AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jomei Kyo



Messages : 19
Date d'inscription : 24/07/2016

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter: Beast Maker
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)   Jeu 28 Juil - 19:26



feat. Fhen


Chapitre 1.II - NootNoot et compagnie

board sumashu!


NootNoot







On pourrait croire que je me suis retrouvé dans cette fête foraine, car je voulais y aller... Mais au final, pas du tout. Cette fête était organisée par une fille assez populaire qui avait pu louer la place sur laquelle la fête foraine se déroulait et moi... Je n'avais pas été invité. On était dans la même classe au collège, elle s'appellerait Hina... Et disons que j'étais amoureux ? Mais comme la plupart des élèves, elle se sentait gênée avec moi... J'étais le type qui avait invoqué un monstre pour me venger, j'étais le type qui avait pour père un imposteur. Je n'avais pas été invité, pourtant ma mère voyait bien que quelque chose n'allait pas, mais ce n'était clairement pas le moment pour elle de s'occuper de moi. C'était bientôt la rentrée et je devais organiser tout ça... Il me restait donc beaucoup de choses à faire, a acheter... Rien que d'y penser à mon lit ce soir-là, ça me foutait encore plus le cafard que de pas être à la fête d'Hina. 





"Quoi qui va pas ?"

Sloan était là, dans ma chambre, se léchant la patte, le cul sur mon bureau. Je regardais alors son pelage beige, difficilement, la lumière étant éteinte.

"Rien, tout va bien."

"Bah tiens..."


Il sauta sur moi, passant sa patte sur mon nez pour m'embêter. Je le poussais gentillement sur le côté, lui tournant le dos... Comment pourrait-il comprendre ? Même s'il parle, il ne pouvait pas comprendre ce que je ressentais... Malgré ça, je pouvais sentir son regard triste sur moi. Sloan était quand même quelqu'un de très rude parfois, mais c'était pour mon bien, mais cette fois-ci non, même lui pigeait tout de même que ça n'allait pas. J'attrapais alors mon bonnet, observant les pins dessus. LarioBros, PocketMonster, KeybladoWar... Avec cette mentalité, je n'allais attirer personne d'autre que mon ombre. Tout ça, toute cette chambre représentait complètement le néant qu'était ma vie. Je n'avais personne, je n'avais aucun but alors pourquoi avancer ? J'allais encore devoir passer une ultime nuit dans la salle de bain, rasoir à la main, débattant avec moi-même comme un schizophrène pour savoir si mon histoire allait s'arrêter qu'au premier chapitre, ou si j'allais être assez patient pour voir peut-être la vie me réserver une belle surprise...? Je me relevais, caressant la tête de mon chat, toujours soucieux de mon état.

"Reste avec maman, j'en ai pas pour long..."

Je partais alors de ma chambre par la fenêtre, skate dans le dos, bonnet sur la tête et cheveux agaçant devant les yeux. Je montais sur ma planche, commençant à partir ici et là... La nuit était vraiment belle. Je pouvais voir la Lune m'observer, comme si elle suivait chacun de mes pas... Je me sentais seul ce soir, plus que tout. Les mains dans les poches, je traversais les rues de mon enfance sous le regard intrigué des inconnus et sous le regard inquiet des piétons de cette ville... Je me devais de continuer a vivre, pour mon père et pour ce qu'il laisse derrière lui... Mais malgré tout, avais-je vraiment ma place ici, dans cette ville, dans ce pays et dans ce monde...? Tout m'ennuyait. Un rien me déprimait et l'éternité m'attendait pour me pourrir.

"Hey regarde, c'est lui..."

Des messes basses... Encore et encore, je laissais passer les dires sur moi, ma famille, mon père... Je passais alors devant le cimetière sans m'arrêter. Je n'avais pas envie d'y aller ce soir, pas ce soir, j'étais déjà assez déprimé. Je continuais ma route, donnant un coup de semelle sur le sol froid... La fête foraine n'était plus très loin... Je comptais y aller rapidement, regarder Hina s'amuser, lui souhaiter bon anniversaire de loin et repartir dormir avec la merveilleuse image de son doux sourire... Je passais un casque sur mes oreilles, écoutant de la musique.

Hina avait pris un chemin que je n'emprunterais jamais. Elle va à Yuuei elle aussi, mais clairement pas dans le même département que moi. Même après toutes ces années où je l'ai observé, où je l'ai aimé, elle n'a jamais voulu être très proche avec moi... J'ai pourtant essayé. En l'ignorant, en étant plus que très gentil, mais rien n'a marché. Il fallait donc commencer un nouveau départ une fois arrivé à l'académie... Aimer, mais de loin. J'arrivais alors près de la fête. J'entendais déjà la musique... Je ramassais mon skate, m'approchant de la grande grille de l'entrée tout en l'escaladant de sang-froid. Me voilà à l'intérieur. Il y avait vraiment énormément de monde... Je grimpais alors sur une machine pour la voir, elle... Elle était sur une scène et tout le monde était devant elle... Ils désiraient qu'elle chante. Je m'asseyais alors en tailleur sur cette grande machine rouge... Elle commença alors à chanter.






Je restais ici, souriant, l'observant dans chaque détail... Elle portait une simple robe d'été blanche, une veste grise... Ses yeux si bleus m'obsédaient, ses cheveux si noirs n'étaient là que pour me charmer. C'était elle... Hina. Je l'avais, là, sous les yeux... Pourtant, pendant qu'elle continuait de chanter, je voyais des mecs peu recommandables s'invitant à la fête. Qu'est-ce que je pouvais faire... Les laisser ? Non ! Plus maintenant. Ils n'allaient pas gâcher la fête de celle que j'aime... Pas eux. Je serrais les dents, sautant sur l'un d'eux, ayant un couteau à la main. Je le mordais pendant qu'il m'envoya dans la boutique de souvenir... Je serrais les dents, la douleur se faisant déjà sentir.

"Hey, t'es qui toi, le garde du corps ? Ahah, aller tire toi petit."

Je me relevais lentement, eux me tournant les talons. Je ne devais pas laisser ces gars gâcher la fête. Je prenais mon skate, fonçant sur eux... Balançant mon Board Sumashu sur la tête de l'un d'eux ! Les trois se retournèrent, assez fâchés... Je mettais déjà battu, il y avait peu de temps, lors de ma rencontre avec Hanako... Je comptais le refaire si besoin ! Je me mettais en position de défense avant de tout simplement m'en prendre une dans la tronche, me faisant attraper par le col. Je me faisais alors traîner jusque devant la scène, sous les yeux de ma bien-aimée, me faisant jeté sur la scène...

"Alors, vous avez cinq minutes avant que mon pote à côté de moi vous crame la gueule. Je vous demande juste de gentillement nous passer vos objets de valeur... Portable ect. Aller, aller. Sinon on vous démolit comme votre pote-là."

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fhenrys Takami



Messages : 14
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 19

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter: Transposition d'ombre
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Re: Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)   Jeu 28 Juil - 23:53

Nootnoot et compagnie

Jomei Kyo & Fhenrys Takami

Il fait chaud ce soir-là, un soir classique de vacance d’été. Il fait chaud, même bien trop chaud, beaucoup trop pour mon corps qui ne supporte pas les hautes températures et c’est bien pour ça que je déteste cette saison. L’hiver est tellement plus calme, plus doux, plus froid mais si agréable comme saison. J’essaye de profiter des soirs pour sortir m’aérer, j’évite la journée, la canicule étant encore plus horrible et les rues étant bondées de monde, j’ai vite fait le choix.
Je passe de rue en rue, me promenant tranquillement tout en observant les papillons de nuit se brûler les ailes sur les réverbères. Dire que leur seul but est d’atteindre la lumière, et qu’ils en meurent.

Au fil de la balade, je commence à entendre une musique au loin. C’est le déclic qui me fait comprendre que je ne dois pas continuer si je ne veux pas rencontrer des gens sur mon passage, mais malheureusement, ma curiosité n’a pas d’égal, et j’avoue que j’aimerais bien savoir d’où cette mélodie provient. J’avance à tâtons, essayant de guetter le moindre pas ou bruit humain sur mon chemin. A me regarder, on pourrait croire que je viens cambrioler une maison, et je ne serais pas étonné que l’on prévienne la police en me voyant. L’avantage de ce soir-là, c’est qu’il est bien calme. Toutes les ruelles aux alentours sont silencieuses, et les seuls bruits que je peux percevoir viennent du même endroit que la musique.
A force d’avancer, je commence à arriver au dit lieu, une grande fête foraine, pleine de lumière, de joie et de gaieté, mais surtout pleine de monde. Un grand muret me sépare de cette fête, je ne sais toujours pas ce qui m’a pris de l’escalader, mais soit, maintenant que j’y suis. En avançant d’un peu plus près, je remarque une grande scène avec un public beaucoup trop remplis pour mon cœur fragile. Je me cache derrière un château gonflable – la seule chose à ma portée – et je commence à observer la scène.
En regardant d’un peu plus près, je remarque une grande banderole avec écrit « Happy Birthday Hina ». Toute cette fête foraine, c’est seulement pour l’anniversaire d’UNE personne ? Dire que je n’ai même pas eu le courage d’inviter deux personnes pour mon dernière anniversaire, alors je me demande comment cette fille fait. Sur scène, j’aperçois une fille qui commence à s’avancer. Elle est vêtu d’une robe blanche et d’une simple veste grise, mais ce que l’on remarque directement c’est bien son visage, des yeux bleus qui pourraient pénétrer votre âme et des cheveux noirs où même le diable pourrait se perdre. Enfin, je pense que la plupart des garçons doivent lui faire la cour ; et j’avoue que je peux comprendre. Mais ce n’est pas mon objectif, d’ailleurs, je n’ai pas d’objectif. Je ne sais d’ailleurs, toujours pas ce que je fais là,

La fameuse « Hina » comme je l’ai déduit qui est à présent au centre de la scène commence à parler, c’est alors que le public commence ça à s’exciter comme des puces sur un chien. On les entend crier tous en cœur et d’une voix monocorde : « Une chanson ! Une chanson ! »
A les écouter, on croirait un véritable concert, sauf qu’à ce que je vois, le public se limite à des jeunes d’une quinzaine d’année voir guère plus. Puis là elle commence à chanter.
Je l’avoue, je suis bouche baie, je ne m’attendais pas à ce qu’une aussi jeune personne puisse chanter aussi bien. Enfin, une « aussi » jeune personne, elle doit avoir mon âge ou presque, il faut que j’arrête de dire ce genre de chose, je me vieillis moi-même.

Du coup, deux-trois personnes commencent à frapper dans leur main, et les moutons – je veux dire la foule – continue de plus belle. La chanteuse a du mérite, je l’accorde, mais je n’en ferais pas des tonnes pour une simple chanson.
Sur le côté, trois jeunes hommes d’une vingtaine d’année commencent à avancer parmi la foule. Comme j’aime si bien les appeler, les « casseurs d’ambiance » décident de se rapprocher de la scène, non sans aucune hostilité. Préférant rester en retrait, je regarde la suite. Je n’ai pas eu le temps de voir d’où il venait qu’un jeune homme à la peau très pâle s’est jeté sur le premier des hommes – se prenant une belle droite en passant. Ils ont décidé de le trainer à terre avant de le jeter de toute leur force au beau milieu du plancher de la scène.

Alors, vous avez cinq minutes avant que mon pote à côté de moi vous crame la gueule. Je vous demande juste de gentiment nous passer vos objets de valeur... Portable ect. Aller, aller. Sinon on vous démolit comme votre pote-là.



Pourquoi il faut toujours que cela se passe comme ça. Je déteste ces moments où je réagis sur par pulsion et sans réfléchir. Ni une, ni deux, me voilà téléporter sur l’ombre du gars qui venait de brailler. Il n’a pas eu le temps de se retourner entièrement, que je lui foutu un belle droite dans la mâchoire qui eut le don, je l’avoue, de le surprendre un petit peu. Maintenant, je me retrouve entre trois colosses dont un plus qu’énervé, et je viens de me rendre compte que le public me regarde. Je suis pétrifié, non pas à l’idée de me faire démolir, mais bien à l’idée que tout le monde me fixe.

Qu'est-ce que j'ai encore fait...

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jomei Kyo



Messages : 19
Date d'inscription : 24/07/2016

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter: Beast Maker
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Re: Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)   Ven 29 Juil - 9:24



feat. Fhen


Chapitre 1.II - NootNoot et compagnie

board sumashu!


NootNoot











Comment s'en sortir ? Je sens de plus en plus la chaleur se dégager de la main d'un des gars... J'avais tout gâché, je portais vraiment la poisse...? Je regardais autour de moi, les regards accusateurs de toute cette connerie. Je serrais les dents, les poings, saignant légèrement du nez. Hina avait les larmes aux yeux, elle semblait vraiment essayer de se retenir de pleurer. Les larmes montaient pour moi aussi... Toute ma vie avait été comme ça, les gens autour de moi souffriraient un jour ou un autre. Je baisse la tête, repensant à ce que mon père aurait fait puis... À ce qu'il aurait VRAIMENT fait. Il n'était qu'un acteur, il n'avait même pas de pouvoir alors pourquoi moi, je ferrais quelque chose...? J'étais peut-être comme lui ? Un raté. Je laissais alors mes yeux se fermer, quelques larmes tombant de mes joues à cause de la peur, de la honte et de ce que pouvait ressentir Hina.

"Aller, arrêtez tous de me regarder comme ça et..."





Un bruit de mâchoire. Je tombais violemment sur le sol, mon agresseur aussi. Il semblait être surpris. Je regardais alors les regards de tous, complètement choqués. Qu'est-ce qu'il pouvait bien se passer encore...? Je me retournais, écarquillant les yeux... Il y avait quelqu'un... Il était venu à notre secours ? Je ne le connaissais pas bien, il fallait dire qu'il ressemblait pas mal à n'importe quel Japonais sans vouloir être méchant... Yeux noirs, cheveux noirs...? Un blanc s'installa pendant que la plus grosse brute se relevait, un instant de silence se faisait entendre... Je ne pouvais rien dire, la surprise était trop forte... C'était forcément un super-héros ! Même si... Il paraissait si jeune. On était sauvé ! Mais alors à quelques mètres de lui, je pouvais sentir qu'il ne savait pas lui-même ce qu'il faisait. Il fallait que je bouge, mettre Hina à l'abri... L'un des autres mecs, nerveux, levait sa main vers Hina, comme pour la viser... Sans prendre conscience de ce que je pouvais faire, je me relevais, dans une impulsion, j'envoyais mon pied dans le bras du type, celui-ci tirant une boule de feu en l'air... Je tombais, le cul sur mon skate... Il était donc arrivé ici... Je donnais un coup de semelle pour esquiver une droite avant de me relever, skate à la main et avec un regard changé...

"Hey les trois minables, allez gâcher les fêtes d'autres gamins si ça vous faites jouir, moi, je protège cet endroit."

Tout le monde regardait... Les trois gars se mirent à rigoler, se foutre de ma gueule... Je pouvais observer les sourires dans la foule... Ils ne voulaient même pas que je les protège ? Peu importe, je devais protéger Hina, coûte que coûte... DokiDoki allait m'aider. Je frappais dans mes mains une fois, le bruit résonant, puis je frappais ma paume gauche au sol. Il était temps d'invoquer mon plus puissant monstre...

"Vous avez vraiment tort de rire de moi ! Je suis le plus grand invocateur du pays du soleil levant ! Je suis Jomei Kyo ! Mais vous pouvez m'appeler... BeastMaster ! Viens à moi DokiDoki !"





Je rougissais à ma réplique faite devant Hina, un cercle parfaitement dessiné pouvait être visible au sol... J'invoquais alors... Un petit pingouin. Il cria juste Nootnoot... Quoi...?[/b]

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fhenrys Takami



Messages : 14
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 19

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter: Transposition d'ombre
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Re: Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)   Ven 29 Juil - 19:27

Nootnoot et compagnie

Jomei Kyo & Fhenrys Takami

Me voilà en plein milieu du carnage, quelle idée de vouloir aider des inconnus. Mais l’envie avait été trop puissante, ce sentiment d’injustice ne me plait pas, et je n’accepte pas que les plus forts s’en prennent au plus faible. Je préfère donner un souffle d’espoir aux gens que je rencontre que de rester tapis dans l’ombre. Je penserais à mon anonymat plus tard, pour le moment je vais juste m’occuper de ces trois gars, si possible en sortant indemne.
Les regards des gens autour de moi montrent une certaine surprise. En même temps, ce n’est pas tous les jours qu’on voit apparaître une personne de nulle part. Mon alter semble impressionnant, mais il est beaucoup trop limité. Maintenant que je me trouve au cœur du combat, je ne sais plus quoi faire. Je suis bon pour initier et donner le premier coup, mais je suis trop fragile pour encaisser les suivants.

Je n’arrive pas à cacher mon incompétence, et il est vrai que je ne sais plus quoi faire. Les gens de la foule l’ont surement remarqué, et un brouhaha commence à se former. Derrière moi, le jeune homme qui se trouvait encore à terre il y a peu, décide de se relever. Il court tête baissé, et fonce dans le combat, donnant des coups de poing, tout en essayant de parer avec le reste de son corps. Sa persévérance est impressionnante, mais en combat physique, il me semble beaucoup moins fort que ces trois chiens.

Hey les trois minables, allez gâcher les fêtes d'autres gamins si ça vous faites jouir, moi, je protège cet endroit.


Pourquoi il se force ? Pourquoi veut-il absolument protéger tout ce petit monde ? Je me retrouve au cœur de ce combat sans même avoir réfléchi. Mais lui, lui n’a rien de spécial, il n’a aucun pouvoir et souhaite protéger toute cette foule. Je ne comprends pas cet entêtement, à sa place, je pense que je me serais déjà sauvé pour prévenir la police. Mais lui, il préfère rester là, clamant avec force pouvoir faire face à n’importe quelle attaque.
Des flammèches s’échappent des mains d’un des jeunes hommes montrant avec elles toute l’animosité de son possesseur. Un regard noir et un sourire en coin s’affichent sur le visage de celui-ci, montrant à quel point il est prêt à en découdre.
Personnellement, si je peux éviter de me blesser, ça m’arrange. Ce n’est pas que je suis lâche, mais à vrai dire je ne supporte plus les séjours à l’hôpital. Pendant ce temps, la foule commence à reculer : enfin une sage décision !
On peut entendre des ricanements, et des moqueries de la part de certaines personnes. Apparemment, ils m’ont écartée de leurs conversations, et se concentrent sur le héros de la scène. Tant mieux, je n’aime pas qu’on porte attention à moi.

Vous avez vraiment tort de rire de moi ! Je suis le plus grand invocateur du pays du soleil levant ! Je suis Jomei Kyo ! Mais vous pouvez m'appeler... BeastMaster ! Viens à moi DokiDoki !




Il frappe sa paume gauche de toutes ses forces manquant de casser une des planches de la scène, et un grand cercle d’invocation apparait alors au sol.
Il a donc des pouvoirs, intéressant. Je me demande pourquoi il n’a pas commencé par ça plutôt que de foncer dans le tas. Voyons voir ce qu’il peut faire.
Un gros nuage de fumée apparait alors, avant de se dissoudre dans l’atmosphère, et à ses pieds un petit pingouin guère plus grand qu’un chien se dévoile.

Nootnoot.


Je ne m’attendais pas à ça, à vrai dire. Je ne pense pas que l’invocation fut un grand succès, et je peux comprendre pourquoi l’utilisateur s’en est alors privé. La foule commence alors à rire aux éclats accompagnant les trois jeunes hommes dans un son désagréable. Le garçon sur scène semble désemparé, et ne réagit plus bouche-bée devant se créature invoquée.
Un des molosses rappelle à l’ordre d’un grand sifflement pour faire terre le vacarme. J’en profite de nouveau pour surprendre mes adversaires. Me voilà téléporté derrière l’un d’eux, et d’un grand coup sec, je mets un coup de pied dans la clavicule. Le jeune homme tombe alors de douleur, et pousse un énorme cri à en faire pâlir un fantôme.
Un de ses collègues décide de me sauter dessus, j’esquive de peu en me transposant sur l’ombre d’une des personnes du public puis de suite, je me transporte jusque sur le toit d’un stand grâce à l’ombre d’un manège qui donnait sur celui-ci. Je commence à oublier peu à peu tout ces regards qui se sont posés sur moi, et prends limite goût au combat. Je sens un souffle de fraîcheur me parcourir. Je sens l'adrénaline monter en moi, et mes veines se gonfler. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ressentis cette sensation, et je dois dire que ce n'est pas désagréable !

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jomei Kyo



Messages : 19
Date d'inscription : 24/07/2016

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: (Exemple : 1-A)
Alter: Beast Maker
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Re: Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)   Sam 30 Juil - 19:29



feat. Fhen


Chapitre 1.II - NootNoot et compagnie

board sumashu!


NootNoot











Les éclats de rire... Encore... Je regarde cette chose qui vient d'arriver et le temps se modifie... Comme s'il s'arrêtait. Le pinguin se retourne vers moi avec son air bête, sans savoir ce qu'il fait ici.

"Noot, noot."

"Nootnoot..."


J'étais venu ici pour sauver Hina et je l'entend rire, elle aussi. Je n'ose pas la regarder, pas parce que je suis timide mais de la savoir, elle aussi se moquer de moi... Non... Pas encore. Je baisse légèrement mon bonnet devant mes yeux, sentant les larmes monter, ma colère grimper ma colone vertebral, comme une sorte de dragon... Je serrais les dents, les poings sous le regard innocent de NootNoot, ma nouvelle invocation. J'ai eu qu'une envie... de les insulter, tous. Pourquoi personne ne me regarde pour ce que je suis...? Je peux être un super héros... Pourquoi personne ne crois en moi ? Pourquoi mon père était un imposteur ? Pourquoi j'effraie tout le monde...? Je laisse aller une larme qui tombe sur la tête de Nootnoot, me frottant les joues déjà inondées avec ma manche... Nootnoot semble lui aussi affecté par tout ça...





Petit à petit, je sens une sorte d'aura autour de ce petit monstre... Il semble comme en colère. Ses yeux se plissent, son regard s'intensifia. Il est prêt à combattre et moi aussi... J'enlève mon bonnet tristement, laissant mon regard orangé menacer les agresseurs. Je pleurais et alors ? Je ne comptais plus me cacher à présent ! NootNoot grimpa sur ma planche, prêt à combattre. Le garçon qui nous avait aidés continuait encore de nous sauver ! Il attaqua l'un des adultes, en mettant un à terre pour de bon en se téléportant ! Je n'avais pas le temps de me laisser distraire et je devais attaquer moi aussi ! J'utilisais alors mon attaque favorite, donnant un coup de semelle...

"BOARD SUMASHU!"

J'envoyais mon skate à toute vitesse vers le chef du gang, NootNoot dessus qui s'élança une fois au niveau des jambes du voyou pour foncer directement vers son entre-jambe, lui donnant un énorme coup de boule avant de retomber sur le skate, glissant entre ses jambes, prenant une pose classe et vraiment drôle. Je ne perdais pas ce précieux temps pour foncer en courant sur le voyou, mettant ma capuche de chat... J'étais enfin moi-même : BeastMaker! Je shootais alors la tête du criminel, mon pied l'embrassant comme si c'était un ballon de foot... Il tomba à terre avec un sérieux mal de crâne et mal de boule... Je fixais NootNoot avec le pouce en l'air... Il n'avait pas l'air comme ça à l'époque, mais il était assez dangereux... Je fixais alors le dernier criminel qui enleva sa veste, montrant son torse nu, des pics sortant de son dos...

"Espèce d'enfoiré... Je vais te briser... je... Oh, non, les flics !"

Une fille avait appelé la police pendant ce temps. Je pouvais entendre les sirènes... En me retournant, le type était déjà en train de fuir la police... Un géant en pierre s'avança vers nous, c'était un flic de la ville. Je pointais du doigt le criminel en fuite et sans avoir eu le temps de crier, un mec se téléporta à lui et l'assoma... La police était vraiment efficace ! J'écarquillais les yeux devant les manœuvres des flics... Ils étaient vraiment efficaces. Le géant me parla alors...

"Bien joué Pingouin-Boy. On s'occupe des criminels..."

Je fronçais les sourcils, prenant un air dégoûté et totalement idiot, signifiant que j'en avais déjà marre...






"Mais...! J'ai une capuche de chat ! Vous auriez pu m'appeler Cat-Boy au moins !"

"Oh pardon. Bonsoir Cat-Boy...!"

"Nooon ! Je suis BeastMaker! Pas un stupide chat ou pingouin !"


Derrière cette phrase, je ressentais déjà Sloan et NootNoot me faire la peau... Je regardais le géant me donner de lourdes tapes sur les épaules qui auraient pu m'enfoncer dans le sol avant de prendre sous le bras les deux criminels. L'autre équipier demanda alors à tout le monde de s'en aller au cas où, le spectacle était déjà terminé... La plupart des adolescents étaient vraiment déçus... NootNoot marchait alors vers moi, le skate sur la tête, une bouille mignonne remplaçant celle du pingouin parfaitement en rage et frappant les bourses. Je m'accroupissais alors, prenant mon skate et commençant a lui sourire. Il était plutôt mignon. Je lui tapotais alors la tête.

"Tu t'appelleras NootNoot maintenant, ok ?"

"NootNoot."


J'enlevais ma capuche, l'installant dans celle-ci, malgré le fait qu'il ne soit pas vraiment léger, installant mon bonnet sur mes cheveux blonds. Je baissais la tête, me remettant sur mon skate, regardant les gens partirent un à un, discutant encore à mon sujet... Je venais de les sauver, mais pour eux, ce n'était rien... Quand est-ce qu'ils me respecteront ? Je renifle l'odeur d'Hina qui vient, plus loin. Elle devait être déçue elle aussi... Je me préparais à partir quand NootNoot tira sur mon bonnet. Je serrais les dents, lui demandant d'arrêter quand tout à coup, je sentais mon tee-shirt lui aussi accroché à quelque chose... J'écarquillais les yeux, regardant alors une main si douce relâcher mon haut. C'était Hina... Je me laissais alors faire, mes joues témoignant de ma gêne... Hina avait été la seule dans mon cœur, depuis bien longtemps maintenant... Je me retournais, NootNoot sautant sur mon skate, me l'enlevant, comme pour me pousser à ne pas fuir...

"E-euh oui...?"

"C'était juste pour te remercier. Tu as en partie sauvé mes amis et ma fête d'anniversaire."


Elle m'embrassa sur la joue tendrement... Rien qu'à l'idée de sentir ses lèvres sur une partie de moi me remplissais de joie. Je devenais alors de plus en plus rouge. Elle me sourit avant de rejoindre ses amis, me faisant un petit geste de la main.

"A plus tard Jomei ou plutôt BeastMaker."

Je lui répondais nerveusement de la main pour lui dire au revoir, et en retour, j'eus un clin d'œil.



© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)   Aujourd'hui à 21:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 1.II : NootNoot et compagnie. (pv)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Annales de la compagnie noire
» La Compagnie Noire
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Parc d'attraction-
Sauter vers: