Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 47 Elèves | 09 Ligue des vilains | 09 Vilains | 07 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

26/03 Le groupe "élève" est temporairement fermé. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


"Me trouves-tu toujours aussi repoussant, maman ? " Ulrich Romanov.

 :: Présentations en cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hier à 0:07


Ulrich Romanov

 

Informations

Nom Complet :: A ce qui paraît mon nom est inspiré d'une grande famille russe dont je ne sais pas grand chose
Surnom :: L'abomination, la monstruosité, le cauchemar vivant.
Date de Naissance :: Un 29 Février
Nationalité ::  Japonaise mais, mes parents ont des origines russes. Mais, j'aime pas ce pays.
Groupe :: All Might doit tomber pour mon idéologie. Alors j'ai rejoins la ligue des vilains
Alter ::  Tu te souviens des zombies qui te terrifiaient petit ? En voilà un en chair et en os.
Avatar :: ft. (Haikyuu !) de (Oikawa Tooru)

Derrière l'écran

Parles un peu de toi :: J'aime manger, dormir, manger, manger, les jeux vidéos, manger, dormir, lire, manger.
Comment a-tu découvert le forum ::  J'ai fais une recherche google
Comment le trouve-tu ::  Sombre mais, ça, c'est parce que les vilains ont gagné (C'est bien les vilains !)
Tes disponibilités ::  Surtout en semaine.
A-tu lu le règlement,
si oui la preuve ::
 Code ici
Autre ::  Absolument pas ^^

Physique

Description facultative !
Vous n'êtes pas obligé de l'écrire si vous n'en n'avez pas l'envie.
Caractère
C'est ici que vous allez rédiger le caractère de votre personnage ! Soyez le plus imaginatif et créatif possible !

Histoire
Je suis né un jour de pluie. Un jour où le ciel pleurait ma naissance, comme s'il connaissait déjà le monstre que j'étais destiné à devenir. Ceux qui se disaient être mes parents ne s'en doutèrent pas. Ils étaient heureux de m'avoir, je n'étais qu'un être innocent à chouchouter et à aimer. En retour de ces dons d'Amour, je devais les rendre fier de mon existence. Le nom des Romanov devait resplendir en ma personne. En y repensant, n'était-ce pas égoïste de leur part ?

Comme tous les nourrisson, j'ai évolué au stade de l'enfance, de ce court stade de notre vie où on ne se souvient pas de grand chose, où on découvre le monde qui nous entoure. J'étais sincèrement heureux à cette époque, baigné dans un amour fou tout en apprenant, sans le savoir, la définition de "relations sociales" quand j'allais à la crèche et à l'école. Par contre, je ne sais même plus si j'avais du succès à cette époque, à cette courte époque où j'étais normal. Je chéris tant cette normalité désormais. Suis-je en train de m'exprimer comme un martyr ? Certainement, puisque j'en suis devenu un dès l'âge de quatre ans. A cet âge, on se découvre un don. Des enfants volent, font pousser les plantes, communiquent avec les animaux, lisent dans les pensées des gens... Ou se réveillent un matin avec le visage décomposé qui dégage une odeur putride et repoussante tout en baignant dans son propre sang qui coagule en quelques instants. J'étais cet enfant qui découvrait son alter. J'étais cet enfant qui ne le contrôlait pas et qui perdait son innocente beauté de l'enfance. Dans le miroir, je voyais ma mâchoire décompensé mes dents noirs accompagnés de gangrène vibrant au rythme de ma respiration. Et dans les yeux de ma mère je voyais du dégoût. Moi, le jeune Ulrich Romanov était destiné à posséder un don dégoûtant qui abîmait la vue et l'odorat de mes proches. Cette femme qui m'avait pris à l'appeler "maman" ne me regarda plus avec le même visage rempli d'amour. Quant à cet homme, à ce Romanov, il suppliait sa femme ou plutôt, son incubateur à héritier d'être de nouveau remplie pour réparer cette abomination. On ne pouvait pas me réparer. On ne pouvait pas m'enlever cette malédiction.

Je ne pouvais pas contrôler ce pouvoir. A l'école, j'étais toujours le méchant qui devait se faire attraper par les héros mais, le jeu s'arrêtait aussitôt que mon corps commençait à pourrir. Je me souvenais de tous ces moments où les adultes devaient me changer en retenant leur haut les cœurs. Cette époque ou mes parents, pour ne pas découvrir l'intérieur du corps de leur enfant devait sans cesse racheter de nouveaux vêtements, de cette époque où j'étais victime des hasards de la vie. Je ne me souviens plus du regard rempli d'amour de ma génitrice. Mais, je me souviens de ces horribles moments et de mon désir secret d'être un humain normal, d'être sans-pouvoir ou de l'échanger avec quelqu'un, ou encore de le maîtriser le plus tôt possible. Ce ne fut qu'au bout de trois ans que je pus enfin arrêter ces manifestations intempestives mais, le mal était déjà fait. J'étais l'enfant maudit, l'abomination qui connaissait aussi bien l'intérieur de son corps que l'extérieur. La personne qui, selon de fausses rumeurs, pouvaient te dévorer la langue dans un baiser enfantin. Ca, c'était de ma faute. Il n'avait pas qu'à se moquer de moi, comme tous les jours, à nous rabaisser, moi et ma malédiction. Je n'avais que huit ans quand je fis appel, pour la première fois de ma vie, volontairement à mon Alter. Maudits-moi, rends moi laid mais, donne moi ces dents acérés ! Je l'ai mordu au cou avec violence et j'ai enfin pu y voir un bon côté. Le goût de sa chaire chaude accompagné de son sang qui faisait office de sirop était le met le plus délicieux que je goûtais en ce monde. Et encore aujourd'hui, adulte, je ne peux qu'avouer que le corps humain est mon plat préféré.

"Tu as bon goût... " Dis-je simplement, encore sous le coup de la colère après l'avoir laissé s'écrouler sur le sol.

Depuis ce jour, mère et père étaient persuadés que j'étais cannibale et passèrent leur nuit enfermés dans leur chambre à triple tour. Mes camarades de classe croyaient que je rêvais de les goûter et les adultes me menacèrent sans cesse de leur Alter si je faisais le moindre faux pas. Je n'étais pas fou. Seulement, quand tout mon corps pourrit, la seule chose qui me reste de physiquement, est le goût qui s'intensifie à un point que je ne peux décrire. Je n'avais pas envie de leur faire du mal, je n'avais pas faim. Je n'étais pas un zombie ! Je restais humain quoiqu'il arrive.

Quand mère se rendit compte que je contrôlais mon pouvoir, elle m'avertit qu'on irait acheter trois paires de vêtements deux fois par an et qu'en attendant, je devais prendre soin de mes affaires.

"Et si je grandis trop ma...Mère ?"
" On s'en fiche. "

Elle se fichait de tout et père n'intervenait jamais, trop concentré à convaincre la femme qu'il aimait de donner naissance à un second enfant. Il n'avait plus que ça en tête mais, ma mère refusait de retenter l'expérience. Voir son fils transformé l'avait traumatisé. Je n'étais plus nourri tous les jours ou sinon, c'était des boîtes de conserves. On ne me demandait plus si j'allais bien. On soufflait quand je rentrais à la maison une heure trop tôt. Et on respirait quand je partais tous les matins à l'école. Et à l'école, on respirait quand je repartais à la maison. Personne ne voulait d'un monstre comme ami, comme élève, comme enfant.

J'ai appris très tôt à faire la cuisine avec le peu de chose que mes parents achetèrent pour moi. Je pouvais m'effacer et ne plus déranger l'harpie de la maison. Je faisais la cuisine, j'allais dans ma chambre, je mangeais et je dormais. Quelques fois, il m'arrivait d'utiliser mon Alter pour voir l'évolution de mon corps. Mes os devenaient plus robustes et mes muscles se développaient facilement. Je voyais aussi mes dents poussés avant même qu'elles écorchent la chaire de ma bouche. C'était mon petit rituel et ma manière de lutter contre ce traumatisme, d'accepter ce pouvoir.
Ma vie redevint normal au collège. J'insistais pour être inscrit à l'autre bout du pays en internat. Là-bas, personne ne me connaissait ! Et je contrôlais suffisamment mon Alter pour ne pas faire fuir les gens. Au contraire, j'appris à m'en amuser pour faire sursauter mes premiers amis. Ils avaient peur mais, ils avaient avant tout confiance en moi. A cette époque, j'appris de nombreuses choses, tant sur moi que les autres. Je comprenais comment tisser des liens sociaux. On me décrivait assez réservé en public mais, très bavard une fois que ma confiance était accordée, comme si l'adolescent que j'étais devenu chercher à rattraper le temps perdu de mon enfance. Naturellement, je restais très évasif sur ma vie passée et inventait de faux souvenirs pour avoir des anecdoctes à raconter quand on me demandait :

" Ca se passe comment chez toi Ulrich ? "
"Mè... Maman est une excellente cuisinière, ses plats me manquent tant ! J'ai tellement envie de rentrer pour y regoûter "
"Et la serrer dans tes bras ? "
"Et... La serrer... Dans mes bras. "

Non. Je vivais enfin ! Pourquoi devrai-je y retourner ? Je n'avais qu'une hâte à cette époque, c'était atteindre ma majorité pour pouvoir être mise à la rue. J'avais déjà tout anticipé en économisant de l'argent grâce à des petites corvées dès mon entrée au collège. Je crois que c'était la seule chose sur laquelle nous étions d'accord dans ma famille : je devais partir. Et le plus rapidement possible. Au collège, je faisais tout pour être le meilleur élève afin de rejoindre les meilleurs écoles. Je connaissais All Might et les autres héros mais, à cette époque, je ne voulais pas leur ressembler. Je voulais seulement vivre heureux !

Au lycée, j'appris à utiliser mieux mon Alter et les autres élèves avaient été assez mature pour ne pas me juger sur ma transformation en zombie. Ce fut l'époque où je découvris que si mon corps pourrissait, je gagnais de nouvelles aptitudes. Même aujourd'hui, je peux vous affirmer que ce pouvoir est certes dangereux mais, puissant. Je n'ai pas à me plaindre si on en oublie mon enfance. D'ailleurs, c'était un lointain souvenir à cette époque. Je n'étais plus exclu, je n'étais plus terrifiant et je ne gênais personne. A cette époque, j'étais très heureux. Mais, la vie n'avait pas fini de se jouer de moi.
Les filles ne m'intéressaient pas. Je n'aimais que les garçons. J'appris que j'étais homosexuel à mes dépens à l'internat. Mes yeux se baladaient trop sur le corps des garçons qui dormaient en sous-vêtement. J'ignorais la majorité des filles qui m'approchaient, car elles me trouvaient à leur goût et je faisais tout pour traîner avec des garçons. C'est bête mais, je ne m'en suis pas rendu compte en premier et sans même que je le comprenne, je devins la source d'un conflit dans mon entourage. Il est vrai que l'homosexualité est majoritairement accepté de nos jours mais, c'était difficile pour des adolescents de se dire qu'ils dormaient avec quelqu'un qui pouvaient potentiellement avoir envie d'eux. Et j'avais envie d'eux. Les filles, dégoûtées par cette révélation semblaient aussi se venger sur moi. Il ne restait plus auprès de moi que quelques amis. A cet instant, mon homosexualité avait détruit les 3/4 de mes efforts pour m'entourer d'être précieux, pour remplacer mère et père. A cet instant, quelque chose se brisa en moi, car malgré moi je fus encore repousser, haï et ignorer pour quelque chose que je subissais.

Je n'étais pas loin d'être adulte à la fin du lycée. Je venais de revivre l'expérience traumatisante de mon enfance. Mais, une conviction, un souhait interdit apparut dans mon esprit et ne le quitta plus jamais. Je devais changer ce monde. Les gens ne devaient pas être repoussés pour leur alter, leur couleur de peau, leur homosexualité. Personne ne devait être mis de côté pour quelque chose qui composait sa personne et qu'il ne pouvait pas choisir. Tout le monde était égaux. Tout le monde avait le droit au bonheur. Mais, ce n'était pas le cas aujourd'hui. Étonnement, je réussis plus facilement à déceler la tristesse chez les autres, notamment auprès de mes amis proches. C'étaient d'excellentes personnes mais, là, aussi la vie leur avait causé des soucis. A cette époque, je m'intéressais enfin aux héros et je fus déçu. Ils étaient présents lors d'accident, de catastrophes naturelles ou pour contrer les vilains mais, ils se pavanaient surtout devant les caméras et acceptaient de n'être qu'un produit de consommation qui dissimulait le véritable problème de cette société. De cette société naissait des hommes et des femmes malheureux et tout le monde les ignorait. Sauf quand ils osaient devenir des vilains par désespoir ou par manque de choix. Là, ils n'étaient que des parias à enfermer derrière des barreaux. L'être humain est hypocrite. Je le pensais lycéen et je le pense aujourd'hui adulte.

Je devais donc changer le coeur des gens et pour cela, je me devais de viser la première place et de remplacer All Might mais, il était déjà trop tard pour moi de débuter une carrière d'apprenti héros. Et l'opinion publique n'encouragerait jamais un héros pouvant se transformer en une abomination putride tout droit sorti des films d'horreurs. Je n'avais pas l'étoffe d'un héros. Alors, je devais consacrer le reste de ma vie à trouver une autre voie.

A ma majorité, je pris mes quelques affaires et disparu définitivement de la vie de mes parents et les laissa dans l'attente d'un deuxième enfant en espérant secrètement que son Alter soit pire que le mien. Il avait fallu prêt de 20 ans à ma génitrice pour se remettre de son premier enfant. Le second l'achèverait dans un torrent de désespoir. Cette idée me fit jubiler et je découvris pour la première fois de ma vie que je n'avais pas non plus le mental d'un héros, je souhaitais le mal aux véritables monstres qu'abritait cette terre. J'ai conscience d'avoir une vision extrémiste mais, je suis convaincu d'être dans le juste !

Je ne fis pas de grandes études, je développais de solides connaissances en informatique et décrocha le job de gestionnaire dans un super-marché. Cela consistait simplement à s'asseoir derrière un ordinateur et à coordonner le transport des marchandises qu'on mettait en rayon à travers une base de donnée élaborée par mes soins. Je ne me tuais pas à la tâche, j'avais un salaire correct et du temps libre pour réfléchir à la maison. Bien sûr, j'expérimentais l'homosexualité et si au début, je fus assez naïf de penser que des hommes tomberaient amoureux de moi en sachant que mon Alter consistait à pourrir mon corps pour le rendre plus fort, ce n'était plus le cas aujourd'hui. Mon cœur et mes espoirs étaient aussi défiguraient que ma personne lors de mes transformations. Du moins, jusqu'au jour fatidique. A ce fameux jour où Yohei fut attaqué par des vilains qui ne désiraient qu'une chose : abattre All Might. Je fus fasciné par tant de courage, d'audace et de volonté mais, aussi et surtout par le fait que d'autres personnes souhaitaient la mort du symbole de la paix. S'il disparaissait, il faudrait le remplacer. Il ne me suffisait plus qu'à y arriver ou à mettre quelqu'un partageant les même idéaux que moi à ce poste pour concrétiser mon rêve : pour me venger de la vie et enfin de nouveau sourire comme autrefois.

Je n'aspire qu'au bonheur mais, la voie que j'ai pris est aussi sombre et violente que l'enfer. Je ne suis pas un héros. Je ne suis pas un civil. Je suis un monstre. Je suis un paria qui souhaite ardemment être le dernier être détruit par les autres, par ces gens se qualifiant d'êtres humains mais, qui ne sont en réalité que les véritables vilains de cette triste réalité.

©️️ FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
avatar
Messages : 5
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations en cours-