AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Noguchi Yosuke - Présentation 2.0

 :: Présentations en cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
En ligne Yosuke Noguchi
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 108
Disponible en RP : Assez régulièrement
Double-compte : Non
Mer 3 Mai - 13:22
NOGUCHI Yosuke
  Résumé
Nom: Noguchi
Prénom : Yosuke
Âge : 15 ans
Nationalité : Japonaise
Alter : Spirit Grasp
Motivations :
Yosuke souhaite rentrer à Yuuei par désir de mettre ses talents à l'épreuve de la meilleure école d'héroïsme du Japon. Grace a Yuuei, Il espère devenir un héros capable d'empêcher la nature et les vilains de faire plus d'orphelins. Le tout, un peu par compassion, beaucoup pour le challenge.
Altérité
Fiche de recensement officiel d’altérité

Nom et prénom : Noguchi Yosuke
Âge : 15 ans Sexe : Masculin
Nom et prénom du tuteur légal* : Nakamoto Heihachi

Nom souhaité pour l'altérité : Spirit grasp
Type : Activation

Description : L'utilisateur est capable de faire preuve de télékinésie. Il peut saisir et déplacer des objets par la pensée. La difficulté de l'exercice, ainsi que la concentration requise, est proportionnelle à la masse de l'objet déplacé.
D'après les observations, la portée effective est d'environ trente mètres, au-delà desquels l'utilisateur perd toute influence sur sa cible.
Les perspectives d'évolution estimées sont une augmentation de la distance effective, une augmentation de la masse transportable, ainsi qu'éventuellement un accroissement de la quantité d'objets manipulés à la fois.

NB : un des examinateurs a estimé qu'avec une maîtrise plus poussée, l'utilisateur pourrait être amené à pouvoir attirer des objets à lui comme on utiliserait un grappin. Cela n'est cependant que pure spéculation de sa part.

*si l'utilisateur recensé est mineur
Physiquement parlant
  Vous nous avez demandé un rapport de la visite médicale de l'étudiant Noguchi Yosuke, ainsi que demandé une description précise, n'est-ce pas ? Allons-y alors, étape par étape.

  Noguchi Yosuke, 15 ans, étudiant en filière héroïque à Yuuei. Il est de taille moyenne, quoi que plutôt grand pour son âge du haut de son mètre soixante-seize. Il paraît assez fin et élancé, pourtant son poids de soixante-dix kilos laisse supposer qu'il cache du muscle sous ses vêtements. Cela se confirme une fois le sujet torse nu : sa masse musculaire est plutôt développée pour un enfant de son âge. Il semble tenir une forme au-dessus de la moyenne sans pour autant faire montre de quelque particularité physique que ce soit. Aucune mutation, aucun signe d'altération surhumaine des capacités physiques.

  Parlons maintenant un peu de son visage, afin que vous puissiez le reconnaître. Il est ovale, tel un ballon de rugby. Son menton fin et sa peau, lisse et blanche, ne laissent pas penser que l'enfant a eu un passé difficile. Cela ajoute à la finesse de son visage, légèrement efféminé sans pour autant être androgyne. Son nez, fin et pointu, se relève légèrement vers le haut. L'arête n'est ni brisée ni déformée. Ses yeux n'ont pas les caractéristiques des gens de l'est bien qu'il porte un nom japonais. Ils sont d'une couleur verte rappelant l'émeraude, ils ressortent à merveille grâce à sa chevelure blonde, souvent coiffée en bataille pour peu qu'elle soit coiffée. Bien que sa nationalité japonaise soit marquée noir sur blanc sur ses papiers, on jurerait que le jeune homme a des origines irlandaises. Ses oreilles, parfaitement équilibrées au niveau de leur taille et de leur proéminence, sont ornées de divers piercings souvent de couleur noire.

