Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 47 Elèves | 09 Ligue des vilains | 09 Vilains | 07 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

26/03 Le groupe "élève" est temporairement fermé. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


Le combat doit continuer

 :: Musutafu :: Zone résidentielle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 23 Mar - 2:27
Il est quelle heure… Je regardais le réveil sur mon bureau, cinq heures du mat’... J’avais le bras endolori, je m'étais endormi dessus. Je regardais autour de moi, j’étais dans ma chambre. J’avais encore fait ce cauchemar où je voyais Yumi se faire arracher les membres, un par un… je frissonnais de dégoûts puis soupirais, ça faisait deux jours depuis cet incident, elle était inconsciente à l'hôpital, la perte de sang était très importante, il faudrait du temps avant qu’elle se réveille. Moi, je voulais pas en perdre, du temps, je connaissais ma soeur. Cet incident n’allait en rien lui retirer l’envie de l’action, d’en découdre, de devenir une héroïne et il fallait que je l’aide pour qu’elle s’en sorte le mieux possible… j’ai cru devenir folle en voyant son état, j’avais besoin de m’occuper, faire quelque chose, penser à autre chose.

Le choix était tout trouvé, faire une prothèse à Yumi, pour qu’elle puisse continuer de se battre. C’était pas une mince affaire. Mon prototype était certes presque complet mais… Il fallait que je l’adapte pour elle. Je regardais le dessin que j’avais fait, c’était ce que j’appelais “la base”. Il fallait que je le construise et que je l’envoie à l'hôpital où réside actuellement Yumi pour qu’il la pose au niveau de son… De… Son moignon… Des sillons se creusaient sur mes joues et des larmes tombaient sur le papier. Je les séchais rapidement pour ne pas l'abîmer, je devais continuer à travailler. Ça prenait doucement forme.



Deux jours que j’y réfléchis… C’était constitué d’une base métallique avec plusieurs “trous” qui seront reliés aux nerfs de l’épaule de Yumi. Des broches se trouvent à la base de la prothèse et doivent être enfoncées dans ces trous pour connecter la prothèse aux nerfs… Rien que de penser à la douleur que ça allait provoquer à ma petite soeur me donnait envie de vomir mais je devais faire avec, et elle aussi. Cela me donna tout de même l’idée d’intégrer un “injecteur” de morphine, pour calmer la douleur… ça me prendra pas très longtemps à intégrer mais est-ce que j’aurais la place ? j’espère.

Je ne savais pas si ça allait vraiment être utile mais j’avais laissée au centre de la base une zone vide qui permettrait de Yumi de faire apparaître un propulseurs, le but ? J’allais installée dans le prothese un réseau de tuyaux qui permettrait de laisser passer l’air et donc en l'occurrence, de permettre aux propulseurs d’aspirer l’air jusqu’aux différentes sorties, une au niveau de l’épaule, une autre au niveau du coude et une dernière dans la paume.

Mais il y a différents soucis, la première étant que la différence de pression lorsque Yumi utilise son alter allait fragiliser l’ensemble. En plus, je ne savais pas si elle serait capable de faire apparaître un propulseur là où il y avait son bras avant… Mais bon, c’était à essayer au moins. Je regardais les différentes pièces de métal, les valves, les tuyaux, ayant peur de la masse colossale que ça allait prendre de constituer la base, puis de modifier la prothèse, mais fallait s’y mettre…

Trois jours maintenant que j’étais dessus, mon imprimante 3D avait fini de fabriquer toutes les pièces les plus fines de la base, il fallait maintenant que je les transforme en métal… Je grognais à cet idée puis regardais mes mains, la chair était noire, calcinées… Je soupirais cette fois ci, il fallait bien que je m’y mette de toute façon… J’avais déjà conçu tout l’appareillage électronique de la base, il me suffisait de programmer le logiciel qui transformera les données envoyées par les nerfs en instructions pour la prothèse et d’assembler les pièces une fois transformées. J’avais demandée à une amie de la filière de soutien de coder le programme, je n’avais pas le temps de le faire, elle m’a dit que ça allait lui prendre du temps mais qu’elle essayerait de me le passer d’ici une semaine ou deux, ce serait parfait.

Je pris une des pièces circulaire, ça allait être la base de la base. Je passais mes mains dessus puis commença à me concentrer. Rapidement, je sentis mes mains chauffer sous l’utilisation de mon alter, cette journée allait être très longue… j’ai encore séchée les cours et je ne vais plus à l’internet malgré le couvre feu, pas de temps à perdre à l’U.A. De toute façon, j’ai déjà d’excellentes notes et de l’avance sur la plupart des projets alors… On devrait me laisser tranquille, j’espérais en tout cas. De plus, je risquais rien chez moi.

