Visite au zoo [ft Kuragari Usu, Matsumoto Akari, Djagann]

 :: Musutafu :: Rue Commerçante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Félicia Segoë
Invité
avatar
Félicia Segoë
Mar 5 Juil - 13:05
Visite au zoo
Après que j'eus vent de ce magnifique zoo, proche du centre ville, j'avais envie de le voir moi-même, avec mes propre yeux. La surprise ne fût pas des moindres. Je ne m'attendais pas à voir un endroit époustouflant comme celui-ci. Des grands arbres, de la pelouse, des animaux. Tout cela, au milieu des buildings et des voitures qui crachent de la fumée. Un tel anachronisme était un véritable plaisir pour les yeux. L'immense grille du parc était ouverte depuis un moment déjà, elle accueillait les visiteurs. C'était surtout des enfants de bas-âge avec leurs parents, qui venaient sans doute, pour la première fois, voir les animaux. Je ne suis jamais vraiment allée dans un zoo. Du moins, pour le plaisir. Mais cette fois-ci, je vais pouvoir boire des yeux ce plaisir qui m'était donné.

J'ai vu beaucoup d'animaux, mais jamais des comme ça, comme ces petits singes, qui s'amusent dans leurs cages. Ou ces crocodiles qui ne font.. rien et qui ne bougent.. pas. Est-ce qu'ils sont vivants, d'ailleurs ?! Enfin, je suis plutôt concentrée sur leur dresseuse. Vachement mignonne dans son genre, j'irai peut-être lui parler plus tard. Pour l'instant, j'ai repéré un joli banc à l'ombre, où je peux m'asseoir tranquillement, en face de l'enclos des éléphants. Le dresseur est mignon aussi, tiens. Si je me fais recaler par la miss, j'irai lui parler. Il faut toujours avoir un plan de secours, c'est important. Je pourrais rester des heures, ici, à contempler ces mastodontes mais d'autres animaux m'attendent. Je sors rapidement le plan du zoo de mon sac, pour voir la liste d'animations du coin ou les autres enclos que je n'aurai pas vu. Après m'être repérée dans le parc, je suivais le plan à la lettre en restant concentrée dessus. Si bien concentrée, qu'au début, je ne remarquais pas les gens qui s'enfuyaient en courant. Au début je pensais que c'était des parents qui couraient après leurs enfants, trop impatients de voir les autres bestioles. Ou un marathon dans le parc, mais après avoir entendu plusieurs cris d'affolement, j'ai plus ou moins finit par comprendre. Quelque chose était arrivé. Mais était-ce réellement mon souci ? J'étais ici pour m'amuser. Ca devait sûrement être encore un vilain qui devait faire n'importe quoi. J'ai envie d'aller voir comment il va se faire ratatiner la poire par nos "superbes" héros, tiens. Je prends la foule qui s'enfuit à contre-sens, en m'avançant vers le lieu de "l'incident". De toute façon, je ne prends aucun risque, étant donné que je suis habillée en civile.

J'avoue être surprise, après avoir vu ça. Ce n'est pas un vilain qui fait la foire, mais des animaux. Comment sont-ils sortis de leurs cages ? En plus, ils font des dégâts.
Finalement, je ne devrais peut-être pas trop rester là, en fait. Ou alors.. je peux peut-être rester là à attendre que nos supers héros arrivent. Les voir en action et prendre des notes. Mais cela me parait compromis étant donné que certains animaux commencent à s'attaquer à des gens. Je tiens assez à mon joli petit minois, pour être honnête.
Félicia Segoë
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 102
Disponible en RP : 1/4 : Aaron

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Mar 5 Juil - 22:27



♣ Zootopia





Des odeurs nauséabondes, un brouhaha invivable, une foule de personnes insignifiantes qui vous bousculent pour voir quelques macaques se passer une banane, voilà pourquoi Kuragari détestait les zoos. Pourtant, aujourd'hui l'homme se devait d'y être, mais pas pour le plaisir des yeux, non ! S'il se trouvait dans ce lieu d'assouvissement animal à ce jour, c'était uniquement pour des affaires professionnelles. En réalité, le Maître des Cauchemars était en quête d'action. Et quoi de mieux pour rompre l'ennui d'un Vilain qu'une foule de civils innocents, prêts à se faire décimer dans la panique la plus totale. Pour dire vrai, il voulait surtout provoquer l'anarchie pour que d'éventuels héros viennent remettre l'ordre et qu'il puisse satisfaire son irrésistible désir de chaos. Marchant à travers une dense populace insouciante, Kuragari se rappelait qu'il n'avait jamais auparavant eu le plaisir d'enfant de parcourir un tel lieu de divertissement. Mais ce n'était pas un sourire nostalgique qui se dessinait sur son visage à moitié dissimulé derrière un masque blanc mais plutôt le sourire traduisant un soulagement, de consolation et de contentement comme s'il voulait dire "Dieu merci que je n'ai pas connu tout ça."  Il n'aimait vraiment pas le sourire niais qu'avait ces personnes à contempler comme des imbéciles quelques bestioles derrière des barreaux. Kuragari pensait même que les animaux étaient malchanceux, enfermés contre leur gré comme de vulgaires attractions, exactement comme les antihéros qui se faisaient prendre par la soi-disant "justice". Comment croire que la société moderne va bien quand on trouve ça amusant de priver des êtres vivants de leur liberté ? Et surtout par pur plaisir ? S'agissait-il d'une forme de divertissement de se prendre pour une divinité, capable de donner le droit de vivre, de mourir, et d'être libre comme bon lui semble ? Car le Gentleman rougeoyant était également assez calé en théologie, bien qu'il ne soit pas pieux lui-même, il possédait pourtant les mêmes opinions d'actualités qu'un petit prêtre. Alors qu'il était encore plongé dans ses réflexions profondes, une autre sorte de vacarme assourdissant attira son attention. En effet, des cris de terreur accompagnais l'orage que provoquait le tambourinement des pieds de la foule sur le sol du zoo. Le public courait avec la ferme intention de quitter les lieux, comme s'il fuyait un danger potentiel. Intrigué par le spectacle qui s'adonnait à lui, Kuragari s'empressa de se diriger vers le point duquel la foule fuyait.

