Visite au zoo [ft Kuragari Usu, Matsumoto Akari, Djagann]

 :: Musutafu :: Rue Commerçante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Djagann
Invité
avatar
Djagann
Sam 9 Juil - 0:26
Cet endroit était devenu en l’espace de quelques minutes un véritable n’importe quoi. Me voici maintenant, dans mon costume improvisé, débutant la traque aux animaux. D’autres employés du zoo, accompagnés de la police, semblent tout comme moi déterminé à capturer les bêtes. En me voyant débarqué dans mon ensemble rose, tous me dévisageaient dans un premier temps, se demandant qui pouvait bien être se guignol, mais au final, ils en arrivaient à plus m’encourager qu’autre chose en voyant mon efficacité, n’hésitant pas à faire face à ours et tigres. Je tirais avec sang-froid, sans jamais trembler, sur chacune de mes cibles, faisant exprès d’attirer l’attention des animaux les plus sauvages. Tandis que j’avançais dans les rues, arme braquée et attentif au moindre bruit, certains prédateurs avaient bien bondi sur moi caché dans les feuillages, mais mes réflexes m’avaient toujours permis d’esquiver et de faire tomber à terre ma cible par un bref pivot toujours maitrisé.

Continuant mon aventure, où je maitrisais un à un zèbres, paons et animaux en tout genre, la situation vira presque au cauchemar lorsque trois lionnes se présentèrent devant moi. Avec une grande réactivité, les femelles se ruèrent dans ma direction à toute allure. J’eue la première, puis la deuxième, mais malheureusement pour moi, étant donné la proximité de la dernière, j’avais forcé le tir et avait manqué ma cible qui, après un extraordinaire saut, me plaqua à terre. Seul mon fusil faisait écran à ses crocs, mais je pouvais bien me débattra autant que je le souhaitais, face à la hargne et au poids de la bête qui pesait bien plus d’une centaine de kilos, la situation virait à la catastrophe. La lionne parvint même à me mordre, ce qui aurait pu m’être fatal en temps normal étant donné la puissance de ses crocs. Je ne devais la vie qu’à l’épaisseur du costume, ce qui lui avait presque fait éviter ma chair. La blessure n’était pour l’instant pas très profonde, pas assez pour m’handicaper réellement. Ainsi, dans un geste de désespoir, tandis que le prédateur s’acharnait à pleines dents sur la matière qui composait mon costume, je me mis à la serrer fort, saisissant son cou jusqu’à le rompre. Repoussant la carcasse de l’animal, je me relevais tout en essuyant toute la poussière qui s’était accumulée sur moi en trainant au sol. Qui aurait cru que ce serait ce stupide déguisement qui me sauverait la vie ? Reprenant mon souffle, j’observais en même temps la carcasse de l’animal et manifesta un soupir. Je n’avais pas pu le sauver celui-là… et c’était d’autant plus frustrant que la situation avait dégénérée par ma faute. Cependant, je n’avais pas le temps de m’apitoyer sur mon sort ; Il restait encore beaucoup à faire.

Bientôt, la situation redevenait à la normale et les animaux en fuite devenaient de plus en plus difficile à débusquer, si bien que les employés du zoo commençaient déjà à ramasser les bêtes afin de les remettre dans leur enclos. C’est à ma grande surprise que mon ennemi de toujours se présenta face à moi ; Le macaque, au lieu d’avoir profité de la panique pour s’enfuir du zoo, semblait vouloir me défier. Cela ne m’aurait pas fait peur en temps normal, s’il ne chevauchait pas un hippopotame… En un simple cri du petit singe, tous deux chargèrent dans ma direction. Effectuant une roulade sur le côté pour esquiver leur attaque, je me tenais à genou, fusil en main, afin de lui tirer une fléchette, mais devant l’immensité de l’animal, ce n’était clairement pas suffisant pour l’endormir. Ayant très rapidement freiné juste après mon bond, l’animal me bouscula avec son crâne en se retournant, ce qui me fit voler quelques mètres plus loin contre un arbre étant donné sa force. Celui-là, je l’avais senti passer, par contre, et je devais bien avoir quelques côtes brisées. Gardant une fois de plus mon calme, je tirais une nouvelle fois sur le monstre qui chargea une nouvelle fois sur moi. M’appuyant contre l’arbre, je fis alors un salto qui me permis d’atterrir sur son dos tandis qu’il détruisit le tronc sous sa puissance, profitant des quelques secondes ou il resta sonné pour saisir ce farceur de macaque et lui administrer une dernière flèche à toutes les deux.

Toi… Estime-toi heureux que je ne te fasse pas piquer, étant donné tout le bazar que tu as créé. En revanche, compte sur moi pour que tu finisses tes jours en cage, fichu babouin !

Le problème réglé, je remarquais maintenant le son de bruits de combats qui retentissaient toujours. C’était à peu près vers l’endroit où la police avait intervenu en premier lieu et où j’avais fui. Alors le blondinet tenait toujours tête aux forces de l’ordre là-bas ? Raah, mais c’est pas possible ! Me dis-je. En effet, je ne savais pas si cet homme était un vilain où quoi que ce soit d’autres, mais je n’aimais pas trop l’idée que pour une quelconque raison, la police et les héros n’étaient pas en mesure de régler ce conflit. Même si j’avais pris comme résolution d’arrêter les criminels par mes propres moyens plutôt que de dépendre des héros, j’avais pris pour habitude de leur laisser les cibles faciles. C’était leur travail, après tout ! Moi, je m’occupais plutôt du genre de criminel qui agissait dans le secret, et qui étaient assez malin pour ne pas se faire repérer ou embêter par les forces judiciaires. C’est pourquoi mon activité ne me permettait pas d’être un héros comme les autres, étant donné que je m’attaquais parfois à des personnes n’ayant commis aucun crime aux yeux de la loi (ou du moins, qu’il n’y avait pas de preuve contre eux.) De plus, je savais ma force de frappe limitée de par le fait que je ne possédais aucun alter. Sur tous les points de vue, je n’avais donc aucun intérêt à me joindre à cette bataille, même si cela voulait dire laisser fuir de potentiels vilains. Si cela venait à arriver, seuls les héros seraient à blâmer. Malgré tout, même si j’avais la conviction que c’était une erreur, c’était plus fort que moi, je me devais d’aller les aider, peu importe si cela revenait à mettre en danger à la fois mon identité et ma vie. Sérieusement, ma bienveillance me perdra un jour.

Approchant discrètement, sans faire de bruits, je me tenais maintenant derrière un stand de nourriture abandonné où j’avais un bon visu sur la situation. Deux héros affrontaient le blondinet, qui semblaient être en mauvaise posture du fait des assauts répétées de ses adversaires. Un homme aux longs cheveux rouges le secondait, faisant mine de guider une certaine armure, à moins que ce soit un troisième ennemi. Etaient-ce ses alliés ? Avions-nous réellement à faire avec des vilains ? Plus loin, je remarquais la fille de tout à l’heure, qui était confrontée à deux hommes. Qu’est-ce qu’elle fou encore là, cette tarée ? Et puis comme si j’en avais quelque chose à faire ! Je me devais de me concentrer sur le combat, mais comment venir en aide aux deux héros ? Sans mes armes habituelles, mes options étaient clairement limitées… Devais-je m’en prendre à l’homme aux cheveux rouges ? Non, mauvaise idée. Même si j’avais confiance en mes capacités au corps à corps, qui sait de quoi est-il capable avec son pouvoir ? Sans aucune information sur lui, c’était bien trop risqué. De plus, il semblait particulièrement attentif et observateur quant à la situation. Même si je tirais sur lui, je craignais fortement qu’il parvienne à esquiver mon coup et à me localiser.

Mon choix d’attaque se porta donc sur le blondinet. Il paraissait clairement, dans cette situation, être une cible plus facile. Sous pression de ses deux adversaires, il tentera forcément une contre-attaque lorsque cet étrange chevalier le lui permettra. Au moment de l’assaut, ses sens seront tous concentrés sur sa cible et ses défenses amoindries. Quoi de plus vulnérable qu’une proie qui ne pense pas en être une et qui dirige son attention sur une autre proie ? C’est pourquoi lorsqu’il attaquera sa cible, je tirerais silencieusement une fléchette anesthésiante et il sera hors combat. J’étais plutôt confiant vis-à-vis de ma précision de tir. Même s’il était en mouvement, si j’avais pu toucher un lion, ce n’était pas un humain qui allait me faire peur ! C’est simple : je tire, puis je me remets à couvert pour qu’on ne me détecte pas. C’était peut-être là mon unique chance pour qu’on prenne le dessus, étant donné que je bénéficiais de l’effet de surprise. Si j’en venais à réussir, nous n’aurions sûrement pas trop de problème à nous débarrasser des deux autres avec l’avantage du nombre, dans le cas contraire, si j’en venais à échouer, je n’aurais plus qu’à me tirer le plus vite possible de cet endroit. Ce serait trop bête de m’engager dans un combat ou j’étais clairement désavantagé.
Djagann
Revenir en haut Aller en bas
Matsumoto Akari
Invité
avatar
Matsumoto Akari
Dim 10 Juil - 1:55





Zoo Land !



✪ Feat - Féli - Kura - Djaga ! ✪






Alors que la situation devenait de plus en plus chaotique dans la zone, un miracle se produisit. Ce miracle n’était autre que ce mystérieux homme à la chevelure écarlate. De là où il se tenait, Akari avait pu voir en action l’homme solitaire assit sur le banc qui avait activité son alter pour venir à son aide. Et quelle merveilleuse aide que celle-ci, car en effet, soudainement un colosse d’acier fonça à grande vitesse en chargeant de plein fouet « Super Mecha » qui ne résista pas au choc et qui fut envoyé violemment dans le décor. C’était l’ouverture parfaite pour le vilain, avec un adversaire en moins dans son champ d’action il allait pouvoir respirer un peu, réfléchir rapidement à une contre-attaque et gagner du temps pour prendre à contre-pied l’autre robot qui avait pris la voie des airs, « Mecha Cool ». Mais pendant quelques secondes l’attention d’Akari fut surtout porté à l’égard de cet homme qui lui avait sauvé la mise. Son alter était semblable à un vilain qu’il avait vaincu par le passé.




Il lui rappelait fortement cet homme qu’il avait combattu à Tokyo et qui avait la capacité d’invoquer des fantômes pour les faire combattre à sa place. C’était sans doute le même genre d’alter que l’homme aux cheveux rouges devait posséder. Le genre de pouvoir redoutable qui permettait d’être à l’abri en restant à distance, tout en ayant une force de frappe importante. Ce type était fort, pas de doute pour le blondinet débourgeoisé, il n’y avait qu’à voir la manière dont cette marionnette de métal s’était débarrassé en un instant de l’autre robot. Cependant, « Super Mecha » était loin d’avoir mordu la poussière, dans quelques minutes il reviendrait à la charge. Il était grand temps d’agir et c’est ce que le noble déchu comptait bien faire. Sortant de sa cachette, les bruits des réacteurs provenant du jet pack de « Mecha Cool » ne tardèrent pas à attirer l’attention d’Akari qui leva les yeux dans sa direction pour analyser la situation en tentant de deviner les prochains mouvements du héros.




Dans quelques instants il allait le prendre pour cible, et avoir vu « Super Mecha » être touché par l’attaque d’une force extérieure renforça davantage la détermination de « Mecha Cool ». Très rapidement dans la tête du blond aux yeux bleu germa enfin un plan. Il allait courir en direction de la sortie du zoo pour l’éloigner de son compagnon d’arme. C’était assez simpliste, mais ça resterait efficace, car en effet les deux robots s’étaient présentés comme étant un « Duo » ce qui signifiait qu’ils avaient l’habitude de se battre ensemble contre un ou des ennemis communs. En les séparant ils ne seraient plus aussi efficaces chacun isolé de leur côté. Akari allait donc se concentrer sur la destruction du robot volant, tandis qu’il laisserait « Super Mecha » au sol au bon soin de cet autre homme qu’il avait identifié comme étant un vilain lui aussi. Sinon pourquoi aurait-il sauver Akari si ce n’en était pas un ? De toute façon il ne pouvait pas être un héros au vu de ses agissements, ni un simple civil, il avait trop de charisme pour ça, il dégageait quelque chose de royal et de noble tout comme Akari.



« Merci, gentleman ! Je n’oublierais pas ce que tu as fait pour moi… »




Avait-il dit en esquissant un sourire en coin, regardant furtivement en direction de l’homme écarlate comme il l’avait surnommé en son for intérieur. A cette distance, il n’entendrait sans doute rien, néanmoins il pourrait constater cet échange de regard qui était le symbole de son remerciement. Il avait une dette envers lui qu’il comptait bien un jour lui rendre, il était certes un criminel qui avait tué de nombreuses personnes, mais le noble déchu était avant tout un homme d’honneur et de parole. Bref, il était grand temps maintenant, Akari accourra à toute vitesse en direction de la sortie du Zoo qui était assez loin de sa position. Et comme il l’avait prévu, « Mecha Cool » s’était lancé à sa poursuite avec la ferme attention de l’arrêter, croyant que le vilain tentait désespérément de fuir. Sauf que c’était tout le contraire, il était tombé dans le piège du noble déchu qui n’avait pour seul but que de l’éloigner de la place et donc de son autre comparse. Les deux héros étant maintenant séparé seraient moins efficace et moins dangereux et de ce fait la situation devenait maintenant gérable.


« La fuite est vaine « Sun King » ! Je vais t’arrêter coûte que coûte !! »



Alors que le vilain courrait toujours en direction de la sortie et en s’éloignant de plus en plus de la place principale, « Mecha Cool » se mit à tirer à plusieurs reprises en direction d’Akari qui lui, esquivait à chaque fois par des mouvements acrobatiques dont il avait le secret. Hélas pour le vilain sa chance le quitta une énième fois, l’un des nombreux tirs de « Mecha Cool » avait touché et traversé son épaule droite. Le vilain tomba à terre, grimaçant et gémissent, se retenant de manifester sa douleur par un hurlement juste par fierté. Son sang s’écoulait de manière abondante depuis le trou béant de sa chair. Il était mal en point, mais il pouvait encore remporter la victoire. Au sol sur le ventre, Akari jeta un rapide coup d’œil vers l’arrière en trainant doucement et discrètement son visage sur le sol poussiéreux du Zoo. Il constatait avec une certaine satisfaction qu’il était assez loin de la place centrale du parc. A cette distance, « Super Mecha » ne pourrait plus intervenir pour aider son camarade.




Pour Akari c’était maintenant l’heure de passer à la phase numéro deux de son plan, à savoir l’élimination du tas de ferraille. Il ferait mine d’être inconscient, mine d’avoir été battu pour que « Mecha Cool » puisse enfin atterrir au sol. Dans les airs il était beaucoup trop fort et donc le meilleur moyen de l’abattre était tout simplement de le faire ramener au sol et c’est ce qui se passa dans l’instant. Le héros voyant qu’il avait touché sa cible et constant l’inertie du vilain, avait entamer son atterrissage tout prêt du corps d’Akari qui lui toujours au sol esquissa un large sourire mesquin, diabolique et malsain. Il savait que dès lors ou le héros avait touché le sol, la partie était gagné, ce n’était plus qu’une question de seconde. Le vilain laissa le héros se rapprocher davantage pour être sûr de ne pas le rater, car si jamais son plan échouait, il n’aurait plus de seconde chance. C’était le tout pour le tout. Le robot se tenait à une distance de cinq mètres du « Roi Soleil », c’était maintenant ou jamais.



« Hasta la vista, baby !! »





Sun Plexus !



