Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 47 Elèves | 09 Ligue des vilains | 09 Vilains | 07 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

26/03 Le groupe "élève" est temporairement fermé. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


Diversification d'activité [ft Olivia Klein]

 :: Musutafu :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 14 Jan - 16:48
Il se trouvait au seizième étage d’un des multiples grattes-ciel de la zone. Le plateau avait entièrement été racheté par l’entreprise Dulys il y a peu de temps. Et pourtant, les travaux avaient été bon train. Seules quelques parties étaient encore cachées par de grandes et lourdes bâches d’une blanche transparence.

Richement habillé, l’étage était propre, transpirant le luxe et l’opulence. Les tapisseries de feutre rouge ici et là bordaient des murs d’un bois parfaitement ciré, aux fresques de personnages mythologiques d’une époque révolue, le tout serti de fines feuilles d’un papier doré.

Les bureaux étaient presque vide, à l’exception du secrétariat, où un homme d’âge mûr travaillait devant un fin ordinateur de bois, pianotant rapidement sur un clavier semblable à celui d’une vieille machine à écrire. Il avait à côté de lui un lourd dossier, épais de plusieurs dizaines, peut-être centaines de pages de documents plus ou moins classifiés, relatant les différents clients et comptes. Il leva des yeux fatigués, cachés derrière des verres correcteurs, alors que l’ascenseur au fond du couloir au tapis rouge en face de lui s’ouvrit, et posa ceux-ci sur une jeune femme qui s’avança vers lui.


« Bonjour Madame. Puis-je vous aider ?

- Je viens voir Monsieur Dulys. J’ai rendez- vous. Olivia Klein.

-A quatorze heure vingt. Vous avez quelques minutes d’avance. Monsieur Dulys va apprécier cela. »

Il bloqua la session de son ordinateur, referma doucement le dossier sur lequel il était en train de travailler et le glissa dans un tiroir, puis se leva.

« Si vous voulez bien me suivre, Madame Klein. »

Il la guida à travers deux longues allées. Le faste était vraiment visible ici, et les bureaux de bois massif, aux tapis de cuir et aux lampes d’aspect rétro offraient vraiment une atmosphère presque décalée au lieux. Il pouvait être difficile de concevoir qu’il s’agissait ici d’une entreprise de prêt à porter, dirigée par un jeune homme de vingt-trois années.

Comme pour répondre à une question silencieuse, le secrétaire dit calmement :


« Monsieur Dulys ne lésine pas sur les moyens. L’entreprise familiale montée par son arrière-grand-père a connu un essor drastique  au niveau international avec la présidence de feu Monsieur Marc Dulys, le père de Monsieur Dulys. Les employés sont ici traités presque comme des rois. Nous avons accès à une semaine de vacance tout les cinq ans tout frais payés par l’entreprise, sans parler des salles de détentes avec billard et consoles, le bar ouvert à partir de dix-huit heure, ou l’intervention d’un salon de massage une fois par mois dans les locaux. »

Il sourit doucement, visiblement heureux de travailler ici.

« C’est un emploi que j’ai eu récemment, et Monsieur Dulys est quelqu’un de particulièrement ouvert et réceptif. Et les retours des employés plus expérimentés qu’il a détaché ici ne tarissent pas d’éloge sur la ligne de conduite que le nouveau président souhaite développer. »

Il s’arrêta devant une porte à double battant.

« Et c’est pour ça qu’il cherche à implanter cette nouvelle branche d’activité ici, au Japon. »

Il ouvrit l’un des côtés et indiqua à la jeune femme de pénétrer.

L’intérieur donnait sur un opulent bureau  en ébène aux ciselures d’argent. Le tapis rouge avait laissé sa place à un tapis violet, les tentures au mur étant de cette même couleur. Une immense baie vitrée donnait sur la ville en contrebas, un magnifique panorama qui semblait déjà être contemplé par un homme de taille descente, vêtu d’un long menton violet et d’une chemise aux poignets en dentelles. Il avait un bras derrière le dos, l’autre tenant dans sa main un verre, sans doute de cristal, rempli au quart d’un breuvage carmin. Il se retourna, un sourire dessiné sur le visage, alors que la porte derrière la jeune femme se fermait calmement.


« Bonjour, Madame Klein. »
avatar
Messages : 20
Disponible en RP : Dispo
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe:
Alter: Stalker Mark
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Jan - 19:47
La jeune allemande avait postuler dans un endroit qu'elle n'aurait jamais cru pouvoir postuler : un magasin de vêtement. Il fallait le dire, pour Olivia, les vêtements étaient un luxe qu'elle se refusait lorsqu'elle vivait dans les rues. Enfin, le magasin dans lequel elle a postuler était un peu ... hors de ses moyens actuels : c'est-à-dire pas beaucoup d'argent. Olivia voulait se faire de l'argent, ce coup-ci pas pour vivre, mais pour réduire les coûts de ses études à l'école de musique. C'est en très grande partie pour ça, bien qu'elle espère aussi avoir un peu d'argent de poche de côté, mais là aussi, plus pour arrêter de devoir demander aux femmes qui l'accueillent des choses en plus qui lui coûte à force cher, même si elles continuent de relativiser en lui disant que ce n'est pas grand chose ... mais il ne fallait pas prendre Olivia pour une idiote, ces années à errer dans les rues lui ont permis de comprendre la situation financière de telle ou telle personne ... d'ailleurs, en parlant de personne et de situation financière ...

La jeune fille s'attendait à arriver devant un immeuble parmi tant d'autres, après tout, c'est une chaîne de vêtements dont ont parle ... mais aussi grand en fait ! C'est donc au seizième étage ... elle pourrait toujours marcher pour grimper les escaliers, mais ça risque de faire rater son rendez-vous ... l'allemande opte donc pour l’ascenseur, si elle savait qu'elle gagnerait cette entretien ... elle ne s'y attendait pas beaucoup en vérité. Il y avait déjà bon nombre de participante plus jolies les unes que les autres ... elle se disait qu'au moins elle a rencontrer de belles femmes qui ont à peine un peu plus que son âge, mais il fallait croire que la rue a sculpté son corps de manière "sublime" pour qu'elle soit choisit, à moins que ce soit parce qu'elle soit plus mince que les autres participantes ? Ou sans doute est-ce son côté européenne qui lui a donné des points bonus ? Dans tout les cas ... elle qui voulait juste être vendeuse et qui s'est retrouvé inscrit à ce concours par pur accident ... en plus dans un magasin de prêt à porter pour homme ... Dame Fortune doit bien lui sourire en ce moment, elle qui s'est bien amusée à la malmener jusque là ...

Maintenant, en quelques secondes, la voilà en train de errer dans un couloir luxueux en compagnie d'un assistant du genre Alfred. Elle lui a donné son nom et il ne fallait pas grand chose avant que ce cher monsieur arrive à trouver son nom dans le registre, sans doute était-elle très attendu ... mais a quel point ? Olivia ne s'attendait pas à être accueillie de la sorte ... certes, elle était venue un peu en avance, mais quand même ... dans tout les cas, pas la peine de se poser certaines questions, ce cher réceptionniste à l'air de connaître son métier, même si, d'après ce qu'il a dit, il a été récemment embauché ici. Pour un nouveau, il est drôlement bien renseigné, sans doute est-ce du par cœur, difficile à dire, mais en tout cas, ça explique pourquoi ils cherchent des modèles féminins, pour agrandir l'entreprise et se mettre au prêt-à-porter pour femme ... en tout cas, le nouveau directeur - ou plutôt l'héritier de cet empire - a l'air plutôt aisé et d'avoir poser des fondations plutôt solides. En tout cas, il a déjà le personnel dans sa poche ... mais Olivia ne voulait qu'un travail à mi-temps, pas faire carrière en tant que mannequin pour prêt à porter.

Enfin, la voilà devant son recruteur, Olivia avait l'air d’entacher un peu la scène avec ces habits très discret contrairement au bureau qui a l'air de regorger de couleurs ... mais surtout de luxe. Elle avait l'air d'une plébéienne dans un monde de bourgeois en fait, mais elle a déjà l'habitude de ce sentiment, et rien ne paraît sur son visage. Elle essaie d'être souriante, mais difficile avec tout ce stress de réussir à avoir un sourire correct ... ou du moins visible en tout cas derrière son visage stoïque.

- Bonjour monsieur.

La première règle de politesse, toujours attendre l'autorisation de l'autre pour s'asseoir ... ça et parler de la même langue que son recruteur, ça aide parfois mieux malgré l'accent sur le bonjour pour tenter de ne pas dire "guten tag". Si elle avait su ... elle aurait fait un effort en s'habillant un peu plus chic ... ah oui c'est vrai, elle n'a pas d'habits chics.
avatar
Messages : 125
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 19
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Jan - 22:33
Odric souriait toujours, alors que la jeune femme lui rendait sa salutation. Politesse élémentaire lorsque l’on parle à quelqu’un qui vous propose de l’argent. Il fit légèrement tournoyer le vin dans son verre, déployant ouvertement son autre bras pour indiquer noblement une chaise de l’autre côté de son bureau, et prit une gorgée de vin.

