One man army ( Feat Yosuke Noguchi, Akiharu Suiren, Ryoji Hinasura )

 :: Musutafu :: Rue Commerçante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 8 Mai - 4:00
Mon séjour à l’hôpital se passait plutôt bien. J’étais rapidement soigné, et j’étais comme neuf après quelques jours. J’avais tout de mêmes des bandages au torse, mais je ne pouvais pas me plaindre de l’efficacité du soin apporté. Durant ces petites vacances, pas vraiment de visite, j’étais plutôt tranquille et je tenais à le rester. En sortant de l’hôpital et en rentrant à mon appart’, je pouvais me satisfaire de ma paisible solitude. Je ne pouvais m’empêcher d’être assez mélancolique à ce sujet, mais c’était une autre histoire. Je revins à Yuuei après quelques jours de repos bien mérités.


Très peu de question à mon arrivé, que de simple chuchotement et étonnement à ma présence. C’était mieux ainsi, gérer avec la foule n’était pas mon délire. Cependant j’étais loin de m’imaginer ce qu’il allait se produire. Un stage, j’allais servir de tuteur à des gamins.

« Votre but en tant que troisième année, sera d’accompagner le première année que vous aurez choisi. Voyez ça un peu comme une sorte de parrainage. Durant vos sorties, les premières années ne doivent agir et utiliser leurs alter, c’est bien compris ? Et par pitié ne faites pas les kékés en leurs présences, tachez d’être digne et tout se passera bien ».


Nous informa le prof. J’affichais une tête dépité à ce merdier. Je scrutais la fiche de long en large mais aucun élève ne m’intéressait. Je ne pouvais pas supporter les élèves de la 1-A, ça m’emmerdait de faire ça avec eux.

- Peut on aller checker les autres classes ?
- Oui bien évidemment, m’fin c’est quand même mieux de faire par catégorie.


Je pris alors les autres listes, et chercha le nom d’un élève, et pas n’importe lequel : Yosuke. Hop, j’avais trouvé en moins de deux, il était en classe 1-C. Je partis aussitôt en claquant la porte. Sociabiliser avec des connards de jap était trop pour moi. Je m’étais efforcé d’avoir parler à quelqu’un lors d’une rencontre fortuite au métro. Fallait bien que ça me serve à quelque chose. En arrivant juste devant la porte de la classe 1-C. Je pouvais déjà entendre le prof parlant du stage. Il énonça que des troisièmes années de leurs filières allaient les rejoindre. À ce moment précis j’éclatais la porte avec mon pied. Je fis une entrée bien badass et posa mon talon sur le bureau. Bien que j’avais le costume du bâtiment, j’avais retroussé les manches et desserré la cravate. Me donnant ainsi un aspect bien plus cool que cette bande de dégénéré.

- Yosuke, je sais où tu te caches, viens ici qu'on s'amuse petit enculé. Bouge et pars avec moi.
- Mais qu’est-ce que... vous faites là ?  Et pourquoi vous prenez un élève de ce département ? S’écria le prof.
- C'est pas interdit il me semble ?
- Avez-vous un autre élève, il en faut deux vous savez.
- Ok, toi l’androgyne aux cheveux blancs tu pars avec moi ! Vous pouvez me dire son nom ?
- Akiharu Suiren !



Je fis sortir les deux mioches de la salle. Je les avais à peine saluer que je leurs expliquais de me rejoindre au centre commerciale avec leurs tenues de super héro. Je fis forcement le fier en m’appelant Sundowner.

***

Je me retrouvais au centre commercial, bondé par une foule incroyablement dense sous ce beau soleil. Je m’étais habillé de beau costume de super héro tout en profitant des fauteuils en cuir disposé un peu partout. L’endroit faisait quatre étage au total, il y avait une grande zone au milieu permettant d’apprécier des animations du jour. La végétation était plutôt abondante et on pouvait bien respirer malgré le nombre de personne. Tout était bien disposé pour se déplacer tranquillement et profiter des magasins.


Je voyais arriver au loin les deux garnements. Je leurs fis un signe de main pour me montrer. J’avançai vers eux puis je balançai le topo sans même dire bonjour. Normalement un héro comme moi devrait indiquer que c’était une zone à haut risque vu le nombre de citoyens. Et que j’allais montrer comment surveiller une foule aussi dense tout en restant à l’écoute des autres. Mais j’avais préféré dire :


«  Bon c’est les soldes, ça me donnait une excuse pour checker les boutiques et pas se faire chier »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Akiharu Suiren
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 27
Disponible en RP : Toujours !