Akari se releva soudainement d’un effort surhumain en prenant appui sur sa main en position du poirier tout en dégageant une salve d’énergie solaire de sa main afin d’être propulsé vers l’arrière et donc suffisamment rapide pour enfin être remit sur ses pieds. Une fois debout juste en face de « Mecha Cool » totalement dépassé par la situation et prit au dépourvu, Akari lança son « Sun Plexus ». Technique qui consistait à envoyer une vague surpuissante d’énergie plasma depuis son « Plexus Solaire ». La vague énergétique solaire frappa lourdement le héros de plein fouet à bout pourtant, ne le laissant ni le temps d’esquiver ni même de riposter. La tactique adoptée par Akari couplé à sa puissance lui avait permis enfin de venir à bout du robot. La carcasse métallique ne supporta pas la charge énergétique ni la chaleur dégageait par le puissant rayon du vilain et explosa tout bonnement en un amas de débris de métal. L’explosion du robot avait soulevé un épais nuage de poussière et le bruit provoqué par le « Boom » résonnerait dans la totalité du Zoo.


« Alors c’est terminé ? »



« Je…suis…vaincu !? »


Tel fut les derniers mots de résignations du héros. Le pilote a l’intérieur qui avait eu la tâche de contrôler le robot avait également perdu la vie dans l’explosion. Par la mort soudaine et violente de « Mecha Cool », Akari ne l’avait peut-être pas encore compris, mais en ayant tué un héros, il venait officieusement de devenir un « Héros Killer ». Oui, c’était la première fois qu’il tuait un héros, car jusqu’à maintenant ses victimes n’étaient que des civils, des vilains ou cette créature aux Philippines qu’il avait abattu sous les yeux des médias. Il venait de passer un nouveau cap dans l’horreur et nul doute que sa réputation en tant que vilain grimperait encore plus. Néanmoins la partie était encore loin d’être finit, il restait encore « Super Mecha » sur la place principale. En entendant cette soudaine explosion, « Super Mecha » avait surgit des décombres, le pilote à l’intérieur qui avait la responsabilité de contrôler cette machine était inquiet, car il ne voyait plus « Mecha Cool » dans son champ de vision.




Et les communications le reliant habituellement à l’autre robot ne fonctionnaient plus. Il en conclut donc rapidement que « Mecha Cool » avait été abattu. Chose qui intensifia sa détermination et sa rage pour en finir avec Akari. Mais avant de rejoindre le roi soleil, « Super Mecha » avait décidé d’abord de s’en prendre à cet homme à la chevelure écarlate qui l’avait attaqué juste avant, mais également à l’encontre de la femme qui l’accompagnait non loin et qui causait encore plus de trouble dans ce chaos. Ironiquement la situation avait changé en si peu de temps, le héros était maintenant seul face à deux nouveaux adversaires, privé de son partenaire. Akari quant à lui retira la veste de son costume pour boucher avec le tout la plaie béante dont il avait écopé. Son premier trophée en tant que « Héros Killer ». Il était tout proche de la sortie du Zoo, à cet instant il aurait très bien pu fuir et quitter définitivement cet endroit mais « Sun King » ne pouvait pas abandonner cet homme qui l’avait aidé précédemment. C’est donc de nouveau, que le vilain blessé, se dirigea vers la place pour assister fidèlement l’homme écarlate afin de payer sa dette. Comment ceci allait-il se finir ? Mystère !









-----------------------------------------------------------------------------------------


♛ ♣ ♦ ㋡ ♥ ♠ ✤







Matsumoto Akari
Revenir en haut Aller en bas
Félicia Segoë
Invité
avatar
Félicia Segoë
Mer 13 Juil - 15:45
Visite au zoo

Je ne prêtais pas attention à l'immense explosion provenant de derrière mon dos. Ce qui m'importait, c'était mon sac. Il fallait que je le prenne et que je me barre. Je ne savais pas comment le combat se déroulait. Tout ce que je savais, c'est que mon allié y avait pris part, puisque j'ai échappé aux deux policiers grâce à lui et son Alter. Mais je lui ferais part de mes remerciements plus tard. J'enjambe le kiosque de churros délabré, en saisissant mon sac au passage. Je n'ai plus qu'à espérer que les robots ne me prennent pas pour cible, maintenant qu'ils m'ont vue. Je tente de me mettre à couvert derrière le stand, pour m'équiper. Je relève rapidement la tête, une fois derrière pour avoir une idée de la situation. L'uns des deux robots avait disparu. Le blondinet avait  dû lui faire sa fête et très sévèrement. Je ne pense pas m'attaquer à ce mec un jour, trop dangereux. Je crois que le robot m'a vue. Il est tourné vers moi, son bras géant face au kiosque. Il s'apprête à tirer. Oh merde tiens, comme si j'avais besoin de ça ! Le voilà qui tire droit sur le stand, soulevant un épais nuage de fumée. J'arrive à esquiver, de justesse, comme toujours. Profitant de la fumée et usant discrètement mon Alter pour propager la fumée atour du stand, afin de prendre la poudre d'escampette, j'en profite pour m'abriter derrière un autre stand de nourriture, un peu moins délabré. Il ne m'a plus dans son champ de vision, mais seulement pour l'instant. Je connecte mes deux ou trois neurones entre eux pour tenter d'élaborer un plan. Même une abrutie comme moi pouvait y arriver. Enfin peut-être. Parce que ça me paraissait un peu trop "gros" de déglinguer un robot géant avec l'équipement des totally spies. Et utiliser mon alter était bien trop risqué; si je lui balance une bourrasque sur la tête soit elle ne sera pas assez forte pour le faire vaciller soit elle sera au contraire trop puissante et je pourrais blesser "cheveux écarlates". Ca ne me ressemble pas vraiment d'être prudente, c'est vrai. Mais lorsqu'un ""collègue"" est impliqué, je préfère faire attention. Et puis, rien n'indiquait dans mon contrat que je devais assassiner des robots géants avec mon alter.