« Asseyez-vous donc, Fräulein. »

Lorsque ce fut chose faite, il tira doucement son propre fauteuil, faisant glisser son verre sur son bureau, et se posa contre le dossier en ouvrant d’un geste expert les deux derniers boutons son manteau. Il posa chaque doigt d’une main contre ceux de l’autre juste devant lui, avant-bras reposant sur le bois noir, et plongea son regard dans celui d’Olivia. Son très doux, profond et impérieux regard. L’instant dura de longues secondes. Puis il ouvrit un tiroir sur sa droite, et en sortit une pochette de carton bleu et un porte-plume qu’il remplit rapidement dans l’encrier sur sa gauche, à côté d’un carnet de feuilles sépia dont-il ôta l’une d’elles.

Posant ensuite son porte-plume devant la feuille, le tout parfaitement aligné parallèlement, il ouvrit la pochette, sortit ce qui ressemblait au curriculum vitae de son interlocutrice, et parcouru rapidement les quelques lignes et expériences, le visage neutre de toute expression. Puis il le reposa, et demanda :


« Allemande, je suppose ? Vous préférez votre langue, ou l'Anglais ?»

Si la réponse était affirmative, il continuerait dans un Allemand Berlinois presque parfait, teinté de son doux accent français. Si l'Anglais était préféré, alors ça serait en Anglais. Sinon, le Japonais resterait maître de la conversation, malgré ses erreurs de prononciation et de construction de phrase :

« Vous vous demandez sans doute comment vous en êtes arrivé ici. N’est-ce pas ? »

Il marque une pause à nouveau, avant de reprendre :

« Vous avez postulé dans l’une des petites boutiques en ville qui propose mes collections, et vous voici ici. C’est assez atypique, je présume. Vous n’aviez pas lu l’annonce, sans doute, et vous êtes embarqué dans un entretien concours de mannequinat, avec des jeunes filles et des femmes qui sont, et je pense vous citer avec aisance, plus grandes, plus belles, plus féminines. »

Il tendit la main vers son verre, et prit une nouvelle gorgée du précieux liquide, avant de le reposer avec grâce.

« Laissez-donc de côté ces visions d’une autre dimension. Ce ne sont pas ces personnes qui font rêver. Ce ne sont pas ces femmes qui peuvent donner envie au consommateur de se projeter avec des vêtements Dulys. Ces femmes ne font que creuser le fossé qui sépare cette haute sphère... » il accompagna les mots d’un geste tournoyant de la main « … de la réalité du quotidien de beaucoup, même parmi nos consommateurs actuels. Ce dont Dulys a besoin pour sa nouvelle gamme orientée pour la gente féminine, c’est de femmes et de jeunes filles vraies, véritables, sans artifice. La vie doit se lire sur vos traits, qu’ils soient ou non maquillés, c’est cela même qui fera dire à d’autres ‘’J’ai envie d’être pareil’’. Voyez-vous, Dulys, ce n’est plus juste un rêve de prêt à porter bloqué dans une vision machiste et très riche de la société. Dulys, c’est devenu bien plus que cela. Et vous pourrez être l’avatar de ce changement. »

Il posa sa main, le doigt tendu, dans la partie lettre de motivation :

« Je lis ici que vous souhaitez postuler pour un travail à mi-temps de mannequin. Ce type de contrat n’existe pas ici, malheureusement. Vous avez deux possibilités : postuler à temps complet, cela impliquant les spots publicitaires, les salons de mode et bien entendu les shootings photographiques, ou bien postuler pour un contrat ‘’à la prise’’. C’est à dire que vous contacterez l’un de nos agents sur votre envie de réaliser un shooting photo pour l’une de nos gammes, et que vous serez rémunérés en fonction des photographies que nous utiliserons dans nos magasines. »

Il fit glisser sa main sur le papier, le doux son parvenant aux oreilles d’Olivia, puis il continua, pointant à présent du doigt le haut du C.V. :

« Je lis également ici que vous n’avez pas seize ans révolu, bien que ça ne saurait tarder. Par soucis de légalité, vous comprenez que je ne pourrais vous faire actuellement signer un contrat d’embauche à temps complet ou ‘’à la prise’’. Cependant, j’avais remarqué cette anomalie dès la première lecture, et vous ne seriez pas ici si vous n’aviez pas ce petit quelque chose. Bien que je compte développer l’activité au Pays du Soleil Levant, notre première clientèle cible est bien entendu celle des pays ayant déjà connaissance de notre nom : Les Pays d’Europe et les États-Unis d’Amérique. »

Il cessa son discours, avant de reprendre une nouvelle gorgée de vin.

