Souvenir crépusculaire [PV Nagao Satsuki]

 :: Musutafu :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Messages : 106
Disponible en RP : Kaki - Toga - Satsu - Kitten - Ewilan&Katzuwa - Hilda - Will

Fiche de Pouvoir
Grade: 30
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Dim 19 Nov - 23:23

Nagao Satsuki

Aaron Arkving


Souvenir crépusculaire




Durant le temps de parole du plus jeune, le regard d'Aaron n'avait cessé de le fixer dans les yeux, jonglant parfois entre sa main qui caressait le loup et ses iris émeraude. Sa dernière phrase ne fit que confirmer ses suppositions vis-à-vis de son interlocuteur. Il n'était pas en si bonne posture que cela dans sa vie elle-même.
Ce n'était pas si étonnant quand on le regardait. Pendant un instant, vu la proximité qu'il semblait avoir avec le loup, Aaron hésita à lui annoncer quelque chose au sujet de son Alter, mais il se résigna. Cette chose en question pourrait lui être utile au début, il lui en parlerait le moment venu.

« Hm, je vois. Seulement, tu te doutes que je ne puisse pas être sûr de tes motivations, même si tu les énonces. »


Il s'attacha, et fit démarrer la voiture, ordonnant par la même occasion à son passager de s'attacher. Le conducteur sortit donc de la place qu'il avait occupé, pour se diriger vers les bordures de la ville ; là où on pouvait trouver les résidences des plus fortunées. Le chemin ne fut pas si long que cela, environ une quinzaine de minutes avant d'arriver devant la demeure d'Arkving.
Une sorte de villa, ou grande maison, sur un terrain assez grand et bien délimité. Aaron fit ouvrir le portail automatique d'un clic, ainsi que la porte du garage, pour pouvoir rentrer son véhicule. Les différentes ouvertures se fermèrent lentement, tandis qu'il stoppa le moteur de la voiture.

Le maître des lieux en sortit tout naturellement, et alla ouvrir la porte arrière pour faire sortir Satsuki ainsi que son Alter. D'un nouveau geste, le trafiquant verrouilla l'engin, pour ensuite attraper son invité par le poignet, et le guide. Ils arrivèrent au niveau de la grande pièce à vivre, ouverte, reliant le salon et la cuisine.
Directement, à leur arrivée, ils se firent entourer par quatre chiens, tous de grandes tailles. Il y avait un berger allemand, un inuit, un husky, ainsi qu'un dernier plus massif que les trois autres, qui ressemblait étrangement à un loup. Ils étaient venus accueillir leur propriétaire, mais s'étaient calmés et assis sur leur derrière suite à un seul ordre de ce dernier.

« Satsuki, voici mes chiens, ce sont plus que de simples animaux pour moi, tu l'apprendras bien vite. Ils sont dressés et m'obéissent au doigt et à l'oeil. Ils sont également entraînés à tuer, si jamais. »


Le trafiquant offrit une caresse à chaque chien, qui semblait, tous, heureux de retrouver leur maître. Son Alter se fondit d'ailleurs dans la meute, et lui donna des ordres d'un simple mouvement de museau. Ses chiens étaient habitués à son Alter, sous la forme d'un loup, chien, ou même d'un grand félin.
La meute de cinq canidés quitta donc les deux bipèdes pour se diriger vers l'escalier, qui se trouvait près d'une grande baie vitrée menant à la véranda, puis au jardin. Aaron tourna la tête vers son nouveau pensionnaire.

« Je te ferais visiter, en plus de te donner les règles. Mais avant ça, tu vas prendre un bain. Tu vas salir ma maison sinon. »


Aaron guida donc le jeune homme vers les escaliers, le poussant vers l'avant. Il était dans son dos, une main contre celui-ci pour l'inciter à avancer. Ils arrivèrent donc au deuxième étage, tandis que Satsuki fut guidé jusque devant une série de portes.

« La porte devant toi, c'est la salle de bain. Celle à ta droite, ce sera ta chambre. Tu pourras t'y installer une fois propre et la visite terminée. »


Il n'était pas un mauvais bougre au point de le mettre à la cave avec les souris et les phasmes. Et puis surtout, il allait devoir lui expliquer les règles de sa maison. La meute de chiens se trouvait juste derrière eux, dans un espace vaste qui devait leur être réservé, vu les paniers, gamelles et autres jouets traînant.
Aaron poussa Satsuki à l'intérieur de la pièce, ils furent rejoints par son Alter, toujours sous la forme de loup. Fermant la porte derrière eux, Arkving alla faire couler de l'eau dans la baignoire, qui était assez vaste pour contenir au moins trois, voir quatre personnes ; un grand bain en somme.

« Tu n'es pas le seul à vivre ici. J'ai un associé avec lequel je travaille que j'héberge. Tu partages donc la salle de bain avec lui. »


Une fois le bain rempli, l'ex-policier indiqua d'un signe de tête au nouvel arrivant d'y aller. Son Alter suivit d'ailleurs le pas, vu que lui aussi avait besoin d'un bain pour décrasser le sang collé à sa fourrure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe:
Alter:
Lun 20 Nov - 15:25

Il m'avait écouté tout en m'observant. Il me dit qu'il ne pouvait pas être sûr de ce que je disais et je murmurais tout bas un « je sais... ». Aaron finit par s'attacher et m'intima de faire de même, ce que je fis. Je laissais aller ma tête contre la vitre et observais un peu le paysage qui défilait face à mes yeux. Je caressais toujours d'une main distraite la tête du loup et je finis par fermer les yeux, border par le déplacement du véhicule.

