Quand Gravroche rencontre son homologue féminin [PV : Yosuke]

 :: Musutafu :: Rue Commerçante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 62
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 10
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Ven 28 Avr - 7:20
Pas de réponse quand à où il compte l'emmener, du coup, ce sera une surprise ? Olivia apprécie les surprises, enfin, les surprises agréables, pas comme ces portefeuilles explosifs. Du coup oui, elle aime bien les bonnes surprises, les mauvaises étant des surprises qui nuisent à son état physique pour elle. Rien qu'à y penser, elle ressent encore le souffle chaud de ces portefeuilles qu'ils produisent en s'autodétruisant, brûlures et parfois blessures ouvertes sont ce qui l'attendait en volant un portefeuille piégé. Heureusement, ceux qui ont ce genre de portefeuille ne sont pas communs, encore heureux, nombre de voleurs ayant perdus l'usage de leur main à cause de ça ... heureusement qu'Olivia est capable de légèrement régénérer la chair sur ses bras et qu'elle sait se soigner seule. Enfin bref, n'ayant de pas réponse à la question de la destination, elle a posé une nouvelle question, celle de son nom, contrairement à la première, elle a une réponse, il s'appelle donc Noguchi Yosuke ? Contrairement à ce qu'il pense, elle aime bien le nom, c'est mieux que le sien en tout cas, de nom de famille bien sûr. Le prénom, elle ne peut pas juger, elle est d'origine allemande et a donc un nom européen, Yosuke lui a un nom japonais, la différence de culture - bien qu'elle ait surtout grandi au Japan - fait qu'elle ne peut pas juger un prénom japonais.

Il lui demandait son nom à elle, mais elle n'a pas eu le temps de lui répondre qu'elle se fait saisir la main. Bien qu'elle sursaute d'abord, ignorant en premier lieu qui lui saisit la main, elle se rassure en voyant qu'il ne s'agit que de Yosuke qui veut la guider loin de cette foule. Les gens d'ici sont très réticents, ils refusent d'ouvrir le passage malgré la différence d'âge qu'ils ont par rapport aux deux enfants, mais ils se contentent de râler, c'est toujours mieux que rien. Bien évidemment, chapardeuse et opportuniste comme elle est, Olivia profite de tout ce contact contre eux pour voler un tas de chose, pas d'argent, juste deux trois trucs qu'elle arrive à saisir dans les sacs de courses qui se cognent contre elle. Un vrai jeu d'enfant puisque les personnes n'ont même pas d'intention à propos des deux jeunes enfants qui tentent de passer, dissimulant ça sous sa cape, maintenant à l'aide de ses lianes de chair. A force de lutter contre cette foule agressive, ils finissent par sortir de cet essaim pour finalement sortir de la rue commerciale et atterrir dans un petit parc. Une fois là-bas, les deux enfants se dirigent vers un banc métallique, Yosuke retire son manteau malgré la température et l'humidité ambiante, puis le plie avant de le poser sur ce banc, avant de redemander la réponse d'Olivia qui n'a même pas répondu à vrai dire.

- Je m'appelle Olivia ... juste ... Olivia ... j-j'ai un nom de famille, mais je préfère ne pas le dire ...

L'endroit est très calme, sans doute un peu trop ? Tant mieux, pas de personnes dans le coin, les deux enfants sont tranquiles au moins. Yosuke s'assied sur le banc, invitant Olivia à se mettre assise sur le manteau comme si c'était un coussin, elle trouve cette attention à son égard très gentil, elle s'exécute donc avec le sourire, se mettant assise à ses côtés. Tandis qu'il apprécie le silence et le ciel de son côté, Olivia se dit qu'il doit avoir faim aussi, le temps est passé à une vitesse folle puisque le ciel laisse apparaître son manteau d'étoiles. Elle sort donc de sa cape plusieurs trucs qu'elle a volé : du pain, un jambon et ... du beurre ? Elle pensait que c'était de la pâte à tartiner ... tant pis, elle a bien fait de voler ses pommes et ce ... poireau ? Oui, elle a volé un poireau. Pendant que le garçon médite, elle prépare un immense sandwich au beurre et au jambe en formant avec sa chair au bout de son doigt un couteau assez tranchant pour trancher ce pain. Elle coupe ensuite le sandwich en deux avant de donner une moitié à Yosuke.

- Tu n'as pas faim ? Il est tard et je ne t'ai pas vu manger ...

Après avoir donné la moitié de son repas pour Yosuke, elle mange sa moitié à elle en jouant les majorettes avec sa main libre et le poireau qu'elle a volé. Il faut bien animé un peu, le calme c'est bien, mais à trop longue échelle, il laisse place au pire ennemi de l'homme : l'ennui ... ou la fatigue, ça dépend de l'heure en fait et de l'endurance de chacun.

- Au fait, tu as un Alter toi aussi ?

_________________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yosuke Noguchi
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 111
Disponible en RP : Assez régulièrement
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 3
Année et Classe: 1-C
Alter: Spirit grasp
Dim 30 Avr - 15:53
Quand Gravroche rencontre son homologue féminin
Klein Olivia - Noguchi Yosuke
  La réticence de la jeune femme à annoncer son nom de famille fais tiquer Yosuke pendant un instant. Il s'interroge sur ses raisons, et en vient rapidement à la conclusion que cela doit avoir quelque chose à voir avec son activité de voleuse. Effectivement, révéler son identité ainsi à tout quidam est le meilleur moyen de se faire piquer. Il continue de l'observer, une fois qu'elle s'est assise à ses côtés. Elle forme une lame au bout de son doigt afin d'ouvrir le pain subtilisé plus tôt et le garnir. Avec ce constat et l'observation faite plus tôt lors de son larcin, l'étudiant en vient à la conclusion que l'alter d'Olivia est lié à l'altération de ses tissus épidermiques.

  Après avoir fini de constituer le grand sandwich, la jeune femme le coupe en deux et propose la seconde moitié au jeune Noguchi. Il hésite d'abord à le prendre sachant que la nourriture est volée, mais finis par l'accepter avec un sourire. Elle a l'air assez démunie après tout, ce doit signifier beaucoup pour elle de pouvoir offrir quelque chose à manger à quelqu'un qu'elle apprécie. De plus, il commence à avoir un peu faim lui aussi. Il porte le pain garni jusqu’à sa bouche et y porte une morsure.

- Au fait, tu as un alter toi aussi ?

  Cette question, qui d'ordinaire tire le signal d'alarme chez Yosuke, le rend cette fois un peu pensif. Il n'aime pas parler de son alter. Il ne veut pas que n'importe qui connaisse son pouvoir, pour des raisons stratégiques, afin de garder l'avantage de la surprise. Mais cette jeune fille n'a pas l'air de lui vouloir le moindre mal, et sa nature discrète n'en fait pas le candidat le plus à même de révéler l'information partout.

- Ca s'appelle le Spirit Grasp. Je peux faire bouger des objets sans les toucher. Va pas raconter ça par contre s'il-te-plaît, d'habitude je garde ça secret.

  Révéler son alter, c'est bien la première fois qu'il fait une telle preuve de confiance à qui que ce soit. Olivia n'est pas comme les autres. Il s'en sent proche bien qu'ils se rencontrent à peine. Il a l'impression de voir comment il aurait fini, s'il ne s’était pas fait attraper a ses cinq ans. Criminel par nécessité. Ça l'attendrit, tout comme ça le peine. Il a envie de faire quelque chose pour elle. Peut être qu'elle a juste besoin de quelqu'un pour la guider de nouveau sur le droit chemin. Pour pouvoir vivre une vie digne et heureuse. Il veut la connaître davantage. Et donc, il commence par confirmer l’idée qu'il s'est fait de l'alter de la jeune femme.

- Et le tien ? Tu transforme ta peau, c'est ça ? Tu viens d'en faire un couteau, et pour chopper le portefeuilles une sorte de ficelle de la même couleur que ta peau est passée dans sa poche.