♠ Là, la scène fut des plus ironiques; alors qu'il pensait justement à l'injustice que s'autorisait la société à conserver des animaux en captivité pour le divertissement, certaines bêtes parvinrent à passer les barreaux de leur cruelle prison pour se déchaîner sur ces humains qui n'avaient plus l'air de trouver ça si plaisant. En voilà une attraction ! Kuragari se sentait encore plus ravi de voir cette prestation-là que celle que l'on propose normalement dans un zoo ! L'on se demandait tout de même comment ces bestioles avaient réussi à fuir leur emprisonnement, puisqu'il ne s'agissait pas que d'une seule espèce qui semait le trouble mais bien de plusieurs ! A première vue et à travers les fuyards, Fear pouvait apercevoir deux couples de lions se montrant hostile aux Hommes, un couple d'éléphants qui étaient des bêtes si grandioses qu'elles surplombaient aisément la cime de têtes mouvantes qui constituait l'horizon, et le chahut ne faisait que commencer. Bizarrement, il y avait encore une autre chose qui attira l'oeil : une jeune femme se déplaçait elle aussi à l'encontre de la foule ! Folle, inconsciente ou aussi mal-lunée que lui, Kuragari se demandait quelle obscure motivation poussait cette demoiselle à se diriger vers une mort affreuse. Il n'avait aucunement l'intention de la sauver ni même de lui prévenir du danger, puisque la panique était suffisamment explicite, alors il se contenta d'emboîter le pas. Elle se trouvait à quelques mètres devant lui, se frayant un chemin au travers du banc de personnes courant si hâtivement qu'ils pourraient très bien la piétiner sans faire attention. Bien vite, une idée fleurit dans l'esprit maléfique de l'homme à la chevelure écarlate; pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour effectivement attirer les héros ? Si les civils paniquent, c'est qu'ils sont en danger, et s'ils sont en danger, un héro sera toujours dans les parages pour leur venir en aide ! Dans le cas contraire, Kuragari pourrait, avec un plaisir proche de l'extase, rire au nez de la société et du monde qui placent une confiance aveugle en leurs sauveurs. Dans tous les cas, il était satisfait !

Se baladant à travers le capharnaüm bestial, il s'en allait participer à la zizanie en déverrouillant les portes des cages des autres animaux encore enfermés. Le cerveau qui était derrière ce chef-d'oeuvre criminel n'était visiblement pas doté du neurone nécessaire à l'accomplissement ENTIER de ses actes, puisqu'il n'avait libéré que quelques espèces sur les nombreuses présentes dans le zoo. Traversant nonchalamment le long des cages des animaux dangereux tels que les fauves, les grands primates et les hordes de rapaces prêts à vous becqueter l'oeil hors du visage, il effleurait les serrures comme s'il choisissait encore lesquelles il déferait. Une fois décidé, il retira son semi-masque pour utiliser son Alter, fit apparaître l'Annulaire, le pistolet déchu du Roi des Cauchemars et visa chaque serrure qu'il fit sauter d'une balle à chaque fois. Le retentissement de l'arme à feu effrayait les animaux aux premiers abords qui reculaient dans leurs geôles, puis se ruaient dehors dés que leur libérateur s'éclipsait. Kuragari avait pu remplir sa petite quête, il revint alors vers la grand-place où il avait précédemment assisté aux premières fureurs des bêtes pour se poser sur un banc, entouré par le désastre qu'il ne craignait pas puisque parmi ces bestioles aucune ne présentait de réel menace pour un Vilain émérite, et attendre avec impatience l'arrivée de ses premières véritables victimes qu'ils soient policiers ou héros.
Revenir en haut Aller en bas
Djagann
Invité
avatar
Djagann
Mar 5 Juil - 23:22
Mais qu’est-ce que je fou la ? Vous dîtes-vous sûrement. La réponse était très simple : étant donné mes activités nocturnes, je ne pouvais dorénavant plus sortir toutes les nuits sous prétexte d’aller chez une petite amie imaginaire ou profiter de ma vie étudiante. C’est pourquoi j’avais décidé de quitter le domicile familial et de me prendre un appart’, sortant comme excuse mon « besoin d’indépendance ». Alors que je jouissais depuis peu de ma nouvelle vie et que je me distrayais en jouant à la console après l’école, voilà que la porte de mon chez-moi explose en mille morceaux et que je me prends un coup de pied sauté en pleine poire par cette vioque de proprio. La raison ? Mon loyer, encore en retard… Il est clair que 2 semaines à l’école et 2 semaines en entreprise, c’était vraiment limite-limite comme revenu. Il allait donc falloir que je trouve de quoi remplir un peu le porte-monnaie…

Me voilà donc, en tenue kaki comme tous les employés du zozo, à prendre des photos des visiteurs avec un macaque habillé comme un homme, le rêve… Sérieux, qu’est-ce qu’il y a de si marrant dans un macaque ? Ils sont poilus, ils puent, et bordel, qu’est-ce qu’ils sont désagréables !

C’est alors que je prenais enfin ma pause déjeuner que le macaque se mit à me fixer. Ce qu’il voulait ? Un bout de mon sandwich, bien sûr ! Cet idiot d’animal avait fini toutes ses cacahuètes en même pas deux minutes et venait maintenant quémander auprès de moi. Tu peux crever, ouais ! T’as eu ta part !

Le sac à puce aura tout essayé. Gémir ? Je suis pas un fragile, ça ne marche pas avec moi ! Grogner ? Il me menace en plus, l’enfoiré ? Alors qu’une bataille de regards commence, la bestiole me saute tout à coup dessus, me griffant au visage, tandis que je manque de me casser la gueule en tombant de ma chaise. Alors qu’il décide finalement de me laisser tranquille et que je me remets de ce violent assaut, je remarque que mon sandwich a disparu…

S’en suit une course poursuite à travers tout le zoo contre le macaque, qui n’a de cesse de grimper partout, rendant sa capture impossible. C’est essouffler que j’arrive finalement devant ce diablotin qui s’est finalement arrêté devant la cage aux éléphants. Alors que je me mets à l’insulter de tous les noms, n’étant pas assez grand pour le capturer, je remarque qu’il tient autre chose que mon sandwich… non… c’est pas vrai… dans la cohue, il a chopé les clefs de l’enclos ? Mais comment un singe censé tout simplement être un objet de foire peut-il préparer un tel plan ?! Juste pour un malheureux sandwich en plus ! Je me mets alors à genoux, implorant ce stu… mon nouvel ami de ne pas aller jusqu’au bout de ses actes, mais après un léger rictus, le drame arriva…


Voici que le petit singe monte sur la tête d’un des éléphants et que tout le troupeau se met à me charger. Je me savais déjà bien rapide, mais face au désespoir, mon instinct de survie me permis d’atteindre une vitesse de course dont je ne me serais jamais imaginé capable. Tout le monde commence à hurler, à fuir et la panique s’empare très rapidement du zoo. Comme si cela ne suffisait pas, il semble que d’autres animaux se joignent à la fête, et je n’ai pas moins d’une dizaine d’espèces différentes à mes trousses. La tristesse de la scène… Pendant mon sprint qui battait sûrement tous les records olympiques, j’aperçois au loin une femme qui, au lieu de prendre ses jambes à son cou, cours plutôt dans ma direction. Mais quel genre d’abrutie inconscient peut bien faire une chose pareille ?! Mais bon, ce n’est pas comme si dans ma situation actuelle, j’avais le temps de bien réfléchir. C’est pourquoi, alors que la distance entre elle et moi se raccourcissait petit à petit, je me contentais de crier :

CHAUD DEVAAAAAAAAAAAANT !!!