Mais lorsque je sentis que l'on ralentissait, j'ouvris les yeux et les frottais avec mes mains. Je regardais dehors et vis que nous entrions dans un vaste terrain. Je clignais le yeux, surpris. Il était sérieux, là ? La belle voiture, passe encore. On pouvait aimer les voitures et en vouloir une bonne et belle. Mais là, même la maison me semblait gigantesque. Certes, j'étais habitué à vivre dans des lieux modestes. Mais quand même. On était du côté des riches là.
Il entra la voiture dans le garage et, le temps que je me détache, l'homme était déjà sortit et m'ouvrait la portière. Je sortais un peu maladroitement, puis il me saisit le poignet et m'entraina avec lui. Entrant alors dans la maison à proprement parler, une petite meute de chien accueillit le maître des lieux qui me les présenta brièvement, me précisant qu'ils avait été entrainé à tuer. Je regardais Aaron en haussant les sourcils. Non pas que je ne le croyais pas, mais plutôt qu'il me mettait à nouveau une menace sous le nez. C'était du moins ainsi que je le prenais, mais je me gardais de lui faire la réflexion.
Il caressa ensuite chacun des chiens. Je le regardais faire en silence. Il avait l'air de bien les aimer ses bêtes. J'esquissais un sourire à cette pensée. Puis Aaron se tourna vers moi et me parla de visite, de règles et de bain. J'étais plutôt pour ce dernier. Je me sentais crade et poisseux. Il me guida alors vers l'escalier que les chiens avaient pris. Avançant le premier, il me poussait doucement, une main dans mon dos. Je fus surpris de voir le nombre de portes mais aussi un espace aménagé pour les canidés. Au moins, ils n'avaient pas à se plaindre, ils étaient bien soignés. Aaron m'indiqua alors la porte de la salle de bain et celle de ma chambre. Je le fixais un instant, quelque peu incrédule. J'avais du mal à assimiler ce qu'il venait de me dire. J'allais donc vivre ici, dans cette villa ? Ça ne me semblait tout simplement pas possible.

Je fus poussé dans la salle d'eau et le loup nous y rejoint. Aaron ferma la porte derrière nous et alla s'occuper du bain. Il m'expliqua aussi qu'il avait un autre locataire avec qui je devrais partager la salle de bain. Ainsi, il hébergeait une autre personne ? Comme quoi il n'était pas méchant. Il avait un coeur dans sa poitrine même si son visage restait glacial.
Je restais à ma place, quelque peu mal à l'aise. On ne s'était plus occupé de moi de la sorte depuis tellement longtemps. C'était ma mère la dernière en date à avoir fait cela quand j'étais petit garçon. Mais je n'avais pas spécialement envie de penser à elle maintenant. Cela me pinçait toujours le cœur de penser à ma famille, surtout que j'avais l'impression que je ne pourrais pas les regarder en face si j'avais la possibilité de les revoir ne serait-ce qu'une fois.

Mon hôte me sortit de mes pensées en me faisant signe que le bain était près. Il me dit également de ne pas tout éclabousser, sinon je devrais nettoyer. J'allais répliquer qu'il se foutait de moi mais au vu de son expression, il était plus que sérieux.
De même qu'il ne sembla pas vouloir bouger. Il restait. Je fis la moue. Je n'étais plus vraiment un enfant. Normalement, cela ne se faisait pas. Je n'avais aucune honte à montrer mon corps, surtout qu'il l'avait déjà vu il y a moins d'une heure. Je croisais les bras en le fixant et haussant un sourcil.

-Ça t'a pas suffit de me voir nu dans la ruelle, tu veux aussi me mater quand je me lave ?

A sa tête, je compris bien qu'il n'allait pas bouger. Alors je fis comme s'il n'était pas là. Depuis le coup de stress qu'il m'avait filé, j'avais un besoin naturel qui me serrait la vessie. Je laissais glisser le manteau d'Aaron sur le sol pour éviter de le tâcher et je me rendis près de la toilette, soulevant la lunette pour pouvoir me soulager. Je la rabaissais ensuite et tirais la chasse. J'entrais alors dans l'eau du bain. L'eau était chaude et cela me fit du bien. Cela permit à mes muscles de se détendre un peu plus. Je me laissais aller dedans en m'affalant. En plus, la baignoire était super grande, je devais bien avouer que c'était agréable. Mais cela prit presque fin quand le loup me rejoignit dans l'eau. Je fronçais les sourcils.

-T'es sérieux, là ?

Je grognais plus pour la forme que parce que ça me dérangeait. Au pire, je me retrouvais avec une eau pleine de poil qui pourrait me couper.  Mais à part cette phrase, je ne fis aucune autre réflexion sur ce fait. Je préférais d'abord me laver les cheveux, plongeant dans l'eau entièrement pour les mouiller, puis les savonnant avec le shampoing avant de replonger dans l'eau. J'essayais de ne pas faire de mouvements trop brusques pour ne pas envoyer de l'eau partout. Je n'avais pas envie de déplaire tout de suite à mon hôte.
Une fois cela fait, je repoussais mes cheveux vers l'arrière puis je me savonnais le corps. Tout en me lavant, je me posais des questions sur Aaron, mais je ne me voyais pas le bombarder de question. Mieux valait que j'y aille progressivement.

-Dit...Ton alter à toi, c'est quoi ?

Il m'avait pratiquement contraint à lui montrer le mien, mais moi, je n'avais aucune idée du sien. Il semblait habile dans l'art de l'assassinat, du peu que j'avais vu. Il savait bien communiquer avec les animaux. Mais ça ne me donnait pas d'indication réelle.
Je ne l'avais pas regardé en posant cette question. Mais je tournais la tête vers lui et le fixais. Même si je ne voulais pas l'ennuyer avec mes questions, j'avais besoin de savoir, d'être sûr, d'être certain. Je me mâchouillais un peu la lèvre inférieure puis la lâchai en parlant :

-Je vais vraiment vivre ici ?

Dans ma voix, on sentait que je n'étais pas sûr de moi, que cela me semblait irréel. Je faisais tâche dans le décor selon moi. Je n'avais donc rien à faire là. En plus, je ne voyais pas ce qu'il allait faire de moi pour la suite, car il m'avait bien dit que je n'allais pas rester insouciant, donc c'est qu'il allait attendre de moi quelque chose.

