AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pas vu pas pris ! [PV Mugen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mahô Shindo



Messages : 39
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 25
Localisation : Paris

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: Seconde année de lycée
Alter: Witch Craft
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Pas vu pas pris ! [PV Mugen]   Jeu 25 Aoû - 15:27

La journée se terminait plutôt bien. Pas de contrôle en classe ; un beau soleil -mais pas trop chaud- et même pas de pluie surprise, c’était ce qu’appelait Mahô une « bonne journée ». Typique. Le genre qui lui donnait envie de danser plus que de marcher et de chantonner des chansons d’anime. Elle n’avait même pas trouvé la maison vide en rentrant du lycée : sa mère l’attendait. Elle l’avait envoyé faire des courses en urgence parce que les frères de Mahô rentraient ce week-end et qu’il fallait donc préparer un festin. Elle n’avait pas vu ses trois frangins depuis le début de l’année scolaire, vu qu’ils étaient partis faire leurs études dans d’autres villes. Vraiment. C’était une super journée.

Et pour la remercier d’aller faire les courses, la mère de Mahô lui avait même donné un peu plus d’argent pour qu’elle puisse s’acheter un petit cadeau. Oh trois fois rien, pas un jeu vidéo, mais un petit quelque chose quand même.

« Qu’est-ce que je vais me prendre ? Un bracelet ? Ou un joli collier ? »

Mahô fit une pirouette pour éviter un passant, trop enthousiaste pour réaliser qu’elle s’était mise à parler à haute voix. Encore.

« AH mais d’abord les courses ! » Se corrigea-t-elle.

Et justement, elle voyait une annonce du supermarché : il y avait des soldes exceptionnelles entre 18 et 19h. Elle jeta un coup d’œil à sa montre.

18h47.

Oh là là. Cela allait être serré. Mahô arrêta de trottiner et passa au triple galop. Mais même comme ça, elle risquait d’arriver en retard, le magasin était assez loin. Elle maudit intérieurement la règle qui interdisait aux civils d’utiliser leur Alter en public. Il lui aurait suffi d’ensorceler un balai quelconque pour y être en moins de quelques minutes ! Rien que pour ça, des fois, elle regrettait de ne pas avoir suivi le cursus pour devenir un héros.

…Oh et puis tant pis.

Mahô fit un dérapage contrôlé le long de la rue et un demi-tour sec pour se faufiler dans une ruelle sombre, entre deux magasins de vêtements. Là, elle fouilla dans son sac à dos à la recherche de ses affaires de sport. Ce n’était pas très bien, mais elle avait ensorcelé le tissu pour qu’il puisse contenir plus qu’il n’y laissait paraitre et le plastique du fond pour que cela n’altère pas son poids. Personne ne se doutait de tout ce qu’elle transportait là-dedans. Une vraie Mary-Poppins. On pouvait donc dire, d’une certaine façon, qu’elle enfreignait déjà la loi, non ?

« Pas vu pas pris, hein ? »

Elle sortit ses baskets de sport et les enfila, caressant affectueusement leurs semelles, elle leur murmura un ordre simple :

« Multiplie ma vitesse par 2. »

Cela n’était pas grand-chose, Mahô n’était pas une fille très rapide à la base, moyenne en sport. Cela allait juste la faire passer pour une athlète. Et lui permettre d’arriver à temps pour les soldes. Toute façon, cette loi était débile.

Elle allait sortir de la ruelle et commencer son sprint quand elle remarqua une silhouette. Un homme lui barrait la route. Et sur le coup, Mahô ne put retenir un certain frisson d’appréhension, et un rire nerveux. Pas vu pas pris, hein ?

Oups.

Finalement la journée allait peut-être se terminer mal. Mal comme, se finir au commissariat avec une amende. Adieu pour l’accessoire et la soirée tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Sugimoto

Rang Sugimoto


Messages : 224
Date d'inscription : 28/06/2016

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: 3-B
Alter: Fire Emblem
Points d'Individualités: 1070

MessageSujet: Re: Pas vu pas pris ! [PV Mugen]   Sam 27 Aoû - 18:20

Pas vu pas pris !
Ft. Megumi
Musique d'ambiance



- Et avec ça ?

- Je prendrais sûrement deux bouteilles mais pas plus, je ne veux pas prendre le risque de mettre KO mes invités, dit-il en souriant.

La marchande marcha d'un pas rapide en direction de sa réserve ou elle enfila sa fine paire de lunettes et commença à ausculter chaque bouteille de vins présents avant d'en sortir une paire du lot. Elle caressa avec précision les bouteilles comme si elle communiquait avec ces dernières, puis finit par revenir avant de les déposer sur le comptoir.

- Je pense que ces derniers vous iront à merveille Sugimoto-san.

Mugen bien que non connaisseur dans ce domaine, inspecta de fond en comble les bouteilles dites excellentes, et colla son regard sur les étiquettes. Le choix lui semblait fiable et il était rarement déçu de la qualité ici. Il prit sa carte de paiement qu'il entra dans la borne et déboursa son prix.
Après de courtes salutations, il sortit enfin de cette charmante boutique avec son sac contenant son dû.
Aujourd'hui était un beau jour ou il avait pu prendre congé de tout devoir, cours ou correction. Habillé avec une chemise blanche serrée, lui moulant un peu le corps et rentré dans son jean noir slim accompagné de sa paire de mocassins noirs assortis à l’attirail. Ses cheveux par contre étaient toujours dans un piteux état.

Rentrant chez lui le pas doux et régulier, il approcha d'un passage piéton ou le feu était vert. Un homme dans la rue en face se tenait le regard distrait, devant une ruelle peu accommodante.
   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mahô Shindo



Messages : 39
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 25
Localisation : Paris

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: Seconde année de lycée
Alter: Witch Craft
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Re: Pas vu pas pris ! [PV Mugen]   Sam 27 Aoû - 19:27

Mahô hésita un instant. La silhouette au bout de la ruelle ne semblait pas bouger : ni pour la laisser passer, ni pour la choper par la peau du cou ou même la réprimander. Elle se permit d’avoir un minuscule, tout petit espoir : peut-être qu’il n’avait rien vu ou entendu.
 
Sauvée ?
 
Hésitante, elle fit un pas vers la sortie de la ruelle, le regard rivé vers l’étranger, à l’affût de la moindre réaction. Il avait une carrure carrée et assez imposante, la chemise de son costard était toute tendue, et sa cravate semblait plus l’étrangler qu’autre chose. Mais ce qui le rendait vraiment effrayant c’était plutôt sa mâchoire crispée : comme s’il retenait un hurlement. Mahô avait déjà vu ce genre d’attitude tendue : chez son père. C’était son expression quand il avait besoin de frapper sur quelque chose pour se défouler, et qu’il attendait une seule erreur de son entourage pour s’en servir comme d’une excuse. Oh son père ne l’avait jamais frappée, elle, mais elle l’avait vue fondre sur ses frères aînés avec une vitesse hallucinante et une volonté implacable.
 
Le fait que cet homme lui barre la route était problématique. Elle n’osait pas lui parler, lui demander de se décaler pour la laisser passer. Elle savait que dans ce genre de situation ce genre de personnes n’attendaient qu’un prétexte. Elle baissa les yeux pour ne pas croiser son regard, et ramassa ses affaires.
 
D’accord, elle ne pouvait pas passez par-là, et si elle utilisait son alter pour, par exemple, sauter sur les murs et atteindre les toits ?
 
…Comme si elle était capable de faire ça, elle n’était pas une femme-araignée ! Et à l’école c’était à peine si elle pouvait sauter par-dessus la barre du mètre soixante. En plus, même si elle pouvait, cela la rendrait bien visible pour tout le monde alors qu’elle n’avait strictement pas le droit d’user de son pouvoir en tant que civile.
 
Okay, donc elle était bien coincée. Les jambes un peu tremblantes, elle décida de faire ce que toutes personnes raisonnables dans sa situation auraient fait.
 
C’est-à-dire foncer en espérant être assez rapide pour ne pas se faire attraper.
 
Mahô inspira un bon coup, resserra sa prise sur son sac à dos dans ses bras, et baissa la tête en prenant son impulsion.
 
Et le mec la chopa par le col de son t-shirt dès qu’elle le dépassa, lui arrachant un piaillement.
 
Ratage complet. 


Elle eut à peine le temps de voir l'autre bout de la rue, ensoleillée qu'il la renvoya dans l'ombre. Il la souleva comme si elle ne pesait rien, et, même si c’était complètement stupide, Mahô continua à pédaler dans le vide, comme si cela pouvait l’aider à fuir. Il lui envoya un regard mécontent qui lui donna encore plus envie de détaler -et plus encore de se rouler en boule dans un coin et s’excuser.
 
« Bonjour monsieur, tenta-t-elle d’une voix chevrotante. -Belle journée n’est-ce pas ? »
 
L’homme sourit, et dévoila des canines acérées. Alter de transformation. Mahô se sentit, très, très très chaperon rouge. Forcément, alors que son cerveau était en train de tirer la sonnette d’alarme, hurlant à plein poumon sa trouille, sa maudite langue, elle, laissa échapper un commentaire sarcastique :
 
« Vous avez un, très, très joli sourire. »

Sur sa pierre tombale, on allait certainement graver : Dieux merci, elle repose enfin dans un silence éternel. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mugen Sugimoto

Rang Sugimoto


Messages : 224
Date d'inscription : 28/06/2016

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: 3-B
Alter: Fire Emblem
Points d'Individualités: 1070

MessageSujet: Re: Pas vu pas pris ! [PV Mugen]   Dim 28 Aoû - 18:13

Pas vu pas pris !
Ft. Megumi
Musique d'ambiance



Attendant devant le passage piéton, Mugen ne se laissa pas prier pour remarquer quelque chose d'étrangement suspect... effectivement, sa boulangerie favorite avait fermé ses portes pour simplement ouvrir à deux immeubles plus loin, mais pourquoi donc ?
Il fallait qu'il demande, il pourrait aussi en profiter pour se prendre quelque chose à manger comme... un flanc, ou une tartelette ? Mais le professeur se mit à voir en grand et à observer deux possibilités !

Soit il prenait quelque chose de petit, à consommer sur place ou en marchand et dont il profitera et savoura le long du trajet ou en se posant en terrasse. Cela lui permettait à la fois d'avoir les mains peu prises, et aussi de se reposer en prenant un petit bain de soleil.
Soit, il prenait quelque chose de plus grand, plus lourd et se le réservait pour chez lui, comme une grosse tarte au citron meringuée. L'avantage était les réserves qu'il pouvait faire et que la déguster prendrait plus de temps donc plus de plaisir. Le désavantage certains était tout d'abord l’excédent calorique que ça apportait et aussi, mais surtout, le fait que ça n’apportera pas la même sensation qu'une dégustation lente et progressive, presque sensuel d'un tel délice s'apparentant à du vice tellement une pâtisserie peut-être oppressante.
Le choix venait de se faire, une simple tartelette à la fraise ferait parfaitement l'affaire. Mugen déposa ses deux bouteilles sur le comptoir avant de faire signe à la boulangère, gardienne de ce temple de la tentation, de lui donner ce doux et moelleux morceau divin à la fraise rouge sang teinté de vert nature.
Il paya par carte et s'assit sur un banc qui se trouvait à même pas deux mètres du passage piéton ou il était il y a quelques minutes.

Il déposa son sac contenant les deux bouteilles d'ivresses et entama la pomme d'adam métamorphosait en tartelette à la fraise, ici pêché de la gourmandise et de la connaissance gustative. Il en prenait fine bouchée par fine bouchée pour ne pas espérer finir son trésor avant quelques minutes, bien qu'au fond de lui son souhait était une telle sensation pour l'éternité. Il posa sa tête sur ses épaules et se mit à contempler les immeubles.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mahô Shindo



Messages : 39
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 25
Localisation : Paris

Fiche de Pouvoir
Année et Classe: Seconde année de lycée
Alter: Witch Craft
Points d'Individualités: 500

MessageSujet: Re: Pas vu pas pris ! [PV Mugen]   Ven 2 Sep - 21:02

Le mec avait vaiment, mais vraiment l’air très en colère. Et cela donnait envie à Mahô de s’excuser pour à peu près tout ce qu’elle avait fait de mal dans sa vie. Son cerveau paniqué et effrayé par la mâchoire serrée de l’étranger commença à faire une longue litanie d’excuses :
 
Désolée d’avoir mangé la brioche au sucre de Shinobu, Désolée d’avoir grogné contre Maman et sa manie de bricoler, Désolée d’avoir tapé menti ce matin au professeur à propos du devoir de Japonais. Désolée de…
 
L’homme la reposa par terre dans un grognement et ses pieds retrouvèrent le support rassurant du sol.
 
Huh ?
 
L’homme-aux-dents-de-Loup poussa un soupir exaspéré et se pinça l’arête du nez -du museau ?- comme un père de famille blasé.
 
« Petite, ne va pas dans les ruelles sombres toute seule. Tu ne sais pas que c’est dangereux ? Qui sait quel genre de malade tu peux croiser ? »
 
Elle cligna des yeux et son cerveau, sous le coup du soulagement, ou de la débilité, s’exprima :
 
« Genre vous ? »
 
Elle colla immédiatement ses deux mains sur sa bouche traitresse. Bon sang ! Mais elle ne comprenait décidément rien de rien. L’étranger plissa de nouveau les yeux : sa mâchoire crispée et ses épaules raides, il semblait de nouveau sur le point de casser des briques avec ses poings.
 
Et franchement, Mahô pria pour qu’il le fasse, tout plutôt que son crâne.
 
A la place, l’homme aboya de nouveau :
 
« Rentre chez toi et ne traine plus dans cette rue, compris ?! »
 
Elle déguerpit aussi vite sans demander son reste, ses chaussures accélérant même la vitesse de sa fuite. Maudissant sa malchance : de toutes les foutues rues de la ville il avait fallu qu’elle choisisse précisément celle-là. Elle n’y retournerait jamais. Preuve : Mahô avait déjà complètement oublié où elle se trouvait ou même son nom !
 
La jeune fille ralentit, le cœur encore battant, son rythme cardiaque pulsant à ses tempes et le souffle brûlant dans sa gorge.
 
Une part de sa conscience se fâcha : ne devait-elle justement pas retourner vérifier ce qui se passait dans cette ruelle ? Au moins noter son nom quelque part, pour pouvoir en parler à un policier un jour ? Parce qu’il se passait définitivement quelque chose de louche ? D’illégal. Ce type n’avait pas l’air d’un gentil salarié inoffensif prêt à faire la morale à toutes les lycéennes qu’il croisait.
Mais l’autre part de son être, celle qui avait tellement flippé qu’elle en avait perdu tout réflexe défensif, s’insurgea : et puis quoi encore c’était pas son boulot. Elle, elle avait des courses à faire !
Un œil sur sa montre lui apprit qu’elle avait loupé les soldes.
 
C’était bien la peine d’ensorceler ses chaussures. Du coup, rien ne servait de se presser, elle allait s’occuper de ce qu’elle pouvait faire ici, dans le coin. Un coup d’œil sur sa liste lui apprit que sa mère voulait du pain de mie et des gâteaux occidentaux. Une boulangerie spécialisée donc. Elle se demandait s’il y en avait dans les parages ?
 
Mahô fit un tour sur elle-même, scrutant le paysage -et faisant très, très attention à ne pas regarder en direction de la ruelle dont elle s’était enfuie. Elle ne vit pas de devanture de boulangerie, en revanche, elle remarqua un homme qui, assit sur un banc, grignotait ce qui semblait être des gâteaux. Donc lui devait savoir où en trouver une !
 
Pourtant Mahô ne bougea pas, hésitante. D’abord parce que, il y avait genre, même pas deux minutes, un homme l’avait chopé par le col et hurlé dessus et que son coeur était encore en train de s’en plaindre de façon tonitruante dans ses oreilles. Ensuite, parce que l’homme avait l’air réellement apaisé sur sa chaise, à savourer son plat. Elle se voyait mal arriver avec ses gros sabots, près d’un inconnu et lui sortir « Yoh, où tu as acheté ça ? »
 
Mieux valait se montrer douce, courtoise, polie. Bref une gentille fille bien sage. Oui, elle allait faire ça : un seul mec fâché dans la soirée ça suffisait. Donc d’abord, s’approcher mine de rien. Fait. Cela allait déjà mieux, elle retrouvait un rythme cardiaque acceptable. S’asseoir sur le banc, pas trop près pour ne pas empiéter sur son espace personnel, et pas trop loin non plus pour pouvoir engager la conversation. Fait aussi. C’était une bonne idée de s’asseoir, pour se remettre de ses émotions aussi. Et en plus elle s’y prenait bien pour une fois. Maintenant elle n’avait plus qu’à gentiment aborder le sujet des pâtisseries, sur un prétexte, du genre : « ça a l’air bon ce que vous avez là ? »
 
Le plan était parfait : sans faille. Et c’est pour ça que quand elle se tourna vers cet étranger, bien décidé à le suivre au pied de la lettre…Juste être mignonne et polie. Oublier l'aventure flippante et se concentrer sur son objectif actuel : faire les courses. 
 
« Faites attention à ne pas vous rendre dans la ruelle en face monsieur. »
 
Bwaaaah. Mahô piqua un fard monstrueux tandis qu’un cri de lapin crétin passait en continu sous son crâne. Mais quelle abrutie. Quelle grosse abrutie. Elle était censée demander où il avait trouvé ses tartelettes à la fraise, pas ça ! Foutue Alter. Foutue…RAAAAH.
 
Elle se redressa brusquement morte de honte. Puis se rendit compte que s’il elle s’enfuyait maintenant elle aurait juste l’air louche style agent secret de films bas de gamme. Celui qui balance des rapports de missions qui s’autodétruisent une fois lus. Alors elle se rassit tout aussi vite en enfouit sa tête dans ses mains. Elle bredouilla des excuses à toute vitesse :
 

« Désolée. Ne faites pas attention, je dis n’importe quoi. » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pas vu pas pris ! [PV Mugen]   Aujourd'hui à 21:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Pas vu pas pris ! [PV Mugen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votre pseudo est déjà pris?
» Pris sur le fait [PV Ish , Sai]
» Son mari n'a pas pris de douche depuis un an...
» Healore pris en flag...
» Présentation de Mugen Sosuke [Finish]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divertissements-
Sauter vers: