuter de son piédestal ! La prochaine fois,
parce qu'il était un peu dans ses pattes.


Diantre, elle était donc la princesse de Monaco, elle ? Il ne pouvait pas la croire, mais tout était possible. C'était quoi Monaco d'ailleurs ? Une ville ? Un pays ? Et où était les gardes du corps ? Diantre ! Peut être était t-elle une princesse exilée hors de sa patrie, comme dans les livres ! Elle avait une couleur de cheveux bizarre donc elle ne pouvait être que le personnage principal !

Et l'autre, qui ne semblait pas avoir réagi, était peut être le Chasseur, envoyé pour la trouver,
mais qui avait fini par s'allier. Il avait ignoré tout ce qu'elle disait, plongé dans ses réflexions de conte de fée, et se ranima alors qu'elle parlait de poireau ! Ho non ! Elle allait le transformer en poireau si elle ne l'aidait pas à payer pour son crime ! Il allait être le comique de service de l'histoire !


Mais vous êtes une princesse ! Vous avez l'argent ! Et si vous me transformez en poireau, je serais incapable de payer l'argent !

Katzuwa dévisagea son bras. Pas le choix, il allait devoir dévorer sa voie vers la liberté.

Mais avant qu'il ne puisse pratiquer le cannibalisme sur soi-même, Katzuwa fut libéré quand l'individu antipathique entreprit de baffer sa main au loin avant de tendre des billets. Surpris, le jeune homme les ramassa et les fourra dans son porte-feuille avec l'air d'un chien affamé, fourrant le porte-feuille dans sa poche avant de joindre les paumes de ses mains en prière, un sourire bête logé sur son visage alors que le chasseur vint insulter la princesse avant de quitter les lieux.

Peut-être se préparait t-il à tuer des sbires du vilain de l'histoire en paix ? Quoi qu'il en soit,
Katzuwa le regarda partir, sortit son téléphone, et tapa une brève petite recherche sur sa barre de recherche. Le visage qui lui apparut, celui de la princesse de Monaco, ne correspondait guère au faciès de la femme qui l'avait menacée avec des poireaux. Victorieux, Katzuwa se mordit les lèvres et l'observa avec un air fier.


Haha, vous n'êtes pas la princesse ! C'est pas bien de mentir, madame poireau !
Je suis sûr que monsieur animalier va vous donner une leçon pour ça !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» The third temptation [Aaron]
» Aaron Ekblad
» La Quête d'Ewilan / Les Mondes d'Ewilan
» Dans la jungle, terrible jungle [pv Elkim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Rue Commerçante-
Sauter vers:


bouton partenariat FTM 88x310