  En ce qui concerne son accoutrement au quotidien, quand il ne porte ni uniforme scolaire ni costume super-héroïque, le jeune Noguchi habille très souvent le haut de son corps de t-shirts au col en V, privilégiant au plus souvent la couleur noire, c'est d'ailleurs parce que cette couleur l'amincit que sa musculature est souvent une surprise. En ce qui concerne ses bas, il opte souvent pour des treillis, s’agissant de treillis à couleur unie ou à motifs camouflage. Il ne se sépare que rarement de sa veste en cuir marron, ornée d'une capuche doublée en tissu noir. Il a une nette préférence pour les vêtements où il se sent à l'aise, n'allant chercher ni trop serré ni trop ample.

  Son costume de super héros est un grand imper noir à capuche, ainsi qu'un chapeau de cowboy de même couleur. Sous cet imper, il porte une combinaison de protection en kevlar. Il a dans ses poches des poings américains, d'un taser, de même qu'une dague et un boken accrochés à sa ceinture, de manière à pouvoir se défendre de manière efficace. Son but est de passer inaperçu, dans la foule comme dans l'obscurité, de fournir informations tactiques, ainsi que de porter des frappes chirurgicales au sein même des défenses ennemies. Il se positionne donc principalement en tant qu'espion ou en tant que pisteur.
Rapport psychologique
  Le jeune Noguchi n'est pas aussi mystérieux qu'il n'en à l'air. En tant que psychologue, le dédale que représente son esprit n'a plus de secret pour moi. Le gamin est déjà très mûr et réfléchi pour son âge. Parfois, on a l'impression de parler à un homme de plus de vingt ans qui manquerait un peu d'expérience. C'est principalement dû à son passé d'orphelin, au fait qu'il n'a toujours pu compter que sur lui-même.


  Il a cependant un problème de taille : son fil de pensée. C'est la principale barrière qui l'a toujours empêché de se faire le moindre ami. Sa manière de penser peut souvent apparaître décousue et illogique. Les facultés intellectuelles de ce jeune homme sont excellentes, mais il présente des lacunes sur le plan social dues à une rationalisation de ses propres émotions et de celles des autres. Sa logique propre s'impose à sa façon de parler et de penser, et bien qu'il aie fait de nombreux efforts au fil de sa vie pour intégrer le fait que les autres ne pensent pas comme lui, il n'a toujours pas réussi à s'approprier la logique sociale et se trouve parfois forcé de réfléchir pour analyser son ou ses interlocuteurs afin de comprendre leur resenti et y répondre de manière adéquate.


 Pourtant, sa logique a un sens. Souvent très profond et très abstrait, voire même mécanique, mais c'est là. Peu de gens le comprennent et c'est principalement le pourquoi il est mis à l'écart. Le garçon n'est donc mystérieux que malgré lui, car il ne cherche pas spécialement à s'éloigner des autres. Au contraire, il fût un temps ou il s'essayait beaucoup plus aux relations sociales car il était fasciné par ce mode de pensée qui lui était totalement étranger, par ce qu'il qualifiait "d'esprit de ruche" qu'était celui de la société. Mais il a tellement été rejeté qu'il a fini par ne plus ressentir la nécessité du contact social et donc par s'en désintéresser. Cependant, quelqu'un qui cherche à le connaître aura vite fait de raviver son intérêt et de l’inciter à discuter.


 Puisqu'on parle de désordre psychologique, il nous faut aussi parler de son alter. Du fait que le jeune homme prétende que son "Spirit Grasp", comme il l'appelle, à une volonté propre. Effectivement, ce genre de cas s'est déjà vu, bien que rarement. Tout bon scientifique planchant sur le domaine vous dira que cela n'arrive que quand l'alter peut se manifester sur le plan physique et s'autogérer. Dans le cas du jeune Yosuke, dont l'alter est une simple télékinésie, il est quasiment impossible que ce soit le cas. Et pourtant, lui-même prétend ne pas toujours pouvoir en faire ce qu'il veut, comme si son alter l'en empêchait. Il ne communique pas avec. Il pense juste qu'il ne peut pas passer certains points de son développement sans que l'alter ne se "débloque" de par sa volonté propre. On pourrait donc en conclure que le jeune homme développe une sorte de dérivé du syndrôme du membre fantôme, mais personne jusqu'ici n'a pu affirmer avec une précision irréfutable que son alter n'aie effectivement pas de volonté propre. Désordre mental ou non, la réponse à cette question ne dépend que du point de vue de chacun jusqu'à ce qu'une des deux parties ne parvienne à trancher. Parlons aussi de ses tics. Lorsqu'il réfléchit, et ce de manière intense, ou bien même lorsqu'il est nerveux, Yosuke va inconsciemment se gratter la nuque avec plus ou moins d'insistance. Cela le soulage un peu de sa nervosité. Il peut aussi se mettre à faire sautiller sa jambe droite quand il est assis. Mais plus que de simples tics, Yosuke est sujet a un Trouble Obsessionnel du Comportement, bien qu'il n'apparaisse pas de manière très sévère. Plusieurs fois, je l'ai vu dans mon bureau essayer de ranger discrètement, déplacer mes stylos ou autres de manière à obtenir un espace symétrique. Ce n'est pas maladif, ni excessivement gênant. Il agira simplement de la sorte de manière inconsciente sans être non plus très gêné dans le désordre.

  A côté de tous ces désordres psychologiques, Yosuke est un perfectionniste. Quand il va s'intéresser à quelque chose, il va se laisser absorber, le travailler jusqu'à une maîtrise totale de son sujet, quitte à se couper du monde lors du processus. Il est capable de se concentrer à un point sur les choses qu'il fait qu'il en oublie tout ce qui l'entoure, comme étant dans sa bulle, dans son monde. Il a un côté calculateur. C'est d'ailleurs ce qui l'a autant tourné vers la tactique et la stratégie. Yosuke aime prévoir, maîtriser les choses. Essayer de monter des scénarios qui tournent en sa faveur. Il est tout autant capable d'user de tactique pure comme de psychologie pour arriver à ses fins, pour peu qu'il s'en donne la peine. Car oui, bien qu'il ne parvienne à s'approprier le mode de pensée de la société, il la connaît et sait la comprendre, et avec un peu d'effort, l'exploiter. Cependant, quand les choses commencent à lui échapper, bien qu'il soit capable d'improvisation, il peut se mettre à paniquer et doucement perdre pied.

 Enfin, il a un esprit très vindicatif. Ce dernier s'est d'ailleurs révélé à l'internat alors que ses camarades le martyrisaient. Il n'oublie jamais un affront, à moins qu'il ne l'ait mérité. Tôt ou tard, la personne qui a osé lui faire injustement du tort, à lui ou à une personne qui lui est chère, le paiera de sa personne. C'est d'ailleurs dans ces moments de vengeance qu'il donne le meilleur de ses capacités de planification, car là où la logique sociale mènerait à la panique du fait de l'implication personelle, Yosuke le voit comme un jeu d'échecs, et n'a plus qu'un seul objectif en tête : gagner. En dépit de ça, aux antipodes de cet aspect vengeur de sa personnalité, Yosuke est un garçon d'une grande empathie, d'une grande curiosité, d'une sincère bonté et d'une compassion digne des plus grands héros sauveteurs.

 Ainsi, en tant que professionnel de la santé mentale, je recommande grandement de surveiller que le jeune Yosuke soit manié avec tact et compréhension. Quand on sait comment le prendre, il devient alors une personne très intéressante à côtoyer et sur qui on peut compter même dans les moments difficiles.

Maeda Shinjiro, Psychologue.
Biographie accélérée
  Cher Nedzu, principal de Yuuei, Académie des Héros.

  Je suis Nakamoto Heihachi, inspecteur de police, mais aussi tuteur du jeune Noguchi Yosuke. Un étudiant plein de ressources, brillant à la fois en théorie et en pratique. Mais comme le dit-on, chacun est forgé par son passé. Il est le marteau façonnant l'acier à partir duquel notre esprit est forgé. Vu que nous sommes ici pour parler du jeune homme aux cheveux blonds, il est l'heure de faire une rétrospective sur sa vie.

  Le jeune Noguchi n'a pas de parent connu. Il a été retrouvé à l'âge de cinq ans, essayant de voler de quoi manger sur l'étal d'une supérette. Il faisait déjà montre d'une intelligence particulièrement développée pour un enfant de si bas âge. Nous ne savons pas grand chose sur la période qui précède ce jour, seulement ce qu'il nous en à dis, à nous et au psychologue qui l'a suivi pendant les quelques années qui ont suivi. D'ailleurs, son statut d'orphelin n'a jamais eu l'air de l'affecter plus que ça : le jeune petit ne s'est jamais plaint ou n'a jamais manifesté ne serait-ce que le moindre signe de tristesse ou même de curiosité envers ses géniteurs. Comme il dit lui-même, "Je vis ma vie telle qu'elle est. J'ai toujours pu me démerder sans parents, c'est pas maintenant que je vais les chercher ou les pleurer.".

  Ainsi, son plus lointain souvenir remonte à ses trois ans, alors que son alter s'est manifesté pour la première fois. Il dit se rappeler la douleur. Une intense brûlure envahissant son esprit. Il se rappelle une voix, s'étant soudainement mise à murmurer à son oreille. De caractères étranges défilant devant ses yeux, ne ressemblant en rien aux calligraphies modernes. C'est un événement aussi étrange pour lui que pour nous, il l'a expressément décrit comme suit : « c'est comme si j'étais possédé ». Nous avons donc longtemps pensé que l'arrivée de l'alter avait provoqué un dédoublement de sa personnalité et avons même été jusqu'à craindre une schizophrénie. Fort heureusement, nous nous sommes tous trompés, Yosuke est intègre et entier comme tous les autres enfants de son âge. Nous avons donc mis le tout sur une simple hallucination ayant pour cause la douleur de l'apparition de son alter. Ne se rappelant plus que de son prénom, pas de son nom de famille, il n'étais pas non plus recensé et il n'y avait aucune trace de ses parents, pas même dans sa mémoire. La personne en charge a donc décidé de lui donner le nom de Noguchi, en hommage à l'impressionnante intelligence dont il faisait preuve, mais aussi à l'architecte Noguchi Isamu dont il était grand partisan. Ce vieil homme ne jurait que par Noguchi, ayant toujours été dans une famille de grands architectes, c'est dire l'honneur qu'il à fait au gamin. Mais enfin, je m'égare...

  Après l'avoir retrouvé, nous avons décidé qu'un enfant aussi jeune volant par nécessité de se nourrir ne devrait pas être sujet à remontrances. Il a été recensé, puis placé dans un orphelinat non-loin de Musutafu sous son nouveau nom de Noguchi Yosuke, je fus choisi pour devenir son tuteur, son gardien. Il eut beaucoup de mal à s'y intégrer, notamment parce qu'aucun des autres enfants ne voyait son alter. La cruauté de l'enfance les a donc poussés à le traiter comme un « sans-alter » et à le discriminer, allant jusqu'à le persécuter. D'après le jeune-homme, ça a duré plus de deux ans, malgré le fait qu'un seul de ses camarades prenait à cœur de le protéger des autres, il ne parvenait donc pas à se concentrer comme il le fallait pour apprendre quand l'institutrice leur donnait cours. Il finit donc par écrire sur un petit carnet à chaque fois qu'un de ses petits camarades s'en prenait a lui. Il notait tout : son nom, l'heure, ce qu'il a fait... Il s'est mis à utiliser son intelligence ainsi que son mystérieux alter pour tendre des pièges de plus en plus élaborés à tous ceux qui s'en prenaient à lui. Ayant ainsi peur des représailles, les autres orphelins finirent par lui donner la paix. Bien entendu, il à souvent été puni quand les surveillants se rendaient compte de ce qu'il faisait, mais ça ne lui enlevait pas le sentiment que son acte était légitime. Il à toujours été comme ça, comme la loi de Babylone qu'il se plait à citer "œil pour œil, dent pour dent".

