AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Atterrissage forcé (ft. Hikari Kozuki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aru



Messages : 21
Date d'inscription : 08/05/2016

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: 3-I
Alter: Télékinésie
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Atterrissage forcé (ft. Hikari Kozuki)   Mar 28 Juin - 6:30

Atterrissage forcé


Aru

Hikari Kozuki

Quelques mois étaient déjà passés depuis mon arrivée à Yuuei. J’avais déjà
vécu plusieurs choses, je commençais à me familiariser avec les élèves et
les professeurs. J’en apprenais chaque jour un peu plus sur les vices et les
angoisses de ceux qui se disaient héros. J’avais fait quelques rencontres
intéressantes, depuis mon arrivée au Japon. Mais la première fut la
plus surprenante.

*

Je descendais de la petite voiture de ville, tout à fait commune. Il ne fallait pas
attirer l’attention. Je venais en tant qu’élève, pas en tant qu’internée. Je portais
un jean noir, taille haute,  avec un petit haut de laine fine vert sapin, assorti à mes cheveux. Je tenais, dans la main droite, une valise minuscule, qui ne contenait qu’une partie infime de la masse de vêtements que je possédais. Peu importe, j’avais de toute façon touché l’héritage de mes parents. J’avais des millions à dépenser dans du shopping. L’homme qui m’avait permis de venir ici, ou plutôt de ne pas me retrouver internée dans un hôpital de malades psychiatriques, se retournait vers moi, au volant de la voiture.

- A bientôt, Aru. Maintenant, tu es sous la responsabilité de Yuuei, et du gouvernement japonais. Je compte sur toi pour faire des efforts. Tu feras une grande héroïne.

Il m’avait appelée Aru. C’était bizarre. J’avais l’impression de ne plus être moi. C’était le cas. En réalité, depuis l’assassinat de mes parents, je n’étais plus la même. J’étais née à nouveau, dans le même corps, mais avec un esprit plus libre, plus grand, plus puissant. Je n’étais plus Luisa Neuhart. Cette fille-là était seulement le produit de ses parents, objet utile à leurs profits, qui ne nécessitait pas qu’on lui apporte de l’amour ou de l’attention. La mort les avait emportés, elle et ses parents. Aru venait de naître, comme une nouvelle espèce supérieure. A la manière de l’Homo, j’allais conquérir le monde, me l’approprier. En devenir l’unique maîtresse. Mieux, je deviendrai le monde. Je serai sa volonté : les tempêtes seront ma colère, le ciel mon regard, le destin mon jugement.

Cette conquête commençait ici, à Yuuei. C’était un pari que je lançais à moi-même. A partir de rien, du stade de « nouvelle de la classe », je devais devenir l’omnipotence. Devenir une « grande héroïne » n’était pas assez ambitieux. C’était même rabaisser la personne que j’étais devenue.

En réponse à l’homme, j’acquiesçai d’un signe de tête, en souriant. Silencieusement, je le saluais de la main, signifiant un adieu certain. La voiture s’éloignait, me laissant seule, abandonnée, en punition de mon ambition. C’était peu cher payé. Mes pensées se laissaient aller à une certaine paranoïa : pouvais-je être assurée qu’ils ne me surveilleraient pas ? Je devais rester prudente.

J’avais eu tout le voyage pour y réfléchir : Yuuei était mon point de départ. Je devais commencer par dominer Yuuei, pour ensuite exercer ma puissance sur le monde entier. Pour ce faire, il fallait que les élèves aient une confiance absolue en moi. Que je leur prouve ce que je vaux, qu’eux et moi, nous pourrions sauver le monde, réaliser leurs rêves. Ils ne se doutaient pas que, bientôt, tous leurs actes seraient le reflet de ma volonté.

*

J’avançais vers l’intérieur de l’académie. Certains élèves jetaient des regards curieux dans ma direction, sans plus. Je n’arrivais pas très tardivement dans l’année. Forcément, ça n’attirait pas grand monde. Je traçais ma route, sans me soucier des autres. On m’avait indiqué de me trouver dans le bureau du principal pour finir de régler quelques papiers administratifs à dix heures pétantes. Cet ordre avait été accompagné d’une sorte de feuillet d’office de tourisme, sur lequel était représenté un plan de l’académie. Je jetais un coup d’œil vers ma montre : 9h50. Le temps de me prendre un peu mes repères, je ne devais pas traîner. Je plongeais mon nez dans le flyer, y repérais le bâtiment du principal, et me dirigeais dans cette direction.

Je n’eus pas le temps de relever la tête, qu’un bibendum androgyne me fit voler en arrière.

- Désolée, dis-je plus par politesse que par réflexe.


_________________

I'm gonna kill you just for fun ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Kôzuki

Rang Hikari Kôzuku


Messages : 30
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Ca, c'est pas tes affaires gamin.

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: Prof de Sport
Alter: Création de Portails
Points d'Individualités: 945

MessageSujet: Re: Atterrissage forcé (ft. Hikari Kozuki)   Mar 28 Juin - 18:32

Atterrissage forcé
C'est une magnifique journée, dehors. Les oiseaux chantent, les fleurs éclosent, les abeilles butines, une bagarre éclate dans la cour. Je devrais peut-être lancer des paris. Comme les combats de coqs clandestins. Reste à savoir si j'ai le droit de faire ça à la place de les faire courir au terrain d'entraînement. Mais cette option me semble assez compromise.
D'ailleurs il semblerait que j'ai bientôt cours au stade. J'ai 10 minutes d'avance. C'est une première. Je devrais peut-être fêter ça en procrastinant quelques minutes de plus. Je suis fatiguée, je n'ai pas dormir cette nuit. Même si j'essaye de le dissimuler, j'ai quelques moments d'absence de temps en temps. Et bim.. bien trop occupée à penser, je rentre en plein dans cette gamine. Je reprends rapidement mes esprits, en secouant un peu la tête, lui offrant mon sourire malicieux presque naturel lorsqu'elle s'excuse. Un flyer ? Une valise ? Sûrement une nouvelle élève. C'est étrange qu'elle n'arrive que maintenant. Cet idiot de CPE ne m'a rien donné comme information à son sujet. Elle a l'air jeune.

"Oh, c'est moi qui suis désolée. Je ne t'avais pas vue."

Je passe mes deux mains dans les poches de ma veste en haussant un peu les sourcils pour donner me donner une attitude plus chaleureuse.

"Tu n'as pas l'air d'avoir l'habitude de venir ici. Tu cherches quelqu'un ou quelque chose en particulier ?"

Je cherche un contact visuel pour la mettre plus facilement en confiance.. Elle m'a l'air un peu stressée ou désorientée. Quoique, Non. Je ne peux pas mettre le doigt sur son expression.
ft. Aru
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Atterrissage forcé (ft. Hikari Kozuki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atterrissage forcé || ft. Jaime & Isla & Ashleigh
» Nodox >> Hikari
» Invention Tarriennes et internement forcé.
» Hikari Youkou, un démon un peu particulier...
» Quand deux paramecias se heurtent (Flashback PV Hikari)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Court de l'école-
Sauter vers: