AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Ayaka Kujô - The Paladin [Terminée]

 :: Anciennes Présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 4
Dim 27 Nov - 0:12
You're My Hero

Ayaka Kujô

Relax...


Nom : Kujô
Prénom(s) : Ayaka
Surnom : Paladin
Âge : 25 ans
Nationalité : Japonaise
Département : Héroïsme
Année et Classe : Titulaire des 2 - B
Particularités de votre santé ?
Bonne santé physique.
Pourquoi voulez-vous entrer à Yuuei/Devenir un Super-Héros ?
Pour transmettre la flamme à la prochaine génération.
Vos Hobbys ?
Le sport, les films, de la bonne musique. Casser des culs (PAS AU SENS LITTÉRAL BANDE DE BOLOSSES).  
Avez vous des conditions pour utiliser votre pouvoir ?
Avoir au moins un des pieds au sol.

Alter
"REWIND"
Ayaka est capable de faire revenir les choses à leurs places telles qu'elles l'étaient à un maximum de cinq secondes dans un périmètre de 50 mètres autour d'elle. Les souvenirs des cinq dernières secondes ne sont pas perdus. Elle peut choisir de faire revenir/rétablir certains éléments et pas d'autres. Les utilisations successives entrainent une grande fatigue physique et mentale.




You look awful. Perfect.

« Un héros se doit de toujours avoir la forme ! » est l'une des devises d'Ayaka, qui résume efficacement son rapport à son propre physique.
Il est hors-de-question pour elle de se laisser aller, à la faiblesse ou à l'inaction. Quand on a pour mission de protéger, le corps n'est qu'un instrument, qui, taillé à la perfection, doit servir à aider les autres. La moindre défaillance peut coûter très cher, tandis que plus rapide sont ses foulées, au plus tôt sera son arrivée sur les lieux des incidents.

Certes, l'esthétique passe au second plan, mais la jeune femme n'est pas trop déçue à ce niveau là. Pour elle, le doux renflement de ses bras, muscles forgés par des années d'entrainement au service de la justice, porte une beauté symbolique, en preuve de sa détermination.
Il en est de même pour le reste de son corps. Elle a beau avoir très peu de temps à consacrer à elle-même, des jambes capables de soutenir une course intense sur une durée prolongée suffit à la satisfaire, plus qu'une coupe de cheveux impeccable. Les siens, d'un brun tout ce qu'il a de plus banal, sont souvent désordonnés, mal coiffés, attachés à la va-vite au-dessus de sa nuque pour éviter de la gêner dans ses mouvements. En général, elle préfère se couvrir d'une casquette ou d'un bonnet, écrasé sur sa tête sans pitié, plutôt que de prendre du temps supplémentaire pour leur donner une forme le matin.

Il est maintenant évident qu'Ayaka est quelqu'un de sportive, athlétique même, et de corpulence moyenne pour une grande taille. Cela fait d'elle une potentielle héroïne, mais pas une personne.
Cette personne est une femme à la peau foncée, dont les traits du visage vibrent d'une vive énergie, même lorsqu'elle est au repos. Ce n'est pas pour autant qu'elle arbore en permanence une expression aimable. Au contraire, elle a tendance à tirer la tronche par défaut, ses sourcils froncés sans aucune raison apparente, l'éclat de saphirs de ses yeux animé par une concentration vague, scrutant les détails de la situation. Cependant, dès qu'elle ressentira une émotion spécifique, celle-ci se verra immédiatement trahie par la disposition ses lèvres ou les mouvements de ses pommettes.

Chacun de ses gestes n'est pas non plus lié à son activité héroïque ou de professeur. Quand elle n'agit pas avec l'intention de sauver des vies ou de péter la gueule dans les règles de l'art à un super-vilain, elle ne bouge pas avec urgence, mais avec aisance et énergie, si elle daigne en mettre. Car si elle était sans arrêt au maximum de ses capacités, Ayaka serait déjà morte depuis longtemps. Elle a appris à maitriser l'art de l'alternance entre effort maximum et périodes de relaxation.
Ses vêtements habituels en temps que professeur reflètent cette idée, en confortable tenue de sport qui laisse toute leur liberté à ses mouvements.

Cependant, en-dehors de son poste, elle dispose d'une garde-robe plus variée, bien que rarement traditionnellement féminine, et Ayaka est elle-même peu portée sur le maquillage.

Le dernier élément de ce tableau est essentiel : son costume de héros.
Elle en possède en réalité deux.
Le premier est inspiré des kimonos de l'époque, notamment ceux des samouraïs, qui leur offrait une grande amplitude de mouvement tout en ayant une certaine classe. La sorte de kimono est donc bleue, décorés de motifs abstraits blancs, et se termine par une longue jupe noire recouvrant ses jambes. Elle s'est néanmoins débarrassées des longues manches, et la partie des épaules jusqu'à la poitrine est beaucoup plus près du corps. Quant à son visage, il est caché du nez au menton par des plis de tissus qui entourent son cou, et retiennent la grande cape noire qui flotte derrière elle. Pour seule arme, elle dispose de gants renforcés autour de ses phalanges, constituant un poing américain à sa façon.
Ce costume est adapté aux missions d'urgence, de soutien, celles où la vitesse est primordiale.
Pour les confrontations directes, elle sort l'artillerie lourde. Si le premier costume est « samouraï », le second est « Shogun ». Il devient une armure légère, bleue et noire, ses bras toujours laissés nus, mais les points vitaux sont renforcés de plaques de métal, formant de nouveaux motifs argentés sur son corps. Au niveau du visage, elle troque la cape contre un casque, aussi appelé kabuto, réplique modifiée de ceux des samouraïs en tenue complète, gardant le masque qui cache ses traits, les seules ouvertures étant pour les yeux et la bouche. Il est décoré de deux cornes sur le devant, mais plus léger que le kabuto traditionnel, en accord avec son costume simplifié, plutôt qu'avec la lourde armure des combattants médiévaux.
Ses gants deviennent également plus lourd, entièrement recouverts de métal et conçus pour causer de sévères dégâts.

My mind is telling me no...

Tout être humain est complexe, et Ayaka, bien que n'échappant pas à la règle, n'est pas compliquée à comprendre. Comme chacun, elle est faite inégalement, de grandeurs épiques et d'abysses pathétiques.
Mais avant toute chose, Ayaka est d'abord au service de la Justice. C'est pour un monde plus juste qu'elle a choisit cette voie de l'héroïsme, et c'est ses réflexions qui l'ont poussées à se dire que le mieux qu'elle puisse faire était de guider les autres dans cette même voie, et donc, prof. Plus qu'un idéal, la notion de Justice se retrouve dans sa vie de tous les jours. Elle proteste, protège, se bat à chaque seconde contre toutes les injustices qu'elle peut croiser. Oui, elle est du genre à ne rien laisser passer, peut-importe l'importance.
Cela entraine également une intransigeance envers elle-même. Elle est souvent poussée à chercher un calme intérieur forcé, un instant d'oubli, de relaxation, dans la tempête qui fait souvent rage en elle. Elle ne s'accorde aucune erreur, aucune faiblesse, chaque faux-pas entrainant chez elle un désespoir intense qu'elle gère dans un dégoût profond d'elle-même, parfois se transformant en douleur physique, ses dents s'enfonçant dans son morceau de chair le plus proche, pour se rappeler de ne plus jamais échouer.
Et ensuite, elle retourne travailler encore plus, amener son corps à ses limites pour exorciser ses démons, en une lutte vaine, vaguement bénéfique.
Le poste de professeur est donc particulièrement difficile pour elle, car elle est souvent dure, mais elle a encore l'habitude de spontanément se remettre en question plutôt que d'accepter que ses élèves ont fauté.

Ayaka n'est pourtant pas là par seul désir de Justice. Ce serait mentir que d'oublier ses rêves de gloire, et que transmettre quelque chose à une génération future est surtout intéressant car cela permet de graver son souvenir, ses enseignements, dans les esprits, et de ne jamais disparaître. Même si elle mourrait au combat demain, une part d'elle subsisterait.

En tant que professeur, elle peut être sévère comme détendue et cool, ce qui force ses élèves à jouer aux funambules, sur la fine ligne séparant la partie d'elle qui se veut plus dure qu'elle ne devrait être, pour imposer son autorité, et la sympathie naturel de sa jeunesse qui la lie à eux.
Hors de cette fonction, c'est le côté relax qui l'emporte, contrebalancé quelques fois par son sens de la justice. Elle profite de la vie au maximum, trouvant satisfaction dans des plaisirs épicuriens, ainsi que dans le calme tout autant que dans l'effort physique. Grande amatrice de sport, Ayaka apprécie s'écrouler dans son canapé pour regarder le basket avec la même délectation qu'elle a à y jouer.


Mais au travers de cette vie et de ses traits, elle se bat surtout contre elle-même, son passés et les injustices qu'elle a connues.

Once upon a time...

Même dans les futurs les plus extraordinaires, la discrimination est une horreur qui reste gravée dans les populations. Un spectre rarement vu au grand jour, qui se terre dans les coins, et hante les conversations discrètes, les recoins ordinaires de la pensée qui en deviennent malsains, les sourires forcés, qui déforme les relations et les amitiés.
Malgré tous les pouvoirs répandus sur cette Terre et les sorte de gens incroyables qu'on peut y croiser, il était toujours mal vu au Japon d'être né avec cette peau sombre, celle d'Ayaka et de sa famille. Ses parents avaient l'habitude, et elle, a du la forger au prix de ce qu'on avait laissé de fort et de coriace en elle.

Car cette horreur de la différence l'a rongée pendant toute son enfance, vague infernale creusant dans la falaise de sa prétendue indifférence, l'érodant sans cesser ni faiblir. Les blessures n'étaient jamais physiques, mais les regards qu'on pouvait lui envoyer, pour lui faire comprendre son infériorité en tant que fille d'étrangère, donnaient tout son sens à l'expression « coup d’œil ».
Ce fut ses premières confrontations avec l'Injustice, des choses banales, sans importance du point de vue des adultes, mais qui minaient sa confiance en elle et l'empêchait de s'intégrer correctement dans la société composée des enfants de son âge. Des petites réjections, des dos tournés, des insultes parfois. Jamais généralisés cependant. Elle trouvait, quand, de temps à autre, la majorité lui tournait le dos, toujours quelqu'un pour lui tendre la main et l'amener jusqu'à demain. Pas de grande amitié durable, mais des amies de passage, qui valaient tout autant à ses yeux. Des enfants avec qui elle pouvait partager des parts de sa vie, et absorber des morceaux de la leur, et entre temps, jouer ensemble sur la console ou disputer un match de foot ou de basket.

Cela était possible par son intarissable énergie et détermination, toujours prête à aller vers les autres pour passer un bon moment, qu'importe s'il devait ne durer qu'un instant.

A cette époque, ses héros personnels étaient les joueurs et joueuses de la NBA. Déjà car leur couleurs de peau ressemblaient souvent plus à la sienne qu'à celle de ses camarades, mais pour ses yeux émerveillés, les sportifs devenaient des figures mythologiques, des dieux vivants qui affrontaient leurs capacités de titans sur un terrain réduit à échelle mortelle.
Ainsi, durant les premiers temps de sa scolarité, elle rêvait de devenir une basketteuse, et passa un temps certain à s'entrainer, bien qu'elle passait tout autant de temps à glander.

En grandissant, Ayaka comprit que les Injustices n'étaient pas que dirigées envers elle, mais répandues à travers le monde sous différentes formes. Il y avait plusieurs moyens de se battre contre elles, dans les tribunaux, dans les ONG, en tant que flic, médecin, politicienne... Mais une seule représentait vraiment l'idéal héroïque qui la fascinait depuis qu'elle était petite.

Elle intégra ainsi l'académie Yuuei, en département Héroïque, élève peu sérieuse mais déterminée. Elle n'était pas une des meilleurs, ni une des médiocres, mais cela fonctionnait pour elle.
Ayaka forma des amitiés qui durèrent plus longtemps que les précédentes, et qui, pour certaines, se prolongent encore aujourd'hui. Elle se sentait intégrée. Toujours luttant contre des problèmes de confiance en elle, mais enfin à sa place.

Tellement à sa place que, après quelques années en héroïne solo, malgré les protestations de ses parents qui désiraient pour elle des études plus « sérieuses », elle réintégra l'école, cette fois comme professeur de combat. Après tout, elle était plutôt discrète sur le terrain, rarement sous le feu des projecteurs, ses capacités pas si incroyables l'empêchant de se frotter à des dangers trop importants s'il elle n'était pas en groupe : enseigner était pour elle la transmission d'un héritage.

La tâche était ardue, et le métier de professeur assez contraignant. Mais elle s'y fit vite, profitant de son temps à côté pour développer sa carrière solo plutôt que sa vie sociale, malheureusement. Elle retrouve pourtant régulièrement d'autres héros ou anciens élèves, et a bien conscience que se battre en groupe lui permet de combler ses propres faiblesses. Ce qu'elle apprend sur le terrain, elle se tue ensuite à l'apprendre à ses élèves, ce qui peut s'avérer difficile.

Le cas qui vint bouleverser sa carrière date d'environ un an.
Un jeune élève comme les autres. Du potentiel. Du mal à s'intégrer, comme elle avant son entrée dans l'école. Mais elle sentait qu'il se retenait, pour une raison qu'elle ne pouvait déceler. Et Ayaka n'est pas vraiment du genre à savoir utiliser la parole pour faire dans la subtilité.
Alors elle le poussa un peu. Pour qu'il aille au bout de son potentiel. Mais elle le poussa un peu trop, de manière trop inconventionnelle, trop brute, des mots allant chercher trop loin en lui, l'appelant à la rage. Une rage qui se retourna contre elle.
Un mauvais jour, un mauvais cours, une parole déplacée, et l'élève entra en altercation ouverte avec elle, et après plusieurs tentatives d'attaques, elle encaissa volontairement un coup pour lui faire comprendre qu'il avait dépassé les limites, mais aussi en punition d'avoir elle-même été trop loin dans la provocation.
Il avait cependant frapper un professeur en-dehors du cadre d'un exercice. La sanction ? L'expulsion définitive.
Une partie d'elle s'en voulut, une autre lui murmurait que c'était cela, la finalité de la Justice qu'elle recherchait.
Jusqu'à ce qu'elle apprenne comme l'élève avait tourné : on l'accusait de meurtres, d'agression de civils.
Alors, pour combattre la sensation de regret qui brûlait constamment dans sa poitrine, pour mettre fin à ses nuits trop longues d'insomnies, et rétablir la Justice, elle se promit, de tout en continuant sa voie vers une professeur plus digne de confiance, de trouver et de jeter derrière les barreaux le criminel du nom d'Iki Bujokou.



Très rapidement, moi c'est Soren, j'ai 18 ans et je suis ♀. J'ai connu le forum grâce à UN TOP-SITE VOTEZ VOTEZ LES GENS, et je suis NOUVELLE. Mon perso c'est Korra. Comme je suis quelqu'un d'absolument génial - et personne ici-bas n'en doute - j'ai bien sûr lu le règlement, et je vais le respecter, parce que les fessées c'est moyen-moyen.


_________________
Just chillin' :

Time to be a hero :


Invité, I've come to bargain!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 27 Nov - 15:02
Bienvenue Sensei Very Happy
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 4
Dim 27 Nov - 23:33
C'est fini !

Et merci Iki !

_________________
Just chillin' :

Time to be a hero :


Invité, I've come to bargain!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Lun 28 Nov - 17:22
Salut, je vais m'occuper de ta fiche! Smile

Niveau forme, il y a pas grand chose à redire: très peu de fautes, une longueur exemplaire, un style fluide... Que demander de plus? 

Niveau fond, l'histoire de ton personnage est très cohérente, reflète assez bien la dualité entre cette force et cette faiblesse, ce manque de confiance en soi latent dans ton personnage. L'événement qui permet de te relier à un autre joueur du fow aurait mérité un peu plus de détails selon moi mais je ne vais pas tiquer pour ça!

En conclusion, une très bonne fiche que je ne peux que valider!

Bienvenue à toi et bon jeu sur le fow! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Morwei, Le Paladin.
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Anciennes Présentations-
Sauter vers:


bouton partenariat