  Les études et le sport, voilà deux mondes qui lui convenaient à merveille. Il pouvait passer ses journées entières à étudier ou à s'entraîner. Si ce n'était pas en classe ou dans la cour, c'était enfermé seul dans sa chambre. Qu'importe ce qu'il pouvait faire tant que cela lui permettait de se concentrer au point d'en oublier le monde qui l'entoure. On le retrouvait donc souvent en train de courir dans la cour ou faisant le tour de l'établissement, ou bien dans un coin de la bibliothèque. Très rapidement, ce qu'on lui enseignait en cours ne lui suffisait plus. Il se mit à emprunter des livres, toujours plus compliqués. La plupart parlaient de batailles historiques, de grands stratèges, ou d'arts martiaux. Cela nous inquiétait au début, mais force fût de constater qu'il ne nous a depuis plus jamais causé aucun souci. Au contraire, il utilisait le savoir acquis pour remettre en question et aider à améliorer les systèmes et procédures qui encadraient la vie des orphelins. Au vu d'un tel potentiel intellectuel, nous décidons, le propriétaire de l'orphelinat et moi-même, de le faire inscrire dans un collège privé en internat. Et les résultats ne se firent pas attendre : tête de classe, que ce soit dans les matières intellectuelles, pratiques ou sportives. Bien entendu, il avait de grosses lacunes dès lors qu'il s'agissait de travaux de groupes ou de sports collectifs. Incapable de communiquer correctement avec ses camarades, que ce soit pour expliquer sa logique ou ses stratégies, et refusant catégoriquement d'appliquer celles de ses camarades qu'il jugeait trop simples et faillibles, il n’était pas rare qu'il soit à lui seul à l'origine d'un match perdu ou d'un échec lors de travaux pratiques.

  Je lui téléphonais régulièrement afin de prendre ses nouvelles. C'était pour moi un moyen de garder un œil sur lui, pour lui un moyen de briser sa solitude. Le pauvre gamin n'arrivait pas à se faire le moindre ami, et de plus, il avait de la peine pour ses amis restés à l'orphelinat, car bien que lui n'y voyait aucun souci, il savait que beaucoup souffraient de cette condition. Et bien qu'il ne comprenne pas ça, il se refusait d'abandonner ses camarades à leur triste sort, se voyant comme un grand frère pour eux. Petit à petit, il me fit part de ses envies, de ses ambitions. Il souhaitait devenir un héros. Un parmi les meilleurs. Faire en sorte que personne d'autre ne soit plus jamais orphelin à cause de vilains ou de catastrophes naturelles, il ne voulait plus voir de nouveaux orphelins. "Premièrement, c'est triste pour eux. Deuxièmement j'ai déjà bien assez de petits frères et de petites sœurs comme ça". Plus que de la simple compassion, il prit cela comme un défi à relever. Puis un jour, il me donne rendez-vous dans un parc, insistant pour que nous nous posions dans un coin isolé. « Je sais que je dois faire recenser mon alter pour rentrer a Yuuei, ou dans quelque autre école d'héroïsme. Donc je vais te demander de bien vouloir le faire pour moi. Le tout en essayant de l'ébruiter le moins possible, s'il-te-plaît ». Effectivement, le jeune homme ne parlait jamais de son alter, et le montrait encore moins. Moi-même je n'étais pas tout à fait sur de sa nature. Il saisit une pierre, et la lâche en plein air. Cette dernière se met à léviter, et même à bouger. « C'est de la télékinésie, je crois. Mais je veux l'appeler Spirit Grasp. C'est plus mystérieux. Ainsi, connaissant le nom de mon alter, on ne saura pas vraiment de quoi il retourne pour autant... ». Le garçon pense vraiment à tout, dès lors qu'il s'agit de conserver des informations qui un jour pourraient avoir une valeur tactique. J'accédais à sa demande, et allais recenser son alter, en jouant de mon influence pour que ce soit fait discrètement.