Fiche de Pouvoir
Grade: 3
Année et Classe: Première année - 1-C
Alter: Power Up !
Lun 8 Mai - 15:15
" - Je vous le redemande encore une fois, quels sont les 3 grands principes de tout bon héros ? "

Notre professeur balaya la classe du regard, cherchant une pauvre victime sur lequel jeter son dévolu. * Merde merde merde, j'étais sûr que j'aurais du réviser le chapitre 2 sur les principes fondamentaux de l’héroïsme *pensais-je frénétiquement tout en passant ma main gauche au dessus de mon front tout en mimant le fait de continuer à copier le cours de la main droite.

* Peut être que si je fais semblant d'étudier ... il ne m'interrogera pas ! *, j'essayais donc la bonne vieille technique de la concentration afin d'éviter le regard inquisiteur de notre tuteur qui saurait déceler en moi la moindre once de détresse dans le mien.

" AKIHARU ! " Sa voix retentit dans la classe comme un marteau frappant une enclume, mon corps frissonna une demi-seconde, mes mains glissèrent sur le côté alors que je déposais fébrilement mon stylo bille. Mon visage remonta lentement tandis que j'esquissais un faux air de surprise entremêlé d'interrogation . * Oh non, oh non, oh non non non non *

" Vous avez l'air si plongé dans vos prises de note monsieur Haru, cela en devient presque intriguant .... commença t'il d'un ton enjoué afin de finir d'une note ironique .... je suppose donc que votre implication dans mon enseignement vous permettra de répondre à cette question : Quels sont les 3 grands principes de tout bon héros ?

Mon souffle devient plus rapide, les battements de mon cœur s’intensifièrent pendant que mes doigts dessinaient des cercles irréguliers dans l'air à mesure que j'essayais tant bien que mal de me souvenir de ces 3 principes, toute la classe s'était retourné vers moi, en attendant que je les sauves d'un trépas bien assuré.

* Qu'est ce que je fais ? Qu'est ce que je fais ? Qu'est ce que je dis ? Heu ... Voyons ... Heu ... Le symbole de la paix dans le monde ? Non putain pas ça.... ONE PUNCHHHHHHHHHHHHHH ! Bordel c'est bien le moment de penser à l'opening de ce manga ... Putain putain c'était quoi déjà ? Page 14 ? non 13, peut être 12 ? Raaaaah *

" - Je-je-je.... " Bégayais-je

" - Vous-vous-vous monsieur Haru ? Vous savez que les 3 éme années, ceux aux plus proches du stade de " héros " vont choisir parmi les effectifs des différentes classes afin de leurs inculquer ces " valeurs " au travers d'un stage ... Et cela m'étonnerait qu'une seule personne censé choisisse quelqu'un n'étant même pas capable de réciter un cours aussi simpliste que celui-ci." Répondit t'il en se moquant.

J'entendis quelques camarades pouffer de rire dans mon dos, bordel ils pourraient au moins me soutenir je sais pas quoi... Mais surtout la situation devenant urgente, si je ne trouvais pas la réponse j'aurais sûrement le droit à une punition voir pire... Des heures de retenus !

*BAAAAM !*


Dans un fracas de bois et d'écrous, la porte de la classe 1-C vola en éclat à travers la pièce avant de s'éclater violemment contre le bureau de notre sensei, un homme aux cheveux brun sombre et décoiffé fît irruption dans notre salle de classe, les manches de sa chemise grise étaient remontés au-dessus du coude et sa cravate noire nuit pendait des deux côtés de son cou s'appareillant avec un jean aux couleurs similaires, à la vu de son faciès il semblait ne pas être japonais, ou tout du moins d'origine japonaise.

" - Heuuu... "

A la grande surprise de tout le monde, au grand dam du pauvre tuteur et au grand bonheur de moi même, l'homme brisa l'oppressante atmosphère tel un boulet de canon et posa son pied contre la table, sûrement pour se donner un style ou je ne sais quoi, mais bon, en vérité je le trouvais plutôt vachement classe et intriguant à la fois, était-ce un professeur ?