Mais plus le temps de penser, de toute façon ça sert à rien de faire l'intellectu-truc. Je vais 'improviser comme toujours.

J'ouvre mon sac rapidement, il s'agit d'un grand sac de sport que les athlètes trimbalent avec eux. Genre les joueurs de tennis. En saisissant ma tenue trop chouette, je remarque ce garçon, là. Derrière le stand. Il m'a piqué ma planque ! D'ailleurs, il me semble bien que c'était le gars qui s'occupait des animaux, celui qui courrait pour échapper à Babar et ses amis. En lui lançant un petit clin d'oeil du style "salut beau gosse ça va ?", je commence à me changer, rien à foutre. De toute façon, il va certainement se tourner, ou un truc comme ça. Une fois habillée, c'est à dire, quelques secondes plus tard, bien sûr, une idée se met à germer dans mon esprit.  Enfin quelque chose de marrant qui va m'apporter de l'adrénaline. Je coince mes gadgets dans ma ceinture, en sortant d'un coup de ma cachette, exposant potentiellement  la position du bonhomme du coup. Et me voilà qui commence à faire des grands signe vers Goldorak, en hurlant.

"Héééééééééééé, sac à merde ! J'suis là regarde ! Viens me chercher si tu peux !"

Il n'en fallait pas plus pour qu'il commence à diriger ses deux canons-bras en ma direction. Un grand sourire éclatant s'affiche sur mon visage.  
Je me mets à courir en direction des arbres, les balles me suivant dans mon sillage. On va bien s'amuser, cette fois.



 


PS : Pardon pour la réponse un peu tardive
Félicia Segoë
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 102
Disponible en RP : 1/4 : Aaron

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: -
Alter: Encyclopedia
Jeu 14 Juil - 1:22



♣ Parting Gift




La lutte contre les forces de l'ordre faisait toujours rage, laissant place désormais à un magnifique spectacle de la Toute-Puissance de la Ligue. Les deux héros, Mecha Cool & Super Mecha étaient actuellement sauvagement malmenés par une belle brochette de gentlemen; Un jeune homme blond richement vêtu, émanant une certaine aura semblable aux esprits du mal impulsifs, frappeurs, qui n'hésitent pas à s'acharner soit pour s'assurer la victoire, soit faire comprendre sa supériorité si la victoire est assurée d'avance. Sa simple apparence suffisait pour comprendre le moine qui les enfile. Même s'il connaissait parfaitement le célèbre proverbe qui contredit cette précédente affirmation, Kuragari, lui-même faisant partie des alliés du blondinet se disait que ce n'était qu'une erreur de la part de la sagesse. Le troisième membre de la congrégation de Super-Vilains était une jeune femme visiblement fuyarde, à qui le Roi des Cauchemars avait donné un coup de main en permettant de fuir deux officiers. Une certaine osmose régnait entre eux trois, et elle était telle qu'au bout de quelques minutes d'affrontement, ils avaient effectivement réussi à s'accorder parfaitement pour d'abord séparer la paire ET en éliminer un premier ! Il n'y avait pas de doutes, même les petits jeunes conservaient une habileté au combat émouvante, se disait l'homme aux cheveux écarlates ! Il n'avait pas souvent l'occasion d'admettre qu'un jeune était bon combattant, en général il les estime encore trop hésitants pour être d'une quelconque utilité dans un duel. En réalité, ce n'est même pas qu'il sous-estime la jeunesse, non, Kuragari adore les enfants par nature ! C'est qu'il les protège tant qu'il n'aimerait pas les voir devoir se battre, il n'aimerait même pas devoir voir un enfant du camp ennemi se battre ! Mais ce jeune homme en particulier devait avoir au moins la vingtaine pour être aussi réactif, il était parti, pourchassé par le Mecha non-occupé, et était revenu peu de temps après, sans lui. Mais désormais, le dernier survivant s'en prenait à la jeune femme, tirant vers elle une rafale avec ses canons montés. Et il osait se prétendre héroïque, combattant de la Bonne et Sainte Justice ?! Alors qu'il tire à vue et sans vergogne sur une demoiselle ! Rien ne pouvait plus exaspérer le gentleman, qui n'acceptait pas non plus que l'on s'en prenne aux femmes. Son Alter était la seule chose qui pouvait le pousser à se trahir, sur un excès de folie due à une sur-utilisation de ses pouvoirs oniriques. Il fallait absolument qu'il fasse quelque chose maintenant, et que ce cyber-justicier décide de détourner son attention de Samaël pour attaquer la Vilaine était une chose qu'il n'avait pas prévu dans son scénario ! Non, cet acte était la preuve pure et dure que le destin n'est pas maîtrisable, non, Kuragari s'efforçait tout de même à "adopter" et non pas à "maîtriser". C'est-à-dire qu'il recherchait toujours un moyen de tourner un imprévu en occasion. Le combat est un concept qui repose lui-même sur le concept de la stratégie, et "il est d'une importance suprême dans la guerre d'attaquer la stratégie de l'ennemi" comme on dit ! Alors il fallait toujours profiter des décisions de son adversaire !

Puisqu'il avait décidé de tourner le regard, alors ce Mecha avait fait une grossière erreur. Ne jamais tourner le dos à son opposant, règle primordial du bon combattant. Ce constat ne faisait que davantage dégoûter l'homme de la société, c'étaient ça les soi-disant protecteurs de la veuve et de l'orphelin ? Des fanfarons qui ne viennent que pour donner l'espoir ? Impossible, le monde serait bien vite amené à faire face à une terrible décision : se faire entièrement laminer, ou redresser la barre avant que ce ne soit trop tard. Telle était la vision qu'avait Kuragari de la société moderne. Et il comptait bien profiter de cette rencontre pour faire comprendre que la machine est déjà en marche. Pour le moment, il était persuadé que la demoiselle serait suffisamment agile pour éviter cette vulgaire salve, et décida donc de s'occuper du problème à la source. Se levant du banc, puis marchant quelques pas vers le champ de bataille, il joignit les mains et ordonna :

"Samaël, pilonne le, veux-tu ?"  

Il demandait là à sa vaillante armure animée de renverser la situation mais sans en finir, et comme il ne faisait jamais rien sans raison, il fallait s'expliquer. Curiosité oblige, les capacités de la femme n'étaient pas encore découvertes, elle qui n'avait fait que fuir l'affrontement jusqu'ici. Est-ce qu'elle n'en possède tout simplement pas ? Dans ce cas, comment combat-elle au nom de la Ligue ? Elle était une collègue de Kuragari et il espérait qu'elle en méritait le titre ! D'ailleurs, les médias ne s'étaient pas faits priés et un couple d'hélicoptères survolaient déjà la zone, prêts à filmer le massacre qui se déroulait en direct-live. Samaël suivant à la lettre les ordres de son maître frappa dans la discrétion la plus totale permise par la jeune femme se faisant prendre pour cible l'arrière des jambes du robot avec un grand coup de marteau balayant. Vu son poids, lui saper si brutalement ses deux pieds était certain de le faire basculer, et chuter maladroitement au sol ! Bien joué, Samaël, l'esprit d'un formidable combattant devait animait cette grande armure métallique, pour qu'elle soit si habile instinctivement au combat. Et elle n'avait pas terminé, profitant de la chute de l'adversaire, le Gardien sauta lourdement sur le torse de l'armure robotisée, l'encastrant très légèrement dans le sol bétonné du zoo. Il souleva ensuite son arme de prédilection en pointant le Marteau perpendiculaire au sol, à la verticale, avant de descendre violemment, poussant le bout du manche à travers la coque solide de l'armure, elle s'enfonça profondément sous l'impact direct, qui enchâssa davantage la boite de conserve dans l'aggloméré minéral. Poussant encore plus fort une fois que le bout du Marteau duquel on se sert normalement pour frapper eut atteint une hauteur acceptable, il appuyait à deux mains pour que le manche traverse littéralement la carcasse de part en part, effectivement empalant l'être humain à l'intérieur. Il devait être blessé, mais pas gravement, Samaël avait enfoncé son flanc et mis à part ses côtes, rien ne devait être bien touché. Le manche maintenant bloqué dans le sol, le Mecha était intelligemment immobilisé déjà sous le coup de la douleur évidente traduite par les cris de souffrances qui sortaient de l'armure technologique, puis par la maline entrave qu'avait imposé le serviteur de Kuragari. Il ne restait qu'à achever le travail, mais le mastodonte des Enfers s'arrêta, semblant prendre un moment de pause.

"Faire preuve de violence envers une demoiselle devrait être interdit, par vos "lois", mon bon ami. Il va falloir faire moi-même, en tout bien tout honneur, preuve de courage pour guider cette exécution..."

Une pointe d'ironie rendait le discours d'entrée de Kuragari si maléfique qu'il en éprouvait lui-même un plaisir personnel. Il foulait le terrain de guerre pour sanctionner un abus, un geste qui ne lui avait pas plu et qu'il ne pouvait laisser impuni. Dès qu'il arriva près de son serviteur, il posa une main reconnaissante sur le métal froid inhabité qui disparut, renvoyée dans son monde. En disparaissant, son arme fut renvoyée avec lui, laissant l'humain habitant l'armure robotique se tortiller de douleur.

"Il vous a manqué de respect, j'espère que vous comptez lui en faire payer le prix mademoiselle."

Il pouvait toujours se relever, mais Kuragari restait confiant, il voulait à tout prix voir ce que saurait faire cette femme ! Il s'éloigna calmement, les mains dans les poches de son manteau comme si de rien était, laissant le sort du héros entre les mains de la petite brune.
Revenir en haut Aller en bas
Matsumoto Akari
Invité
avatar
Matsumoto Akari
Lun 18 Juil - 11:42





Zoo Land !



