Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 47 Elèves | 09 Ligue des vilains | 09 Vilains | 07 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

26/03 Le groupe "élève" est temporairement fermé. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


Jaidein Eisenmann

 :: Présentations en cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 7 Avr - 1:45


Jaiden Eisenmann

 

Informations

Nom Complet :: Jaiden Eisenmann
Surnom :: Jai
Date de Naissance :: 4 Fev 2017
Nationalité :: Allemand
Groupe ::  Héro
Alter ::  Humano-morphe: Jaiden peut copier l'apparence de n'importe quel humain avec qui il a eu un contacte physique prolongé.
Avatar :: ft. Andrew de Foxhole court (Oeuvre de Len-Yan)

Derrière l'écran

Parles un peu de toi :: Rien à dire °° Je suis un être de sexe féminin, mangeur de chocolat, pratiquant le RP depuis même pas un an, faisant un nombre de fautes incalculables (Nan, reveneeeezzzz!), et ne répondant que tous les quinze jours, pour des raisons familiales u_u. J'suis passionnante.
Comment a-tu découvert le forum :: ELLE!
Comment le trouve-tu :: Ma foi fort sympathique ^u^
Tes disponibilités :: *Se brise en morceaux* Très peu dispo. Un Week-end sur deux. Je suis le Rp qu'on prend pour arrondir sa fin de mois.... T^T
A-tu lu le règlement,
si oui la preuve ::
  Nedzu est un animal (Je suppose que c'est ce code.....Mais j'suis pas sûre....)
Autre :: *Prend l'apparence de la personne ayant assisté au moment le plus gênant de ta vie* Ho! Salut tu vas bien?

Physique

Description facultative !
Vous n'êtes pas obligé de l'écrire si vous n'en n'avez pas l'envie.
Caractère
C'est ici que vous allez rédiger le caractère de votre personnage ! Soyez le plus imaginatif et créatif possible !

Histoire

« C'est assez...Compliqué, d'expliquer mon existence. Enfin surtout pour moi. Pour te dire, je ne me souviens même pas du jour de ma naissance. Ni de celui de mes parents. Et mon frère, je n'en parle même pas même pas...Pour commencé, je suis Allemand. Et j'ai l'impression d'y avoir passé des siècles, en Allemagne, dans les rues de Berlin. On vivait près des quartiers malfamés, ceux où même la police n'ose pas toujours mettre les pieds. Ça doit peut-être expliquer le fait que ma vie soit si vite partie à la dérive....Je sais pas trop. Enfin. Jusqu'à mes dix ans, c'était le calme plat, ou presque. Ma famille était le genre de ménage qu'on ne remarque pas. Pas de problème financier apparent, des parents aimants aux alters communs. Celui qui faisait tâche par contre, c'était mon frère, Ralf. Il faisait partie de ceux sans alter. Et autant dire que ça n'en avait pas fait un type résigné, mais  plutôt un démon flamboyant. Ce qu'il n'avait pas de pouvoir, il le compensait en force physique. Il avait vite prix l'habitude de courir partout, de se montrer plus casse-cou, plus fort, plus téméraire, plus intelligent que la moyen. A cause de sa force, on se battait très souvent( les seuls moments où je me sentais en vie. Irrésistiblement en vie). On avait même finit par tous les deux prendre des cours d'arts martiaux, pour mieux se foutre sur la gueule.C'était son moyen de se démarquer, et d'être à la hauteur. Ça marchait bien. Il était délégué, deuxième de la classe, moi...J'étais dernier. Enfin...Faut que j'ai jamais fais très intention aux exercices, copies, aux règles à apprendre par cœur. Je finissais bien par devoir les apprendre, ne serait-ce que pour avoir la paix. Mais devoir répondre à des exercices, alors que je connaissais les réponses... A vrais dire, je crois que je n'ai fais des efforts pour m'adapter que jusqu'au collège. A partir de là, ça ne m'amusait plus. Je ne m'obligeais plus à rester dans la salle de classe, à répondre aux exercices...Parfois même je n'allais pas au collège pendant plusieurs jours! Je me cachais et disparaissais à chaque fois que les flics se mettaient en tête de me ramener en classe. J'avais Berlin comme terrain de jeu....Mais tu à vite fais le tour d'une ville comme ça...En 3 semaines, j'avais vue presque toutes les rues, et je n'avais plus l'envie de continuer à marcher dans des endroits déjà vus. J'ai commencé à traîner dans les quartiers malfamé, à peux à peux trouver des genres intéressants.

Attention, ne pas confondre sympathiques et intéressants. Du moins la définition que toi tu as d'une personne sympathique. Moi, je regarde les humains de loin, je ne les aimes pas particulièrement...
Quelqu'un d'intéressant est quelqu'un que je peux observer pendant plus d'une semaine, et toujours m'émerveille de ses gestes. Ces gens sont rares, et si j'ai bien remarqué une chose....C'est qu'ils différes souvent tout autant que moi du modèle classique d'humain.

De tous ces gens, une femme a retenue mon attention. Une dealer. Erna. Son alter lui permettait de produire de la drogue à partir de son sang, une drogue unique. Sur le coup, ça m'a fasciné. Elle m'avait présenté son sang comme « le nectar des nectars », c'était le genre de commentaire qui me mettait la puce à l'oreille. Çà à même doucement tourné à l'obsession. Je passais de plus en plus souvent chez elle, ne serait-ce que pour la voir laisser son sang couler, puis sécher pour devenir une petite foudre rouge qu'elle revendait dans quasiment toute la ville... Et un jour elle m'a tendu son bras, tailladé au pli du coude. Je dois dire que boire à la plaie d'un humain, ça trompe un instant l'ennuie.   Et tu dois te demander comme un gamin comme moi, de quinze ans peu d'un coup tomber volontairement dans la drogue...Mec, t'as vu ta vie ? C'est l'ennuie mortel. Et ma vie et comme la tienne.

A partir de là, j'ai découvert un monde complètement différent, un monde dans ma tête...C'est à ce moment que j'ai commencé à ne plus voir ma famille. Oui, j'étais mineur, mais ...Voir que j'étais tombé dans la drogue a comme qui dirait refroidis mes parents. Surtout quand j'ai commencé à ramener de quoi me piquer. Là, ils ont définitivement oublié l'idée de me sortir de ce qu'ils appelaient un gouffre.

J'ai emménagé chez Erna, et j'ai passé les deux premières semaines de cette cohabitation un joint aux lèvres, dans mon « paradis » comme je l’appelais : Ce monde si différent et unique, né du cerveau et de la drogue. J'étais en plein milieu de mes hallucinations. Mais Erna  m'a vite fait redescendre. On était deux à vivre ici maintenant, ce qui voulait dire qu'il fallait ramener deux fois plus de fric. Elle m'a vite trouvé un créneau. Les combats illégaux d'alter.J'avais du lui dire que j'avais des sports de combat pendant un de mes moments au paradis.
Le principe était simple : On savait qu'on avait rendez-vous dans un entrepôt désaffecté en périphérie de Berlin, vers une heure du mat' dernier carra. Pour combattre, il fallait s'adresser à un type nommé Barry. Les dealers traînés beaucoup là-bas. Il y avait plein de brebis égarés, de futures clients. Pour maintenir l’événement, il a été décidé que chaque dealer donné 10% de ce qu'il avait gagné au gagnant(Oui, on avait une calculatrice. Mec, on était tous défoncé, tu croyais quoi ? Même 2+2 On n'aurait pas pu le faire!)
. . J'ai fais mon premier combat, fasse à un alter lumineux. Impossible de  regarder le type à une trop proche distance sans perdre la vue.
J'ai été mis O.K rapidement.

Je manquais d’entraînement, et j'ai rattrapé ce retard en bagarre à droite à gauche. Une semaine plus tard j'y suis retourné, et cette fois, je suppose que j'ai eu un coup de chance. Un alter de vent. J'l'ai eu les doigts dans le nez. Et j'ai commencé lentement ma collection de copies. Je copiais mes adversaires, des copies de plus en plus ressemblantes, en particulier quand le corps-à-corps c'était prolongé. Peu à peu, je comprenais mon alter qui jusque-là ne m'avait jamais interpellé.
Les choses allaient bien, Erna et moi on vivait tranquillement en colocataires depuis trois mois, j'approchais de mes seize ans, et quelqu'un est revenu dans ma vie. Ralf.

Il m'avait retrouvé je ne sais comment, il n'arrêtait pas de dire que j'avais une petite chance de m'en sortir, que sous peu une certaine personne allait passer, que c'était ma chance de me libérer de mon addiction. A ce moment, Erna s'est jeté sur lui. J'ai vraiment cru qu'ils allaient s'entre-tuer. Erna n'avait rien d'une bagarreuse, elle procédait toujours sournoisement. Mais elle se battait avec une telle rage que pendant un instant, Ralf fut acculé. Rien à faire, j'arrivais pas à les séparer, c'était deux fauves fous. En fin de compte, ma dealer a fini avec le nez en sang...
Ralf a profité qu'elle soignait son nez pour m’entraîner sur le palier.

D'ici une semaine, une héroïne allait passer à Berlin, justement pour régler les problèmes d'addiction qui avaient grimpé en flèche depuis 5 ans (Oui, Erna seule avait réussi à mettre la came au goût du jour.). Apparemment, cette femme avait une sorte d'alter de guérison, mais poussait à l'extrême.

Je ne sais pas pourquoi, j'ai dit que je viendrais. Sûrement parce que si intéressant soit le monde que me créait le sang d'Erna, je commençais à m'en lasser.
Elle a très mal pris mon départ, et en a retourné l'appartement. A partir de là et jusqu'à mon départ, on passait tout notre temps ensemble. Elle semblait complètement détruite, une expression que je ne lui connaissais pas.

La veille de ce qu'on avait tous les deux officieusement considéré comme le dernier jour où l'on se verrait de notre vie, elle m'a tendu son bras, coupé au niveau du coude comme toujours. C'était ma dernière fois, j'ai pas résisté. Mais j'aurais du.

Elle m'a poussé doucement sur le canapé, avant de commencer à se déshabiller, me maintenant allongé d'un pied sur le torse. Ai-je besoin de te faire un dessin ? Tout ce que je peux dire, c'est que pendant une fraction de seconde, en plein de milieu de l'action, j'ai été...Bon, en général, mes sentiments sont comme immergés. J'ai l'impression que je n'arrive pas à ressentir réellement quelque chose, à chaque fois c'est étouffé. Et cette fois, c'était comme si pendant une seconde toutes ces fois où je n'ai rien ressenti me rattrapaient. En un instant, la peur, la honte, la culpabilité, tout m'a sauté à la figure d'un coup. Le problème, c'est qu'après l’anesthésie est revenue, et aujourd'hui encore elle fonctionne.

Je suis parti en plein milieu de la nuit, et j'ai marché, le regard rivé sur mes pieds jusqu'à ce que l'heure à laquelle je devais rejoindre mon frère ne sonne. La femme en question était japonaise, et s’appelait Ai Yuuna. C'était le genre de personne profondément gentille, qui aide sans y réfléchir, parce que ce n'est même plus un réflexe, toute sa personnalité est basée sur ça. Et surtout, elle était saisissante de beauté. Même aujourd'hui, alors qu'elle a dix ans de plus, et que je suis passé dans le lit de pas mal de nanas, elle reste à mes yeux inégalable.

J'ai voulu faire mon intéressant, ou quelque chose comme ça sûrement, mais j'ai prolongé notre poignet de mains, puis j'ai prix son apparence sous ses yeux. Elle a un instant était déstabilisé, avant d'avoir un petit sourire et de m'observer comme si elle s'était vue dans une glace. D'un coup elle a posé sa main sur ma tête, a fermé les yeux, puis les a ouverts.
« -C'est bon ! Addiction volatilisée ! »
Je l'ai salué d'un signe de tête et partais pour m'éloigner quand elle m'a choppé par le bras.
« -Attends, il faudra qu'on reparle, quand j'aurais fini. »
Quelque chose dans sa voix me laissait penser qu'elle n'allait pas me proposer un rencard, et j'avais raison.
Pour résumé ce qu'elle m'a dit, j'ai un organe supplémentaire, celui qui me permet de me transformer. Et il est hautement cancéreux. Quand je l'ai rencontré, elle m'a annoncé que si je n'étais pas surveillé étroitement, c'était la tumeur maligne dans moins de deux ans. Et les chances de mourir en me transformant auraient été de 73%. Je ne sais pas d'où elle sortait des statistiques, mais si elle les avait  eu en posant un instant sa main contre ma tête, j'avais du mal à imaginer la puissance de son alter...

Elle m'a proposé de venir avec elle au Japon.
«-Je n'ai pas d'argent pour le voyage, ni même pour y vivre. Et je suis mineur.»
«-Je payerais le voyage, tu vivras chez moi si ça ne te dérange pas...Et je pense que tes parents comprendront qu'il en va de ta vie...»
Elle a vu juste sur toute la ligne. Quand elle a voulu voir mes géniteurs, j'ai dû l'accompagner. Je m'attendais à un manque de réaction, à un refus. Au lieu de ça, ma mère à fondu en larmes en apprenant que pour un peu, je serais mort en moins dans les cinq ans. Mon père m'a regardé un instant avant de me prendre dans ses bras...J'ai préféré ne pas leur dire que je n'arrivais même pas à me rendre compte de ce qu'étaient cinq ans, et que la mort ne me faisait aucun effet...

Chose dite, chose faîte. Ai était maintenant officiellement responsable de moi, et elle prenait ce rôle vraiment à cœur. Une vraie mère poule, toujours à s’inquiéter. Le problème, c'est qu'elle a fini par se rendre compte de deux choses.
1: Que je restais très attiré par tout ce qui pouvait entraîner une addiction.
2: Que «quelque chose n'allait pas» avec moi.

Si pour le premier, elle me passait des savons de l'enfer, elle était désemparée devant mon «anesthésie». Elle essayait de trouver quelque chose qui m’interpelle en m'emmenant toujours avec elle lorsqu'elle sortait avec des «collègues» comme elle disait. Traduction: A 16 ans, je commençais à rencontrer le réseau de super-héros qu'elle fréquentait. Elle a presque réussi son coup, mais ce n'est pas mon cœur qu'elle a dégivré mais mon corps. Le type en question s’appelait Ebbe Werner. Son alter lui permettait tout simplement de...Cracher du feu. C'était le genre de type souriant, aimés d'à peu près tout le monde. Le mec droit dans ses bottes, avec un sourire blanc. Mais tout ça, je m'en balançais. Ce qui m'intéressait, c'était l'autre Ebbe, celui qui parfois regarde un instant quelqu'un comme s'il allait s'approcher de toi, t'arracher à ton occupation, et te faire l'amour sur place. C'était vraiment l'impression que ça donné, et je crois que tout le monde le ressent comme ça. La première qu'on s'est regardé, il m'a jeté ce regard alors que j'étais loin de la majorité, encore plus au Japon. J'ai essayais de lui rendre ce regard si particulier. Plus tard, quand on a commencé à mieux ce connaître, il m'a dit qu'à ce moment il avait plus l'impression que j'allais le frapper à mort avant de l'embrasser.

On est devenu « Ami », autant que peuvent l'être un ado de seize ans et un homme de vingt-sept. Et j'appuie sur le « ami », parce qu'il ne s'est rien passé. Et on en est tous les deux deçus.
Ebbe était un type extrêmement cultivé. Le genre bilingue qui en plus pratique deux autres langues à côté, qui passe ses journées entières à la bibliothèque. Si je voulais pouvoir parler avec lui, il me fallait connaître plus ou moins les mêmes sujets que lui. C'est comme ça que j'ai commencé à manger de la musique classique ou rock, à lire tous bouquins de la bibliothèque la plus proche, et à me renseigner sur la peinture. J'ai plus ou moins eu la révélation du rock. Disons que c'est un genre qui me fait plus vibrer que les autres, autant que peuvent faire vibrer des notes les unes derrière les autres.

Le problème, c'est qu'Ebbe vivait en Suède. Et qu'il passait au Japon par périodes....Enfaîte non, le plus gros problème, ça devait être qu'il était marié, et avait une petite fille de neuf ans. Mais à aucun  moment ça ne nous empêchait de nous dévorer des yeux, ou d'utiliser n'importe quelle métaphore possible pour remplacer certaines qu'on n'avait pas le droit de faire. Je tiens à préciser que c'est moi qui suis à l'origine de cette idée géniale !

On se voit de moins en moins aujourd'hui...Et c'est pas plus mal pour lui. Je suis majeur, l'envie de se sauter dessus va en croissant, mais je sais qu'il ne supporterait pas de tromper sa femme. De... Physiquement la tromper.

Et puis maintenant, j'ai aussi mon boulot. Ai avait cette idée en tête depuis un moment, et elle m'a entraîné doucement, s'assurant de ne jamais trop en demander à ce fameux organe...Qui n'a pas de nom. J'ai repris les cours d'art martiaux, et je me suis aussi mis au couteau...Plutôt pas mal.
Pile à mes 21 ans, je suis passé « pro ». Je me suis juste retrouvé face à un problème. Mon alter ne me permet pas d'agir seul, c'est trop risqué... L'inconvénient, c'est que mes quo-équipiers ne veulent pas me laisser bosser tranquille tant que je ne leur ai pas collé une droite pour leur prouver que bordel, non je pète pas les plombs quand je dis que j'assure en combat !

Ça fait un baille que j'ai pas revus ma famille. Parfois je leur passe un coup de fil, parfois non. »

Précision Hors-fiche:
 

©️️ FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
avatar
Messages : 4
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations en cours-