* Par contre faudrait vraiment qu'il rase ce bouc... C'est tellement moche *Pensais-je rapidement tandis que mes yeux s'étaient fixés sur les quelques poils en bataille parsemant son menton. L'intrus inspira un grand coup avant d'amorcer d'une voix grossière :

- Yosuke, je sais où tu te caches, viens ici qu'on s'amuse petit enculé. Bouge et pars avec moi.

Yosuke noguichi était un élève de notre classe, je ne le connaissais pas très bien et à vrai dire je n'avais encore jamais discuté avec lui, malgré tout il se démarquait des autres du fait qu'il était plutôt grand pour son âge, au delà d'1m70 je crois, il avait un ans de plus que moi si j'ai bon souvenir, c'était une sorte d'androgyne blond boosté aux hormones avecdes piercings sur les oreilles et un tatouage sur l'épaule. Une personne extravagante certes, mais qui n'avait rien " d'extraordinaire " dans un monde comme le notre. Si je me souviens bien son Alter était celui de... De quoi déjà ? De ... de ... Je n'en avais en réalité pas la moindre idée.

Dans tous les cas visiblement Yosuke et cet énergumène se connaissait... Je me demandais bien ce qu'il lui voulait d'ailleurs.

- Mais qu’est-ce que... vous faites là ? Et pourquoi vous prenez un élève de ce département ? S’écria le prof à la mine et l'allure complètement déconfite, à ce moment là il devait bien s'attendre à tout sauf à ça.

- C'est pas interdit il me semble ? Rétorqua l'homme en gris d'une voix dédaigneuse.

* En fait si, je crois que briser une porte pour interrompre un cours est interdit dans le règlement.... Je suis sûr que c'est écrit quelque part * Pensais-je rapidement en m’esclaffant intérieurement.

- Avez-vous un autre élève, il en faut deux vous savez. Reprit-il rapidement d'un ton sérieux.

Des brouhahas confus commencèrent à envahir la salle de classe tandis que les élèves discutaient entre eux... * De quoi un autre élève ? * Mon sens de la déduction pris le pas rapidement * Ca veux dire que .... HEEEEE ! Ce type est un mec de 3 éme année bordel ! *
Il devait être complètement jeté pour agir de la sorte.

- Ok, toi l’androgyne aux cheveux blancs tu pars avec moi ! Vous pouvez me dire son nom ?Gueula t'il tout en pointant du doigt au hasard dans ma direction.

* Andro .... gyne ?  QUOIIII ! Moi un androgyne ? Mais, de .. Que ... je ne ressemble pas à une fille quoi, je veux dire, j'ai un peu de muscle, je suis pas ultra grand mais voilà, je suis jeune mais pas trop ... Enfin mais que quoi... *

Et surtout, pourquoi moi ? Le mec rentre comme ça, chamboule notre journée de cours ( et me sauve par la même occasion ) puis il choisit deux élèves, comme ça, d'un coup, sans respect n'y rien.

- Akiharu Suiren ! Lui rétorqua notre professeur d'un fond empreint de curiosité.

" - Je .... "

Sans que j'eusse mon mot à dire, l'homme nous conduisit moi et Yosuke hors de la classe, nous saluant rapidement en se présentant comme " le sundowner ", n'ayant aucune notion en anglais je n'avais absolument aucune idée de ce que ça pouvait signifiait, mais le mot me rappelait étonnamment les sundays du macdonald et il semblait par ailleurs très fier de son appellation malgré que sa voix et ses actions trahissaient un côté plutôt réfractaire.

Il nous " invita ", d'une manière plus ou moins forcé si je puis dire à enfiler nos costumes de héros et à le rejoindre au centre commercial... Si j'avais su que mon premier stage aller se dérouler aussi vite j'aurais pris un plus gros déjeuner ce matin.

* Mais ... J'ai même pas de costume de super héros * Pensais-je rapidement, au pire comme à mon habitude j'enfilerais mon jogging gris et mon t shirt All Might, ce n'était pas la tenu la plus classe, mais au moins j'étais à l'aise dedans.

Sundowner partit au quart de tour, nous laissant sur place avec pour seul objectif le fait de le rejoindre au centre commercial. J'entrepris alors de m'excuser pour mon absence a venir auprès du professeur.

" - Tu t'en tire bien pour cette fois, mais tâche d'apprendre ton cours. " Dis-t-il d'un air sérieux avant de me signer une autorisation pour me laisser prendre congé.