Pitié, que quelqu’un vienne me sauver, n’importe qui !
Djagann
Revenir en haut Aller en bas
Matsumoto Akari
Invité
avatar
Matsumoto Akari
Mer 6 Juil - 12:26





Zoo Land !



✪ Feat - Féli - Kura - Djaga ! ✪





Le Zoo, voilà l’un des endroits préférés d’Akari, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que ce genre de lieu avait tendance à le plonger dans une profonde nostalgie, lui rappelant cette enfance dorée qu’il avait eu lorsqu’il était encore un noble du clan Matsumoto. Mais ce temps-là était bien révolu maintenant, car en effet le noble avait été déchut de son statut, perdant ainsi son héritage en plus de son titre, faisant de lui le vilain qu’il était aujourd’hui. Malgré ça, il avait gardé son attachement à ce genre d’endroit tel que le Zoo. Il aimait se dire qu’à la place des animaux, il y verrait bien des héros. Sa haine abyssale de cette caste de la population était sans limite et le jour viendrait ou il ferait payer à ces stupides « zéros » leur abandon concernant son propre cas. Personne n’était venu le sauver lui, alors qu’il était l’une des nombreuses victimes de cette société décadente. Mais qu’importe maintenant, les épreuves du passé l’avait rendu plus fort et lui avait forgé un caractère en acier.




Comme à son habitude, le vilain vagabondait de manière hasardeuse au cœur du zoo, les mains dans les poches, habillé de son costard, il avait même le regard dans le vide, ignorant ainsi totalement les animaux qui étaient exposés à sa vue. Il repensait à ses derniers combats qu’il avait dû livrer avec intensité. Se repassant chaque scène de ce qui s’était passé aux Philippines ou même à Tokyo, s’imaginant quels autres tournures ses duels auraient pu prendre s’il aurait fait, tel ou telle chose. Les pensées du noble déchu dénoté un manque évident d’action. Il voulait encore sentir ce doux parfum du danger et du combat, oui, sentir l’adrénaline se propager amoureusement dans son corps. Toujours dans cette folle quête de devenir toujours plus fort. Divaguant dans les tréfonds de ses quelques aphorismes, très vite quelque chose troubla la tranquillité mentale d’Akari. Des cris avaient retentis avec force un peu partout dans l’enceinte même du zoo.




Le vilain leva les yeux et aperçu maintenant des gens qui courraient en direction de la sortie. Et comme il fallait s’y attendre la curiosité du vilain ne manqua pas de le piquer au vif. En hâtant le pas Akari se dirigea vers la grande place pour assister à une scène surréaliste. Les animaux étaient en dehors de leurs cages, saccageant le parc avec une certaine fureur, sans doute cette désagréable frustration d’être enfermé. Des macaques, des éléphants, des lions, des girafes et toutes sortes d’espèces qui s’étaient liés pour un seul but : le chaos et la destruction. On aurait même dit une sorte de ligue de super vilain version animal, une petite blague qui germa dans la tête d’Akari et qui l’avait fait sourire au passage. Mais le plus surprenant dans toute cette cohue sauvage, c’était l’homme à la chevelure rougeâtre qui était assis tranquillement sur un banc en observant la scène chaotique devant lui comme-ci il était au cinéma.




Étrange, mais le vilain ne s’attarda pas plus longtemps ici, car autre chose avait attiré son attention. En effet, une jeune femme marchait à contresens des fuyards restants, tandis qu’en face d’elle un homme habillé de l’uniforme réglementaire des employés du zoo courrait en sa direction pour fuir tout une troupe déchaîné d’animaux en tout genre. Et dans tout ce bordel, pour le moment, pas un héros, ni même un flic en vue. Décidément ces derniers temps l’efficacité des forces de l’ordre était à plaindre. Mais tant mieux, au final Akari avait trouvé enfin une raison qui allait lui permettre de se mettre à l’action. Une nouvelle fois il pouvait sentir son sang et son adrénaline qui fusait à toute vitesse dans son corps à l’unisson avec les battements de son cœur, cette sensation si agréable qui le rendait vivant et qui était devenu sa seule raison de vivre. Le noble déchu se lança au pas de course pour foncer en direction de l’attroupement, esquissant un sourire qui manifestait son excitation et sa fougue.




Il dépassa la jeune femme et arriva à hauteur de l’employé du zoo qui était en pleine fuite pour maintenant faire face à la vague d’animaux déchaînés. Claquant sur ses jointures avec panache, il leva sa main droite en faisant prendre la forme d’un pistolet à ses doigts pour ensuite diriger son bras en direction du sol. Et au dernier moment il avait utilisé sa technique signature : le « Sun Gun ». Un rayon de plasma d’énergie se dégagea entre son index et son majeur pour frapper lourdement le sol, soulevant des débris de roche qui viendraient marteler violemment chacun des animaux présents dans cet attroupement sauvage. Le vilain avait utilisé avec brio son alter surpuissant pour effrayé la horde, apeuré par le flash lumineux libéré par le rayon d’énergie d’Akari. Ils avaient fini par fuir et s’éparpillant un peu partout dans la zone, pour fracasser le décor en signe de frustration. La jeune femme et l’employé du zoo était maintenant hors de danger pour le moment. Suite à cela Akari se dirigea vers le jeune homme pour s’adresser à lui :



« Qu’on soit bien clair, je t’ai pas sauvé la vie, ok ? J’ai fait ça pour mon seul plaisir ! »



« Sinon dit moi, c’est quoi tout ce foutoir ? »


S’écria-t-il sur un ton calme et posé à l’attention de son interlocuteur, tout en gardant un œil sur la jeune femme, car elle avait l’air louche à ses yeux. Néanmoins les réjouissances ne faisaient que de commencer. En effet via des salles de vidéo-surveillances, les agents de sécurités du zoo avaient tout vu. De la bavure du jeune homme qui avait laissé un chimpanzé lui subtiliser les clés des différents enclos, mais également de ce type aux cheveux rouges qui avait accentué cette erreur en délivrant lui-même d’autres animaux par l’utilisation d’un alter. Sans donc trop tarder, les agents de sécurités avaient appelés via un téléphone d’urgence la police, mais ils avaient également réclamé la présence des héros en précisant qu’il y avait bel et bien un fauteur de trouble qui avait brisé les serrures des cages à l’aide de son un alter. Ce qui signifiait que dans très peu de temps la police viendrait encercler le zoo et des héros surgiraient pour tout remettre en ordre. Pendant ce temps, les animaux continuaient de détruire de plus en plus tout ce qui se trouvait au sein du zoo. A suivre…










-----------------------------------------------------------------------------------------


♛ ♣ ♦ ㋡ ♥ ♠ ✤







Matsumoto Akari
Revenir en haut Aller en bas
Félicia Segoë
Invité
avatar
Félicia Segoë
Mer 6 Juil - 15:14
Visite au zoo
Je continue d'avancer en sifflotant, les gens ne font même plus attention à moi, comme si j'étais invisible. Sauf ce gars-là visiblement. Il semble être poursuivit par une horde d'animaux. Des singes, des éléphants, des félins. Je me demande bien ce qu'il a pût faire pour en arriver là. On dirait qu'il se rapproche de moi à très vive allure. Oh, c'est la première fois de ma vie qu'un homme m'aborde de cette façon, j'en serai presque émue. Alors que je me rapproche de lui en préparant une phrase d'accroche du type "Hé, z'auriez pas un numéro de téléphone, j'ai perdu le mien". Et puis finalement, je crois bien qu'il se rapproche beaucoup trop de moi, je commence à comprendre qu'il est en danger et que moi aussi, par la même occasion. J'écarquille les yeux en m'arrêtant net, tandis qu'un flash lumineux surgit de mon côté gauche. En une fraction de seconde, les bêtes étaient par terre. Je commence doucement à sourire de manière hasardeuse, en voyant notre "sauveur".


" Qu’on soit bien clair, je t’ai pas sauvé la vie, ok ? J’ai fait ça pour mon seul plaisir ! "

Au début, je pensais qu'il s'agissait d'un héro ou quelque chose comme ça. Mais cette possibilité me semble compromise étant donné son comportement peu distingué. A vrai dire, je n'en sais rien et ça ne m'intéresse pas plus que ça, en fait. Le voilà qui commence à discuter avec le gardien. Je n'écoute pas. J''observe les dégâts, en regardant les animaux saccager leurs enclos et les kiosques. Je me demande bien comment ils vont faire pour régler ça, nos prestigieux héros. En tout cas, je ne semble pas être la seule, à regarder ce spectacle. Là, sur un banc, il y a un homme aux cheveux écarlates. Oh je sais très bien qui il est, je pourrais reconnaître cette chevelure entre mille. Mais j'ai d'autres désirs que je dois satisfaire avant d'aller l'embêter.. Je m'étire  finalement, en  levant les yeux au ciel et en reprenant mon attitude détonante  qui me caractérise tout particulièrement bien.

"Pfiouuu. Manquer de se faire piétiner, ça donne plutôt faim, vous savez."

Sans dire un mot ou presque, je tourne les talons aux deux hommes, pour commencer à marcher en direction d'un petit kiosque abandonné par son propriétaire, qui avait dû s'enfuir avec le reste des civils. Avec un peu de chance, il y aurait peut-être quelques churros encore chauds.

Félicia Segoë
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 102
Disponible en RP : 1/4 : Aaron

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Mer 6 Juil - 18:56



♣ Bring it on




Une panique sans nom s'ensuivit d'un chahut inattendu : alors que les choses tournaient déjà bien mal, un étrange jeune homme blond venait très visiblement d'enfreindre la loi. Utilisant ce qui semblait tout à fait être un Alter, il projeta un rayon lumineux au sol suffisamment puissant pour la morceler et souffler quelques bêtes qui fuyaient encore plus déchaînées. Il venait tout juste de continuer à aggraver la situation, pour le plus grand plaisir de Kuragari qui contemplait le spectacle comme un vieil homme sénile devant une télévision éteinte. Il ne bougeait pas plus, assis confortablement, il pouvait voir tout ce qu'il se passait sans quitter son petit banc. Avec l'intervention du blondinet, il n'y avait aucun doutes que des héros rappliqueraient dans les prochaines minutes ! Kuragari prenait un malin plaisir lorsque les imprévus qu'il rencontrait lui était plus favorables que néfastes, il aurait pu rester ici à regarder le chaos perdurer pendant des heures.

Mais l'affaire ne faisait que commencer. Bien vite, l'on pouvait entendre la sirène des forces de l'ordre qui encadraient le secteur. Mais ces hommes n'étaient que des amuses-gueules, de simples policiers ne seraient jamais en mesure d'assouvir l'insatiable soif de destruction d'un Vilain ! Kuragari ne bougeait pas plus, attendant que quelque chose de méritant vienne le faire se lever de son reposoir. Il pouvait voir la jeune femme qu'il avait remarquée précédemment se diriger vers un kiosque solitaire, elle intriguait davantage le Vilain qui se demandait toujours pourquoi, tout comme lui, cette femme semblait se plaire dans cette zizanie ? Elle n'avait pas froid aux yeux, quand on voit les dégâts dont sont capables ces créatures quand elles veulent faire mal. Il pouvait également voir un employé du zoo visiblement aussi paniqué que les autres, comme quoi même les salariés ne sont plus ce qu'ils étaient ! Bien vite, l'arrivée de ces fichus héros attira l'attention de Kuragari. Ils étaient toujours aussi prétentieux, s'adonnant à des fantaisies ridicules seulement pour se donner en spectacle ! Kuragari ressentait un profond dégoût pour ces personnages qui, dénué de réel sens de la justice, ne font que jouer les gros bras pour impressionner la foule. Mais quand les choses deviennent réellement bouillantes ? Plus personne ! Voilà la société que Stain sanctionne, voilà le système que veut basculer la Ligue, voilà donc la réelle raison qu'avait Kuragari de mépriser l'humanité ! Ils n'étaient que deux encore, des renforts arriveraient peut-être, mais Fear ne pensait pas voir une armada de héros intervenir pour maîtriser quelques animaux. Alors il redoubla d'attention pour une bonne raison : l'homme blond qui avait contredit la loi risquait d'être la cible principale des forces de l'ordre ! Il ne bougeait donc pas, et attendait seulement que quelqu'un vienne l'interpeller pour passer du vieillard commun au Roi des Cauchemars. Une excitation vive et intense parcourait chaque recoin de son corps, lui donnant l'envie pressante de s'opposer à eux. Mais dans un jeu d'échecs, la patience est une qualité qui mène à la victoire...
Revenir en haut Aller en bas
Djagann
Invité
avatar
Djagann
Mer 6 Juil - 22:31
Mais c’est quoi son problème, à cette nana ?! Y a juste tout un troupeau de bêtes aussi dangereuses les unes que les autres à mes trousses, et ça ne semble pas plus l’effrayer que ça ! Décidant alors de l’ignorer et continuer à courir pour sauver ma face, soudain, un énorme flash lumineux m’aveugle. Alors… ça y est… mon heure… est venue… Hein quoi ? Ah ben non ! Je comprends pas trop ce qu’il s’est passé, mais on dirait que je ne suis plus en danger. C’est alors qu’un blondinet en costard s’avance vers moi. Interloqué tout d’abord par la présence d’une autre personne encore dans ce foutoir, celui-ci me dit alors :

« Qu’on soit bien clair, je t’ai pas sauvé la vie, ok ? J’ai fait ça pour mon seul plaisir ! »

Mais… Mais… Il veut quoi, lui, avec ses airs de péteux ?! Ce genre de mec, il a de la chance que je ne sois pas en costume et que je n’ai pas le droit de me taper sans pour préserver mon anonymat ! Parce que la, dans ma tête, je lui ai déjà défoncé sa gueule de beau gosse suffisant au moins cinq fois ! Il peut rêver pour que je le remercie !