-Tu vas attendre quoi de moi ? Parce que tu vas pas juste me laisser vivre ici comme ça. Ce serait trop beau...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 106
Disponible en RP : Kaki - Toga - Satsu - Kitten - Ewilan&Katzuwa - Hilda - Will

Fiche de Pouvoir
Grade: 30
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Lun 20 Nov - 17:30

Nagao Satsuki

Aaron Arkving


Souvenir crépusculaire




Sa réflexion de gamin sur sa nudité valu à l'annonciateur de se faire regarder sans intérêt. Aaron n'en avait que faire à l'instant, il ne sortirait de la salle de bain qu'une fois décrassé. Tout comme son Alter qui lui, se faisait tranquillement shampouiner par son propriétaire.
Normalement, plutôt que de devoir le laver, il l'aurait fait disparaître et apparaître de nouveau. Mais cela lui aurait coûté l'un de ses quotas d'apparitions, qui n'étaient pas illimités du coup.

Ce fut rapide pour le loup. Mâchoire et dents rincées, pelage propre, il fit sortir le loup qui alla se poser sur une serviette que le maître des lieux avait préparé à l'avance. De là, il le sécha d'abord grossièrement. Principalement pour retirer tout le surplus d'eau qu'un canidé pouvait retirer en se secouant.
Mais là, hors de question de lui faire secouer son pelage, au risque de repeindre la pièce d'éclaboussures. Deux serviettes suffirent, avant de passer au sèche-cheveux. Voir Aaron au petit soin ainsi était assez étrange, surtout quand on connaissait son caractère premier. Mais avec les animaux, il avait toujours un comportement différent de celui qu'il montrait.

« Mon Alter ? Rien d'intéressant. En quoi ça t'intéresse ? Ce n'est pas vital à savoir. »


Disons plutôt qu'Aaron n'avait pas envie de répondre à cette question. Du moins, pas pour l'instant. Il comptait laisser son Alter en compagnie de Satsuki, principalement pour surveiller ce gamin et éviter ainsi des catastrophes. Non pas qu'il avait peur pour sa demeure, enfin, si, un peu quand même, un peu beaucoup.
Durant les jours qui allaient suivre, le gamin se ferait donc suivre à la trace par son Alter. En privilégiant la forme de loup, vu qu'il avait l'air de l'apprécier. Une fois son Alter séché, le loup secoua sa fourrure, qui ressemblait à une grosse boule de poils hérissée. Geste pratiqué dans le but de faire partir cet aspect "boule de poil" et ainsi retrouver une apparence "normale".

« Quoi ? Tu préfères vivre dehors ? Ou dans une cage ? »


La réponse à sa question sur "s'il allait vivre ici" fut immédiate. Quelle que soit la réponse de Satsuki, Aaron avait volontairement exagéré, vu que la question en elle-même se révélait être bête. S'il l'avait amené ici, ce n'était pas pour faire une visite touristique.

« Ce que j’attends de toi ? Plusieurs choses. Premièrement, que tu respectes les règles que je vais te donner. Pour la suite, on verra ce que tu as à m'offrir. »


Aaron se tourna vers un meuble, une commode, et en sortit des vêtements propres et amples. C'était principalement des vêtements fait pour "traîner" qu'il rangeait ici. Il en avait acheté pour son premier occupant, mais Satsuki pouvait également s'y servir, comme il l'indiqua.
Une fois propre de la tête au pied, il lui envoya une serviette sur la tête pour qu'il puisse se sécher et ainsi enfiler les vêtements propres. Arkving attendit de pied ferme que son hôte termine, sans pour autant le presser. Le gamin habillé, ils sortirent de la salle de bain, et se dirigèrent vers la porte sur la gauche, en sortant.

« Au cas où tu l'aurais déjà oublié, c'est ta chambre. Ce sera à toi de la nettoyer et de t'y installer. »


La chambre était assez grande, de la même taille que celle qu'il avait accordé à l'autre occupant, et également de la salle de bain. Il y avait le nécessaire, comme un lit, une armoire, une commode, un bureau, une chaise... Et autres nécessités. Aaron lui laissait quartier libre pour sa chambre. C'était encore un gamin pour lui, alors il saurait très bien s'en charger.
Une fois la pièce montrée au nouveau résident, il lui indiqua que les deux portes à chaque extrémité du couloir menaient à deux autres chambres, fermées à clé. Il n'avait tout simplement pas le droit d'y entrer, par respect pour le privé des autres.

L'un était occupé, et l'autre le serait certainement, à l'avenir. Il lui fit également visiter sa chambre, ainsi que sa salle de bain privée et son dressing, sans trop s'attarder. Avec également l'interdiction d'y entrer et de foutre le bordel. Auquel cas cela finirait très mal pour lui. Ils longèrent ensuite le mur, pour que le propriétaire de la villa lui montre sa bibliothèque.
Un endroit par forcément aux goûts de tous, mais dans lequel il appréciait lire tranquillement sur le canapé ou le fauteuil présent. Par la suite, ils allèrent en ligne droite vers les deux portes en face de la bibliothèque. Celle sur la droite renfermait une pièce "salle de sport".

Aaron en profita pour lui indiquer qu'il avait tout intérêt à s'y mettre, vu ses muscles peu développés. Pour conclure le premier étage, il restait la porte bordant celle de la pièce qui contenait les diverses machines et accessoires de renforcement physique. Pour celle-ci, Arkving le poussa à l'intérieur et referma derrière lui.

« Cette pièce m'est très précieuse. Tu as dû t'en rendre compte, mais je préfère les animaux aux humains. De nombreuses espèces vivent chez moi. Pour cette pièce, ce sont des insectes. Je n'ai pas encore terminé ma collection, mais tu peux déjà trouver des lépidoptères, des coléoptères,des phasmoptères et surtout des arachnides. »


La pièce était immense, de la même taille que la zone de "sport" et remplie de vivariums. Certains faisaient la longueur d'un mur, d'autres trônaient au centre et faisaient office d'obstacle pour faire une rangée en plein milieu de la pièce. Comme Arkving l'avait dit, insectes et araignées s'y plaisaient à y vivre, posément.
Le propriétaire indiqua qu'il avait d'ailleurs interdiction d'aller dans ces pièces à "animaux" sans sa présence, ne souhaitant pas qu'il détruise les habitats de ses précieux compagnons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe:
Alter:
Lun 20 Nov - 23:05