Je passais ma journée à construire la base, m’arrêtant toutes les trentes minutes pour refroidir mes mains grâce aux gants réfrigérées que mon père m’a construit il y a des années… J’entendis quelqu’un toquer à la porte de ma chambre, je savais que c’était ma mère qui m’apportait mon repas. Je ne sortais plus de ma chambre depuis l’incident, sauf pour aller voir Yumi, prendre les mesures nécessaires et espérer qu’elle se réveille… Je détournais le visage pour que ma mère ne voit pas les larmes sur mes joues, je ne répondais pas à ses questions, je n’avais pas envie de parler, je n’avais pas le temps non plus.

Je regardais mon travail accomplis dans la journée le temps que mes mains refroidissent. La plupart des pièces de plastique avait était métallisées, elles étaient petites, ce sera pas la même quand je modifierais la prothèse, loin de là… Il ne me restait plus qu’à assembler l’électronique et ce serait bon mais demain, je parviens à peine à garder mes yeux ouverts, je regardais encore mon réveil, 20h seulement… J’ai vraiment complètement cassée mon rythme de sommeil. Je me jetais dans mon lit après avoir programmée un réveil pour dans 5 heures, je n’avais pas le temps…

Une semaine depuis l’évènement… Je crois. J’avais eu des difficultées à assembler la base, c’était compliqué de faire tenir un assemblage aussi complexe d’électronique dans un si petit engin mais c’était fait… Je l’avais donnée à l’équipe médicale qui s’occupait de Yumi, elle ne s’était toujours pas réveillée d’ailleurs… Il devrait faire l’opération d’ici quelques jours, ça allait être très compliquée, il fallait connecter chaque nerfs à chaque fentes de la base mais surtout, déplacer les nerfs qui se trouvent aux centres du bras, pour laisser le trou… Heureusement qu’il y a un os ici normalement, sinon ça aurait été impossible.

Sortir m’avait fait excessivement bizarre, sans parler de la douleur provoquée par la lumière du soleil, cela faisait du bien de respirer de l’air pur, pas saturé de copeaux de bois et sentant le brûlé. Je me sentais mal par rapport à Yumi, je n’avais pas le temps pour gamberger mais… ça me faisait du bien de me balader un peu et puis ça me rendait les idées plus clair, j’avais bien besoin de ça pour rester focus sur le projet.

J’avais discutée pas mal de temps avec l’équipe médicale d’ailleurs, ils s’inquiétaient non seulement de mon état de santé mais aussi de la faisabilité de l’opération, faut dire que mon dispositif était assez novateur… Même si basé sur des inventions déjà existantes. Le docteur Hirosi, qui serait chargée de diriger l’opération, semblait tout de même confiante:

-Je pense que ça devrait aller, ça va surtout être le rejet des matières métalliques qui devraient être compliqué à gérer mais ça dépendra de votre soeur avant tout.

-J’espère que ça ira… Les dimensions sont bonnes ?


-Oui oui, Nickel, vous avez vraiment fait du très bon travail !


Un remerciement fatigué suivit ses félicitations, j’étais exténuée. J’avais cumulée à peine une vingtaine d’heures de sommeil dans la semaine et mon alter était particulièrement fatiguant à utiliser… j’avais l’impression d’ailleurs que les marques sur mon bras s’étaient intensifiées… Je soupirais avant de remettre mes gants, ce n’était pas une vision agréable, ni pour moi, ni pour les autres.

J’avais décidée de faire un passage dans la chambre de Yumi. Peu de personnes étaient venues lui rendre visite, surtout sa famille, même sa petite amie n’était pas venue… ça m’étonnait, peut-être qu’elle avait peur de voir Yumi dans cet état. Je soupirais à cette pensée puis pris une chaise pour m'asseoir à sa droite. Je pris sa main et regarda son visage. Il était inquiet, les sourcils froncés et la peau livide… C’était une vision dure à supporter mais si je voulais ne plus le faire, je devais fabriquer cette prothèse… Pour qu’elle le protège.

