Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 47 Elèves | 09 Ligue des vilains | 09 Vilains | 07 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

26/03 Le groupe "élève" est temporairement fermé. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


La toile se tisse sans arrêt [PV Dokueki]

 :: Alentours de la ville :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 17 Avr - 14:53
La toile se tisse sans arrêt [PV Dokueki]
J'étais assise contre le mur d'un bâtiment abandonné, à l’abri de tout les regards. Avec un ordinateur spécifique à cette utilisation, je commençais à préparer le “rendez-vous” avec des Yakuza qui avaient souhaité me contacter. Chose qui m'avait étonnée très franchement. En général, ce genre d'organisation essaye d'éviter tout ce qui se rapproche de l'Internet, même dans un monde connecté, tout simplement car il considérait cela comme par sûr... Il n'avait pas tout à fait tort à vrai dire… Mais c'est aussi sécurisé qu'un coffre-fort si on sait bien si prendre… Voir plus, mais mon cas est particulier après tout.

Évidemment, j'avais fait mes recherches sur ces fameux Yūgure. De ce que j'ai vu, entendu, et récolté comme information, ils semblaient plutôt apprécier dans leur milieu, du moins dans leur zone d'influence. Après à l'extérieur, c'est une autre histoire… Mais je présume que tout gang possède ce problème, ce n'est pas si différent de l'Internet.

Au moins, il avait pas fait l'erreur de mettre ça sur un navigateur classique pisté de tout les côtés par tout le monde. Ce qui m'arrangeait à vrai dire, je n'avais pas eu à nettoyer derrière eux du coup. On imagine pas le nombre d'imbécile qui cri mon nom à l'aide ou pour faire une demande de contrat… Et qui le font à la vue de tous. Surtout que j'aurais peut-être pas accepter si ça avait été le cas. Autant crier sur la voie publique les plans d'actions..  Mais après, ils ont dû prier pour que je tombe dessus. Après tout, je n'ai aucune base d'action pour le moment sur Internet, bien que ça risque de changer très bientôt. Mais ce n'est pas le question du jour.

Ils m'ont demandé une sorte de rendez-vous pour discuter contrat ou quelques choses dans le genre. Je vois que quelques raisons pour qu'une organisation comme la leur me demande de l'aide, c'est donc intrigué que je leur est fait comprendre à ma façon que j'avais accepté leur demande de contact, si on peut dire cela. Plus aucune trace de leur demande, et un fichier texte sur le bureau d'un de leur dirigeant je pense. Le moyen le plus sûre, seulement accessible par l'ordinateur s'il était sain. Par respect pour eux je n'ai pas fouillé plus que ça, surtout si cela devait être une relation commerciale d'après leur dire. Donc j'espérais ne pas m'être trompé sur l'ordinateur de la personne, mais vu que c'est lui qui avait mis la demande, j'étais confiante. Oui, malgré tout ces précautions, j'ai réussis à la tracer… Rien n'est inviolable après tout… Sauf quelque chose qui n'existe pas.

Je finissais de taper les codes et les programmes sur mon clavier. J'aurais pu tout faire via mon Alter, mais dès fois, il faut entraîner ses compétences manuelles, ça peut toujours être utile. J'avais donné des indications quant à notre rencontre. En vrai, j'aurais simplement plus intégrer leur ordinateur et leur parler de là, mais ça n'aurait pas facilité les négociations si j'utilisais leur équipement comme bon me semblais. Après tout, si j'ai accepté, c'est bien que j'attendais quelques choses de leur part, pour mes services… Je verrais jusqu'où ils sont prêts à accepter d'aller, et ce qu'ils veulent surtout.