« Sinon dit moi, c’est quoi tout ce foutoir ? »

Je lui réponds alors d’un air gêné, tout en me grattant le derrière (de la tête)

- Bah… euh… en fait… Héhé, c’est une histoire aussi marrante qu’invraisemblable. Vous n’allez jamais me croire ! C’est juste un chimpanzé ou un truc dans le genre qui m’aurait qui a réussi par mégarde à me choper les clefs des enclos, et puis bah euh… vous connaissez la suite hein aha.

C’est fini… je vais être viré à coup sûr… Alors que cet enfoiré ne semblait plus m’écouter, je me retrouve en PLS au pied d’un lampadaire, pensant déjà à mon avenir qui était maintenant fichu. Que j’allais devoir sûrement maintenant dormir dehors, fouiller les poubelles pour trouver à manger, adopter un petit chien pour attirer l’attention des gens et puis… Non, Djagann, ne perd pas espoir ! Tu peux encore sauver la situation ! Il suffit de trouver un moyen de te déguiser, n’importe quoi fera l’affaire, et d’utiliser tes techniques de ninja avec les fléchettes tranquillisantes du zoo pour neutraliser tous les animaux ! Le truc, c’est que je ne sais même pas si on a un stock de fléchettes suffisantes pour TOUS les animaux. Mais allez ! On ne se décourage pas ! Il y a encore de l’espoir !

Soudainement, une sirène retentit, signe que la police débarque, ainsi que certains héros sûrement. Bon, s’ils ne sont pas cons, les flics devraient avoir de quoi neutraliser les animaux eux-aussi, c’est exactement ce qu’il me fallait. Alors que les forces de l’ordre se dirigent dans notre direction, je me mets à hurler tout d’un coup, l’air effrayé !

- AU SECOURS ! CETTE HOMME VIENS D’UTILISER SON ALTER POUR S’EN PRENDRE AUX ANIMAUX ! ET MAINTENANT C’EST APRES MA VIE QU’IL EN VEUT !!! A L’AIIIIIIIDE !!!

Tous les regards sont maintenant concentrés sur nous, et je me mets à nouveau à détaler à toute allure en direction de la police qui m’a maintenant dépassé et semble prête à attaquer cette enflure de blondinet. La diversion parfaite ! Quelques minutes plus tard, j’atteins la réserve où je trouve un fusil et des fléchettes : pile ce que je cherchais ! Maintenant un déguisement… je cherche… je cherche… Non… pitié… pas ça… tout mais pas le costume de la mascotte du zoo : un panda rose et noir avec un museau en forme de cœur, la honte… Bon, tant pis, ce n’est pas comme si quelqu’un me reconnaîtrait, de toute manière. Déterminé à réparer mon erreur, je me mets donc à la traque des bestioles les plus dangereuses dans un premier temps. Sérieux, quel genre de criminel j’étais pour me retrouver à faire des choses pareilles…
Djagann
Revenir en haut Aller en bas
Matsumoto Akari
Invité
avatar
Matsumoto Akari
Jeu 7 Juil - 12:01





Zoo Land !



✪ Feat - Féli - Kura - Djaga ! ✪






Après avoir fait son entrée fracassante, Akari ne se douterait pas une seule seconde de la tournure que prendrait les événements à venir. En effet suite à son coup d’éclat il ne tarda pas à attirer l’attention sur lui, tous les regards des quelques fous qui étaient restés dans le coin se portait maintenant sur sa propre personne. La première qui avait réagi n’était autre que cette mystérieuse femme, adoptant une mine nonchalante elle fut la première à régir. Et sa réaction était aussi inattendue et absurde que cette situation alarmante au sein du Zoo. Elle n’hésita pas un seul instant à exprimer sa faim, oui, tout simplement, la conjoncture qu’avait pris cette affaire d’animaux échappés de leurs cages lui avait donné faim. Sans rien rajouter d’autre elle tourna les talons toujours avec cette attitude détachée et ce « je-m’en-foutisme » qui la caractérisait tant et qui lui donnait cette classe et ce panache. Akari se contenta de rester silencieux et d’esquisser un sourire en coin pour manifester son amusement.




Cette femme qui se dirigeait maintenant vers l’un des nombreux kiosques qui avait été saccagé par les bêtes sauvages, lui rappelait étrangement une de ses connaissances. Plus précisément à Aru, du département d’Administration de l’académie Yuuei. Il aimait ce genre d’attitude, cette désinvolture qui pouvait pousser n’importe quel caractère un peu trop volcanique à la résignation. Attitude qui était loin d’être celle de l’employé du Zoo, qui avait l’air à première vue craintif et réservé. Mais si Akari avait appris une chose depuis ces derniers combats, c’était bel et bien le fait que l’apparence pouvait être trompeuse en tout point. Et une nouvelle fois il allait encore l’apprendre à ces dépends avec ce salarié qui feignait la faiblesse et la timidité. Effectivement après avoir donné la raison de ce gloubi-boulga ambiant, expliquant qu’un chimpanzé avait réussi à tromper sa vigilance en le bernant aussi facilement qu’un enfant de 3 ans en lui subtilisant les clés de certains enclos. Clés que le primate utilisa pour délivrer ses camarades animaux.




Super, cette histoire n’avait vraiment aucun sens aux yeux d’Akari. Pour résumé, un chimpanzé qui avait trompé un humain aussi stupide que lui et qui avait en plus de cela le syndrome de « Brigitte Bardot », grand défenseur des animaux, avait causé tout ce chaos. Si toute cette histoire abracadabrantesque était vrai, alors cet employé du Zoo n’avait plus qu’à lui-même se mettre en cage après une telle bourde. Et l’ébaudissement de tout cet incident était très loin encore de prendre fin. Soudainement plusieurs sirènes se mirent à retentir à l’extérieur même du Zoo. Par une analyse rapide de son ouïe, le vilain au costume de la marque prestigieuse « Gucci » comprit que toute la zone avait été bouclé par les flics. Le responsable du Zoo avait fait appel aux forces de l’ordre en constant le désordre, la situation lui avait échappé, il était désemparé. Mais ce n’était pas les seules réjouissances qui attendait Akari, en effet deux héros avaient rejoint les policiers et comme par hasard, ils se dirigeaient tous par ici.



« AU SECOURS ! CET HOMME VIENT D’UTILISER SON ALTER POUR S’EN PRENDRE AUX ANIMAUX ! ET MAINTENANT C’EST APRES MA VIE QU’IL EN VEUT !!! A L’AIIIIIIIDE !!! »


Oui c’est à ce même moment que l’employé du Zoo exprima sa prétendue détresse. Akari tourna immédiatement la tête en sa direction et voyait ce dernier fuir en direction des policiers. Il jouait terriblement bien le rôle de la victime. La police n’y avait vu que du feu et ils l’avaient même laissé passer. L’ordure…Akari l’avait mal jaugé, il n’était aussi stupide qu’il ne le pensait, bien au contraire, ce type était sournois, un vrai « trolleur » de première catégorie qui n’avait pas hésité un seul instant à « balancer » l’homme qui lui avait pourtant sauver la vie d’une mort certaine. Cependant, le noble déchut ne céda pas à l’agitation, gardant un calme olympien, il se contenta de garder les mains dans les poches en esquissant un simple sourire, se disant que pour cette fois il s’était bien fait avoir. Alors que la police se dirigeait vers lui, soudainement les troupes chargés de rétablir l’ordre et la justice s’éparpillèrent au cœur du Zoo un peu partout armé de fusil tranquillisant de haute technologie, préférant laisser les deux héros se charger d’Akari. Et quels héros….


« Ne t’en fais pas petit, mets toi à l’abri on va se charger de ce méchant « Vilain » ! Je suis « Mecha Cool », défenseur de la justice et des orphelins ! Je suis venu pour t’arrêter, YAHAAA !! »



« Et moi je suis « Super Mecha » ! Nous sommes le terrible duo de la « Justice » ! »



« Le vilain « Sun King » encore toi !? Ça fait un moment que les héros en ont après toi…Les « Philippines », puis le chaos que tu as perpétré à « Tokyo » et maintenant ici ! Ça suffit, nous allons mettre un terme à ta folie, tu es une menace pour la société ! JUSTICE EN ACTION ! »


Akari n’en revenait pas, deux robots en guise de héros étaient venus à sa poursuite à cause de l’employé du Zoo qui avait semé encore plus de chaos. Si seulement ces deux idiots de héros connaissaient la vérité…Ironiquement, pour une fois Akari n’avait absolument rien fait, ce terrible malentendu l’avait dans l’embarras. Mais qu’importe, le noble déchu n’était pas du genre à se plaindre ou à pleurnicher sur son sort, il allait tout simplement combattre ces foutus héros. Le vilain voyait le bon côté des choses, en éclatant deux héros sa renommée grimperait encore davantage. La gloire était une chose succulente à apprécier, un cadeau que seul la victoire d’un combat pouvait lui offrir. Trimer, transpirer et saigner pour atteindre le sommet était la chose la plus exaltante pour Akari. Son niveau d’adrénaline qui augmentait seconde après seconde ne tarda pas à se manifester au sein de son organisme. Les battements de son cœur étaient là pour témoigner de l’excitation imminente du combat qu’il allait livrer contre deux héros qui avaient l’air puissant à première vue.




Et en effet ils l’étaient. Le premier à avoir ouvert les hostilités, était ce fameux « Super Mecha » qui avait jurer d’arrêter Akari de son surnom par lequel il s’était fait connaître : « Sun King » signifiant littéralement « Roi Soleil ». Un surnom qui avait un lien certains avec son alter, mais également avec son égo surdimensionné. Oui, le noble déchut s’identifiait bel et bien au fameux roi de France, Louis XIV que l’on appelait le « Roi Soleil ». Le japonais de 24 ans voulait incarner la noblesse, la gloire, l’arrogance et le raffinement à la française tout en étant une des incarnations du mal. Il n’allait pas se laisser surprendre et intimider par ces machines qui d’ailleurs, ressemblait fortement à ces robots que l’académie Yuuei utilisait lors des épreuves d’entrées. Sauf que cette fois-ci les robots semblaient être contrôlé par un pilote qui siégeait à l’intérieur même de la carcasse métallique. Si Akari voulait abattre rapidement les deux héros, il devait viser le centre et en percer la coque pour toucher l’utilisateur à l’intérieur. Le vilain en avait même conclu qu’il ne s’agissait pas d’utilisateur d’alter, mais bien de deux hommes sans alter qui utilisaient ces machines en guise d’arme de combat, ce qui n’en restait pas moins redoutable, bien au contraire.



« Gatling Gun !! »




Sun Shot !



L’un des deux héros, « Super Mecha » avait tiré une salve impressionnante de balle à l’aide non pas d’une, mais de quatre sulfateuses portatives après avoir transformés ses deux bras métalliques. Akari abasourdie par une telle attaque et une telle réactivité de la part de son ennemi se mit à fuir les rafales tout en utilisant dans sa course son « Sun Shot ». Une technique consistant à envoyer également des rafales de balle d’énergie pure de plasma avec ses deux mains. Le balles d’énergies solaires et les balles dégagés avec aplomb par les sulfateuses se contraient l’une contre l’autre. La chaleur dégagé par l’énergie solaire d’Akari faisait fondre la plupart des projectiles de son adversaire. Mais quelle fut la stupeur du vilain lorsqu’il constata que son attaque n’avait eu aucun effet sur la structure métallique du robot qui encaissait tout, absolument tout sans aucun dégât.   




La carcasse du robot avait dû être renforcé d’une manière conséquente pour palier à tout choc. Akari était dans de beaux draps, il avait compris qu’il allait devoir utiliser quelque chose de plus puissant que ses techniques basiques habituelles et passer directement aux choses sérieuses. Le vilain avait réussi à fuir cet escalade de violence in extremis en se réfugiant derrière l’un des murs des enclos qui à la base accueillait les éléphants. Une fois que le vilain était hors du camp de vision de « Super Mecha », il constata qu’il avait été touché légèrement au niveau de ses bras et de ses jambes. Rien de bien grave, seulement les frôlements des balles qui avait charcuter sa peau au passage en glissant péniblement à la surface de sa chair devenu maintenant martyr. Il l’avait échappé belle, car si le noble déchu n’avait pas utilisé à temps son « Sun Shot », nul doute que les balles de ce robot n’auraient pu être déviées et il aurait été directement et mortellement touché sans l’ombre d’un doute.  





Ne voyant plus « Sun King » dans son champ de vision, « Super Mecha » cessa de tirer. D’un signe de la tête adressé à l’attention de « Mecha Cool », il fit comprendre à son camarade héros qu’il devait à son tour passer à l’attaque en débusquant Akari de sa cachette provisoire. Et c’est ce qu’il avait fait immédiatement en se mettant soudainement à voler dans les airs après avoir activer une sorte de « Jet Pack » à la base du dos. Par ce procédé, il pouvait maintenant survoler la zone pour se mettre directement au-dessus d’Akari. Dans quelques secondes le vilain serait pris en sandwich par les deux Mecha. L’un s’avançait dangereusement par des pas lourds sur la terre ferme en direction d’Akari tandis que l’autre par la voie des airs, allait très bientôt se trouver juste au-dessus du vilain. S’il ne faisait rien et qu’il n’établissait pas rapidement un plan de secours pour se tirer de ce mauvais pas, Akari finirait en gruyère.