Je regardais alors son bras gauche, sa tenue d'hôpital cachait le moignon mais je pouvais aisément le deviner, l’imaginer et ça m’énervait… J’étais énervée contre la connasse qui lui avait fait ça et contre moi… J’aurais dû l’empêcher de partir ce soir là, et tout les autres soirs ! J’aurais dû veiller sur elle mais naïve, je pensais qu’elle était en sécurité, qu’elle savait se défendre… Je pensais que ça lui faisait du bien de sortir, elle qui semble toujours blasée, triste. Et maintenant, dans quelle était tu es Yumi ? Je soupirais avant de caresser sa main, ça ne se reproduira plus.

Je restais ici, assise, quelques instants. Je n’avais pas hâte de rentrer, je devais démonter et remodeler la prothèse, l’adapter pour la base et créer le système de réseaux internes… ça allait me prendre du temps mais il le fallait. Je regardais le ciel dehors, il se teintait de rouge… Il était temps de partir. Je regardais Yumi une dernière fois, bien décidée à ne plus jamais la voir ainsi.

Huitième jour  depuis l’incident, revoir Yumi m’a redonnée la motivation de continuer mon projet, malgré la douleur, le stress et le manque de sommeil. Il était 8h, je m’étais autorisée une nuit de sommeil avait de m’attaquer à la prothèse, c’était bien trop important et complexe pour que je me permette de ne pas être à 100%. Je commençais à démonter mon prototype, pièce par pièce, les déposant sur ma table de travail de manière ordonnée. Je mettais de côté les pièces inutilisables ou à refaire alors que le bruit de mon imprimante me vrillait déjà les tympans...

Je mettais mon casque sur les oreilles pour mettre la musique à fond puis je pris un bloc de bois et mon attirail de menuisier puis commença à sculpter, lentement mais sûrement. Je fis en premier lieu la surface qui sera connectée à la base, je devais juste m’occuper du support, j’avais déjà tout l’électronique de prêt dans le prototype de base, c’est un gain de temps considérable même s’il faudra le modifier dans le détail. Ça allait me prendre aisément deux jours pour fabriquer toutes les pièces et étant pour les transformer en métal…

Dixième jour depuis l’incident, j’étais allée rendre visite à Yumi de nouveau, l'hôpital m’avait appelée hier, non seulement l’opération avait été une réussite mais en plus elle s’était réveillée le jour d’après. J’y allais avec joie, la joie de savoir ma petite soeur hors de danger mais… J’appréhendais, qu’est-ce que j’allais pouvoir lui dire ? Je sais pas… J’allais à l'hôpital avec papa et maman, on s’était très peu parlé depuis l’accident, ils n’approuvaient pas ce que je faisais, pour eux, Yumi devait arrêter son activité d’héroïne… Mais je n’étais pas d’accord, absolument pas même. Tout simplement parce qu’elle allait être traumatisée par cette évènement et elle désirera sûrement se venger à tout prix, quoi qu’il arrive. Il fallait donc lui en donner les moyens ou au moins, celui de survivre à un prochaine affrontement avec un vilain… Et pour ça, elle devait continuer ses études et être en pleine possession de ses moyens, j’en étais convaincu.

Le trajet se fit en silence mais nous portons tous un sourire de façade en rentrant dans la chambre d'hôpital de la cadette, elle n’avait pas à subir ça. Elle était en train de regarder par la fenêtre lorsque nous sommes rentrés… Puis elle se tourna et son regard… N’avait pas changé. Toujours cette même expression blasée, cette expression d’être ailleurs, inintéressée par ce monde. C’était… Rassurant d’un côté. Je venais m'asseoir à côté d’elle en souriant, tout comme mes parents:

-Salut petite soeur ! Comment tu te sens ?


-Hmmm… J’ai l’épaule droite qui me gratte. Et je me sens fatiguée…

Je rigolais légèrement, elle n’avait vraiment pas changée. J’allais tout de même voir son bras droit pour régler son problème, venant gratouiller là où elle me demandait. Un petit silence s’installa avant qu’elle ne me demande:

-C’est toi qu’à fabriquée ce… Truc ?

-ça s’appelle une Base et oui c’est moi. Je suis en train de modifier mon prototype de prothèse pour que ça aille avec.


Je montrais le “trou” au centre de la base:

-C'... C'est pour que tu puisses utiliser ton alter. Si tu fais paraître ton alter au niveau de ce trou avec ta prothèse, tu pourras te servir des conduits d'air qui sortent au niveau de ton épaule, de ton coude, et de ta paume. Je n'ai pas pu faire mieux sans retirer de la solidité à l'ensemble,désolé...

Elle me regarda dans les yeux, un très léger sourire flottait sur ses lèvres:

-Tu pensais qu’un jour une de tes machines me serait utile ?

-Je pensais oui, mais j’espérais que non…

J’avais en effet toujours pensé qu’avec le caractère impulsif et auto destructeur de Yumi, elle aura peut-être besoin d’une prothèse un jour… Mais j’espérais de tout mon coeur que ça n’arriverait jamais. Je regardais papa et maman, ils étaient morts d’inquiétude pour elle, et je le comprenais que trop bien… C’est alors que ma petite soeur demanda:

-Papa, maman, vous pouvez sortir ? J’aimerais parlée à Hikaru en privée.


Ils furent surpris de la demande mais s'exécutèrent, quittant la pièce en traînant légèrement des pieds, ils voulaient pas nous laisser seules. Finalement, ma soeur me demanda:

-je suppose que la police t’as interrogé, t’as répondu quoi ?


-Juste ce que je savais, que t’avais passée l’aprem à Tokyo, Sumi n’a rien dit de plus...

-Sumi… Elle est venue me voir ou pas ?

Je fis non de la tête puis vît un regard étrange, mélange de tristesse et de soulagement. Elle reprit en souriant:

-Tant mieux, j’avais pas envie qu’elle me voit dans cette état…

-J’espère que… Tu ne le referas plus…

-Quoi ? Perdre mon temps en ville ou me faire torturer ?

Je vis alors son regard changer subitement. Un regard déterminé comme j’en avais jamais vu dans les yeux de Yumi, j’avais visée juste… Elle voulait se venger. Je serrais les dents, cette idée ne me plaisait pas mais je la savais lucide, elle ne ferait rien d’inconsidérée, tant qu’elle n’aura pas les moyens d'accomplir son but… Je devrais tout de même garder un oeil sur elle. De toute façon, maintenant ils garderont un oeil sévère sur elle, une élève blessée malgré le renforcement de la sécurité, ça va faire du bruit… Même si perdre sa liberté la fera sûrement chier. Je la regardais encore de nouveau, elle s’était endormie pendant que je réfléchissais. Je rigolais légèrement avant d’embrasser son front pour sortir de la chambre. C’est alors que mon père me tomba dessus:

-C’est décidé, Yumi ne retournera pas à l’U.A.

Mon sang ne fît qu’un tour en entendant ça, j’étais exténuée, fatiguée, sur les nerfs. Je lui répondais alors sèchement:

-Ce n’est ni à toi ni à maman de prendre cette décision mais à Yumi seule ! C’est trop tard maintenant, elle est dans le collimateur de la ligue des vilains il semblerait… Ou en tout cas de celui qui l’a attaqué ! Elle doit être capable de se défendre alors…

Mon père me coupa la parole:

-C’est beaucoup trop risqué ! Imagine si pendant une patr…


-ça fait partie du métier papa ! Tu veux qu’elle reprenne une existence normale ? Aller dans une école normale ? ça mettrait en danger les civils autour d’elle ! A l’U.A, elle est entourée de personnes qui savent se battre. Il faut au contraire qu’elle puisse continuer sa formation ! Si vous tenez à Yumi, vous la laisserez faire… Elle a beau être une tarée, elle sait être lucide quand il faut.

Je commençais alors à me diriger vers la sortie de l’établissement d’un pas rapide, ce blanc immaculé me donnait la gerbe. Je rentrais pour reprendre mon travail. Je devais encore transmuter les pièces en bois et en plastique… Mes bras et mes mains étaient à deux doigts de lâcher, j’aurais bien besoin de quelques jours de repos complet.

Douzième jour… J’ai failli perdre définitivement mes mains hier, je me suis endormi en utilisant mon alter… C’est l’odeur de brûlé qui m’a réveillée. J’ai plongée mes mains dans mes gants réfrigérées et je suis allé dormir. Je viens de me réveiller, mon réveil annonce dix heures, j’ai dormi quinze heures au total… J’ai perdu quinze heures surtout ! Enfin, la pièce sur laquelle je m’étais endormie était la plus importante et surtout la dernière à transformer, il ne me reste plus que l’assemblage, je vois enfin le bout. J’entendis alors une alerter de mon pc, j’allais voir.

C’était ma collègue de la branche de soutien qui m’avait envoyée le programme pour la prothèse. Je souriais en grand et le téléchargeais, il suffirait que je l’installe pour la prothèse. Lors de la première connexion avec la base, ça devrait l’installer sur cette dernière automatiquement, si tout se passe bien… Le code était une modification de ceux utiliser par d’autres roboticien donc il devrait fonctionner, j’espérais, pas envie de perdre des mois de boulot pour une erreur de programmation. Je le relisais dans son intégralité pour vérifier qu’il n’y avait pas d’erreur mais non, tout était nickel.

Je connectais mon PC à une connectique de la prothèse puis installa le programme. J’ouvrais alors un simulateur qui permettait de reproduire les informations envoyées par les nerfs de Yumi et commença à faire quelques tests. La prothèse semblait bien réagir, il ne me restait plus qu’à terminer l’assemblage alors et à peaufiner les détails… J’allais bientôt pouvoir donner la prothèse à Yumi, je souriais à l’idée d’être enfin au bout de cet enfer.

Deux semaines depuis le l’incident, et je remettais les pieds à l’U.A pour la première fois. Je savais que mes parents avaient justifiés mon absence, argumentant que je n’étais pas en mesure de suivre les cours émotionnellement. Alors pourquoi venir ici ? Pour toujours la même raison, cette putain de prothèse… J’avais passée les deux derniers jours à retravailler les pièces, quelque chose n’allait pas mais je n’arrivais pas à mettre le doigt sur le problème. J’avais beau retourner le problème dans tous les sens, pas moyen: les pièces finissent toujours par se bloquer, les pistons qui actionnent les mécanismes et qui produisent les mouvements de la prothèse semble se “décaler” et je n’arrivais pas à régler le soucis.

Alors il me fallait un regard neuf, celui d’une personne que je ne tenais surtout pas à revoir… Ma prof’ de mécanique: Fujimi Yuzuru. Elle m’a fait vivre un enfer pendant trois ans, exigeant de moi des choses bien au dessus de mes capacités… Elle m’en a fait faire des nuits blanches celle là mais malgré tout ça, c’était une professionnelle et en savait bien plus sur les domaines de la mécanique que moi, elle pouvait m’aider. De toute façon je saturais, je n’arrivais plus à réfléchir alors autant essayer quelque chose de neuf.

Je rentrais dans son bureau, qui ressemblait plus à un atelier. Sa coiffure brune s’agita légèrement lorsqu’elle releva la tête, le blanc de son oeil droit était devenu noir, signe qu’elle utilisait son alter. Elle avait dans une main un fer à souder et dans l’autre un tournevis, elle semblait travailler sur un système de propulsion. Pour quoi ? Aucune idée. Elle ferma son oeil noir et déposa ses outils, me regardant de haut en bas:

-Tiens tiens… Mademoiselle Sakai… Cela faisait bien longtemps que je ne t’avais pas vu… Qu’est-ce qui t’amènes ici ?

Je la fixais dans son seul oeil ouvert avant de me courber légèrement pour la saluer. Puis, je m’avançais légèrement en m’expliquant:

-Bonjour madame Yuzuru, je travaille depuis deux semaines sur un projet et j’aurais besoin de votre aide…


Elle commença à sourire. Elle savait que j’étais quelqu’un de particulièrement fière et que je détestais demander de l’aide, ce qu’elle trouvait absolument ridicule quand on est dans une licence de soutien. Il faut accepter d’être aider pour aider les autres, d’après elle. Elle me montra son bureau pour me faire signe de m’asseoir, ce que je fis:

-Je vois, c’est pour cela que tu ne viens plus en cours je suppose ? Tu as vraiment une mine affreuse… Montre moi ce qui t’as mis dans un état pareil.

Je ne réagissais pas plus que ça à sa remarque sur mon état, préférant prendre mon sac à dos pour en sortir la prothèse et la déposer sur le bureau. Je fouillais le visage de ma prof’ de mécanique mais ne constata pas de réaction particulière, mis à part qu’elle ouvrit son oeil pour analyser mon oeuvre. J’attendais en silence, sachant qu’elle avait besoin de concentration. Elle prit alors le bras mécanique et pris un tournevis pour commencer à le démonter après avoir fait de la place sur son bureau:

Et bien… C’est très impressionnant ce que tu as fait, quelle est le soucis ?


Je savais qu’elle allait le deviner aisément une fois la machine ouverte mais elle ne quittait jamais son rôle de professeur et voulait sûrement tester mes capacités d’analyse:

-Difficile à dire, pour une raison que j’ignore les pistons semblent “décaler” leur pousser à chaque utilisations, finissant par bloquer tout le mécanisme. J’ai vérifiée le programme mais j’ai pas trouvé d’erreur au niveau de l’algorithme…


Elle démonta les plaques extérieures en métal pour avoir accès à la structure interne de la prothèse. Elle semblait confirmer certaines choses dans son esprit, voyant sa tête faire oui. Elle commença alors à faire bouger la prothèse dans tous les sens, je grimaçais, ayant peur qu’elle ne le casse. Elle annonça finalement:

-Ne t’inquiètes pas, ça va pas casser pour si peu, tu as fait un truc solide, suffisamment pour que ta soeur ne se batte avec, je me trompe ?

Je déglutis en baissant les yeux et rougissant, ce qui était inutile vu qu’elle n’avait pas modifier son regard, toujours porté sur ma machine:

-Je te confirme que le problème ne vient pas de la partie électronique, je l’aurais vu. Non, c’est la structure même des pistons qui n’est pas bonne… Et cela pour une raison très simple, la base du piston est trop fragile pour soutenir l’inertie, du coup, il se “détache légèrement” à chaque utilisation. Ce n’est que de quelques micro mètres donc ça se remarque pas vraiment.

Je la regardais, stupéfaite qu’elle est trouvée le problème aussi rapidement ! Je posais mon regard sur ma création, Fujimi me le tendit pour que je constate moi même ce qu’elle venait de dire. Je grimaçais légèrement en le prenant en main, la chair calcinée me faisant souffrir malgré mes épais gants en cuir. Je fîs bouger les pistons et, en plissant les yeux, je constatais affectivement un micro décalage, à peine détectable. Je soupirais en passant à la masse de travail que cela représentait de tous les refaires, et il fallait que je termine la prothèse avant que Yumi sorte de l'hôpital.

J’entendis alors ma prof se lever pour venir trifouiller une des armoires qui compose les quatre pièces du bureau. Elle en sortit les bras chargées de pistons de différentes tailles. Ils avaient l’air vieux, usées mais je ne disais rien, je savais qui j’avais en face de moi. Fujimi commença à les installer en continuant de parler sur son ton sévère:

-Qu’est-ce que tu vas faire pour aider ta petite soeur ?


-Et bien lui donner la prothèse et… Hum…

Je me rendais compte alors que je m’étais uniquement focalisée là dessus, sur le fait de lui rendre son bras… Mais pas comment le “garder”. Je pris ma tête entre mes mains en soupirant, pourquoi je n’y ai pas pensée putain ! C’est pas parce qu’elle aura de nouveau deux bras qu’elle sera invincible ! Faut que je trouve un moyen de lui apprendre à être plus lucide en combat. Je regardais Fujimi, elle souriant en travaillant:

-Tu as compris où était le principal problème. Je n’ai jamais vu la petite Yumi se battre mais j’en ai beaucoup entendu et pas en bien. Elle a un comportement auto destructeur… Je pourrais peut-être l’aider.

J’écarquillais les yeux. Je savais madame Yuzuru impliquée mais je ne l’avais jamais vu donner des cours de combats à des élèves. Elle était réputée en tant que combattante et je pense que beaucoup d’élèves voudrait apprendre auprès d’elle:

-Vous pensez pouvoir apprendre à Yumi à se calmer en combat ? J’ai essayée pendant des années, sans jamais y arriver…

-Je suis professeur, c’est mon rôle enfin. Tu m’enverras Yumi quand elle sera disposée à se battre.

Elle me tendit la prothèse, les pistons faisaient tâches dans l’ensemble flamblant neuf et rendait l’objet plus lourd mais… Je constatais rapidement que c’était bien plus efficace ! Je souriais en grande, elle était enfin terminée… Je pris les plaques externes pour de nouveau assembler le tout, Fujimi était de nouveau plongée dans son projet, son oeil droit noir de son alter. Je me levais en mettant la prothèse dans mon sac puis me penchait légèrement:

-Merci beaucoup madame Yuzuru, vous m’avez sauvée la vie…

Elle fit un signe de main pour me dire de partir:

-Va va, c’est mon rôle de toute façon…

Je me dirigeais vers la sortie avec un sourire au visage, le premier depuis très longtemps...
avatar
Messages : 133
Disponible en RP : Ho que oui

Fiche de Pouvoir
Grade: 16
Année et Classe: 1-C
Alter: VOID PULSE
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Mar - 19:47
Projet validé par Rose Albano
avatar
Messages : 291

Fiche de Pouvoir
Grade:
Année et Classe: Directeur de l'école
Alter: High Spec
Voir le profil de l'utilisateur http://my-hero-academia.forumactif.pro
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Zone résidentielle-