Il me répondit presque froidement à mes questions. Donc comme ça, je n'avais pas à savoir ce qu'était son alter. Ben, sympa. Merci. Franchement. Je soupirais, presque exaspéré. Je m'enfonçais dans l'eau jusqu'au cou quand il me rabroua de plus belle. C'est bon, j'avais compris, question débile, réponse débile. Il m'expliqua après que je n'avais qu'à respecter les règles de la maison et qu'on verrait par la suite. Ça me semblait trop flou, mais pourquoi pas. De toute façon, ce n'était pas comme si j'allais me barrer. Sinon, il allait encore me sortir qu'il allait me retrouver et me flinguer. Voire même me tuer autrement. Il avait l'air d'avoir une panoplie de façon d'exécuter quelqu'un. Je le voyais bien écrire un livre « comment tuer en 10 leçons ». Rien que d'imaginer ça, je ricanais dans mon eau.
Mais l'heure du bain sonnait à sa fin. Je me rinçais et pris la serviette de bain qu'Aaron me lança. Je me frictionnais pour me sécher et enfilais les vêtements qu'il m'avait passés. Porter quelque chose de propre faisait du bien. De même que se laver, cela m'avait revigoré. Je gardais la serviette sur mes épaules. Bien que j'avais séché manuellement mes cheveux, il n'était pas entièrement sec. S'ils gouttaient, cela tomberait sur l'essuie. Mais j'avais quand même fait attention à mieux sécher les pointes que le reste.

En sortant de la salle d'eau, il me mena dans ma chambre. On entra pour que je voie l'intérieur. Elle me sembla spacieuse, comme le reste de la maison en fait. Je n'étais pas habitué à autant de place. Avant, je n'avais eu que des chambres étroites. Surtout chez ma tante. Chez mes parents, mes souvenirs devaient presque flous, mais comme j'étais un enfant, tout me paraissait peut-être un peu plus grand. Alors que maintenant, c'était vraiment un espace que je jugeais grand.
Le maître des lieux m'annonça que je devrais nettoyer la pièce qui dorénavant m'appartenait. Je comprenais aussi que je pouvais l'aménager un peu comme je le désirais. On finit par sortir de là pour qu'il me fasse visiter sa chambre. Enfin, pour moi, c'était plutôt proche d'une suite presque royale à l'hôtel. Il avait tout dans sa chambre. On ne s'attarda pas, mais il me fit encore la remarque de l'interdiction d'entrer. De nouveau dans le couloir ouvert par la partie presque réservée aux chiens, Aaron m'indiqua deux portes qui donnaient sur deux autres chambres. Ce qu'il me dit était logique. Je n'étais pas aussi mal élevé que ça.
Il me présenta par la suite la bibliothèque et la salle de sport. Sa remarque sur ma musculature me fit froncer les sourcils.

-Non mais de quoi je me mêle...

J'avais grommelé entre mes dents, assez contrarié pour le coup. Je ne lui faisais pas la remarque qu'un sourire, ça ne tuait pas ! Mais c'était peut-être ça le problème. Si un sourire pouvait tuer, peut-être qu'il en ferait plus. A moins qu'il ne les réserve qu'à de rares occasions qui n'était pas celles du moment.
On sortit de la pièce de sport pour entrer dans celle à côté. Aaron me poussa doucement à l'intérieur après avoir ouvert la porte. Je fis quelque pas avant de me figer. Je laissais l'homme parler, sans spécialement faire attention à ce qu'il disait. J'avais autre chose qui m'occupait l'esprit. Je déglutis lentement en faisant un pas un arrière. Il n'avait même pas eu besoin de me préciser ce qu'il y avait dans la pièce. Quoique... je n'avais guère fait attention aux papillons, scarabées et autres insectes. Mais les araignées... Aaron n'avait même pas fini complètement de parler que je fis demi-tour, le teint livide. J'ouvris la porte et sortis de là, la laissant ouverte. Une fois hors de la pièce de l'enfer, je me retournais vers mon hôte qui devait me regarder d'un oeil surpris.

-Nan, mais... Pourquoi tu vis avec une pièce rempli de monstre chez toi ? Les chiens, c'est normal. Mais des araignées... Une pièce remplie d'araignées... ça va pas la tête ? C'est... c'est...

J'en frissonnais. Non, je ne pourrais pas remettre les pieds là-dedans. Pour le coup, ça m'avait franchement refoidi.

-En plus, c'est à côté des chambres. Comment tu fais pour dormir avec ça à côté de toi ?

Je n'allais pas réussir à fermer l'oeil de la nuit maintenant que je connaissais la présence de la bestiole qui m'effrayait le plus. Même si elles étaient dans une espèce de vivarium, je ne pouvais pas me sentir bien en était à côté d'elles. C'était pour ça que j'étais sorti. Mais je restais toujours agité. Je les avais vues avec leurs horribles pattes, leurs mouvements, leurs yeux... Non, je trouvais ça dégoutant. Je ne comprenais pas comment on pouvait avoir ça chez soi de cette façon. En avoir dans la maison, parce qu'elle vienne du dehors, ok, ça passe. Je trouvais ça dérangeant, mais voilà. Alors que là, c'était bien un fait de sa volonté. Il les avait chez lui parce qu'il le voulait. Je secouais la tête de droite à gauche. Je n'arrivais pas à retrouver mon sang-froid, ni mon calme. J'avais même la sensation que j'en avais une sur moi. Je me frottais les bras, comme pour vérifier qu'il n'y en avait pas et que ce geste empêcherait qu'il y en ait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 106
Disponible en RP : Kaki - Toga - Satsu - Kitten - Ewilan&Katzuwa - Hilda - Will

Fiche de Pouvoir
Grade: 30
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Lun 20 Nov - 23:44

Nagao Satsuki

Aaron Arkving


Souvenir crépusculaire




Alors qu'il venait de finir la visite de cet étage, par la pièce contenant de nombreuses espèces d'insectes et arachnides, Aaron remarqua l'attitude du plus jeune. Celui-ci était carrément sorti de la pièce, le teint plus pâle qu'avant. Le plus âgé crut même un instant qu'il allait lui tomber dans les bras et faire un malaise.
Vu ses explications, il semblait avoir une phobie extrême des araignées. Aaron, intérieurement, eut une flopée d'idées "machiavéliques" suite à ces révélations. Pauvre gamin, un vrai gamin oui, il l'appelait plus souvent par ce surnom que par son prénom d'ailleurs.

