Réparations et Nostalgie d'antan [RP Solo]

 :: Musutafu :: Zone résidentielle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 113
Disponible en RP : Kaki - Toga - Satsu - Kitten

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Dim 11 Fév - 21:48



Réparations et Nostalgie d'antan




[FlashBack]

Debout, dans une pièce à vivre typique d'un appartement de banlieue, se tenait Aaron. Du haut de ses vingt ans, bras croisés, le regard ferme et attentif, il observait la boule de poils noirs à ses pieds. Le jeune chien remuait la queue, visiblement désireux de jouer avec son propriétaire. Toutefois, celui-ci était en plein dressage de son animal, et il restait imperturbable.

« Assis. »


Ordre prononcé à voix haute, suivit d'une réaction de l'animal qui s'installa sur son derrière, langue pendante. Satisfait, Aaron s'accroupit et offrit une friandise au canidé qui se redressa tout content. Se remettant de nouveau droit, le jeune homme ordonna de nouveau à son animal de s'asseoir, ce qu'il fit. Cette fois-ci, il lui ordonna également de rester assis, il répéta cet ordre aussi longtemps qu'il le pouvait, du moins jusqu'à ce que le chien comprenne l'ordre. Il passa au moins plus de deux bonnes heures à faire répéter les tours qu'il avait pu apprendre à son chien, avant qu'un élément perturbateur fasse irruption dans la pièce à vivre.
C'était William, son supérieur, qui venait de franchir la porte d'entrée, chargé d'un large étui et d'un sac en bandoulière. Aaron vint l'aider à décharger ses biens, intrigués par la taille de la mallette. Beaucoup trop longue, elle devait probablement détenir une arme, il en était presque certain. C'est donc dans cette optique de découvrir le contenu de l'étui qu'il interrogea son mentor là-dessus. Ce à quoi William lui répondit que ce n'était qu'un fusil de précision qu'il devait réparer, si jamais il en trouvait le temps. Il est vrai qu'en ce moment, son poste de vice-commandant pesait lourd sur ses épaules, toujours appelé quelque part, sans pouvoir refuser.

Après le repas du soir, le plus âgé partit directement se doucher, puis se coucher. Aaron décida de ne pas insister sur le sujet, mais cela ne voulait pas dire qu'il abandonnait l'idée d'aller regarder à l'intérieur de la boîte. Ce n'est qu'une fois qu'il entendit son supérieur ronfler depuis sa chambre qu'il déverrouilla les fermetures, soulevant la face supérieure du coffret. Le jeune policier découvrit bel et bien une arme de précision, qui ne semblait pas en mauvais état à première vue. Il se mit à extraire chaque morceau du fusil et les inspecta avec curiosité et soif d'apprentissage. À l'intérieur de la boîte, il y avait une note qui indiquait les zones endommagées et donc à réparer.
Arkving savait que Malkin conservait ses outils dans la pièce qui servait de "fourre-tout". Il y avait tout et n'importe quoi dans cette pièce, des choses qu'ils ne rangeaient pas principalement ; mais elle pouvait aussi servir de table de réparation. William, en plus d'être compétent, aimait réparer les armes, plus que s'en servir. C'est avec envie de suivre cette même voie admirable qu'Aaron s'installa, lampe allumée, à l'établi. Il inspecta les différents conduits et les nettoya, chose qu'il avait déjà expérimentée. Le nettoyage des armes et les réparations simples de remboîtement n'étaient pas un problème pour lui, il avait un bon enseignant.

Le jeune policier passa donc une bonne partie de sa nuit à essayer de réparer, selon les instructions et notes, qui étaient à sa portée. Sa peur principale étant de réveiller son supérieur, qui était clairement le genre de personne qu'il ne fallait pas réveiller de manière brusque. Le premier canon en place, il enfila la lunette et testa plusieurs réglages, pour voir si elle tenait toujours la route. Aucun problème au niveau des différents points de pression, du manche et de la gâchette. Le produit final, une fois démonté puis remonté, ne semblait pas avoir changé. Était-il au final réellement défaillant ? Avait-il loupé une quelconque étape à faire lors d'une réparation ? Aaron ne saurait cela qu'une fois son tuteur levé. Il était donc l'heure pour lui de laisser tomber son travail, pour cette nuit, et d'aller se reposer.
Le lendemain matin, il fut réveillé par de grands coups de langue offert par son jeune chien, qui était venu grimper sur son lit et marcher sur lui en guise de réveil. Après avoir repoussé l'animal et s'être débarbouillé de cette bave de chien, Aaron entra dans la pièce à vivre servant aussi bien de salon et de cuisine ouverte. William prenait son café en lisant le journal, comme le ferait un quelconque civil. Aucune remarque au sujet de l'arme, bien qu'Aaron ait totalement oublié de la ranger dans son étui. Peut-être ne l'avait-il pas inspecté plus tôt ? Ils discutèrent vaguement de ce qui était prévu dans la journée. Rien de bien folichon pour Aaron, mais William lui était encore convoqué.

« Au fait, hier j'ai touché au fusil, voir si je pouvais le réparer comme tu es pas mal occupé ces derniers temps... »


Aaron n'eut pas le temps de finir sa phrase que son supérieur s'étouffa avec sa gorgée, manquant de la recracher. Il l'avala tant bien que mal, ravalant sa salive tout en tapant son poitrail. Un souffle soulagé sortit de sa bouche, alors qu'il venait de calmer sa quinte de toux surprise. Cette réaction assez inattendue suscita chez le plus jeune une nouvelle interrogation qu'il ne manqua pas de faire connaître au plus vieux.

« Ah non, ce n'est rien. Je ne pensais juste pas que ça t'intéressait. Tu sembles plutôt focalisé sur la pratique de ce genre d'arme. »


Le cadet acquiesça, en effet, il était plutôt du genre à s'entraîner sur les cibles extérieures avec un sniper plutôt que de chercher à le réparer. Mais les bases qu'il avait pu apprendre dans ce domaine délicat et méticuleux qu'est la réparation d'armes ne cessait de le fasciner. Néanmoins, ils continuèrent d'échanger sur ce qu'Aaron avait fait avec les parties de l'arme durant la nuit. William resta silencieux et l'écouta. C'est avec une main au niveau de la nuque, l'air gêné et la tête légèrement baissée, semblant chercher ses mots, qu'il avoua à son disciple quelque chose.

« En fait, si tu n'as rien trouvé d'anormal, c'est... Normal. Ce fusil n'avait rien de défaillant. J'ai fait un petit emprunt pour pouvoir te l'offrir, avec du retard. »


Un petit instant de silence dura, au moins cinq minutes, avant que les deux hommes ne soupirent en coeur. Décidément, Malkin était gêné de son manque de professionnalisme, il aurait dû lui indiquer de ne pas y toucher. Quant à Aaron, il était lui, de son côté, gêné d'avoir ruiné le plan de son mentor. Malgré cela, il le remercia sincèrement de ce don. Son premier fusil, bien qu'il ne pourrait pas s'en servir ailleurs que lors d'entraînements, pour le moment, il en était heureux. Fier de pouvoir montrer qu'il savait s'en servir, Aaron se focalisa sur sa maîtrise durant un mois entier. Après son service, il passait le restant de sa journée dans les salles d'entraînements de l'armée. Ils possédaient bien plus d'équipement que leur poste de police.
Un jour, le dernier avant le week-end, William ayant fini sa réunion plus tôt, décida d'aller rejoindre son poulain sur son stand de tir. Ce dernier ne le remarqua pas arriver dans l'enceinte privé où s'entraînait les tireurs d'élite de l'armée. Au fond de lui, Malkin se disait qu'il valait mieux qu'il continue sa montée ici, plutôt que dans un simple poste de police où il avait déjà appris une bonne partie du métier. Ce qu'il lui restait à faire, c'était se spécialiser ; et sa spécialisation, elle était déjà toute trouvée. Oui, Aaron méritait mieux que ce qu'il avait à offrir, il fallait qu'il continue sur cette voie. De toute évidence, les entraîneurs et gérants du lieu finiraient bien par remarquer son assiduité et ses entraînements récurrents.

Patient, le policier attendit qu'Arkving termine son chargeur. Il semblait déjà avoir parfaitement maîtrisé l'arme qu'il lui avait offerte, alors que ça ne faisait qu'un peu plus d'un mois qu'il l'avait en sa possession. Chaque jour, il l'utilisait, il devait mieux la connaître que lui, de toute évidence. Il avait même insisté, à la fin de son entraînement, pour que William continue de lui apprendre à s'occuper de l'entretient d'armes ; si celui-ci n'était pas trop épuisé de sa journée. C'est donc après le dîner que le plus âgé des deux hommes vint partager à nouveau son savoir avec le plus jeune. Il était si attentif, qu'il ne prenait quasiment jamais la parole, sauf pour demander des précisions. Il ne le coupait pas, et était plutôt concentré, un peu trop, sur ses paroles et les gestes qu'il entreprenait.
C'était encore une fois grâce à lui, qu'il avait appris à aimer ce genre de passe-temps. Lui qui lui avait inculqué cette passion pour les armes, qu'il fallait traiter minutieusement. Elles ne sont pas vivantes, comme les animaux, et n'ont pas les mêmes besoins. Cela a permis à Aaron de développer son propre travail minutieux, sa délicatesse de manipulation et sa précision. Une passion partagée et peu commune, transmise comme le ferait un père à son fils.

[Fin FlashBack]

Aaron ouvrit les yeux. Il était assis, dans son laboratoire se situant au premier sous-sol de sa demeure. Courbé sur sa chaise, il se redressa pour avoir le dos droit, fixant ce qu'il avait devant lui. Sa table de travail, ornée de différentes pièces d'armes. Des pièces en tout genre, parfois similaires mais avec une différence de taille. Des plus fines, des plus épaisses, c'était un véritable chantier. Arkving regarda son établi, soupira pour s’affaisser de nouveau dans sa chaise de bureau. S'était-il assoupi ? Étrange, il n'en avait aucun souvenir.
Là seule chose dont il se souvenait, c'était qu'il était descendu ici avec une bonne raison. Son fusil de précision, ainsi qu'un autre équipement de sa panoplie, était à revoir. Le canon avait beaucoup trop surchauffé lors de ses dernières utilisations, il en était ressorti abîmé. Il est vrai que son fusil n'était plus tout jeune. Il fallait qu'il l'améliore, tout en conservant les bases du modèle qu'il savait manier. L'horloge pointait deux heures du matin. Pas question d'aller se coucher en laissant son matériel ainsi. Il fallait qu'il avance sur ses réparations, et cela allait lui prendre du temps, bien plus qu'une nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un anniversaire, une nostalgie [Solo] [Terminé]
» VIDEO Historique , ha la nostalgie.
» présentation Bob Solo [Validée]
» Le retour de l'Armure d'antan ?
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Zone résidentielle-
Sauter vers:


FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310