  Le vent du soir commence a souffler. Le soleil presque couché quitte son trône céleste et laisse apparaître les milliers de lumières urbaines habillant le parc et la cité.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 10
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Dim 30 Avr - 17:15
Lorsqu'elle souhaite offrir la moitié du sandwich, elle se rend compte qu'il a l'air d'accepter avec un peu de mal. Sans doute est-ce qu'il pense qu'elle a plus besoin de cette nourriture que lui, c'est bien vrai, mais elle ne mangera pas une baguette entière, elle a beau avoir faim, elle n'arrivera pas à engloutir un casse-croûte de cette taille. Et puis, elle a beau vivre dans la rue et souffrir de malnutrition, elle s'est toujours contenter de manger peu, ce qui explique pourquoi elle est si légère, pourtant, elle n'est pas maigre, elle n'est pas non plus très forte physiquement, mais elle n'est pas si souffrante que ça niveau alimentation ... surtout grâce au vol, mais ça, elle n'a pas le choix. Elle ne peut pas travailler, or, sans travail, pas moyen de gagner de l'argent, du coup, il ne lui reste plus que cette voie si elle veut survivre, ça ou rester dans cet orphelinat qui lui sert de prison où elle est tout le temps juger à cause des actes de son père. Elle soupire en y repensant, à cause de lui, elle ne peut pas dire son nom à cause de ce tueur en série, tout le monde a beau le connaître sous le nom d'Edouard aux mains d'argent, parmi eux, beaucoup de personnes connaissent son vrai nom, pour le grand malheur d'Olivia ...

Elle finit sa moitié de sandwich, jouant toujours avec le poireau qu'elle a chiper, elle n'a aucune idée de pourquoi elle a volé ce truc, sans doute parce qu'elle croyait que c'était du pain. Ce n'était pas clair hélas, les gens la poussaient de tout les côtés, dur de savoir ce qu'on vole dans ses conditions, ni qui en fait. Elle sort aussi les deux pommes pour les poser entre eux deux, libre à lui de se servir, en tout cas, elle aurait dû voler des mouchoirs aussi pour s'essuyer les mains, mais tant pis, elle s'essuie bêtement sur sa tenue, de toute manière, elle ne peut pas être plus sale que ça. Après cela, elle a demandé si le garçon avait un alter en particulier, elle sait que la plupart - bien que ce soit de rares cas - n'ont pas d'alter, elle demande du coup. Finalement, il lui révèle son alter en lui faisant jurer de ne rien dire, ce qu'Olivia compte faire. Après tout, si le pire des criminels peut être le meilleur policier du monde, en tant que voleuse, elle sait garder les secrets mieux que quiconque. Ainsi, son alter se nomme le Spirit Grap, un nom bien stylé pour un alter, il lui permet de bouger des objets sans les toucher ... c'est donc comme de la télékinésie ? Encore plus classe !

- Compris, je ne dirais ton alter à niemand ... à personne. Mais du coup, c'est comme de la télékinésie ?

Elle continue de jouer avec son poireau, non pas qu'elle trouvait le garçon ennuyant, pas du tout, mais elle trouvait ça rigolo. Elle essaie de trouver des sujets de conversation, mais elle a du mal à en trouver, bien qu'une discussion sur leur alter a l'air de démarrer. Le garçon lui demande du coup si l'alter à Olivia a un rapport avec le contrôle de ses tissus épidermiques, l'ayant vu former un couteau au bout de ses doigts et vu un fil de la même couleur que sa peau voler le portefeuille du riche. Ainsi, c'est comme ça qu'il a su que c'était elle ? Ou alors est-ce du pur hasard ? Elle l'ignore, il faudra qu'elle demande, mais poser une question suite à une autre question ... ce n'est pas comme ça que ça avance une conversation.

- Non, je ne transforme pas ma peau, mais je créé et contrôle de la chair. Je suis capable de créé des membres de différentes formes et utilités, plus ou moins long, plus ou moins difformes, et plus ou moins solides et tranchants, et ce sur tous les endroits de mon corps.

Elle n'a pas besoin de faire de démonstration, après tout, il a bien vu quelques utilités de son alter qui n'a pas de nom à vrai dire, hormis ... Chair ? Sans doute, du moins, s'il avait un nom, ce serait en allemand, du coup ce serait ... Fleisch ? Ça peut être stylé pour un japonais qui ne comprend pas la langue de Mozart.

- Sinon ... tu es étudiant ? Tu es dans un lycée en particulier ?

_________________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yosuke Noguchi
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 111
Disponible en RP : Assez régulièrement
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 3
Année et Classe: 1-C
Alter: Spirit grasp
Dim 7 Mai - 2:38
Quand Gravroche rencontre son homologue féminin
Klein Olivia - Noguchi Yosuke
  Ainsi, Yosuke n'était pas si loin que ça de la vérité quant à l’altérité de la demoiselle en noir. Il commence à se demander si elle a nommé cet alter, ce don de contrôle sur la chair. Si ça aurait été lui, il aurait certainement appelé ça la métachair, ou bien Fleshaper, qui est la contraction de "flesh" pour chair et "shaper" pour façonneur, le tout en anglais. Cependant, il n'a ni le temps de poser la question ni l'occasion de lui soumettre ces deux idées que la jeune femme renchérit avec une question.

- Sinon... Tu es étudiant ? Tu es dans un lycée en particulier ?

  La question surprend un peu le jeune homme. Il ne pensait pas qu'une telle information pourrait l'intéresser. Cependant, il ne voit aucune objection à lui répondre : elle semble digne de confiance, une fois qu'elle a quelqu'un à la bonne. Et là, le sentiment laisse penser que cela va même au-delà, de manière réciproque. Il prend une nouvelle inspiration entre deux bouchées pour répondre.

- Je suis à Yuuei, l'académie des héros. En première année.

  L’adolescent à la toison d'or ne peut s'empêcher de sentir un léger élan de fierté alors qu'il annonce son appartenance au prestigieux établissement. Il sait à quel point l'entrée y est sélective, il en connaît la réputation. Ses anciens professeurs ainsi que son tuteur n'ont jamais cessé de le lui rappeler. Cependant, il à toujours su qu'y entrer ne serait que le premier pas sur un chemin dantesque. Il mord de nouveau dans le casse-croûte, une morsure bien plus vive, plus nerveuse, trahissant quelque pensée profonde. La jeune fille près de lui semble prête à se dévoiler. Il ne va pas se faire attendre, cherchant lui aussi à mieux la connaitre.

- Et toi ? Je suppose que tu n'est pas étudiante. Tu as où vivre au moins ? Si jamais je peux aider...

  Sa dernière phrase, transpirant l'honnêteté et la compassion, est tellement cliché qu'elle pourrait passer pour un mensonge. Mais il est sincère, et déjà il voudrait tout faire pour aider la jeune femme à vivre sans avoir à voler de nouveau. Une personne avec tant de bonté, tant de profondeur. Il ne peut se résoudre à la voir sombrer dans la vilenie. Il l'aiderait financièrement s'il le pouvait. Mais il n'a lui-même pas grande fortune.

- Tu sais, une fille comme toi, ça devrait faire le bien.

 Cette dernière phrase, courte mais pleine de sens, vient du fond de son coeur. Il souhaite à présent plus que tout venir en aide à cette brebis égarée, à cette vagabonde qui vaut bien plus que ce tout le mal a à lui offrir. Il prend sa main et la serre. Assez fort pour qu'elle ressente son attachement, mais suffisamment tendrement pour ressentir sa bienveillance. C'est comme si Yosuke, comme ça au détour d'une allée, a enfin retrouvé une famille.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 10
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Dim 7 Mai - 13:15
L'étudiant ne lui réponds pas à sa question, sans doute ne trouve-t-il aucun rapport entre son alter et la télékinésie, et sans doute le fait-il savoir par un grand silence ... ou sans doute est-ce que c'est parce que des gens sont dans le coin ? Peut-être les a-t-il entendu, enfin, Olivia les aurait entendu, en tant que voleuse, elle a les sens bien plus en alerte que les autres, des sens de voleuse strictement humain bien sûr. Elle n'est pas un chien ou un chat après tout et son alter ne lui permet pas de pouvoir écouter à très longue distance. Après, il se peut qu'il veuille simplement dire qu'il ne veut pas en parler plus, elle soupire, il n'y a personne dans ses lieux ... peut-être souhaiterait-il lui faire une démonstration en privé ? Chez lui peut-être, elle aurait bien proposer de venir chez elle ... mais elle n'a pas de chez elle en fait, bon, elle a un campement depuis un moment sur le toit d'un hôtel abandonné, mais que nenni sinon, et puis, ce n'est pas le genre d'endroit qu'elle aurait proposer pour continuer à parler ... enfin bref, il est tant de parler de son éducation, elle voulait savoir s'il avait plus de chance qu'elle et qu'il avait rejoint un lycée contrairement à elle, et il semblerait que oui, et ce n'est pas n'importe quel lycée en plus : il s'agissait de Yuuei.

Yuuei, un des lycées qu'Olivia voulait, c'était même son choix numéro 1, ses autres choix étant basés sur la peinture ou la musique plutôt que l'héroïsme, un choix qu'on n'a pas respecté, comme les autres d'ailleurs. Elle y serait été pendant deux ans déjà, elle a déjà eu son brevet à ce moment-là et elle était assez débrouillarde avec son alter pour se défendre correctement pendant le test, mais l'orphelinat a préféré jeté son dossier, enfin, jeté, ils ont quand même une copie, elle le sait, histoire de caché les noms et montrer que l'orphelinat avait une fille de nom inconnu qui a réussi à avoir le brevet à 13 ans, ils en avaient honte autant qu'ils en étaient fier. Elle ira rechercher son dossier, c'est une promesse qu'elle s'est fait et qu'elle honorera. Mais à quoi est-ce que ça pourrait bien lui servir ? Bonne question, elle se dit qu'elle trouvera un moyen de l'utiliser, sans doute pour avoir quand même une école, une école de quoi ? Bonne question ... pas d'héroïsme en tout cas. Du coup, il est un héro c'est ça ? Une sorte d'apprenti héro du coup, comme ceux qu'elle a vu avant dans la rue commerciale. Enfin, il n'y en avait qu'une, une qui voulait l'aider ... mais à force de blablater a bien failli la laisser mourir à cause d'un poison qu'on lui a injecté. Elle s'en souviendra de cette héroïne au rabais ...

- J'aurai bien aimé ... mais je n'ai pas pu, enfin, on m'a plutôt empêché d'en devenir une ...

Elle se demande ce qu'elle serait devenue si elle était persuadée qu'on l'avait refusé comme les responsables de l'orphelinat lui ont dit ... pas grand chose, on l'aurait finalement chassé en la laissant pourrir jusqu'à sa majorité dans cet orphelinat qui la hait sans doute plus que tout les gens de Musutafu réuni. Finalement, elle a bien fait de partir de cet enfer tout de suite plutôt que d'attendre gentiment cinq ans avant que l'orphelinat le fasse de lui-même.

- Et ... je n'ai pas de maison ... je vis dehors et je n'ai qu'un campement sur le toit d'un hôtel abandonné ... Et c'est gentil de me proposer ton aide.

Elle était sincère et triste en disant ça, elle aurait aimé que quelqu'un l'adopte pour avoir un vrai chez-elle au lieu d'être à la rue ... enfin, si la famille la voit comme une petite fille ordinaire et pas comme un monstre ... pas comme la plupart des gens de cette ville en fait, plus comme Yosuke en fait, malheureusement, tout le monde pense qu'elle va suivre le chemin de son père ... pourtant, elle ne lui ressemble pas du tout ... et dire qu'elle l'aimait avant, la voilà maintenant en train de le détester alors que l'homme l'aimait vraiment comme sa fille ... alors que sans doute elle n'était pas voulu ... Elle sentait la main du garçon sur la sienne, sa main prenait la sienne, la serrant légèrement, elle ressentait dans cette poigne tout l'attachement qu'il a à son encontre, lui disant qu'une fille comme elle se doit de faire le bien. Pourquoi ne l'avait-elle pas rencontrer avant ? Pourquoi a-t-il fallu qu'elle souffre tant avant de retrouver une personne qui l'aime vraiment ? ... Elle se relâche, elle qui a toujours garder toutes les larmes de son corps, la voilà maintenant en train de pleurer, de pleurer très fort même. Pour la première fois, quelqu'un veut vraiment l'aider, pas pour la faire souffrir par la suite ... mais pour qu'elle vive une vie qu'elle a toujours voulu : une vie sans forcément faire le mal pour survivre. Elle vient se blottir une nouvelle fois dans les bras de Yosuke, pleurant contre son son épaule, lâchant entre deux sanglots quelques mots.

- Merci ... merci beaucoup !

_________________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yosuke Noguchi
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 111
Disponible en RP : Assez régulièrement
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 3
Année et Classe: 1-C
Alter: Spirit grasp
Sam 27 Mai - 12:51
Quand Gravroche rencontre son homologue féminin
Klein Olivia - Noguchi Yosuke
  La jeune femme éclate en sanglots sur l'épaule de l'étudiant. Un sentiment étrange envahit alors ses pensées. Une espèce de mélange de gène, de compassion, et de colère. Une colère dirigée contre personne en particulier. Contre toute chose ou personne qui pourrait être à l'origine de la situation de la jeune femme. C'est un sentiment semblable à ce qu'il à déjà ressenti auparavant à l'orphelinat, envers tous ceux qu'il considère un peu comme ses petits frères et sœurs de substitution dans cette espèce de patchwork de famille qu'est l'orphelinat d'où il vient. Cependant pour une raison qui lui échappe et pas seulement parce que les émotions se moquent littéralement de la logique dont Yosuke est si friand, le sentiment qu'il éprouve vis-à-vis d'Olivia va bien au delà. Ce n'est pas juste une sœur de substitution qu'il voit en elle, comme pour tous les autres orphelins. Elle, semble le comprendre mieux que les autres, qui eux ont toujours été un peu rebutés par sa personnalité excessivement logique. Cependant, malgré tout ça, il ne peut s'empêcher de se sentir gêné. De base, il n'est pas habitué aux contacts physiques, alors un geste aussi affectueux qui n'avait rien de logique à tendance à le mettre mal à l'aise, surtout en public.

- Mh... Si tu pleures trop, tu vas t'irriter les yeux. Et en serrant ton poing aussi fort, tu vas te faire une crampe.

 Il s'arrête un instant pour penser. Demander comme ça à une personne d'arrêter de pleurer est impoli. En tout cas c'est ce qu'il a compris des conventions sociales dans des cas incluant la tristesse ou l'affection comme variables principales. Il ne veut pas être mal vu par la fille, qui apporte à son être une touche d'humanité en le touchant au plus profond de son âme. Il réfléchit. Que font habituellement les gens pour arrêter des pleurs ? Il se remémore quelques histoires tristes qu'il ait pu lire, quelques films bidons qu'il ait pu voir, et recoupe un peu ces scènes là entre elles. Ils serrent la personne dans leurs bras, ce que Yosuke fait déjà plus ou moins, ils la rassurent, et lui offrent un mouchoir qui permet à la personne de se moucher et souvent dans le même temps de reprendre consistance. Ainsi, après avoir été immobile et presque sans vie pendant la quinzaine de secondes qui on servi à la procession de toutes ces informations, Yosuke sort de sa poche un mouchoir et le tend à la petite dont les larmes salées commençaient à humidifier le T-shirt noir du jeune homme.

- Tiens, prend ça. Ce sera plus propre et plus facile de t'y moucher que d'utiliser mes vêtements.

 Catastrophe évitée, pense-t-il fier de son geste. Il pense alors faire un pas en avant vers la compréhension des émotions sans même se rendre compte que ses propos avaient tout de même un côté incisif. Heureusement pour lui, la beauté du lieu et des jeux de lumières du coucher de soleil rendent le tout passable. Il jette un œil au spectacle, et n'attend pas avant de reposer une phrase sur la table.

- Si tu vis vraiment sur le toit d'un hôtel, tu dois être heureuse. Car contrairement à la majorité des humains qui s'endorment sous une cloison de béton, ta vue depuis ton lit n'a pour seule limite que la cloison céleste elle-même.

 Le ciel de feu laisse peu à peu place à un voile sombre, et le soleil fait place aux milliers d'autres étoiles arpentant la voie lactée et faisant de la nuit une véritable œuvre d'art. Il passe ses mains derrière sa tête, se grattant un peu la nuque. Cela le soulage un peu du sentiment de gène, et permet à Olivia de prendre un peu plus son temps. Il est assez rare pour Yosuke de vouloir autant de bien pour quelqu'un. De se laisser porter par l'absence de logique, de laisser un peu tomber le rationnel. Cela lui fait du bien. Beaucoup de bien.

 Le sentiment de gène s'estompe avec les dernières lueurs de la lumière du jour, et avec les derniers passants quittant le parc pour rejoindre leur chez eux. Pourtant il n'est pas tard, la nuit tombe juste plus tôt en cette saison. Et cela l'arrange, car du coup, il se permet de lui-même serrer un peu la fille en guenilles avant de se lever et de s'étirer. Yosuke se retourne vers Olivia. Il va bientôt devoir rentrer a Yuuei. Mais il ne veut pas que leur rencontre se finisse comme ça. Il décide de la raccompagner près de chez elle avant de retourner vers son établissement. C'était également de convention sociale que lors d'un rendez-vous, l'homme raccompagne la demoiselle chez elle avant de s'en retourner chez lui. Il n'a d'ailleurs jamais vraiment compris pourquoi. Il tend sa main à la jeune femme.

- Bon, va falloir que je rentre. Je te raccompagne chez toi avant ? C'est pas trop loin d'ici n'est-ce pas ?
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Disponible en RP : Oui
Double-compte : Akiko Aka

Fiche de Pouvoir
Grade: 10
Année et Classe: Aucune
Alter: Metachair
Dim 4 Juin - 13:21
A chaque fois qu'il parle, on sent qu'il n'a pas l'habitude des présences féminines près de lui, voire des présences humaines tout courts en fait. Il lui demandait de cesser de pleurer, enfin, pas directement, il lui disait qu'à force de pleurer, elle risque de s'irriter les yeux, et qu'elle risque d'avoir des crampes au poing à force de le serrer de la sorte. Ça peut être vrai si elle était plus âgée, mais c'est bien sûr faux, même si elle souffre de malnutrition, elle reste encore en forme - le boulot l'exige après tout -, de plus, elle n'a pleuré que de très rares fois, pas de risques de s'irriter les yeux en pleurant, surtout en aussi peu de temps. Olivia regarde donc Yosuke en éloignant la tête de son épaule, s'essuyant sur sa propre manche, il ne doit pas avoir l'habitude de servir de salle d'accoudoir pour la salle des pleurs. Finalement, il comprend que de dire aux gens d'arrêter de pleurer, ça ne se fait pas, et donc, au bout de quelques minutes de ... vide - c'est comme ça qu'elle voit en tout cas les moments où il ne dit rien et ne fait rien -, il lui temps un mouchoir pour pouvoir essuyer ses larmes et aussi se moucher, parce que faire couler les larmes fait aussi couler le nez. La voleuse s'essuie donc en lâchant un petit remerciement, puis s'essuie les yeux et les joues avant de se moucher dedans, dieu que ça lui fait du bien.

Après lui avoir donner un mouchoir pour s'essuyer les larmes et moucher son nez, Yosuke regarde le ciel, comme enchanté de voir un tel spectacle dans le ciel. Le couché de soleil signifie qu'il commence à se faire très tard, en y repensant, peut-être que, comme il est à l'académie de Yuuei, il doit bientôt rentrer, c'est bien dommage. Elle aurait aimé rester encore plus longtemps avec lui, c'est bizarre parce qu'elle se sent beaucoup lorsqu'il est à ses côtés. Enfin, c'est surtout qu'elle se sent ... moins seule ? C'est ça, moins seule, et pourtant, il y a pas mal d'orphelins, mais pas dans le cas d'Olivia. Après, lui, il a un vrai toit sous lequel dormir, même si, selon lui, Olivia devrait être heureuse de pouvoir voir un spectacle comme celui qui se trouve dans le ciel en ce moment-même, pas comme tout ceux qui s'enferme dans quatre murs de béton. Enfin, on peut le voir d'ici une fenêtre, et puis, la jeune allemande préfère avoir un toit mine de rien, et si possible ne pas dormir dessus.

- Ce n'est pas pratique lorsqu'il pleut ou qu'il neige, mais surtout pendant les orages, on a plus de chance d'attirer la foudre ... et puis, on a pleins d'oiseaux qui viennent parfois manger ce qu'on stock à manger et salir notre lieu de vie.

Elle le sait, elle le vit au quotidien, le ciel a beau être magnifique à voir depuis son lit - surtout qu'elle n'a pas de lit à proprement parlé -, ce n'est pas ça qui va lui donner à manger. Quitte à observer le ciel, autant vivre dans un observatoire, au moins, Olivia serait à l'abri des intempéries. Enfin, sans doute pense-t-il qu'elle vit une vie d'héroïne de roman, ce qui est loin d'être le cas ... Finalement, le ciel devient petit à petit de la même couleur que l'accoutrement de la voleuse, les derniers présents dans le parc sont eux-mêmes, il va falloir que l'étudiant retourne chez lui maintenant. Le blond serre donc l'allemande contre lui, puis se lève avant de s'étirer, il va donc falloir qu'ils se séparent ? Elle est un peu triste sur le coup, mais elle sait qu'il n'a pas le choix, le lycée l'impose après tout. Olivia imite donc le jeune garçon, rendant son gilet par la même occasion. Ce dernier demande quand même si Olivia n'habite pas très loin d'ici, histoire de l'accompagner avant de repartir chez lui.

- Je veux bien, et non, pas du tout, cinq à dix minutes de marche au maximum.

Elle ne mentait pas, la zone des immeubles délabrés n'est pas très loin de la rue commerciale puisqu'une de ses artères déverse directement dans cette zone. Elle prend donc la main du jeune garçon, puis lui demande de le suivre en gardant la main légèrement serrée dans sa main.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Finalement, au bout de cinq minutes de marche, ils finissent par arriver devant l'immeuble en question. Ils sont passés des bâtiments bien solides de la rue commerciale à des bâtiments de plus en plus délabrés, témoins de combat dévastateurs entre les héros et les vilains. L'immeuble dont le toit sert de campement n'échappe pas à la règle, il s'agissait d'un combat auquel participait un héros maîtrisant les flammes et un vilain pouvant relâcher des gaz, le résultat est explosif. Plusieurs victimes civils sur le coup, que des blessées heureusement, une seule personne est morte suite à une crise cardiaque lorsqu'elle a entendu l'explosion. L'immeuble a donc été incendiés, mais la pluie a éteint les ravages causés par l'explosion du gaz, mais le bâtiment a été très fragilisé, des fissures sont apparus sur tout les murs, il tient par dieu sait quel miracle. La pluie a rendu la flore très florissante, sans doute est-ce une plante en particulier laisser ici par un héros quelconque pour éviter que le bâtiment s'écroule.

Maintenant, c'est au-dessus du sixième étage que vit Olivia, personne ne vient lui rendre compagnie dans un immeuble aussi brisé et fragile.

- C'est ici que j'habite, tout en haut.

_________________
Thème:
 


Combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Quand la sadique voulait s'envoler.
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Rue Commerçante-
Sauter vers:


bouton partenariat