« Une vraie petite nature. Aucun problème, je dors très bien la nuit. »


Aaron redressa Satsuki, pour qu'il soit pile à sa hauteur, au niveau du regard ; ce qu'il fait qu'il se retrouve penché vers l'avant. Il l'avait redressé en le tirant par le col du haut, puis avait saisit gentiment le bas de son crâne. De cette position, il le fixa dans les yeux, sans une once d'émotion réelle dans le regard, puis lui annonça une règle.

« Retiens bien ceci. Vu que tu ne sembles pas apprécier cet endroit, ce sera ta punition, si jamais tu désobéis. Je ne te frapperais pas. Mais si jamais tu enfreins une règle, tu te retrouveras dans cette pièce. »


Cette règle n'était évidemment pas discutable. Tout comme le fait de nettoyer ses bêtises, s'il en faisait. Le trafiquant lâcha la tête du garçon plus grand que lui, pour qu'il puisse se redresser normalement. Puis, il lui saisit le poignet, après avoir préalablement fermé la porte de la zone des insectoïdes. Direction l'escalier, pour se diriger au rez-de-chaussée. De là, il lui montra la porte qui bordait les escaliers.

« Cette porte mène vers la cave. Bien qu'il n'y ait rien d'intéressant là-bas, il y a des phasmes et des souris qui y vivent tranquillement. Interdiction d'y descendre donc. »


Une fois cette nouvelle règle énoncée, il lui montra donc la grande pièce à vivre, qui reliait le salon et la cuisine. Près de cette dernière, une porte trônait, menant vers le garage, de là où ils étaient entrés. La fameuse porte d'entrée principale se trouvait sur la lignée de l'escalier, plus loin en face.
Sur le côté de l'escalier, on trouvait d'un côté la cuisine et de l'autre une baie aux vitres coulissantes. Cela menait vers une véranda, où résidaient plusieurs plantes en pot ou suspendues, ainsi qu'une table ronde. Enfin, de nouvelles portes coulissantes en verre renforcé menaient vers le jardin.

Avant de lui faire visiter cet espace, qu'il ne fit qu'évoquer, il l'emmena dans la pièce des reptiles, qui était en face de la cuisine, proche de la baie vitrée. Une pièce bien plus grande, en longueur, que la pièce à l'étage, celle aux insectes et araignées.
Ici, on y trouvait principalement des serpents et des lézards, toujours dans de grands espaces de verres. Le bonheur de ses bêtes était primordial pour Aaron, d'où les immenses habitats qu'il avait fait aménager pour eux.

« Tout comme la pièce à l'étage, je tiens beaucoup à celle-ci. »


Bras croisés, le regard bleu acier d'Aaron fila sur chaque vivarium, par simple précaution. Vérifier que les occupants ne manquent de rien et qu'ils se portent bien. Arkving ajouta d'ailleurs que tous les vivariums de la maison étaient solides et ne pouvaient pas tomber ou se briser.
Vu que Satsuki semblait paniqué à l'idée de voir des serpents et des araignées ramper à ses pieds, il se sentit obligé de préciser une telle absurdité. Au rez-de-chaussée, avant de passer à la pièce des reptiles, il lui avait également montré les aquariums et ses habitants qui peuplaient et coloraient son salon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe:
Alter:
Mar 21 Nov - 12:46

Aaron était revenu vers moi. Il me força à me pencher un peu pour que nos regards se croisent à la même hauteur. Et une nouvelle fois, il me menaça. Comment voulait-il que je n'enfreigne pas les règles, il était chiant avec ça. J'allais de toute façon en oublier. Et du coup, je devrais me faire traîner dans cette pièce à horreur ? La blague !

Il me lâcha ensuit le visage et me remit droit. Je le suivais pour la suite de la découverte de la maison. De toute façon, je n'avais pas le choix. Il m'avait pris le poignet et m'entraînait à sa suite.
On se retrouva alors à l'étage inférieur. Il m'énonça de nouvelles règles, notamment avec la cave.  Plus il me présentait sa demeure, plus j'avais l'impression d'être dans un mini zoo. C'est vrai quoi. Un loup, des insectes multiples, des poissons en veux-tu en voilà, des souris et maintenant des serpents.
J'étais resté près de la porte. Je ne voulais pas m'avancer plus dans cette pièce. Je n'avais pas la même peur des serpents que des araignées, mais les êtres rampants... non, je ne pouvais pas les blairer. Je regardais alors l'homme qui, lui, semblait plus que les apprécier vu qu'il semblait les couver du regard. Je sortis alors de la pièce. Une chose était certaine : il n'avait pas à s'inquiéter pour ces pièces-là, je n'avais aucune envie d'y mettre les pieds ! Même s'il m'assura qu'ils étaient tous bien enfermés et que par conséquent je n'avais rien à craindre, je me voyais mal pouvoir me reposer dans un endroit pareil...

-En fait, c'est une maison juste pour l'apparence... T'as encore beaucoup d'animaux à me présenter ?

Je n'en étais plus à une espèce près. D'ailleurs si j'observais bien, il ne restait plus que le jardin à visiter ? Il n'avait pas un endroit caché, comme dans les films, où il peut faire ses trucs de méchants ? A moins que ce soit ailleurs dans la maison. Ou la cave ? Il avait dit qu'il n'y avait rien d'intéressant. Cela cachait peut-être quelque chose. A moins qu'il y ait une trappe cachée dans le sol ? Je regardais au même mes pieds pour voir ce sur quoi je marchais. ah... ben... non. La trappe n'avait pas l'air d'être possible dans du marbre. Je réalisais seulement l'étendue de la richesse de mon « sauveur ». Il ne se gênait pas à montrer qu'il avait les moyens. Je relevais la tête pour regarder Aaron.