✪ Feat - Féli - Kura - Djaga ! ✪






La situation était enfin en train de se stabiliser. En arrivant de nouveau sur la place centrale du zoo, Akari pouvait constater que l’homme aux cheveux écarlates dont il ignorait encore le nom, avait maîtrisé le héros sans subir aucune égratignure. Son alter était redoutable du fait qu’il pouvait rester à distance tout en assaillant son ennemi sans se fatiguer lui-même d’un point de vue physique. Il ne valait mieux pas être son ennemi et le héros « Super Meccha » venait de l’apprendre à ses dépens après avoir été violemment immobilisé au sol. Akari perdait beaucoup de sang, sa blessure à l’épaule devait être traitée dans les plus brefs délais et il n’allait donc pas s’attarder plus longtemps dans les lieux. Le sort du héros « Super Meccha » était entre les mains de la jeune fille insouciante qui précédemment avait face au danger de manière inconsciente. Maintenant que le vilain s’était assuré qu’il n’y avait plus de danger pour celui qui l’avait aidé tantôt, il pouvait prendre les jambes à son cou et sortir de se sataner parc animalier.


Le noble déchu se dirigea vers la sortie en ayant dû plusieurs fois se confronter à des officiers de la police qui lui avait barré la route. Bien évidemment, le vilain n’hésita pas un seul instant à utiliser le pouvoir de son alter pour dissuader toute tentative combative de l’ennemi. Akari n’avait pas le temps, ni l’énergie nécessaire pour se permettre d’autres combats. D’autant plus qu’en ayant tué un héros, il devenait sans le savoir officieusement un « héros Killer ». La police ne tarderait pas à signaler au plus haute instance la mort de « Meccha Cool » mais également la neutralisation de « Super Meccha », faisant de ce duo de la justice plus qu’un lointain souvenir. Il ne restait plus que quelques mètres avant d’atteindre la sortie, et sur le chemin le criminel pouvait constater que bon nombre des animaux avaient été endormis via des fléchettes neutralisantes encore présentes et voyantes sur les corps bestiaux inconscients.


La police avait donc bien maîtrisé la situation concernant la soudaine évasion de ces sales bêtes. Akari hâta donc le pas pour ne pas avoir sur le dos tous l’effectif des forces de l’ordre. Et après quelques minutes il arriva enfin devant la grille d’entrée du zoo. Elle avait été fermée juste devant se tenait un nombre important de policiers qui avait bouclé la zone. Derrière les grillages des immenses portes on pouvait apercevoir les silhouettes de nombreuses personnes, des civils et surtout des journalistes en quête de sensation forte à relater par écrit ou à capturer par vidéo caméra. Les policiers remarquant bien évidemment l'arrivée précipitée d’Akari sur les lieux commençaient petit à petit à déposer chacun une main sur leur arme de service, prêt à dégainer et à tuer tout bonnement le vilain de sang-froid. Le noble déchu en sueur comprenait qu’il devait agir sans plus attendre sous peine de finir comme le héros « MecchaCool ».


Etant donné que son épaule lui tirailler de douleur, il n’était pas envisageable pour lui d’utiliser ses mains pour attaquer. Il devait préserver l’immobilité de son buste, tout le haut de son corps ne devait pas subir davantage l’excès d’un quelconque mouvement sous peine d’aggraver le saignement déjà bien trop abondant, ce qui l’amènerait à sombrer dans l’inconscience et à être arrêté, ce qu’il ne voulait pas. Akari leva donc sa jambe droite pour ensuite la rabattre vers l’arrière et une fois prêt, une lueur intense et brûlante se dégageait avec puissance de son pied. Il avança ensuite sa jambe vers l’avant en direction des policiers de la même manière qu’un footballeur frapperait dans un ballon pour inscrire un but, sauf que cette fois-ci, ce fut un rayon de plasma surpuissant qui s’abattrait avec violence sur les policiers. Le vilain venait tout bonnement d’utiliser l’une des techniques de son répertoire : le « Sun Kick ».


Le rayon solaire blesserait mortellement la plupart des policiers, tandis que d’autres avaient réussis à esquiver l’attaque en plongea sur le côté de manière in extremis. Le rayon avait également pulvérisé une partie de la grande porte du zoo, créant ainsi une brèche dans laquelle Akari pouvait fuir. Derrière la porte, quelques civils et journalistes avaient été blessé par le choc de l’explosion du rayon solaire, mais aucune victime n’était à déplorer, seulement quelques blessures superficielles. Profitant de cette ouverture et du fait que les policiers étaient à terre, Sun King de son surnom s’engouffra donc dans le trou béant pour enfin se retrouver à l’extérieur du Zoo, se confondant maintenant dans l’immensité de la foule. Le vilain s’échapperait ensuite en se frayant un chemin parmi les gens, profitant également de l’agitation de la foule qui avait été provoqué juste avant par l’explosion de son attaque solaire. En levant la tête le noble déchu pu apercevoir un nombre important d’hélicoptère qui survolait la zone.


Heureusement pour lui, Akari s’éloignait de plus en plus justement de la zone pour se rendre dans le centre d’achat qu’il devait traverser avant d’atteindre le lieu qu’il voulait rejoindre. Son but était de se rendre le plus rapidement possible dans la banlieue à proximité du centre-ville pour y retrouver refuge, chez un ami de longue date qu’il connaissait bien et qui avait des compétences en médecine. Il l’aiderait à se soigner afin d’éviter les hôpitaux pour en pas être arrêté par les autorités puisque maintenant le visage du vilain était connu de tous depuis ses derniers exploits. Sans doute l’un des nombreux inconvénients que pouvait apporter la célébrité lorsque cela concerné un vilain. Bref, une heure plus tard le noble déchu était enfin arrivé à destination. Il entra dans l’un des nombreux immeubles de la banlieue malfamée et monta les marches jusqu’à l’appartement de l’un de ses rares amis.