Du coup, j'avais fais toute une préparation, aussi bien pour ma sécurité que pour la leur, vu que cela allait de pair. Forcément, le premier contact sera sur mon territoire, l'Internet. Pour montrer ma bonne foi, je serais quand même en vocale avec le contact, bien que le seul visuel qu'il aura sera une fille très mignonne et kawai comme on le dit si bien. Concernant le moyen, j'avais pensée à plusieurs choses et je finis par conclure que le mieux serait une connexion privée et directe entre les deux parties, du coup, je leur est envoyé un ordinateur qui contenait tous les programmes nécessaires et les instructions pour les utiliser, et me contacter… Une fois déverrouiller si le contrat est valide… Sinon, l'ordinateur serait bien évidemment désactivé. Bien évidemment, ce dernier ne devrait au grand jamais être branché sur une branche d'Internet publique, et même privée d'ailleurs, ce dernier servira uniquement de premier lien comme précisé, plus tard, des accès plus faciles seront en place une fois que nos deux parties seront accoutumées à l'un et à l'autre. J'avais également précisé que je voulais au début un seul contact, pour faciliter le dialogue. En effet, si on commençait à avoir un conseil, ça pourrait traîner en longueur, et j'avais d'autres chats à fouetter, qu'ils apprécient ou non. Enfin, je voulais la confirmation visuelle qu'ils étaient bien qui ils clamaient être. Oui, j'ai déjà fait la vérification, mais c'est une preuve de bonne foi de leur côté, tout comme l'envoi d'équipement pour me contacter était la mienne.

Je regardais l'heure sur l'horloge de la machine… C'était bientôt l'heure, tout était prêt. Évidemment, l'avatar utilisé n'est pas ma forme virtuelle, juste un programme poussé à l'extrême que je contrôlais en même temps du dialogue pour faire ce que je voulais comme si c'était moi, la beauté des animations 3D. Je lançais l'appel, et quand celui-ci fut enfin abouti et que la vision de mon contact apparus à l'écran, je le saluais, avec la voix même de mon avatar, alors que celui-ci apparaissait à l'écran de mon interlocuteur, faisant une révérence.

- Bien le bonjour membre de Yūgure. Je suis Cybera. Laisse-moi donc entendre la prière que ton organisation veut effectuer auprès de moi. Je suis toute ouïe.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 26
Disponible en RP : Libre comme le vent (3/7)
Double-compte : 0

Fiche de Pouvoir
Grade: 22
Année et Classe: Diplomée UA Soutien / PDG de P.I
Alter: Existence Virtuelle
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Thème de Kiaria:
 

Thème de Cybera:
 

Thème de Prométhée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 0:21



La toile se tisse sans arrêt [PV Kiaria]


___________________________________________


Avec son regard doré qui balayait la ruelle, la jeune femme adossée sur la rambarde de son balcon ressemblait à un drôle de gargouille. Sa position n’avait pas changé depuis plus d’une heure .Seule sa queue, balayant l’air de mouvements réguliers, la différenciait d'une statue.

Ces dernières semaines avaient été très dures pour Dokueki, elle avait l’impression d’avancer dans l’ombre en tâtonnant. Rien ne se passait comme prévu, le chaos s’introduisait peu à peu dans son quotidien au fil des jours, et récemment elle avait assisté à l’enterrement de deux de ses amis. Deux de ses compagnons, membres de l’organisation et surtout de sa famille… Abattu.

Leur corps reposait dans un entrepôt désaffecté lorsqu’on les avait retrouvés , le torse criblé de balles. Il n’a pas fallu longtemps pour découvrir les coupables, un simple gang rival qui a vite regretté leur acte, mais le principal problème ne venait pas de là. Les différentes investigations ont soulevé un autre problème : des armes de bonnes factures ont été fournies à ce gang, mais malgré tous les efforts de l’organisation le fournisseur n’a pas été retrouvé.

En dehors de leur zone d’influence, Yūgure ne possédait aucune source d’information constante et stable, et engager des enquêteurs risquerait de causer des problèmes vis-à-vis des autres organisations et gangs. Pour le chef de l’organisation, ce manque d’information était le principal problème, une faiblesse certaine qu'ils devaient s'empresser de palier, mais Dokueki voyait cela d’un œil différent, Yūgure s’était fait attaquer et un des responsables était toujours vivant, libre dans la nature, c'était le problème auquel il fallait palier.

Une solution apparut alors, Cybera. Ce nom a parcouru pendant près de deux jours les lèvres des plus hauts placés de l’organisation comme une prière. Une source d’information qui opérait sur le réseau. Bien plus discrète et rapide que n’importe quel enquêteur, et surtout dont les connaissances ne se limitent pas aux barrières physiques. Évidemment, la fiabilité était l’inconvénient qui venait de prime avec ce possible nouvel allié, c’est pour cela que la majorité des organisations Yakuza fuient le contact avec le monde de pixel.
Mais actuellement, Yūgure avait besoin de prendre un ascendant sur les autres gangs, l’information est pouvoir, il ne fallait surtout pas l’oublier surtout en ces temps sombres.