-A part le jardin que tu dois encore me montrer, c'est tout ?

Comme si ce n'était déjà pas assez... Mais, il devait bien avoir une salle secrète, comme Batman ! Enfin, je ne pense que pas que Aaron et Batman puissent être mis sur le même pied.


-T'as pas une pièce secrète où tu fais tes trucs de vilains ? Parce que vu la maison, ça pourrait. Enfin... C'est vrai que si tu me le dis, ce n'est plus un secret... Donc ce serait débile.

J'avais pratiquement fait question-réponse, mais j'avais réfléchi à voix haute. Le résonnement était logique. Du coup, j'observais la réaction de l'homme pour voir s'il laissait paraître quelque chose, ce dont je doutais. J'ajoutais aussi une question qui m'avait traversé l'esprit tout en parlant :

-D'ailleurs, tu fais quoi dans la vie pour avoir autant de luxe ? C'est grâce à un travail « honnête » ou bien à une activité illégale ?

J'avais bien compris qu'il était passé du côté obscur de la force, mais cela ne l'empêchait pas d'avoir potentiellement un travail à côté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 106
Disponible en RP : Kaki - Toga - Satsu - Kitten - Ewilan&Katzuwa - Hilda - Will

Fiche de Pouvoir
Grade: 30
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Mar 21 Nov - 19:00

Nagao Satsuki

Aaron Arkving


Souvenir crépusculaire




Une fois la visite du rez-de-chaussée terminée, il l'emmena à l'extérieur, passant par la baie vitrée qui menait à la véranda. Des plantes parsemaient les murs et le plafond. Suspendues, en pot, ou grimpantes, elles apportaient à la pièce une impression de « milieu naturel » reposant. Face à la question du plus jeune, il acquiesça de la tête. Il restait évidemment au moins un animal à l'extérieur.
Quand il ouvrit la porte vers le jardin, ses quatre chiens foncèrent pour aller courir dans le domaine. Domaine extérieur vaste, délimité par de hautes haies de verdure et de métal, camouflé dans la verdure. Pendant que les quatre canidés couraient dans l'herbe, une boule de poils rayée s'approcha d'Aaron et vint se frotter à ses jambes.

Un chat, qui était visiblement content de revoir son propriétaire après cette journée passée dans le jardin à chasser tout ce qui bouge. Le félin entra donc à l'intérieur de la villa, probablement pour aller manger, et se reposer. Chez lui, les animaux faisaient et vivaient leur vie. Arkving n'avait pas lâché le poignet de Satsuki le temps du passage de la véranda au jardin.
Ce n'est que dehors qu'il le lâcha, puis il siffla une fois, puis deux. Après son sifflement, un léger bruit, venant du jardin, s'amplifia. Un bruit de course, ou plutôt de galop. Étant donné qu'il faisait déjà nuit, malgré les éclairages bordant la terrasse, on ne pouvait pas bien remarquer l'animal qui arriva.

Un magnifique équidé noir de jais calma sa course devant le maître du domaine. C'est sans crainte que ce dernier s'approcha pour venir offrir une caresse sur le museau de l'animal. Aaron tourna son regard vers Satsuki, voir si ce dernier était toujours aussi livide devant chaque bête qu'il lui présentait.
Tactile, comme il le savait, il vint de nouveau saisir le poignet du gamin. Ce geste fut effectué simplement pour l'approcher du quadrupède, qui était en train de finir de mâchouiller un peu d'herbe qu'il avait ramassé entre ses pattes. Une fois à la hauteur de l'animal, il relâcha à nouveau sa main, pour le laisser agir, s'il le souhaitait.

« Elle n'a pas encore de nom. Du moins, je n'en ai pas encore trouvé. »


L'animal n'avait qu'un licol au niveau de la tête, et gardait un pelage et des crins parfaitement lisses et brossés. Elle semblait apprécier les grattouilles de son propriétaire et de son invité. Curieuse également de sentir une nouvelle odeur, ses naseaux soufflèrent sur le bras du jeune garçon, en guise de « reconnaissance ».
Après ce petit instant de contemplation, Aaron ordonna au cheval de se courber pour permettre la suite de son action. Il saisit Satsuki par la taille et le souleva de quelques centimètres pour le faire asseoir sur le dos du quadrupède. Une fois avec une charge sur son dos, l'animal se redressa, toujours après l'ordre de son dresseur.

«  Dit-moi gamin, à part ta peur bleue des araignées et des serpents, tu aimes les animaux ? »


La main de l'ex-policier passa une nouvelle fois sur le museau de l'animal, puis il attrapa le licol pour faire remettre en marche la bête. Éclairés par les rayons lunaires, au pas, ils se rendirent jusqu'au fond du jardin, là où se trouvait un espace dédié à l'équidé. Cette petite promenade nocturne et rafraîchissante au côté de la jument était d'un naturel relaxant pour Aaron.
Il se sentait apaisé au contact des animaux, sans réellement se rendre compte de certains de ses changements. Une fois arrivé à destination, Aaron fit descendre Satsuki de sa monture d'une nuit. Le propriétaire débloqua l'entrée de la petite cabane qui servait de box au cheval.

Arkving laissa l'animal entrer de lui-même. Vu son comportement, il devait probablement être habitué à ce genre de rituel noctambule. Une fois la jument à l'intérieur, il referma la porte de l'écurie, après avoir évidemment vérifié qu'elle ne manquait de rien. Après cela, il attrape Satsuki par le poignet, pour changer, et ils retournèrent à l'intérieur de la maison.
Comme lui a dis Aaron, il serait capable de se perdre même dans un espace fermé. Le trafiquant referma donc la porte menant au jardin, puis verrouilla les portes-fenêtres, comme chaque soir. Par la suite, il alla s'asseoir sur son canapé, relâchant sa tête contre le cuir du meuble.

« Dit, gamin, tu voulais connaître mon Alter non ? Approche. Je dois te toucher pour te le montrer. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe:
Alter:
Mer 22 Nov - 13:12
Je rêvais où il venait de me nier en beauté ? Il m'avait repris par le poignet et emmené vers la véranda et l'extérieur sans même me répondre. J'en déduisis alors que tout ça était dû à ses activités illicites. Quand on esquivait une question, c'était parce qu'on avait pas envie de répondre. Et s'il n'avait pas de répondre, c'était sans doute parce qu'il n'avait pas de métier « honnête ». Après, je pouvais me tromper totalement. Mais bon...

Les chiens s'étaient précipités dehors tandis qu'un chat entrait. Hé bien, oui, en effet, je n'avais pas vu tout le monde. Mais j'étais encore loin de la surprise qui allait arriver. Aaron siffla et je le regardais dubitatif. Qu'est-ce qu'il faisait ? On attendit un peu avant d'entendre le bruit d'une course. C'est alors que je le vis. Un cheval. Il possédait un cheval. Je restais stupéfait. Aaron alla vers l'animal puis me tira pour me rapprocher. Ainsi, je laissais l'équidé me sentir un petit instant avant de lui caresser l'encolure. J'étais surpris de voir un tel animal en pleine ville. Je fouillais ma mémoire, mais il me semblait que je n'en avais encore jamais vu en vrai.

Aaron fit se courber l'animal, puis me saisit par la taille, comme si j'étais un enfant, pour me mettre sur la croupe du cheval. Je montais en amazone et sans selle. Je posais une main de part et d'autre de moi-même pour assurer mon équilibre, mais je ne m'accrochais pas à ses poils pour autant.
Il m'avait précisé qu'il ne lui avait pas encore donné de nom puis me posa une question tout en faisant marcher la bête.

-Je les aime bien, oui. Je les apprécie parfois plus que les Hommes. Si les animaux nous trahissent ou se retourne contre nous, c'est qu'il y a une bonne raison, pas comme avec les êtres humains...

J'avais un peu baissé le ton, mais je m'étais livré malgré tout. Même les chiens dans les rues avaient été plus aimables avec moi que les hommes. C'est pour dire.

On arriva alors à destination et il me fit descendre. J'observais la scène : le cheval entrant dans son antre et Aaron qui vérifiait si tout allait avant de fermer. Il me prit comme à son habitude le poignet et me reconduit à l'intérieur. Je ne dis rien pendant qu'il verrouillait les portes et le suivis pour aller dans le salon par la suite. Il m'invita à venir près de lui, me mentionnant son alter. Je vins alors m'asseoir à côté de lui.

-Tu sais, j'ai un prénom...

Pas que je n'appréciais pas le surnom qu'il m'attribuait, mais j'aimais bien mon prénom, alors pourquoi ne pas l'utiliser. Enfin, ce n'était qu'un détail. Je repris :

-Tu dois me toucher ? Mais t'as pas arrêté de me toucher de la soirée. D'ailleurs, au lieu de me prendre le poignet, prend ma main la prochaine fois. C'est un des usages d'une main.

Tout en parlant j'avais agité ma main, comme pour appuyer mes propos.

-En tout cas, je ne te pensais pas aussi tactile...

Ma pensée avait franchi la barrière de mes lèvres. Mais c'était vrai, non ? En voyant Aaron, qui pourrait se douter qu'il était si tactile ? Depuis que je le connaissais, même si là, ça ne faisait pas longtemps, mais même dans mes souvenirs, je ne me rappelais pas l'avoir vu sourire ou esquisser un sourire. Il paraissait si fermé. Avec ce genre de tête, qui irait volontairement vers lui ? On aurait juste envie de le laisser tranquille. Ce qui devait sûrement bien marcher, non ?


-Et donc ton alter ?


J'en revenais au sujet principal. J'étais assis à côté de lui sur le même canapé, mais je lui faisais face. J'avais les jambes croisées et repliées sous moi. Pieds nus, j'avais pris soin de frotter ma plante de pied avant d'entrer à nouveau dans la maison.

Après une toute petite pause, je lui fis la remarque suivante :

-Pourquoi tu veux m'en parler maintenant ? Tu m'avais dit que ce n'était pas important que je le sache...

Hé bien, oui, il fallait savoir. S'il était pire qu'une girouette, ça allait promettre. Mais c'est qu'il devait avoir quelque chose derrière la tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 106
Disponible en RP : Kaki - Toga - Satsu - Kitten - Ewilan&Katzuwa - Hilda - Will

Fiche de Pouvoir
Grade: 30
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Mer 22 Nov - 16:17

Nagao Satsuki

Aaron Arkving


Souvenir crépusculaire




Bien sûr qu'il savait qu'il avait un prénom, cependant, "gamin" lui allait parfaitement ; d'où son utilisation répétée. Ce fameux gamin crut bon de lui rappeler qu'il avait passé la soirée à le toucher. Certes, mais il lui indiqua que même si ça avait été le cas, il n'avait aucune raison d'utiliser son Alter à ces moments.
Son Alter d'ailleurs, où était-il ? Quand les deux hommes avaient quitté la salle de bain, le loup avait cessé de les suivre, tout simplement à cause de son propriétaire. Aaron avait absorbé discrètement son Alter, pendant que Satsuki était en train de se remettre de son traumatisme des araignées à l'étage.

De ce fait, il allait pouvoir lui montrer, mais pas de la manière la plus "douce" qui soit. Sa phobie des araignées avait donné une vilaine idée à Arkving. Si ce dernier était expressif, il serait déjà en train de jubiler devant sa future fourberie. Mais il ne l'était pas.
Tactile par contre, comme Satsuki l'avait remarqué, il attira le plus jeune près de lui. Principalement, parce que son "plan" nécessitait un contact. Enfin, il haussa les épaules suite à la question.

« Pourquoi maintenant et pas avant, quand tu me l'as demandé ? Hm, le manque d'envie, je suppose. »


La flemme, aurait-il pu dire dans un langage familier. En réalité, c'était parce que son Alter était sorti depuis tout ce temps, tout simplement. Mais Aaron voulait que Satsuki pense que son Alter ne pouvait être qu'une seule chose en particulier. Tout particulièrement sa phobie.
En espérant qu'il ne lui fasse pas un malaise, une fois assuré de la confiance du garçon, il allait pouvoir envoyer son Alter sous une autre forme vers lui. Cela lui servirait notamment pour voir ce qu'il allait bien pouvoir faire des futures journées ici.