La technologie fulgurante et le travail d’équipe des deux héros Mecha l’avait acculé comme jamais il ne l’avait été auparavant. Akari espérait qu’un miracle se produise, qu’on vienne le tirer de ce guet-apens, il priait les cieux qu’une aide extérieure vienne lui donner suffisamment de temps pour réfléchir ou même pour avoir l’occasion de viser et d’utiliser toute la puissance de son alter « Black Sun » contre ces deux robots. Le vilain, hélas pour lui était beaucoup trop orgueilleux pour demander de l’aide, plutôt mourir pour lui que d’avoir à supplier l’assistance de qui que ce soit. Son honneur de guerrier, de gentleman et de vilain l’empêchait d’agir comme cet employé du Zoo qui l’avait mis dans de beaux draps. Il ne voulait pas agir de manière aussi lâche, il ne pourrait plus jamais se regarder devant un miroir s’il agissait de la sorte. Ce n’était pas digne du « Sun King » qu’il était. Qu’allait-il se passer ? En attendant, du côté des policiers, ces derniers avaient déjà commencés à endormir et à neutraliser la plupart des animaux qui s’étaient échappés de leur enclos. A suivre…








-----------------------------------------------------------------------------------------


♛ ♣ ♦ ㋡ ♥ ♠ ✤







Matsumoto Akari
Revenir en haut Aller en bas
Félicia Segoë
Invité
avatar
Félicia Segoë
Jeu 7 Juil - 19:53
Visite au zoo
Ma déception ne fût pas des moindres lorsque je ne vis aucun churros abandonné. Décidément bien  trop déçue pour faire mes propres churros -de plus je ne savais pas comment la machine fonctionnait et elle avait l'air un peu abîmée - je m'étalais peu à peu sur le comptoir, comme un vieux pirate ivre mort, une moue inhabituelle se dessinait sur mon visage.

"On a une blessée parmi les décombres, par là !"

Ah, des blessés, ça il y en avait tout un tas. Peut-être même des morts dans le lot.  Mais ça ne m'intéressait pas plus que ça. Puisque je ne peux pas manger, je vais attendre tranquillement que les choses se  soient calmées. Aussi soudainement qu'inattendu, voilà que deux hommes me saisissent par les bras pour me tirer hors du comptoir, comme un sac de pomme de terres ou quelque chose dans le genre. Je tente de gesticuler, de me débattre. Puis de crier, en les voyant qui m'emmènent directement vers les camionnettes prévues pour soigner les blessés.  

"Mais lâchez-moi enfin ! "
"La pauvre elle délire complètement, dépêchons nous."

C'était mauvais. Ils risquaient sans doute de me reconnaître, et donc de me coffrer.  Dans ce cas là, plusieurs options s'offraient à moi. La première était de crier "au violeuuuuur !" mais vu qu'ils me prennent déjà pour une tarée, ça ne ferait rien du tout, à part porter plus d'attention sur moi. La seconde, ne rien faire. Et attendre que Kwon vienne me chercher. Enfin je doute qu'il le fasse, en fait. Je ne peux pas non plus prendre le risque d'utiliser mon alter, je vais sans doute me blesser.

"Mais puisque je vous dis que je vais bien ! Laissez-moi tranquille !"

Comme ils refusent de me lâcher, je décide  d'employer la manière forte. Je me concentre un peu, mon corps se raidis,  tandis qu'un vent puissant en provenance de l'est souffle sur le Zoo, arrachant quelques branches et quelques tuiles d'un bâtiment proche, et ce pendant quelques secondes.  Profitant du moment "d'inattention" des deux bonshommes, pour me débattre de plus belle, ils finissent par me lâcher, volontairement ou non. Je tombe sur le sol, sur les fesses. C'est assez douloureux. L'un des policiers, qui ratissait le terrain,  tourne alors sa tête vers moi. Son regard presque indescriptible exprime un mélange de fierté,  de dégoût et de sadisme. Il m'a reconnue.

"Hé, vous deux. Amenez moi cette fille. Je veux la voir d'un peu  plus près."

Je ne cherche même pas à comprendre, je me lève en un éclair et commence à courir vers le kiosque pour récupérer mon sac.  Voilà ce que je vais faire; prendre mes cliques et mes claques et débarrasser le plancher en fracassant tout ce qui s'approche de près ou de loin de moi. Superbe plan, n'est-ce pas ? Ah, et tout cela en essayant d'éviter les attaques projectiles des robots, bien sûr.

J'espère que ce gars va les retenir suffisamment longtemps pour que je puisse me barrer. Même si j'en ai pas spécialement grand chose à faire de lui, il me semble bien qu'il m'a quand même sauvé la vie. Je devrais lui rendre la pareille. Non pas parce que j'ai de l'honneur ou que je le considère comme mon nouveau meilleur ami, -faut pas déconner non plus- mais parce qu'il a de jolies fesses, quand même.

"Je le savais, sa fuite témoigne de sa culpabilité. Attrapez-la ! "

Aie, aie, aie. Je vais avoir plus de problèmes que prévu. Il faut que je me concentre sur mon sac. Il y a ma tenue à l'intérieur ainsi que mes armes. Je risque de blesser mon allié aux cheveux ardents si j'utilise mon alter ici. Je ne le maîtrise pas encore très bien. Je vais donc devoir me battre avec mes gadgets. Mais d'abord, il va falloir que je me débarrasse de ces deux gros lourds si je veux pouvoir m'équiper en paix.

Félicia Segoë
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 102
Disponible en RP : 1/4 : Aaron

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Jeu 7 Juil - 22:54



♣ Bravissimo ! ♠





Un magnifique spectacle se déroulait devant les yeux régalés de Kuragari, assis paisiblement sur son petit banc. Il avait l'allure et le charisme du grand méchant, se tenant seul au milieu de ce fabuleux chaos qu'il n'avait pas créé, mais propagé. Il assouvissait son esprit malfaisant aussi régulièrement qu'il pouvait car s'il n'accomplissait pas de méfaits pendant trop longtemps, il risquait de sombrer dans une dépression mélancolique voire psychotique. Tout le chahut provoqué par l'incident du zoo avait effectivement rameuté les forces de l'ordre, dont deux héros, qui semblaient particuliers dans leur genre. Après une action des plus couardes de la part du petit employé, les choses devinrent intéressantes. Effectuant l'entrée pitoyable du pro-All-Might, débarquant sur un incident comme s'ils étaient les messies, les sauveurs, les touts-puissants, ils se présentèrent comme étant "Mecha Cool" et "Super Mecha"... Deux parfaits personnages de films d'action, malheureusement pour eux, ils risquaient d'être les figurants qui explosent avant tout le monde. Et ils ne se firent pas prier avant de passer à l'action, pour le plus grand plaisir de voir ses prédictions s'accomplir, ils concentrèrent tous leurs efforts sur l'homme blond qui s'était fait remarqué plus tôt. Super Mecha fit une belle démonstration offensive, utilisant quatre canons montés sur son armure pour canarder littéralement le pauvre personnage en costume cravate. Kuragari était totalement ravi de pouvoir analyser le combat et les compétences de ces figurines mécanisées, il pouvait d'ores et déjà affirmer qu'ils possédaient une impressionnante force de frappe, leur façon criarde de se montrer pourrait probablement s'accompagner de quelque mérite. Non seulement les deux héros fanfaronnaient avec une belle offensive, mais ils semblaient également se vanter d'une incroyable défense ! Pour se sortir de ce mauvais pas, le blondinet contra une partie des balles avec un tir éparpillé d'une matière lumineuse, qui suffit à annihiler les projectiles mais ne laissèrent même pas une égratignure à l'armure du robot. Alors comme ça, ils seraient de plus tenaces combattants qu'ils n'en avaient l'air ? Ces deux clowns, vraiment ? Un léger rire amusé mais discret sortit du l'homme aux cheveux rouges toujours fixé sur son siège, il avait en tête de confronter ces deux monstres en attaque et en défense, à son monstre en attaque et en défense.

Retirant son masque pendant le combat durant lequel le blondinet fut obligé de fuir et de se réfugier le temps de trouver un moyen de s'en sortir face à deux colosses mécaniques, Kuragari ouvrit son oeil démoniaque et fit apparaître un de ses servants sans attirer l'attention en profitant de l'attention captée par le combat. Une grande armure de chevalier colossale entièrement vide et inanimée faisait face à Kuragari. Dans son dos, l'on pouvait apercevoir qu'elle était armée d'un très grand marteau de guerre, mais ne semblait pas hostile tant qu'elle restait debout ici, totalement inerte.

"Réveille-toi, Samaël." s'exclama le Roi des Cauchemars.

La visière qui était alors complètement noire d'ombre s'illumina de deux lumières rouges, animant par la même occasion l'ensemble de la carcasse métallique creuse. Samaël était le Gardien, le serviteur auquel Kuragari faisait appel pour régler les "gros" soucis, profitant de son imposante stature qui lui apporte une énorme force physique et une durabilité à toute épreuve. Il est la Tour du jeu d'échec de Fear, son Rempart inébranlable, et en qui il faisait entière confiance pour tendre la main à ce pauvre jeune homme. L'armure désormais totalement mobile se tourna face aux opposants qui tournaient le dos à Kuragari et son serviteur, les yeux rivés vers la position de leur adversaire. L'un des deux robots étaient d'ailleurs monté en altitude, se servant d'une sorte de système de propulseurs installés derrière lui probablement pour profiter d'un meilleur angle de vue. Pourquoi se fatiguer avec tout ça ? Ils ont l'air de tanks humains, alors pourquoi est-ce qu'ils ne se contentent pas de tout faire sauter d'un tir dévastateur ? Car Kuragari n'était pas dupe, avec ce genre de combattants, il n'était jamais question de n'avoir qu'une seule arme ! Le duo de la Justice était très sûrement armé jusqu'aux dents, équipé d'armes et de gadgets inattendus en tout genre ! Alors croire qu'ils n'étaient pas effectivement capable de démolir l'ensemble de la zone serait une grossière erreur ! Peut-être leur stupide éthique de héros leur interdisait les dommages collatéraux ? C'était d'ailleurs l'un des points qui faisaient que le Roi Rouge était content d'être du côté obscur de la Force ! Car chez eux, il n'y avait pas de règles à suivre, de morale à respecter, à partir du moment où ils ont des objectifs, les vilains sont autorisés à user de tous les moyens possibles pour les atteindre ! Confiant en son mastodonte personnel, Kuragari soupira en esquissant un sourire, fier de pouvoir le présenter au public.

"Vas donc lui donner un coup de main, mon bon Samaël."

Samaël s'élança alors avec une rapidité moyenne que l'on attendrait pas d'une si grande armure, suivant les ordres de son Maître. Il se ruait sur le héros qui se trouvait encore au sol, préférant laisser le second au blondinet qui était visiblement plus apte à pratiquer le combat à distance. Armant son marteau d'une poigne bien solide à deux mains, Samaël balança un énorme coup de marteau directement dans le dos de Super Mecha. La puissance de ce choc n'était pas à vérifier : l'on avait pu entendre un magnifique bruit sourd de métal battu et le bruit de la carcasse technologique fendant l'air jusqu'à s'abattre dans le mur le plus proche, stoppant son voyage en y laissant un trou net. Un énième sourire malicieux se dessina sur le visage d'un Kuragari encore et toujours posé, fier des prouesses de son Gardien. Au même moment, la jeune femme qu'il avait aperçu précédemment jaillit de nulle part, poursuivie par deux hommes en uniformes. Elle semblait elle aussi en mauvaise posture, puisqu'elle fuyait désormais le danger au lieu de marcher vers lui ! La voyant enfin de face, une petite ampoule s'alluma dans la tête de monsieur le Roi des Cauchemars : elle avait une figure familière, et pas pour rien ! Oui, cette demoiselle était l'une de ses collègues au sein de la Ligue des Vilains ! Il n'avait pas de grands souvenirs d'elle car au fond, il ne la connaissait pas personnellement, mais il pouvait juré avoir reconnu son visage. Que faisait-elle ici ? Et pourquoi fuyait-elle ? Elle ne pouvait pas elle non plus se débarrasser de ces deux simples policiers en utilisant son Alter ? Kuragari ne comprenait pas son comportement, il se mit à songer s'il fallait lui venir en aide à elle aussi ou non. Le problème était que Samaël était déjà occupé avec le Super Mecha, il lui serait alors difficile d'être réellement présent pour aider la petite brune ! Laissant son imagination débordante s'accorder sur une façon de faire, Kuragari pointa du doigt la demoiselle.

"Samaël !" s'écria l'homme

Entendant l'ordre de son Roi, le colosse d'acier profita du moment d'étourdissement de Super Mecha, encastré dans les débris de son crash, pour marteler le sol vers l'endroit indiqué avec une force si grande qu'une fissure craquela le béton depuis le point d'impact jusqu'à séparer la jeune femme et les deux policiers d'une frontière sismique qui fit vaciller deux hommes en bleus. Elle pouvait alors gagner du temps et s'enfuir, puisque la paire de mortels était désormais également affolée par le combat de titans qui avait lieu à côté et semblait davantage concerné par le petit appareil de communication accroché à leur uniforme que par la fuyarde. Ils semblaient informer leurs collègues de la situation, et devaient probablement décrire un affrontement entre plusieurs boîtes de conserves géantes. Peut-être des renforts arriveraient, et ça, ce n'était pas le mieux ! Car visiblement, Kuragari avait déjà les mains pleines avec ce qui s'opposer déjà ! Et pourtant, il ne faisait que commencer, et n'entrait que pour soutenir l'autre homme aux pouvoirs lumineux ! Venir à bout du Duo de la Justice semblait être une tâche réalisable aux yeux du Roi des Cauchemars, et il comptait bien évidemment l'accomplir dans l'intérêt de sa réputation et de celle de la Ligue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Rue Commerçante-
Sauter vers:


FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310