« Mais assez parlé de Dulys. Parlez-moi de vous. Qu’est-ce qui vous a poussé à postuler ici, et qu’espérez-vous ? »

A peine eut-il fini ces mots qu’il saisit délicatement son porte-plume, qu’il renversa d’un mouvement de balancier dans ses longs doigts fins, attendant patiemment une réponse de la jeune femme.
avatar
Messages : 20
Disponible en RP : Dispo
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe:
Alter: Stalker Mark
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Mar - 18:33
Que de luxe, même dans les paroles. Ainsi, il savait parler allemand ? Avec un accent berlinois de plus est ... enfin, presque, il y a quelques sonorité qui sonnent fausses. Elle reconnaît l'accent français dans ce "Fräulein", cela sonnait presque cliché, un mania de la mode français ... il manquerait plus qu'il ait les yeux bleus et les cheveux blancs et qu'il affirme aimé le vin et le fromage, et hormis le vin, elle peut voir qu'aucuns autres clichés s'est glissé chez cette personne. Il lui avait proposer de s’asseoir sur une chaise, ce qu'Olivia fit, étant habituée au luxe de la rue, le confort n'est pas quelque chose qu'elle apprécie pour ne pas l'avoir expérimenté longtemps, mais tout de même, même la chaise de l'invité est confortable ! Décidément, cet endroit et celui dans lequel elle a vécu, c'est le jour et la nuit, voire même plus ... et dire que c'est elle, une bonne à rien fille de tueur en série, qui est ici à la place de tant de jeunes filles bien plus qualifiées qu'elle a poser. En tout cas, c'est une bataille de regard entre le regard doux et imposant du français et les yeux totalement neutre de la jeune allemande qui a lieu pendant quelques secondes. Oui, elle est stressée, mais elle ne le montre pas, ne pas faire transparaître ses émotions, c'est habituel pour Olivia. Ce n'est pas sa première discussion avec un patron après tout, elle connaît déjà de nombreuses stratégies qu'utilise les recruteurs pour tenter de faire "passer la pilule" et essayer de la rouler dans la farine.

Après une bataille de regard innocente et sans but mis à part peut-être une tentative de garder le contrôle, l'homme épluche les dossiers de la jeune allemande. Mise à part un CV et une lettre de motivation - et sans doute les résultats du concours -, il n'en sortit que le CV, il a sûrement dû déjà avoir lu le reste. Elle n'avait pas grand chose à mettre dedans il fallait l'avouer, elle avait eu son brevet très tôt - il y a déjà trois ans mine de rien -, mais mis à part ça, elle avait un gros trou de trois ans, ça ne doit pas être très attractif. Enfin, il dépose la paperasse sur la table et regarde son interlocutrice, lui laissant le choix de la langue à parler.

- Restons en japonais, nous sommes au Japon après tout.

Elle pourrait parler allemand, ça ne l'aurait pas non plus déranger de parler anglais, mais il valait mieux rester japonais, ne serait-ce que pour éviter que les autres pensent à une agression verbale ou à une incantation satanique. Elle ignore si les autres employées connaissent l'allemand et l'anglais, la personne qu'elle a rencontré n'avait pas d'accent européen, ni même de trait. Enfin, passons, ce cher monsieur Dulys expose la situation qui a conduit Olivia à franchir ce bureau. C'est vrai qu'elle ne voulait que être caissière dans ce magasin, pas top modèle, elle s'en fichait du concours de mannequin qu'il y avait lieu, après tout, qui voudrait d'elle pour faire la une des magazines ou présenter des modèles ? Il semblerait que cet homme souhaite l'avoir avec lui ... et elle voudrait bien savoir pourquoi. D'après ses explications ... il veut un modèle proche du "commun des mortels", mais pourtant ... elle est considérée comme un monstre chez tout le monde. Etait-ce un mauvais choix ? Il avait deviner qu'il était allemande et la réputation de son père a déjà dû parvenir dans son oreille sans problème ... et il a l'air de ne pas s'inquiéter du tout. Enfin, il discute de sa lettre et il annonce que le travail à mi-temps n'existe pas ici, c'est qu'elle n'avait pas prévu d'être mannequin à la base ... et il est évident que le contrat à temps plein ne lui conviendrait pas du tout. Cependant, viens évidemment la question de l'âge, il fallait l'avouer, elle était trop optimiste sur ce point-là, optimisme qu'on peut voir sur son visage totalement neutre de tout émotion bien évidemment.

- Comme vous l'avez dit, je n'ai pas prévu de postuler ici. Je voulais juste être vendeuse à mi-temps pour aider ma tutrice à payer mes études.

C'était bien vrai, et puis ... le mannequinat est un domaine bien sombre chez Olivia ...
avatar
Messages : 125
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 19
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits-