Un élève des plus indiscipliné (ft. Eirin Hirano)

 :: Musutafu :: U.A. - L'école des héros :: Entrée Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Toujours
Mar 25 Avr - 15:09
Courage ! La journée est bientôt fini ! J'ai cru qu'elle ne finirait jamais. J'aime bien les cours de sciences mais ceux-là m'ont tué, trop de bio. Je m'affale sur mon banc les deux bras croisés pour faire coussin et regarda par-dessus mon bras notre professeur principal qui était aussi notre professeur de sciences. Une femme du nom complet d'Eirin Dolce Hirano, une héroine avec plus dans le cerveau que dans les muscles. De ce que j'ai pu apprendre à propos d'elle, elle vient d'une famille bourgeoise en italie, elle a 23 ans et mesure 1m67. Un peu petite pour être prof selon moi. Elle a de longs cheveux bruns qui ont l'air d'être très doux avec des pupilles mauves, ce qui est toujours mieux que les miennes qui sont rouges.

Au bout d'un petit moment, je m'endors doucement sur mes bras chitineux n'ayant pas assez dormit ces derniers jours. Cinq minutes plus tard, la sonnerie me réveille en sursaut avec ma feuille collée à mon front. Bien sûr tout le monde en classe se moque de moi mais j'ignore simplement les moqueries et range doucement mes affaires. J'avais décidé qu'exceptionnellement je ne ferais pas de sport aujourd'hui même si je garde mes poids aux poignets, à la taille et aux chevilles. Je profite donc de mon temps pour regarder ce que j'ai manqué avant de ranger mes affaires. Pendant ce petit moment, deux élèves viennent me parler pour faire plus ample connaissance avec moi, le fameux homme araignée, en très peu de temps je m'étais fait une petite réputation dans l'école. Pas de quoi faire rougir les autres mais assez pour que tout le monde parle bas en me regardant. J'ai toujours eu une mauvaise réputation où que j'aille, il n'y avait aucune raison que cela change dans une école de héros. Mon allure de costaud au corps fin, ma peau au teint pale, mes cheveux blancs et mes quatre yeux rouges ne m'aidaient pas beaucoup pour avoir une bonne réputation.

En rangeant mes affaires pendant que j'ignorais les deux autres, je retrouvai une feuille. Je l'avais déjà vu et elle était quasiment toujours la même. Une feuille avec une remarque sur mon caractère et/ou mon comportement déplorable que je devais faire signer à mes parents, un membre de ma famille ou la personne responsable de moi. Comme les autres, ils allaient finir à la poubelle. Je n'ai personne pour s'occuper de moi, je vis seul et je fais très bien avec, ça me demande juste un peu plus de travaille. Je dois me faire les courses, la cuisine et le ménage. Certes je n'ai pas beaucoup de temps avec mes études et mes entrainements mais je fais avec, j'ai toujours fait comme cela et ce n'est pas demain la veille que je demanderais de l'aide.

Je finis donc de plier mes affaires et laisse les deux autres en tête à tête. Je passe à travers la foule d'élève toujours dans les couloirs en bousculant quelqu'un au passage. Une fois le portail passé, quelqu'un m'intercepta. Bon sang mais laissez-moi seul ! J'allume mon collier et dis d'une voix forte.


- Vous pouvez me lâcher ! Bon sang !

En me retournant, je me trouvai face à face avec mademoiselle Eirin. Complètement surpris par le fait qu'elle m'ait suivi jusqu'ici et surtout du fait que je viens d'élever la voix sur un professeur, je commence à rougir ce qui donne un merveilleux contraste sur ma peau.