C’est ainsi que Rubiley, son cousin, avait contacté cette mystérieuse source, au départ son message ressemblait à une bouteille jetée à la mer, dont la certitude de réponse est quasi nulle. Mais le fichier texte qui apparut sur le bureau de son ordinateur démontrait le contraire. Après cela, l'appareil fut détruit dès le lendemain par sécurité, on peut dire que cet informateur avait fait forte impression. Heureusement que les données personnelles étaient stockées dans une partie séparée au centre du bâtiment qui n’était relié à aucun réseaux extérieures, informatique comme électrique, sinon la panique aurait été totale. N’empêche que les capacités de cette « Cybera » fussent impressionnantes, elle n’avait laissé aucune trace de leur message, tout avait été effacé…. Pas la moindre preuve de leur demande… Hum intéressant. Après de nombreuses analyses, le coup de "l'ordinateur-colis" avait fini par convaincre l'organisation du sérieux de ce mystérieux personnage.

Et comme par hasard, c’est Dokueki qui avait été choisie pour être celle qui s’occupe du contrat et du contact avec l’informatrice. Son oncle devait bien s’amuser à l’idée de la voir face à un ordinateur à taper sur les touches avec ses lames, mais dans le fond Dokueki savait bien qu’elle était l’une des plus qualifiées pour cette tâche, elle était capable de garder son calme, avait l’habitude des contrats et surtout était vraiment impliquée dans cette affaire. Quand elle était déterminée, pas grand-chose pouvait l’arrêter. Ce tête-à-tête allait permettre à jeune femme d’extirper quelques informations vis-à-vis du fournisseur d’arme, elle avait des comptes à régler avec lui et la note allait être salée.

Revenant à la réalité, Dokueki regarda une énième fois le dossier que son cousin lui avait fourni, le parcourir n’avait plus aucune utilité désormais, car il était gravé dans sa mémoire à force de lecture. Les informations principales sur l'informateur, les ressources mises à disposition pour le possible contrat et autres. Avec un briquet, Dokueki embrasa le dossier qui se décomposa petit à petit en une surface informe au contenu indéchiffrable, aucune preuve, pas d’existence. Les dernières miettes furent jetées dans la poubelle de son appartement qui désintégra le papier calciné. Elle sortit de son domicile en claquant la porte.

Cinq minutes avant le rendez-vous planifié par le contact, la jeune femme arriva devant la porte de la pièce attitrée à ce contrat, l'intérieur n'était muni que d'une simple table, d'une horloge murale et d'une chaise, enfin plutôt d'une chaise « spéciale Dokueki », avec des accoudoirs prolongés pour qu'elle puisse poser ses lames et le dossier ouvert pour laisser passer sa queue. Un ordinateur était posé sur la table, son cousin faisait les dernières vérifications nécessaires avant la rencontre . Avant de pénétrer dans cette pièce elle passa sous le regard de Mikasa, leur "détecteur de métaux" qui s'assurait qu'aucun micro n'avait été posé sur elle.
Après analyse, Dokueki rentra dans la pièce tandis que Rubliey, qui avait fini son travail, la quittait. Comme l'indiquait la procédure, en présence de cet ordinateur, aucune parole ne fut prononcée. Tout avait été préparé, lorsque son cousin claqua la porte derrière lui, Dokeuki se retrouva seul avec l'ordinateur. Elle s'installa face à ce dernier, attendant l'appel tout en jetant des coups d'œil réguliers à l'horloge.

Une minute avant l’heure, Dokueki ferma les yeux et calma sa respiration... Son cœur battit de plus en plus lentement, déplaçant à peine l’air, son souffle ne faisait plus aucun bruit. Elle devait garder son calme pendant la durée totale de la discussion, pour cela, elle utilisait partiellement des techniques de dissimulation de présence.
Au moment précis où Dokueki ouvrit les yeux, une notification envahit l'écran, proposant un appel. Après avoir décroché, l'écran sembla exploser en millier de pixels pour laisser apparaître une jeune fille au centre. Lorsque la créature virtuelle parla, Dokueki essaya d'analyser la voix de son interlocutrice pour y déceler des informations, mais il manquait quelque chose, cette tonalité profonde qui marque le timbre de voix pour appuyer les émotions était totalement absente. Elle en déduit que sa voix avait été modifiée, du moins si son interlocuteur était un humain et non pas une IA. Mais Dokueki n'avait pas le temps de faire un test de Turing, elle était ici pour parler affaires.


« Bonjour Madame Cybera, je tiens d’abord à vous remercier d’avoir accepté de nous… Rencontrer. Pour parfaire les présentations, appelez-moi Serket, ce sera le surnom, comme Cybera, je suppose, que nous utiliserions durant les premiers échanges. »

Ça commençait bien, dès sa première phrase elle avait failli être sarcastique, mais cela lui faisait bizarre d’appeler madame une bouillie de pixel à l’apparence d’une fille de 12 ans, mais bon, à ce rythme-là rien de ce qui se produira dans cet échange ne sera normal. Dokueki avait l’habitude de traiter de divers contrats, mais la plupart du temps son interlocuteur était une sorte de parodie de Scarface, entouré de cinq gardes du corps et qui transpirait le pouvoir et l’argent. Ici, rien, seul un avatar sur un écran plat, Dokueki ne ressentait rien, ni pouvoir ni pression. On peut dire que ça la mettait plus mal à l’aise que face à six mafieux armés.

« Et pour en venir à ce que nous désirons, il s’agit, comme nous l’avons laisser entendre dans notre message, d’une nouvelle source d’information fiable liée par un contrat à notre organisation. Pour cela nous somme totalement disposée à parler affaires avec vous, mais au préalable, si cela vous convient, nous avons besoin de saisir l’étendu de vos capacités ainsi que votre fiabilité. Ensuite, nous pourrons étudier vos réclamations concernant votre part du contrat, pour s’assurer d’obtenir une sorte… D’échange équivalent »

Ce dialogue était une sorte de partie d'échec pour Dokueki, ici, elle venait d'avancer son premier pion et forçait son "adversaire" à agir pour ne pas perdre l'ascendant. À elle de jouer ...




avatar
Messages : 17
Disponible en RP : [1/2] , so Yes (/!\ Disponible qu'en weekend normalement)
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: Yakuza
Alter: Fléau du Désert
Voir le profil de l'utilisateur

_____________






Don't Fear the Night , Embrace It
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 12:00
La toile se tisse sans arrêt [PV Dokueki]
J'écoutais, et j'observais mon interlocutrice. Calme, très calme, trop calme. Ou du moins, si elle est pas sereine, elle arrive à cacher son jeu admirablement. Enfin, je suppose que ce n'est pas si extraordinaire que cela dans le milieu qu'elle vit, une poker face comme on la nomme doit être vitale pour sa survie. Tout comme l'anonymat l'est pour moi. Je ne dis rien et laissait simplement Serket continuer son discours. J'étais habitué aux pseudonymes, Internet est composé à 90 % de ces derniers… Et encore je me demande si je suis pas gentille à propos de ce chiffre.

J'écoutais les explications de mes contacts, sans grande surprise. C'est ce que j'avais plus ou moins conclu dans l'idée. Un petit sourire cependant apparus sur mon faciès physique quand elle me parla de capacités. N'avais-je pas assez fait pour prouver ma bonne foi auprès de ces derniers ? Il voulait me faire passer un test donc… Jouons le jeu et suivons leur pas de danse pour le moment, ce n'est pas comme s'ils étaient un danger quelconque actuellement. Voyons vers où il souhaite me mener.

Alors que mon avatar, qui était sur un simple fond noire sans prétention, faisait mine de réfléchir, ses lèvres bougèrent comme à leur habitude alors que je répondais à la femme “en face” de moi.