« Ouvre la bouche. »


Sans surprise, la réaction du gamin fut la plus probable, l'étonnement. Ou plutôt, un regard voulant dire, "qu'est-ce qu'il me veut". Ce qui était totalement compréhensible, mais l'expression d'Aaron ne changea pas, toujours de marbre.

« Ne bave pas trop non plus gamin, ça m’ennuierai. »


Sans même lui laisser le temps de comprendre pourquoi il lui avait demandé ceci, il s'exécuta. Index et majeur d'une de ses mains se retrouvèrent dans la bouche de Satsuki, qui écarquilla les yeux après le geste du plus âgé. Arkving le regarda sans plus de réactions, suivant le plan qu'il avait en tête.

« Quoi ? Ne me regarde pas comme ça, gamin. Tu voulais voir mon Alter, je vais exaucer ton souhait. »


À ses mots, les bouts de ses deux doigts touchèrent la langue de Satsuki. Depuis ce contact, Aaron matérialisa son Alter à l'intérieur de la bouche du jeune garçon. Celui-ci pouvait sentir une masse apparaître sur sa langue. Quelque chose qui devait être aussi gros qu'une balle de ping-pong, et qui... Possédait plusieurs pattes.
Une araignée, à peine matérialisée, sortait déjà une, puis deux pattes de la bouche de Satsuki. Les doigts du trafiquant empêchant notamment au jeune homme de fermer la bouche et de gober son Alter. En sentant le gamin baver sur ses doigts, Arkving les retira avec un "Tch." En guise de commentaire. Il avait beau l'avoir prévenu, il avait quand même salivé dessus.

Aaron essuya ses doigts sur le tee-shirt qu'il avait donné à Satsuki, refusant d'essuyer sa bave sur ses propres vêtements. Le gamin se retrouvait donc avec une araignée dans la bouche, dont la moitié du corps était encore à l'intérieur, et l'extérieur était sortit.
Elle avait la moitié de ses pattes encore dans la cavité buccale du gamin, et les autres pendaient le long de son menton. Tandis que sa petite tête et ses multiples yeux semblaient fixer les alentours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe:
Alter:
Mer 22 Nov - 18:10
Je me retrouvais un peu plus proche de lui. Je le laissais m'expliquer et compris qu'il avait simplement eu la flemme. Puis il me demanda une chose qui sortait de l'ordinaire. Ouvrir la bouche... Quoi ? Non, vraiment ? Il se foutait de moi ou quoi ? Certes je voulais savoir et apparemment il voulait carrément me faire la démonstration. Mais... ouvrir la bouche ? Il allait faire quoi ? Néanmoins, curieux et parce que je lui avais demandé, j'obéis. J'étais plus que sceptique. Et encore plus quand il me dit de ne pas baver. Genre... si ma salive te dégoûtes, tu mets pas tes doigts dans MA bouche. Non, mais oh ! Et puis quoi encore.

Sans que je puisse m'exprimer, il enfonça deux doigts dans ma bouche. J'écarquillais les yeux, surpris. Je ne comprenais pas où il voulait en venir. C'était quoi son problème ? En quoi ça pouvait avoir un rapport avec son alter ? C'était juste un pervers qui voulait se jouer d'un 'gamin' comme il m'appelle depuis le début. Oui, il avait juste l'air de ça ! S'il voulait ce genre de chose, qu'il le dise, qu'il ne viole pas ma bouche ainsi !

Mais avec ses propos, il ne semblait pas avoir ces idées-là. Tout en parlant, il toucha ma langue. Je sentis alors que quelque chose en plus venait de se manifester dans ma bouche. Je fronçais les sourcils en regardant Aaron. Il venait de faire quoi ? Je rêvais ou bien... ça bougeait ? Je ne me sentais pas bien tout d'un coup. Surtout en sentant que ça commençait à sortir de ma bouche. Aaron m'empêcha d'avaler, mais il se retrouva avec les doigts couverts de salive. Ce qui ne lui a pas vraiment plus puisqu'il retira ses doigts en faisant un petit bruit. J'avais toujours cette chose qui pendouillait à moitié de ma bouche, c'est pourquoi je ne fis pas vraiment attention au fait qu'il essuya ses doigts sur mon haut. Je levais alors la main droite pour saisir et sortir ..... une araignée. Je devins encore plus livide que lorsque j'avais pénétré la salle à l'étage. Je poussais un juron en criant tout en balançant la bestiole sur Aaron. J'eus un mouvement de recule vers l'arrière. Je fus tellement brusque sous l'effet de la peur que je donnais un coup de pied à mon hôte. Je perdis aussi un peu l'équilibre et voulu me rattraper avec la main gauche. Mais elle glissa et entraîna ma chute du canapé. Tombant lourdement sur le sol, j'émis un gémissement de douleur.

Assis sur le sol, je relevais les yeux vers Aaron. Je fronçais les sourcils, mécontent. Comment a-t-il osé me faire ça, alors qu'il avait compris que j'avais peur des araignées ? Je fus subitement en colère contre lui. Je pris l'essuie que j'avais toujours sur mes épaules et le lui balançais au visage.


-Espèce de crétin ! Ça va pas la tête ! T'es complètement fou !


Je parlais sous l'émotion. Enfin... j'avais presque crié. J'avais même les yeux humides. Ce qu'il m'avait fait... ça ne se faisait vraiment pas. Je voulais me lever pour quitter la pièce, mais mes forces m'avaient quitté. Jusqu'à présent, je m'étais laissé balader d'une pièce à l'autre. J'avais tenu debout sur mes jambes. Mais là... Je n'arrivais pas à me relever. J'avais trop faim. Je n'arrivais plus à le dissimuler.


-'Tain, fait chier...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Souvenir d'Haiti
» Aux yeux du souvenir...
» quelques imageries pour ce souvenir......
» Souvenir,tristesse et espoir
» Souvenir , Barca ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits-
Sauter vers:


FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310