- Oh ! Pardon, mademoiselle Eirin. Je ne savais pas que c'était vous. Est ce que je peux faire pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Eirin Hirano
Professeur de sciences
avatar
Messages : 41
Disponible en RP : Toujours disponible
Mar 25 Avr - 16:24

Un élève des plus indisciplinés

ft. Jekan Musendai
677 mots

Le dernier cours de la journée avec ma classe principale est assez pénible, même si je ne l'admettrais jamais à mes collègues, à cause de ma fichue fierté italienne.
Cela faisait déjà pas mal de temps qu'une partie de mes élèves faisait parler d'eux, avec des termes très mitigés et après avoir parlé à deux trois élèves, je me suis rendu compte que c'était plus problématique que ce que je pouvais penser.
Entre les élèves introvertis qui ne parlent à personne et les autres indisciplinés, ou même parfois les deux en même temps, pas mal d'apprentis-héros de ma classe sont concernés et je n'en avais pas du tout conscience...

J'ai beau tourner et retourner la question dans tous les sens, le fait est que c'est la première fois que je suis professeur principal et ça se fait dans une école dont j'ai encore certaines lacunes inavouées, concernant son fonctionnement.
Cependant, je ne dois pas paniquer ou me laisser abattre par ce genre de situation. Je dois faire comme d'habitude: agir avec patience et méthode et utiliser mes quelques notions de psychologie, afin de pouvoir parler à chacun des élèves, afin de trouver une solution à l'ensemble de leurs problèmes.

En cette fin de journée, je trouve le nouvel élève à aider, en la personne de monsieur Musendai, tellement attentif à mon cours qu'il en dort tout du long...
J'imagine que bon nombre de professeurs aurait depuis longtemps réveillé abruptement le jeune homme, l'exposant aux potentielles moqueries de camarades et la possible gêne de se faire prendre la main dans le sac, en public, amenant cet élève à se braquer et à compliquer les problèmes d'avantage.
Pour ma part, je suis partisane d'attendre la fin des cours, pour remédier à la situation.

À la sonnerie de fin des cours, je souhaite une bonne journée aux élèves, rangeant mes fiches un peu plus vite que d'habitude, avant de faire mon petit "rituel" habituel, et de partir de la classe, me dirigeant vers le portail.
J'attends un moment que monsieur Musendai passe le portail, pour m'avancer dans son dos, tapotant doucement son épaule, m'apprêtant à lui parler... lorsqu'il m'interpelle brutalement, d'une voix très forte, qui me fait sursauter.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce jeune homme fait plus âgé que 16 ans, au vu de sa carrure. je dois limite lever la tête pour le regarder dans les yeux.
J'avais pas mal de retours le concernant et il y avait bon nombre de problèmes comportementaux, qui venaient aussi bien des élèves que des professeurs.

Néanmoins, avec mon éternel doux sourire, je sors une poignée de feuilles de ma sacoche, la tendant à mon élève:

-Ce n'est rien, monsieur Musendai, même si je pense que c'est une bien étrange façon de s'adresser aux gens.
Tenez, voilà le cours d'aujourd'hui. Tâchez de le relire au moins deux fois et retenez bien les points importants, car vous serez interrogés demain, avec vos trois autres camarades dormeurs.


Oui, voilà une de mes petites manies. Pendant le cours, j'observe les élèves peu attentifs, avant de leur donner le cours de la journée, photocopié au préalable une dizaine de fois, en leur promettant une interrogation surprise le lendemain.
C'est une manière de leur dire que je fais attention à eux, tout en leur montrant que dormir à mes cours est loin d'être une solution.
Maintenant, c'est aussi l'occasion d'ouvrir le dialogue avec monsieur Musendai:

-Après, si vous voulez faire quelque chose pour moi, pourriez-vous donc m'accorder un peu de votre temps, le temps que l'on parle un peu de vous?
Ce serait la moindre des choses, pour me remercier de l'aide que je vous offre, n'est-ce-pas?


Je continue à sourire à monsieur Musendai, tout en pensant déjà aux questions que je pourrais lui poser, pour tâcher de régler les problèmes l'entourant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Toujours
Mar 25 Avr - 18:21
Le moins que je puisse dire est que j'étais étonné par la réaction calme de mademoiselle Eirin. J'avais plutôt l'habitude de me faire engueuler quand je dormais pendant les cours. Elle me tendit les feuilles du cours, j'avais un peu dormi sur la fin du cours mais il n'y avait pas besoin d'être aussi généreux ni aussi attentionné. +1 pour mademoiselle Eirin sur mon tableau interne des professeurs sympathiques. Je prends donc la poignée de feuilles et la glisse dans mon sac en cuir. Une fois ma main dans mon sac, toujours en écoutant ce qu'avait à dire mademoiselle Eirin, je m'immobilisai.

*Un test ?! Demain ?! NON, BON SANG ! MOI JE VOULAIS DORMIR*

Je rugissais de l'intérieur. Pourquoi le jour où je décide de placer tout de côté pour m'offrir un bon moment de repos, elle rajoute une interrogation pour le lendemain ? Déjà que je me casse le cul pour que mes points suivent et que je ne tombe pas en échec et pour cela j'étudie très tard le soir après mon entrainement. À croire que seule la malchance pouvait me tomber dessus. De toute ma vie, je n'ai jamais croisé un gars plus malchanceux que moi, à croire que c'était une entité divine qui me voulait du mal.

Une fois que mon corps s'était remis en marche, je laissais un petit moment pour que mes oreilles transmettent les informations enregistrées à mon cerveau. Mademoiselle Eirin semblait vouloir me parler de mes problèmes et me propose un marché... une prof qui marchande... Elle est incroyable. Elle manipule les autres avec tellement de facilité et de sympathie. Elle me rend un simple service et veut que j'accepte son aide en retour. Elle donnait et redonnait à condition que j'accepte parce qu'elle m'avait donné un truc. C'est comme si on t'offrait un cadeau et qu'on te tendait un autre cadeau en te disant d'accepter celui-ci car on lui avait déjà offert un cadeau.

Cette étrange façon de penser me fit un peu rire et sourire , ce que je n'avais plus fait depuis longtemps. Je ne suis pas sans émotion mais j'évite de les montrer la plupart du temps. Cette femme était quand même fantastique. Elle était doué, talentueuse et en plus elle avait une logique implacable. Il n'y avait pas d'autre façon de le dire, c'était certainement une de meilleure prof que j'ai vue de ma vie. Et elle avait toujours le sourire aux lèvres, elle m'étonnait de plus en plus. Je m'apprêtais à répondre quand je remarquai des nuages noirs qui commençaient à se former au-dessus de nos têtes.


- Ce serait avec plaisir mais on devrait d'abord trouvé un endroit à l'abri, il ne va pas tarder à pleuvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Eirin Hirano
Professeur de sciences
avatar
Messages : 41
Disponible en RP : Toujours disponible
Mar 25 Avr - 22:07

Un élève des plus indisciplinés

ft. Jekan Musendai
285 mots

Je m'attendais à une réaction de la part de monsieur Musendai et le simple fait de le voir s'immobiliser, suite à mes propos, en dit long sur ses pensées.
J'admets que c'est un sacré coup bas de ma part, mais, je ne peux pas non plus passer outre le fait qu'il s’intéresse aussi peu à mes cours.

Néanmoins, cela me soulage de le voir sourire et rire. J'ignore ce à quoi il pensait, mais ça au moins le mérite de le faire se dérider un peu.

Croisant les bras, je souris de nouveau à mon élève:

-Ça fait plaisir de voir un sourire sur le visage d'un élève. C'est très rare, surtout de votre part, monsieur Musendai, ce que j'apprécie tout autant.
Et détendez-vous, par rapport à cette histoire d'interrogation surprise. Il n'en sera pas question demain, mais ce n'est pas une raison pour ne pas travailler sur vos cours, d'accord?
J'ai bien conscience que cela fait beaucoup, avec vos entraînements de héros, mais il ne faut négliger pour autant tous les aspects de l'éducation de héros, théorique comme pratique.


L'idée de la prétendue interrogation surprise était faite pour faire réagir mon interlocuteur et pas pour être "méchante" gratuitement. Et puis, au moins, j'ai pu capter son attention, concernant notre conversation.
Suite à la réflexion de mon élève et après avoir levé les yeux au ciel, je constate effectivement que le temps tourne à l'orage:

-Cela me va tout à fait. Il vaut mieux que nous soyons le plus à l'aise possible, parce que nous avons beaucoup à discuter.
Montrez moi le chemin, je vous suis.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Toujours
Sam 29 Avr - 22:06
Je suis vraiment stupide moi ! Évidemment que l'interrogation surprise était une plaisanterie pour me faire étudier ce soir. Bon je dis cela mais je suis tombé dans le panneau comme un vrai idiot et elle l'a remarqué. Après, je sais que la théoreie est aussi important que la pratique mais j'ai une vie plus que chargée moi.

Wait a minute !? Montrez moi le chemin..?

Ooooh... Elle veut venir chez moi pour discuter, par chance j'allais pas vers la salle de sport. J'ai de la chance d'avoir fait le ménage hier et je pense encore avoir du thé vert, en espérant que ça lui plaise. Par contre pour grignoter je n'ai rien. Mais je me demande bien comment elle va réagir à ma maison. Elle n'était pas grande et impressionnante et je galère à la maintenir dans un état correct.

Je commençais à sentir des gouttes me tomber dessus. J'ouvris mon sac et tendis un parapluie à mademoiselle Eirin puis plaça mon sac en cuir au-dessus de ma tête pour me couvrir. Ma petite maison n'était pas très loin et on devrait y arriver en moins de 25 minutes en marchant et 10 en courant, mais la pluie commençait déjà à nous tomber  dessus. Je fis un signe à mon professeur pour lui demander de me suivre jusque chez moi. Mais elle refusa et fit apparaître une forme au dessus d'elle pour se protéger. Je garde donc le parapluie pour moi.

Au bout de 20 minutes, la pluie se faisait assez forte et je pressais le pas pour rentrer chez moi le plus vite possible, en espérant que mademoiselle Eirin me suivait. Heureusement qu'elle avait son alter, au moins elle ne risquait pas d'attraper froid mais si elle a refusé mon parapluie. Je n'aime pas m'occuper des autres mais je refuse que des malheurs leur arrivent par ma faute. C'était un peu ce côté protecteur qui m'a poussé à devenir héros. J'ai les capacités d'aider les autres et je suis assez fort pour le faire, alors pour quoi je ne le fairais pas. D'autres abandonneraient et ne feraient rien pour qu'ils puissent protéger leur proche et leur vie, mais moi je n'ai plus rien à perdre alors je n'hésiterais pas une seconde et risquerais ma vie pour sauver les autres.

On arriva à ma maison. Ma modeste et petite maison, j'ai réussi à l'obtenir pour un rien. Elle n'a aucun étage et que quatre pièces, ce qui me suffit amplement: une chambre, une pièce qui servait de chambre pour les invités mais que je n'utilise jamais donc je l'utilise pour ranger différente choses, une douche et la pièce principale (salon/cuisine) qui était directement reliée à l'entrée. Les murs étaient en bois sans aucune couleur mais je n'avais pas forcément besoin de rendre ma maison plus jolie ou plus intéressante, je la préférais comme elle était, simple et naturelle.

Grâce au parapluie, j'étais plus ou moins sec, si je ne prend pas en compte les chaussures entièrement tremper. J'ouvris ma porte pour laisser mademoiselle rentrée à l'intérieur. Une fois l'intérieur, je secoue doucement ma tête pour enlever les quelques gouttes l'eau accumulée entre mes cheveux puis j'enlève mes chaussures. Une fois debout, je la guidai vers le salon. Celui-ci était assez vide et n'avait qu'une table basse avec un tapis en dessous, un radiateur et un petit meuble en bois.


- Vous pouvez vous asseoir près de la table, je fais deux trois trucs, puis vous pourrez me poser toutes les questions que vous voudrez.

Je commençai donc mon petit rituel. Je fis trois pas pour allumer le petit chauffage, j'enlevai la batterie de mon collier pour la charger, puis la remplaça avec une autre que j'avais fait charger à l'avance. Je partis vers la chambre d'amis et fouillai pour retrouver une épaisse couverture. Je la déposai à côté de mademoiselle Eirin.

- Tenez, si vous avez froid. Je vous apporte tout de suite du thé.

Je marchai vers la cuisine et commençai à faire le thé. Je pris de l'eau et la fis chauffer dans une bouilloire. J'attendis que l'eau soit à ébullition. En attendant pour un peu m'occuper je m'assis devant mademoiselle Eirin de l'autre côté de la table. La pluie qui frappait la vitre créait une petite symphonie qui allait accompagner notre discussion.

- Alors qu'elles sont vos questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Eirin Hirano
Professeur de sciences
avatar
Messages : 41
Disponible en RP : Toujours disponible
Dim 30 Avr - 0:19

Un élève des plus indisciplinés

ft. Jekan Musendai
459 mots

Monsieur Musendai semble hésiter quelques instants,ou réfléchir peut-être à ma proposition.
Rien ne l'oblige à répondre par la positive à ma requête. Nous sommes, après tout, sortis de l'enceinte de l'école et les cours sont officiellement terminés. Le problème, c'est que je voudrais fournir un cadre plus "détendu" à notre conversation, plutôt que de courir le risque de faire se braquer mon interlocuteur, avec l'environnement scolaire qu'il côtoie à longueur de journée.

Cependant, lorsque mon élève me tend un parapluie, suite aux premières gouttes de pluie, je secoue doucement la tête, en claquant des doigts rapidement, matérialisant des formes géométriques psychiques, que j'assemble, afin de former un parapluie.
C'est déjà bien que monsieur Musendai accède à ma requête, alors je ne vais pas abuser d’avantage de sa gentillesse. Néanmoins, je note le fait qu'il semble plus poli que puissent laisser paraître les quelques propos que j'ai entendu à son encontre.

La route jusqu'au lieu cherché par mon élève se fait assez longue, avec pas moins de vingt minutes de marche. La pluie n'a fait que s'intensifier, au fil des minutes et je m'estime bien heureuse d'avoir mon Alter pour compenser la maladresse de ne pas avoir pris la précaution de prendre un parapluie.
Finalement, monsieur Musendai me fait rentrer dans un appartement que je peux identifier comme étant le sien, si je me rappelle bien de l'adresse vue sur son dossier.
Je laisse mon élève vaquer à ses occupations, pendant que je reste debout au milieu de la pièce, observant un peu l'aménagement et l'appartement en soi.
Mine de rien, son appartement est deux fois plus grand que mon studio, en terme de surface, si je me base sur les quelques pièces que je peux apercevoir.
J'observe monsieur Musendai manipuler le collier autour de son cou. Son dossier parlait aussi de cet outil lui permettant de parler...

Je vais pour m'asseoir à la place désignée par mon élève, posant ma sacoche à mes cotés, attendant tranquillement que le jeune homme vienne s'installer, me demandant l'objet de notre entretien.

Je m'éclaircis doucement la gorge:

-Eh bien, actuellement, je suis en train d'effectuer une série d'entretiens avec mes élèves, afin que chacun me dise son ressenti, concernant la classe 1-C, mais aussi l'école, de manière générale.
Cette fois-ci, ce sera donc à votre tour. Donc, je vais commencer par vous poser deux questions:
Comment se passe le début de votre première année à l'U.A?
Si vous avez des difficultés, que ce soit au niveau de l'intégration ou encore des cours, accepteriez-vous de m'en faire part, afin que nous trouvions des solutions?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Toujours
Lun 1 Mai - 12:06
Bien sûr, il fallait s'attendre à ce qu'elle pose ces quastion-làs. Heureusement que sur le trajet, j'ai pensé à ce que j'allais dire sur le trajet, c'était assez difficile de l'admettre mais j'avais effectivement plusieurs difficultés.

Premièrement: j'ai des difficultés scolaires, j'ai jamais été très bon en classe et je suis obligé d'étudier très tard le soir pour garder des points corrects. Personne ne m'obligeait à faire de mon maximum et d'avoir d'excellent point mais c'était un objectif que je m'étais fixée personnellement. Je ne dois pas être le meilleur mais je dois être parmi les meilleurs, c'est assez arrogant de dire cela mais je devais faire. Pas pour une gloire personnelle, pas pour une vengeance, pas pour l'honneur et le reste mais pour une promesse que j'ai faite il y a longtemps à quelqu'un. Je n'avais aucune chance d'être le plus grand des héros mais je devais être plus fort, assez fort pour sauver les autres et être fier de moi.

Deuxièmement: j'ai eu plus d'un problème dans ma vie, déjà petit j'ai eu une très sale réputation en Amérique. Au fur et à mesure cette renommée a fini par disparaitre. Je ne sais pas si l'agence des héros a eu vent de cela mais il fallait espéré que non car sinon je peux dire adieu à mon futur travail de héros. Il n'allait pas accepter un héros d'être le fameux "tueur albinos".

Troisièmement: je vais pas mentir, je ne m'entends avec personne de la classe, je prends pas le temps de leur parler alors qu'eux essaye mais la plupart du temps ça finit en dispute voire baston. J'ai déjà eu le coup d'Akatatsu, il a essayé de parler avec moi et je ne lui ai rien dit, il a prit la mèche ce qui a fini sur dispute rapidement calmer par les professeurs. Avec les autres ça c'est un peu mieux passer, enfin... façon de parler. Soit il venait et je les ignorais, soit il ne venait juste pas, ce qui m'arrangeait en soi. Je sais que la coopération est un des mots d'ordre chez les héros mais je ne suis vraiment pas du genre à "m'amuser" avec les autres.

Je pris donc une petite inspiration.


- Mon début d'année ce passe très bien, j'ai de bon point, les autres élèves de la 1-C sont gentils avec moi, j'essaye de faire mon maximum pour rester dans la moyenne et je n'ai pas encore trop de problèmes à part avec mon comportement.

Oui... ce que j'ai dit était vrai. Par rapport aux autres écoles où j'ai été ce début d'année se passe très bien, j'ai effectivement de bon point, les autres sont gentils, je fais mon maximum pour rester proche du top et mon comportement me fait défaut. Ce n'était pas vraiment un mensonge, je n'ai fait que montrer une vérité n'ayant aucun rapport avec mes vrais problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Eirin Hirano
Professeur de sciences
avatar
Messages : 41
Disponible en RP : Toujours disponible
Lun 1 Mai - 15:40

Un élève des plus indisciplinés

ft. Jekan Musendai
350 mots

Je laisse le temps à monsieur Musendai de réfléchir et sa réponse me laisse un tantinet perplexe...
D'un coté, il dit que tout va très bien et de l'autre, il parle bien de ses problèmes comportementaux et du fait qu'il fasse beaucoup d'efforts pour rester dans la moyenne.

Je réfléchis un moment, avant de croiser les mains sur sa table, le regardant droit dans les yeux:

-Monsieur Musendai, j'espère que vous comprenez que je ne suis pas là pour vous gronder ou vous reprocher quoique ce soit.
Si je suis venue jusqu'ici, avec ces questions précises en tête, c'est que vos autres professeurs m'ont fait part de certains "problèmes", même si je n'aime pas prononcer ce mot.
Après, comme je vous l'ai dis, vous n'êtes pas le seul concerné par ces entretiens et chacun de vos camarades sont concernés et ont droits aux mêmes questions. Ils sont donc tout autant concernés par ces fameux "problèmes" dont me parlent les autres professeurs.
Après, si vous me dites que tout va bien, je serais prête à vous croire sur parole, parce que je préférerais encore que ma classe soit dans les meilleures conditions possibles, afin de réaliser leurs rêves. C'est bien pour ça que je veux donner mon maximum, quitte à faire grincer des dents à certains élèves, en paraissant trop intrusive dans leurs vies ou qu’ils estiment que je me mêle de ce qui ne me regarde pas, ce qui serait faux, dans les grandes largeurs.


Je soupire doucement. Je dois admettre que, sur le coup, je ne savais pas comment réagir, face aux déclarations de mon jeune élève, qui ne semblaient pas tellement correspondre à ce que j'avais pu entendre, ou encore déduire, en lisant son dossier.
C'est bien pour ça que je suis partie dans tous les sens, avec cette tirade. Mais, j'espère qu'il aura saisi le sens général de mes paroles: il n'est pas tout seul et il pourra toujours compter sur moi,
le reste du corps enseignant et ses camarades.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Toujours
Lun 1 Mai - 17:45
Non, mais... j'avais beau écouter ce qu'elle avait à me dire ça ne m'avançait à rien, n'avait pas t'elle compris. JE N'AI BESOIN DE PERSONNE. Sans m'en rendre compte, je l'ai crié cela de toute mes forces et je m'étais relevé en claquant mes phalanges sur la table. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que j'ai réagi de cette manière si infantile ? J'ai démarré au quart de tour sans raison comme si je venais de me rendre compte de quelque chose.

Je me retrouvais donc devant mademoiselle Eirin, le cœur qui battait à la vitesse de mon souffle, mes yeux rouges envenimer de sang, les dents serrées au point de se briser. Cette situation était des plus inconfortables, je détestais ce que je venais de faire. Je déteste mes réactions, je me déteste juste. Je me releva rapidement ouvrit mon frigo et prit une bière avant de m'assoir de manière brutale devant Eirin. Je décapsulai rapidement ma bière et bu rapidement la moitié avant de dire d'un ton sec.


- Est-ce que vous savez seulement ce que j'ai vécu ? Non, bien sur. J'ai tout fait pour cacher ce que j'ai vécu. Je n'ai jamais connu mes parents et j'ai vécu dans un orphelinat. Un jour ce put*** d'orphelinat a brulé, on croyait d'abord que c'était incident. Ce fameux "INCIDENT" est rapidement devenue un acte volontaire et vous savez qui était le responsable ?! UN SALE GAMIN EXECRABLE QUI N'ETAIT PAS PRESENT AU MOMENT DE L'INCENDIE. ET CE GAMIN N'AVAIT QUE 8 ANS.

Je bu rapidement le reste de ma bière avant de lancer la canette avec force contre un mur.

-Ce gamin, pour les reporter, avait la parfaite gueule du responsable et était une mine d'or, cheveux blancs, yeux rouges, rien que sa sale gueule était une raison valable de l'accusé. OUI ! Il y avait des preuves qui montraient que c'était un coup monter, prévu à l'avance. Aucune de ces foutues preuves de  merde ne pouvaient m'accuser mais aucune ne pouvaient me pardonner.  Et à votre avis que va suivre le citoyen normal, l'info qui pardonne sans trop faire de problème ou celui qui est croustillant et très intéressant. CAR OUI ! Dire qu'un enfant était le responsable d'un incendie, tout le monde voulait le savoir.


Je baissai la tête en la tenant entre mes mains pendant que ma voix descendait et tremblait de plus en plus.

- J'ai sauté d'orphelinat en orphelinat, mais peu importe où j'allais et où on plaçait les gens autour de moi me maltraitait, m'insultait me frappait. J'AI MEME ETE DANS UNE FAMILLE D'ACCUEIL OU JE N'ETAIS QUE POUR EUX UNE BETE DE FOIRE QU'ILS MONTRAIENT A TOUT LE MONDE ! On m'enfermait dans les garages, on me crachait dessus, on me battait, on me nourrissait mal voir même pas.

Je commençais à reprendre mon souffle la tête toujours baisser.

Bien sûr au bout d'un moment, je me suis enfui. Je n'avais que 11 ans à ce moment-là. J'ai longtemps erré dans les rues. On me craignait, les autres avaient peur de moi. Rien qu'avec mes cheveux blanc les caïds savaient qu'ils avaient à faire au fameux "Tueur albinos", à "L'enfant fou", au "Psychopathe blanc". On me craignait alors que je faisais que fuir. Et c'est un peu plus tard que...

Une boule dans la gorge m'empêchait de parler et des larmes commençaient à venir sur le bord de mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Eirin Hirano
Professeur de sciences
avatar
Messages : 41
Disponible en RP : Toujours disponible
Mar 2 Mai - 23:02

Un élève des plus indisciplinés

ft. Jekan Musendai
549 mots

Je sursaute, suite au cri de mon élève, avant de me raviser, l'écoutant attentivement raconter une partie de son histoire...
Je n'avais absolument aucune idée de son histoire, absente de son dossier scolaire...

Je peux comprendre pourquoi il refuse de se sociabiliser, mais... Ça ne peut pas marcher comme ça!

Je me lève brusquement, en claquant violemment les paumes de mes mains sur la table basse:

-ET VOUS GARDEZ TOUT ÇA POUR VOUS!?!

La douleur sourde dans mes mains me fait frémir quelque temps, mais je choisis de l'ignorer, ma fureur envers monsieur Musendai étant plus forte que la douleur...
S'il y a bien une chose que je ne supporte pas, mais alors pas du tout, c'est les gens qui s’apitoient sur leurs sorts, sans vouloir envisager, ne serait-ce qu'une seconde, que des gens biens pourraient les aider, à commencer par eux-mêmes, s'ils savaient s'ouvrir aux autres, en allant au-delà de leur douleur.

-Vous vous rendez compte, monsieur Musendai, qu'en vidant votre sac devant moi, à cet instant, vous pouvez vous sentir soulagés de partager votre souffrance avec quelqu'un, au lieu de tout garder pour vous, au risque d'exploser, comme vous venez de le faire il y a deux secondes, avec moi!
Aussi, en restant dans votre coin, à cultiver votre peur des gens, vous entrez dans un cercle vicieux! Plus vous resterez à l'écart du groupe, plus vous aurez des accès de colère et de violence, qui vous empêcheront de réaliser vos rêves, tout en vous isolant d'avantage!


M'interrompant brusquement, reprenant ma respiration quelque temps, je m'affale par terre, remarquant les larmes de mon interlocuteur.
Je sors de suite un mouchoir en tissu de ma sacoche, le tendant à mon élève, reprenant la conversation d'une voix plus douce:

-Monsieur Musendai, vous avez 16 ans et vous entamez une nouvelle vie, à l'U.A, avec des nouveaux professeurs, des nouveaux camarades.
C'est l'occasion de tout remettre à zéro et d'enterrer votre passé, aussi terrible soit-il.
Je ne peux pas vraiment comprendre la totalité des sentiments qui vous traversent en ce moment et ce depuis votre prime jeunesse, mais je suis certaine d'une chose: c'est que vous feriez trop plaisir à ces sombres idiots qui vous ont rabaissés des années durant, juste pour rehausser leur quotidien. En vous isolant comme ça, vous échouerez dans votre entreprise de héros, votre vie sociale et votre avenir.
Vous êtes intelligent, Monsieur Musendai. Vous savez être calmes et sérieux, ce qui n'est pas le cas de certains de vos camarades.
Vous avez les compétences pour devenir un héros, mais vous êtes bloqués par votre passé et vous continuez à vous enfoncer dans la solitude et vous passerez à coté de l'occasion de rompre avec le passé et de vous consacrer au présent et à l'avenir, votre avenir.
Alors, monsieur Musendai, j'ai une dernière question: allez-vous vous laisser dicter votre conduite par un passé, pourri par de sombres idiots qui n'ont rien à vous dire sur comment vivre votre vie; ou allez-vous prendre votre vie en main, avec l'aide de gens qui veulent vous aider, afin de réaliser vos rêves et de prendre le contrôle de votre vie?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Kaynan, Élève d'Émeraude
» • Une nouvelle Rentrée, Une nouvelle élève. || Validée.
» Je suis un petit scrout indiscipliné | Ted
» Hitori Yamâme, un élève turbulent à Beolan
» Quand l'élève dépasse le maître

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: U.A. - L'école des héros :: Entrée-
Sauter vers:


bouton partenariat