- N'ai-je pas prouvé déjà tout cela ? Les compétences et les moyens à mes dispositions devraient être claire je pense, rien par ce qui c'est passé durant ces derniers jours. Concernant ma fiabilité… Le fait que mise à part ce petit tour de passe-passe sur le bureau de votre collègue je présume, je n'ai rien touché ni explorer dans vos réseaux est une preuve de bonne foi à mes yeux. Mieux, le fait nous soyons en train d'avoir cette conversation en direct, même si c'est selon mes termes, devrait être une preuve supplémentaire. Très peu de personne on a vrai dire ce privilège… Et j'en ai eu des demandes de hauts dignitaires, mais je vous apprends sûrement rien si vous n'avez qu'un peu fouiller les traces que je laissais dans mon monde.

Mais soit, jouons si vous voulez jouer. C'est mon rôle en tant que Cybera de prouver mes dons. Je l'ai fais, je le fais, et je le ferais encore et toujours, car ceux qui me suivent ne réclame que cela. Donc proposez vos épreuves de foi, si on peut appeler celles-ci ainsi, pour tester l'étendu de mes capacités et ma fiabilité.


Évidemment, cette dernière partie était une moitié vérité. En tant que Cybera, c'était le cas, d'un certain point de vue… Mais en tant que Prométhée et Kiaria, c'était différent. C'est bien pour ça que les trois étaient nécessaires à mon plan, car chacune avait sa spécificité. J'aurais jamais pris le risque de devenir Prométhée si j'en avais pas besoin pour mon idéal.

Dans cette histoire avec les Yakuza, ma seule réelle crainte était le contrat à vrai dire. Ils devaient probablement avoir prévu moult conditions à ce sujet, dans le cas où je trahirais le contrat, que je disparaisse pas sans difficulté. C'est ce qui risque sûrement de mettre un terme à cet échange probablement. Je ne mettrais pas en danger mon plan pour rien, ou pour en recevoir que trop peu. Je sais qu'ils ne sont pas stupides, ils ont le sens des affaires, même si ce sens leur est propre. Mais j'ai également le mien, et mon prix n'est pas à la portée de toute le monde… Après tout, elle l'a annoncée de ses propres lèvres : Ils ont besoins de moi car… L'information est le pouvoir. Mais le pouvoir n'est pas une chose qu'on possède sans en payer le prix.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 26
Disponible en RP : Libre comme le vent (3/7)
Double-compte : 0

Fiche de Pouvoir
Grade: 22
Année et Classe: Diplomée UA Soutien / PDG de P.I
Alter: Existence Virtuelle
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Thème de Kiaria:
 

Thème de Cybera:
 

Thème de Prométhée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 15:33



La toile se tisse sans arrêt [PV Kiaria]


___________________________________________

La jeune femme avait l’impression de s’adresser à une marionnette, toutes les réactions de l’avatar qui apparaissait sur son écran était contrôlées, aucune ne laisseraient transparaître quelconques erreurs. Ici, l’analyse n’avait aucune utilité, tout était falsifié, une carte en moins dans son jeu, dommage. Dokeuki essayait de prévoir toutes les issues de cette discussion, il fallait agir intelligemment, ne pas se montrer en position de faiblesse, ni forcer la main à son interlocuteur. Un contrat est une balance d’intérêt qu’il faut savoir équilibrer.

La réponse du contact ne fit pas réagir Dokueki en apparence, mais intérieurement elle afficha un sourire suffisant.

Bien sûr que l’informatrice avait fait ses preuves auprès des autres membres de l’organisation, mais ici, c’est elle qui avait besoin d’être convaincu, et ce n’est pas en faisant apparaître un dossier sur un bureau d’ordinateur qu’elle allait être époustouflée. Non, ici, le test habituel serait une question dont seul un cercle restreint de son entourage connaissait la réponse, cela parait stupide, mais ce test donnera des réponses aux questions que Dokueki se posait. Si cette « déesse » arrive à l’impressionner alors là les affaires deviendront sérieuses, là la discussion pourrait laisser place aux affaires.


« Je ne vais pas vous cacher que, effectivement,votre dernière action dans nos locaux ne nous a pas laissé de marbre, mais comme ultime confirmation nous avons besoin de comprendre l’amplitude de votre zone de recherche pour notre possible association et surtout de voir si vous êtes capable d’accéder à des données plus ... enfouies, je pourrais dire. Pour cela, si cela vous convient, je vous demanderais de trouver des informations personnelles pertinentes sur moi. Autres que l’identité bien évidemment, ainsi, je pourrais avoir la preuve de vos prouesses et en prendre considérations dans le futur contrat. »

Elle laissa une seconde le temps de laisser Cybera assimiler les informations.

« Quant à la fiabilité, je pense que vous pouvez comprendre qu’une relation de confiance entre deux personnes dans l’anonymat ne peux pas se baser entièrement sur la bonne foi même si je prends grandement en considération ce que vous faite actuellement.

Pour cela, nous avons réfléchi à un moyen qui pourrait vous convenir, un contrat qui nous assura seulement que vous ne divulguerez pas d’informations que nous aurions échangés, que notre association soit toujours en vigueur ou non. Nous ne vous empêcherons surtout pas d’agir comme vous le faisiez avant en privatisant vos services, mais seulement nous désirons nous assurer que nos affaires resteront privées et qu’en aucun cas le travail que vous effectuerez en notre nom ne servent à d’autres organisations, surtout rivales.

Je peux évidemment comprendre que vous pouvez avoir du mal à accepter cette privation de l’information, mais nous somme prêt à mettre le prix, car si vous avez accepté de discuter avec nous, c’est que notre organisation dispose de choses que d’autres entreprises ne possèdent pas et que vous désirez. Si vous acceptez nos conditions, alors je peux vous assurer qu’un effort réciproque sera fait de notre côté. »


Ce n’était pas la première fois que des associations de ce type avaient été formés ici, Dokueki connaissait les procédures et avait même prévu la possible signature du contrat. Un accord écrit était simple, efficace et surtout plus sure qu’une simple entente orale entre deux figures de l’ombre , cela en engageant leur honneur et surtout leur image publique.

« Dois-je vous laisser une certaine période pour faire vos recherches à mon sujet ? Souhaitez-vous premièrement poser des conditions supplémentaires quant au contrat que j’ai explicité précédemment ou formuler des oppositions ?»









avatar
Messages : 17
Disponible en RP : [1/2] , so Yes (/!\ Disponible qu'en weekend normalement)
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: Yakuza
Alter: Fléau du Désert
Voir le profil de l'utilisateur

_____________






Don't Fear the Night , Embrace It
Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 13:28
La toile se tisse sans arrêt [PV Dokueki]
J'écoutais donc les demandes, ou plutôt l'épreuve que Serket était de trouver des données sur elle en particulier. Décidément, il y en a qui avait pas peur… Ou peut-être pensait-elle au fond que je serrais incapable de le faire. Qu'importe. Elle allait très vite voir ce qu'elle voulait voir, c'est à dire ces informations. En bonus, je vais même les faire défilés à côtés de mon avatar. Je profite donc de la seconde de pause qu'elle m'accorde pour activer mon Alter, est devenir Cybera, en utilisant mon téléphone comme point d'ancrage.

Quand j'ouvrais les yeux, j'étais enfin dans mon domaine… Mon monde. J'avais environ une petite heure pour trouver les informations qu'elle souhaitait… Même plus si jamais, entre deux pauses de son monologue. Le plus simple serait de commencer simplement avec son groupe de Yakuza, donc on va commencer par là est fouiller les informations que je peux avoir. Évidemment, c'est sans difficulté que j'entrais dans le système, vu que je ne suis pas une donnée, mais bel et bien un signal qui peut lire les données, le binaire. Probablement l'une des seules humaines dans ce monde capable de le faire. Voyons ce que je trouve à propos de toi, Serket. Je vais suivre les pas de danse, après tout, je n'ai rien à perdre, comparé à vous. Je suis probablement la seule à pouvoir les aider à mon niveau après tout, alors qu'eux… Je peux trouver d'autres personnes pour les services qui me proposent dans le cas contraire.

Cependant, on dirait qu'ils n'étaient pas stupides. Ils avaient mis toutes leurs informations personnelles dans un lieu isolé, et d'après les plans que j'ai pu obtenir… J'aurais pu y avoir accès physiquement mais pas ainsi… Cependant, je n'avais point le temps pour cela, pas aujourd'hui, mai je notais cette information dans un coin de ma tête… Dommage qu'ils n'ont pas accès aux informations liés aux appels qu'ils effectuent, tout est enregistré à notre époque. Mais au moins je ne perdrais pas des millisecondes à chercher des informations là ou y'en à pas. J'ai donc dû fouiller dans des endroits divers et varié… Des traces qu'ils ont oubliés d'effacer… Des restes de données binaires qui peuvent me donner les informations que je souhaite, mais aussi à l'extérieur en alliant leurs opérations, leurs contacts et autres à mes recherches.

Il m'a fallut un peu de temps pour tout reconnecté… Enfin du temps, c'est relatif je suppose, pour elle, cela va bientôt faire une seconde seulement depuis que j'ai lancé mon Alter. Je n'ai pas toute sa vie, puis c'est pas comme si c'était mon but de lui décrire tout ce qu'elle a vécut, mais j'ai eu des informations intéressantes. Des choses qu'ils ont pas pu effacer, même avec la précaution qu'ils semblaient utiliser. Puis finalement, un détail… Qui ne vient pas de l'organisation, mais d'un héros lors d'une interview… Splendide… Je crois que j'ai le filon qu'il me fallait… Je n'aurais pas besoin des autres informations avec cela…  Au pire je pourrais lui donner si ça lui fait plaisir, mais clairement je pense que celle-ci suffira.

Je revenais donc à mon point d'entrée, pile au moment ou le son de la voix de mon interlocutrice reprit. Pendant qu'elle faisait son dialogue sur la confiance, que j'écoutais évidemment, je commençais à programmer mon avatar pour lui montrer la preuve qu'elle attendait. Puis si jamais elle n'est pas contente par cette unique preuve, je lui déballerais tout ce que j'ai et on en finit là. Je branche mon téléphone sur l'ordinateur, pour l'utiliser comme relai caché, et commence même à télécharger un certain fond d'écran que j'appliquais sur l'ordinateur de ma contact. Je pense qu'elle comprendra très vite de quelle information je veux parler une fois celle-ci visible à ces yeux.

Concernant ce qu'elle disait ? Pour le moment je ne disais rien, mais nous verrons bien ce fameux contrat qu'elle me propose. Mais elle se trompe sur un point. Son entreprise n'est pas unique, loin de là. Dans le monde, des tas d'autres personnes serraient prêt à se vendre eux-mêmes ne serrait ce que pour avoir un contact avec moi. Alors, pourquoi eux ? Car ils m'ont demandé. Et puis… C'est amusant. Du moins pour moi, pour eux, cela reste à voir.

J'ai failli rire quand elle me demanda si j'avais besoin de temps… Enfin je présume que normalement ça serait le cas. Un ne fait pas des recherches en moins d'une seconde normalement, c'est physiquement impossible… Pour un être de chair du moins. Mais je divague, cela fait partie des choses dont elle ne saura jamais rien.

- Concernant le contrat… J'ai rien à redire, des deux côtés on va devoir faire des concessions si on veut qu'il porte ces fruits. On verra cependant les détails une fois que vous aviez été satisfaite par… Mes résultats. Mais sachez une chose… L'Internet est mien. Tout comme votre domaine est votre. Autant dire que la partie invisible du monde est mienne…

Regarder donc votre fond d'écran… Je pense que cela donnera une bonne indication sur l'information que j'ai choisie d'utiliser comme preuve. Je pense qu'elle suffira… Sinon, dites-le simplement et je sors la liste toute entière qu'on en finisse avec cette étape. Même si dérouler votre vie privée n'est pas spécialement un exploit. Toutes personnes dans mon domaine de... travail peut en faire au moins tout autant.


Je la laissais faire. Ce n'est pas comme si elle avait le choix si elle voulait voir la preuve. La preuve en question ? L'image d'un certain héros, ainsi qu'une petite bulle de dialogue… « Je t'ai blessé à la cuisse droite, tu t'en souviens n'est-ce pas ? Je pousserais même le vice du souvenir en disant que ça à été fait par balle. »
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 26
Disponible en RP : Libre comme le vent (3/7)
Double-compte : 0

Fiche de Pouvoir
Grade: 22
Année et Classe: Diplomée UA Soutien / PDG de P.I
Alter: Existence Virtuelle
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Thème de Kiaria:
 

Thème de Cybera:
 

Thème de Prométhée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Alentours de la ville :: Autres endroits-