  Il se mit sérieusement au kendo après ça, mais ne lésinait jamais sur ses études. Ses résultats scolaires parlent d'eux-mêmes, d'ailleurs ci-joint à ce courrier, la recommandation du directeur de ce prestigieux collège Goro Nyudo Masamune accompagné de ses bulletins scolaires. C'est à la fin de ses années de collège qu'il se décide à affronter l'examen d'entrée de Yuuei. Quand il m'en à parlé le soir même, il à été clair. "Autant la partie théorique était facile et ennuyeuse, autant la partie pratique était difficile mais passionnante". Usant du boken qu'il avait avec lui, il m'expliquais avoir fait de son mieux pour arracher les composants du blindage des machines en usant discrètement de son alter, laissant croire qu'il les arrachait avec son arme de bois. Il se servait ensuite des morceaux de cuirasse au sol pour attaquer les points faibles, s'aidant encore une fois discrètement de son alter pour rendre l'objet plus facile à porter et à manipuler. La coordination de son alter et de ses mouvements physiques a toujours été une des choses qu'il à le plus travaillé, et c'est ce qui lui permettait de se faciliter la tâche pour porter certains objets lourds comme s'ils ne l'étaient pas tant que ça. Mais plus que ce massacre de robots, ce qui à le plus marqué l'enfant c'est lorsque le robot à zéro points, gigantesque, apparaît, tout le monde fuyant sauf un jeune garçon, trop apeuré pour le faire. Alors que les autres l'abandonnaient, Yosuke est resté, utilisant pour la première fois son alter sans le cacher. Brisant les débris a distance avec sa lame de bois, il à attrapé son concurrent et l'a porté sur son dos jusqu'à la fin du temps imparti. Il a conscience de ne pas avoir marqué énormément de points à cause de ça, du fait d'avoir passé la moitié du temps à s'occuper de ce gosse que tout courage avait abandonné, mais comme il l'a dit lui-même, "Quelle logique y'a-t-il a être admis dans une école de héros si a ce prix je dois agir à l'opposé ?".

 Voilà ce qu'il en est pour le passé de celui qui aime à se faire appeler Vashyron. Ainsi, mon courrier à pour but de vous aider, vous et à qui d'autre en aurait besoin (je m'en remet à votre jugement), à comprendre l'étudiant qui désire fouler les parquets de Yuuei. Que vous sachiez que, bien que son alter n'apparaisse pas ou peu, cet enfant a du potentiel. Un potentiel si profond que je ne vois nul autre que vous pour l'aider à se développer jusqu'à son paroxysme. Je me porte moi-même garant de cet enfant. Cependant, je vous prie debien vouloir éviter de lui parler de cette lettre. Il n'apprécierai pas de savoir que j'ai fait son éloge pour l'aider à entrer dans votre prestigieux établissement. Après tout, les notions de mérite et d'honneur sont très importantes à ses yeux et c'est pourquoi je pense qu'il ferait un formidable héros.

Je vous remercie pour votre lecture et pour votre compréhension. Je vous souhaite, à vous et à vos étudiants, la plus brillante des réussites.

Cordialement,

H. Nakamoto
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Yosuke Noguchi
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 108
Disponible en RP : Assez régulièrement
Double-compte : Non
Dim 11 Juin - 12:08
BEFORE THREE
L'histoire oubliée de Haräld Jensen
  Noguchi Yosuke, ou Harald Jensen de son nom de naissance, à vu le jour en Norvège, fils de Kristoffer Jensen et Sunniva Solberg. Ses deux parents n'étaient pas des héros, il n'étaient pas non plus des informateurs, ou bien même des espions. Ils se plaisaient à mener une double vie. Simples employés le jour, il profitaient alors de leur couverture et de la nuit afin de traquer les vilains les plus dangereux du pays. Leur don pour la récolte d'information et pour la filature ainsi que leur complicité en tant que tandem fit d'eux un duo que l'on finit par appeler "les Trappeurs de l'Ombre". Révélation de données sensibles aux forces de police de manière anonyme menant à l'arrestation de groupes entiers de vilains, invalidation de cibles isolées découvertes plus tard par les forces de l'ordre... Ils faisaient frapper la justice à leur manière et dans la plus grande discrétion, sans jamais délaisser leur rôle de parents. Ainsi, le petit Haräld a eu une petite enfance très heureuse dans la ville de Trondheim, ne manquant ni de biens ni d'affection malgré le fait que ses parents se soient éloignés du reste de leur famille de par leurs activités.

 Jusqu'au jour où les Trappeurs se mirent en chasse d'une cible particulièrement dangereuse. Tout droit venue du Japon pour superviser un réseau de contrebande, elle était également impliquée dans des affaires étranges ayant quasiment toujours laissé des séquelles à ses victimes. Certaines rumeurs parlent de lavage de cerveau, d'autres d'altération de la mémoire. Mais toutes s'accordent à dire qu'il s'agissait d'un homme dans la trentaine se faisant appeler "the Dealer". Ce qu'ils apprirent durant leurs filatures dépassait de loin tout ce qu'ils avaient pu imaginer. Plus que du simple trafic d'armes et de stupéfiants, l'homme faisant également commerce d'un tout autre type d'information : les souvenirs. Doté d'un alter qui permettait visiblement de voler les souvenirs de ses cibles, l'homme prenait en chasse les personnalités importantes de manière a leur soutirer des informations vitales à toute  organisation criminelle qui se respecte. Mots de passe, identités, famille, projets... Ils pouvaient grâce à cela donner un avantage considérable à leurs clients, pour un prix dépassant très souvent ce que l'on imaginais des groupes de dissidents prêts à dépenser.

 La filature des Trappeurs dura quelques bons mois, les rendant témoins de situations toujours plus extrêmes les unes que les autres : ils sont très vite devenus capable d'enlever des personnes à des fins de récolte, puis à les éliminer sans jamais laisser de trace. Les opérations étaient si bien coordonnées par l'homme, d'une finesse et d'une complexité digne d'un maître stratège, qu'à aucun moment le couple n'eut la possibilité de tenter la moindre action sans risquer de griller leur couverture ou d'y perdre la vie. Finalement, l'homme de l'est en eut terminé avec la Norvège et s'en retourna au pays du soleil levant. Refusant de laisser filer une proie aussi dangereuse, Kristoffer et Sunniva décidèrent de démissionner et de déménager au Japon, afin d'être en mesure d'y poursuivre leur filature jusqu'au moment où ils pourraient capturer l'homme. Ainsi ils arrivèrent dans un petit village, dans une maison tout aussi petite, mais qui correspondait à la fois à leurs attentes en termes de calme et de discrétion, et a leur budget.

  Cependant, l'homme qu'ils poursuivaient les attendait déjà sur ses terres natales. Il était parfaitement au courant de l'existence du couple de justiciers avant même d'avoir posé les pieds au pays des vikings. Il se doutait qu'ils l'espionneraient, et qu'ils le suivraient après avoir découvert toute l'étendue de ses magouilles. C'était d'ailleurs lui qui avait fait disparaître les anciens occupants de ce logement, et qui l'avais mis en vente à l'attention directe du couple. L'attaque eut lieu passé minuit, comme pour reprendre aux trappeurs leur couronne de souverains de la nuit. Ils furent ligotés et torturés, leurs souvenirs les plus importants volés, et enfin exécutés. Il y avait néanmoins un détail que le Dealer n'avait pas prévu : l'enfant.

  Yosuke Kaneko, aussi appelé the Dealer, était un orphelin. Un de ces nombreux orphelins qui ont vu leurs parents mourir de la main de hors-la-loi depuis l'apparition des altérités. Il connaît la douleur. Celle qui empoigne le cœur quand on est seul, laissé sans défense à la merci de la société sans personne pour servir de gardien ou de guide. Son esprit, faible à l'époque, n'a pu résisté à la pression ni à la tristesse. Brisé, il se retournait alors contre cette société qui lui avait enlevé ses parents, luttant pour sa survie dans l'espoir de pouvoir un jour prendre sa revanche sur le groupe de vilains qui lui à pris ses parents, puis la société entière. Son alter, permettant d'échanger ses souvenirs avec ceux de sa cible, lui à permis de monter son petit commerce : remplissant son cerveau de souvenirs inutiles, il les échangeait contre des mémoires contenant des informations souvent privées, parfois même sensibles. Ainsi, petit à petit, il à monté son réseau, et s'est de plus en plus versé à la stratégie. Dans un monde de brutes épaisses, savoir comment utiliser ses semblables à ses fins est le plus gros des avantages. De fil en aiguille, il passa du statut de proie à celui de prédateur, et finit par se venger du groupuscule ayant assassiné ses parents. Mais ça ne l'avait pas apaisé, il lui en fallait plus. C'est la société entière qui devait payer, et c'est pour cela qu'il s'enfonçait toujours plus dans le crime et ses horreurs.

  Alors face à l'enfant, qui vit lui aussi ses parents perdre la vie, Yosuke se retrouvait comme face à un miroir. A une vieille photo. Il se voit lui-même en ce rejeton. Les pensées de l'homme s'embrouillent alors que les pleurs du nouvel orphelin brisent le silence pesant et morbide de la maison souillée du sang de ses nouveaux propriétaires. Il se rappelle de la douleur d'avoir vu ses parents se faire tuer, de la colère face aux agresseur, a ceux qu'il appelait les "monstres". Il voulait se venger, et éliminer tous leur semblables, mais il se trouve que finalement, il était lui-même devenu un de ceux qu'il haïssait tant. Il commençait alors à se demander à quoi rimait sa vie, à quoi bon sa vengeance, sa souffrance ? Il se trouve maintenant de l'autre côté du miroir, et ne peut se résoudre à laisser les choses ainsi.

 Quelques larmes s'écoulent sur ses joues creuses alors qu'il se penche et touche de ses doigts le front de l'enfant. Il voulait lui ôter les souvenirs de ses parents. Peut-être souffrirait-il moins ainsi ? De plus, seul, il ne pourrait pas survivre ainsi, il est bien trop jeune. Il décide alors également de lui transmettre quelques unes de ses connaissances. Cependant, rien ne se passe comme prévu : la forte et inattendue résistance du petit norvégien face à l'intrusion provoqua des convulsions chez le meurtrier. Les deux esprits entrent en conflit, et bien que Yosuke parvient à voler tout souvenir de lui-même et des deux héros décédés ce soir dans la mémoire de l'enfant, l'échange réalisé de manière incontrôlable transmet une part de l'identité et de la psyché du bandit au bambin. Quand tout fut fini, le malfaiteur pris la fuite avec difficulté en prenant soin de brûler l'endroit tout en en faisant sortir l'enfant avant de définitivement disparaître : lui comme le petit blond avaient subi des lésions suite à cette intervention. Et alors que le premier ne pouvait se rappeler de son nom et se trouvait plus bête qu'avant le début de la soirée, le second, maintenant dépourvu de souvenirs au delà de cette soirée, était persuadé de s'appeler lui-même Yosuke. L'innocence de l'enfance elle-même avait laissé place à une maturité et à des capacités intellectuelles comparables à celles de son agresseur. Mais cette assimilation, trop importante pour un gamin de cet âge, vient avec son prix : l'écrasement par ces informations de celles dont le cerveau se sert pour gérer les rapports sociaux.

  Ainsi, l'enfant compris très vite sa situation, et dût se mettre à voler sa nourriture pour subsister. Il n'avait aucun souvenir d'avant l'attaque. Mais son cerveau, lui, reste convaincu qu'il à passé les deux dernières années à vivre ainsi, car le cerveau n'aime pas les vides, et les comble comme il peut avec la matière qu'il possède. Aucun souvenir de sa patrie, de ses parents, ni même de son nom. Tout ce qu'il sait, c'est qu'il s'appelle Yosuke, qu'il est né il y a environ 5 ans, et qu'il est seul. Et grâce à son alter, se manifestant peu après, ses petits vols de vivres devinrent simples, jusqu'à ce qu'il se fasse attraper. La suite, vous la connaissez.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations en cours-
Sauter vers:


bouton partenariat