Akari frappa faiblement à la porte par deux fois, mais rien, aucune réaction. Il frappa alors cette fois-ci lourdement par quatre fois et enfin la porte s’ouvrit. Le vilain esquissa un sourire en voyant le visage de son ami et s’écroula au sol juste après au seuil de la porte d’entrée. Il avait perdu trop de sang, ce qui eut pour effet de le plonger dans l’inconscience. Constatant l’état d’Akari son ami ne perdit pas un instant pour le soulever et le ramener dans l’appartement afin de lui apporter les premiers soins d’urgences. Le blond était maintenant en lieu sûr, loin du raffut ambiant au Zoo. Il avait encore une fois échappé de peu à une mort certaine. Ce combat qu’il avait livré contre « Meccha Cool » le rendrait encore plus fort, l’endurcirait davantage et contribuerait à élargir son expérience. C’était également la première fois que le noble déchu tuait un héros, par le passé il n’était jamais allez jusqu’au bout. Quel serait les conséquences pour lui ? Seule l’avenir le dira…





-----------------------------------------------------------------------------------------



Spoiler:
 



-----------------------------------------------------------------------------------------


♛ ♣ ♦ ㋡ ♥ ♠ ✤







Matsumoto Akari
Revenir en haut Aller en bas
Djagann
Invité
avatar
Djagann
Mar 19 Juil - 1:59
Impressionnant… A lui-seul, ce mot résumait la scène à laquelle je venais d’assister. Certes, les vilains étaient supérieurs en nombre, mais ils avaient défait leurs adversaires avec une telle aisance... que j’avais tout simplement été incapable d’intervenir. Tout d’abord, les deux héros avaient été séparés, et le blondinet, que j’avais gardé dans mon viseur pendant tout ce temps, avait éliminé l’un des héros, certes, non pas sans mal, mais avec une démonstration de son pouvoir plutôt spectaculaire. Alors que je restais bouche-bée devant pareil phénomène, je revins soudain à mes esprits lorsque je vis, non loin de moi, la jeune femme qui, dès le début de la catastrophe, au lieu de fuir le zoo, avait accouru vers le danger. C’est moi où, dans une situation pareille, elle était en train de me draguer ? Répondant au clin d’œil qu’elle me faisait par un regard dépité, me disant qu’elle était une cause perdue et que je ne devais tout simplement pas faire attention à elle, c’est à ma grande surprise qu’elle se décida tout à coup à aider les vilains en attirant le dernier héros vers elle, enfin vers nous… Alors, pendant tout ce temps, elle était de leur côté ? Mais quelles pouvaient bien être le but pour que trois vilains se retrouvent dans un zoo ? Une salve de tirs se dirigea dans notre direction, me mettant de justesse à couvert, la tarée se mit à courir à toute allure afin d’échapper à son assaillant, et le héros ne prenant même pas la peine de s’intéresser à moi. Décidément, personne ne semblait vouloir me prendre au sérieux aujourd’hui… Quoi, comment ? Parce que j’ai un costume de panda rose ? Oui, c’est peut-être une explication…

La suite du combat, vous la connaissez déjà. L’armure vint à la rescousse de la jeune femme, Pim, Slash, Boum ! Les vilains ont complètement terrassé les héros, les flics et les médias débarquent, et tous essayent de se tirer avant de se mettre en difficulté, où bien de créer un bain de sang inutile. Mes mains, qui tenaient mon fusil que je n’avais eût de cesse de garder en position de tir, tremblaient… Elles ne tremblaient non pas de peur, mais de frustration. Cette frustration de n’avoir rien pu faire face à ces gars et leurs alters aussi peu communs que puissants. Etait-ce là la limite d’une personne tel qui moi qui était née sans pouvoirs ? Bien sûr, voilà longtemps que je m’étais fait une raison, que jamais je ne deviendrais un super-héros, et que mon boulot à moi se résumait plus à de l’assassinat qu’autre chose, mais quand bien-même, jamais avant aujourd’hui, je n’avais autant fait face à mon impuissance. Je n’avais été tout simplement incapable d’intervenir pour sauver ces deux vies aujourd’hui. Peut-être même était-ce eux qui m’avaient sauvé sans que je ne le sache. Au plus profond de moi, je m’étais ainsi juré, que plus tard, je retrouverais la trace de ce blond et de cet homme aux cheveux écarlates, afin d’en finir, d’une manière ou d’une autre.

Décidant finalement d’abandonner et de battre en retraire, je disparus après avoir été bien certain que personne ne faisait attention à moi. C’est après avoir enlevé mon costume et remis ma tenue de travail, m’apprêtant à quitter la zone avant d’avoir des ennuis avec les médias, que ma rencontre soudaine avec mon chef à la sortie du zoo qui se trouvait derrière une multitude que voitures de police, me rappela que toute cette pagaille se trouvait à l’origine de ma bêtise. Me grattant l’arrière de la tête et démontrant une mine plutôt gênée, je me préparais au plus grand des sermonts, qui se traduisit finalement par un simple :

Vous êtes virés !

Et voilà, je suis foutu… Il ne me reste plus qu’à trouver un squat si je ne veux pas finir à vivre sous un pont avec des chats errants…
Djagann
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Rue Commerçante-
Sauter vers:


FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310 FTM 88x310