J'entrepris alors de courir vers mon casier et de troquer ma tenue d'étudiant contre une tenue plus sportive, composé d'un jogging gris et d'un t shirt ALL MIGHT ! Puis je pris la direction du centre commercial le plus rapidement possible.

Il faisait grand jour dehors et le soleil de midi frappait avec fougue sur les grands immeubles de musatafu, faisant ressortir depuis l'asphalte des nimbes de chaleurs virevoltantes, un grand attroupement de gens rentraient et sortaient depuis l'intérieur d'une immense zone commercial, je m'approchais rapidement de notre lieu de rendez vous, cherchant du regard quelqu'un sortant de l'ordinaire, ou un homme à grande gueule entrain d'hurler sur des enfants.

Le centre était bondé, de la végétation artificielles recouvrait la majeure partie de la zone, allant de petites fleurs multicolores aux grands arbres verdoyants, disséminés sur les 4 étages du bâtiment. Au milieu de ce temple à la gloire de la dépense et de la consommation, une " place principal " accueillait avec modestie de nombreuses animations tel que des vendeurs de takoyiki, des musiciens, des compteurs d'histoire du folklore japonais et des marchands ambulants exposants avec fiertés leurs babioles au prix d'une centaine de Yen.

Au milieu de cette cacophonie harmonieuse de gens se distinguait plusieurs fauteuil en cuir brun parsemaient l'endroit, permettant aux acheteurs et visiteurs fatigués de se reposer avec classe, et bien sûr au creux d'un de ces sièges de cuir, un personnage en armure noire chromée similaire à une sorte " d'armure futuro-médiéval " composé d'un casque d'un ensemble complet et ressemblant fortement à un costume de héros suscitait l'attention de la foule et les murmures des passants.

* Je crois que je l'ai trouvé... * pensais-je rapidement tout en me demandant si c'était vraiment nécessaire d'avoir un costume aussi impressionnant et voyant dans un centre commercial et surtout ... PAR UNE CHALEUR AUSSI INTENSE ! JE VEUX DIRE LE TYPE IL DOIT CREVER LA DEDANS, DÉJÀ QUE J'AI DES OREOLES SUR MON T SHIRT ALORS LUI, MÊME LES SOURCES CHAUDES DU MONT FUJI DOIVENT ETRE UNE BAIGNADE DE SANTE A COTER DE LA FOURNAISE QU'IL DOIT FAIRE LA DEDANS !

Hésitant un instant à détourner les talons et à rentrer chez moi, je m'enquis finalement d'aller rejoindre l'énergumène qui semblait ne pas m'avoir encore vu. Alors que je traversais la foule qui devenait de moins en mois compacte et de plus en plus respirable, j'aperçu Yosuke qui m'emboîtait le pas, il était vêtu visiblement de ce qui semblerait être son costume de héros, un chapeau de cowboy noir et un imper de la même couleur lequel semble contenir en ses poches de nombreux objets, qui d'après mon avis ne doivent pas servir à la couture ou au point de croix.

* Visiblement je suis le seul à mourir de chaud ici .... * Pensais-je en rigolant

" - Yo yosuke " Lui lançais-je amicalement tandis qu'un un instant Sundowner nous harangua d'un signe de main nous invitant à le rejoindre.

Sans un bonjour n'y merci, n'y même une courte présentation, Sundowner nous annonça cash :

«  Bon c’est les soldes, ça me donnait une excuse pour checker les boutiques et pas se faire chier » Balança t'il d'une voix lasse.

Mon visage se décomposa, j'étais venu pour ça ? Pour faire du shopping ? J'ai raté une après midi de cours et d'entraînement pour ça ? Non ... Ce n'était pas possible ... Sûrement Sundowner essayait de calmer le jeu ou de nous faire nous détendre afin de nous expliquer vraiment son plan de stage, j'enquis alors moi aussi à mon tour d'une voix interrogatrice :

" - Faire les soldes .... Mais j'ai même pas pris d'argent sur moi ! "


Et c'était vrai, je n'avais pas un yen en poche, en même temps ... Moi j'étais venu pour m'entraîner par pour faire les boutiques.
Revenir en haut Aller en bas
Yosuke Noguchi
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 111
Disponible en RP : Assez régulièrement
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 3
Année et Classe: 1-C
Alter: Spirit grasp
Mar 9 Mai - 2:38
One Man Army
Mako Lewis - Suiren Akiharu - Noguchi Yosuke
  La matinée, bien engagée sur une leçon d'héroïsme théorique, semble voir le dévolu du professeur se jeter sur Suiren Akiharu. C'est un élève que Yosuke n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer, pas très grand, d'une chevelure platinée coiffée avec un pétard, d'une carrure juste assez imposante pour ne pas le traiter comme un simple petit nouveau. Yosuke n'avais jamais rencontré personnellement cet étudiant avant. D'ailleurs, il ne rencontre d'ailleurs pas grand monde tout court. Il n'attire pas vraiment la populace. Il fait partie de ses "têtes d'ampoules", ces élèves qui ont une moyenne très élevée, causant souvent l'ostracisation de la part de leurs camarades de classe. S'ajoute à cela un caractère assez spécial et un fil de pensée complètement absurde pour toute autre personne que lui, cela nous créé l'anti-candidat popstarien par excellence.

  - .... je suppose donc que votre implication dans mon enseignement vous permettra de répondre à cette question : Quels sont les 3 grands principes de tout bon héros ?

 Le jeune homme à la toison blonde ne fais pas tellement attention à ce qu'il se dit, connaissant déjà le cours par cœur. Cependant, il ne peut pas s'empêcher de ressentir de la sympathie pour le jeune homme interrogé. Il hésite d'ailleurs à lui souffler la réponse, alors qu'assis juste derrière lui. Il va d'ailleurs pour le lui souffler quand la porte d'entrée de la salle passe soudain de l'état de solide à l'état de débris, emportant avec elle le silence. Le respect lui-même s'envole alors qu'un visage familier pénètre dans la classe.

  Cet air de fanfaron, ce caractère à la limite du sociable, de ceux qui creusent sa tombe au Respect lui-même. Mako Lewis, l'élève de troisième année aux côtés de qui Yosuke a combattu dans le métro. Il s'est remarquablement remis de ses blessures, et est visiblement d'attaque pour un tout autre projet surement aussi dérangé. D'ailleurs la raison de sa présence, quelque peu soupçonnée par le jeune stratège, ne tarde pas à se confirmer.

- Yosuke, je sais où tu te caches, viens ici qu'on s'amuse petit enculé. Bouge et pars avec moi.

  Et voilà, c'est tout lui. Tout comme l'usage qu'il fait de son alter le laisse supposer, le jeune rebelle ne fait pas dans la demi-mesure, même quand il s'agit de simplement venir chercher un complice. D'ailleurs, tout ce cirque plus les souvenirs grisants provoqués par la vue de ce visage arrachent une esquisse de sourire en coin au blond, qui se lève alors quasiment aussitôt. D'ailleurs, connaissant le personnage, et du fait qu'il soit arrivé tel un TGV ne s'arrêtant pas en gare, Yosuke suppose bien que Mako à oublié qu'il ne fallait pas un, mais deux étudiants pour réaliser cet exercice. C'est le moment opportun de sortir son camarade de classe de la spirale dans laquelle le professeur l'engouffre. Et alors que ce dernier le fait remarquer à Mako, et qu'il se met à chercher un second étudiant, Noguchi pointe discrètement Akiharu du doigt pour faire signe de l'embarquer. Quel que soit le programme, ce sera toujours mieux qu'une humiliation publique.

- Ok, toi l’androgyne aux cheveux blancs tu pars avec moi ! Vous pouvez me dire son nom ?

  Le télékinésiste ne prête alors plus attention au reste de la scène, faisant signe de la tête à Mako et allant chercher le paquetage contenant son costume. Après quoi en sortant, il bouscule légèrement son camarade pour lui faire silencieusement signe de le suivre. Une fois à l'extérieur, et après une remarque du professeur à son camarade, les trois jeunes gens se dirigent vers la sortie, où se trouvent aussi les vestiaires. Mako donne rendez-vous dans le centre commercial de Musutafu avant de tailler la route tel un gamin qu'on emmenait au parc d'attraction. Bien entendu, il ne se prive pas d'en rajouter, se présentant en tant que "Sundowner". Un nom plutôt bien trouvé, cela dit. Sans trop de presse, le jeune homme se rend aux vestiaire, retire son uniforme et habille son costume de héros composé d'une combinaison noire moulante, d'un gilet, de genouillères et de coudières en Kevlar, d'un long manteau noir, de bottes tout aussi sombres, et d'un chapeau cowboyesque qui reste dans les même tons. Il vérifie le contenu de ses poches puis prend la route vers le centre.

  Bien entendu, il cogne. Et c'est dans ce genre de moment que Yosuke regrette le choix d'un costume tenant aussi chaud. Il commence à s'interroger sur les projets de Mako. Choisir de lui-même de se rendre dans un lieu aussi peuplé, si ce n'est pas pour y achever un but précis ça ne lui ressemble pas. Il doit avoir un truc à faire là bas. Un truc pour lequel avoir deux paires de bras en plus serait un avantage. Et un truc pour lequel il a besoin d'une personne sur laquelle il sait qu'il peut compter et avec qui il s'est déjà battu. Ainsi, le cowboy se met sur ses gardes avant même d'arriver sur le lieu, jetant un œil inquisiteur à tout ce qui l'entoure. Plus la distance entre lui et le centre commercial s'affaiblissait, plus la foule augmentait, comme plus un contrepoids s'éloignait, plus la cabine d'ascenseur se rapprochait. Vive la comparaison.

  Une fois à l'intérieur de la fourmilière à taille humaine, l'étudiant en noir cherche le fameux Sundowner du regard. Toujours avec le même regard analytique, à la recherche du moindre détail tel un enquêteur, il assiste cependant à quelque chose de plutôt suspect. Repèrant une sorte de larve écarlate, plutôt grosse, glissant sur le sol à une vitesse assurant une certaine discrétion alors qu'elle se faufile entre les jambes des gens. Alors qu'elle atteint le corps d'un des mendiants, ignorés par la populace, cette dernière se glisse dans ses vêtements. C'est alors que, du coin de l’œil, il reconnait deux silhouettes se dirigeant vers lui, l'un d'eux faisant un signe de la main.

- Yo Yosuke !
- Bon c’est les soldes, ça me donnait une excuse pour checker les boutiques et pas se faire chier.

  Il à beau faire l'innocent, le jeune Noguchi n'est pas dupe. Le regard toujours fixé sur la victime, il s'adresse à son compagnon de bataille avec un sérieux à en glacer le sang.

- Laisse-moi deviner. C'est petit, rouge, gluant. Et c'est toute la raison de notre présence...

 Le cowboy d'ébène pointe donc l'homme inconscient du doigt, toujours amorphe, auquel nul ne prête attention. Peut-être pensaient-ils qu'il dormait ? Ou qu'il était juste fatigué ? Ou peut-être simulait-il ? Dans tous les cas, cette affaire semble bien plus complexe car, ne connaissant toujours pas la source ni les effets de cette larve, tout est encore à craindre.

- On à le sujet de ton exercice à ce que je vois, on commence quand ?

  A la fin de cette phrase, l'infecté perd subitement conscience, tombant au sol de tout son poids.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 9 Mai - 3:06



Je vis un homme par terre, en pleine syncope. Ses mains tremblotante semblaient montrer quelque chose au dos. En prêtant attention je vis une limace monstrueuse couleur écarlate, qui faisait la taille d’un bras environ. Sa simple vision me fit un haut de cœur. De ce pas, je me jetai sur la personne en détresse et retirai cette bestiole. Sauf qu’au touché, la créature réagit en sortant des sortes de tentacules. Je sentis quelque chose d’urticant, en réponse, mes mains flambèrent et je jetai la créature. La créature s’évapora aussitôt. Je regardais le dos de la personne attaqué, il y avait une énorme tâche de sang mais il n’y avait de blessure. Pourtant sa peau semblait toute blanche, comme s’il avait une anémie. Je fis signe aux gens qui étaient autour de moi d’appeler une ambulance.

À peine le temps de finir mes instructions aux autres, que j’entendis un cris non loin d’ici. Une femme se faisait agresser par un humanoïde très sec et peu détaillé. On pouvait distinguer les mains et les pieds, mais tout le reste semblait si fluide que le seul détail apparent n’était que les yeux jaunes. Il tenait la femme par les mains, je pouvais voir ses doigts s’enfoncer dans les poignets de sa victime. J’avais l’impression qu’il absorbait… son sang ? Je fis signe à l’énergumène d’arrêter tout de suite. Forcement il ne m’écouta pas, et il se prit une salve enflammé. Il fut aussitôt propulsé et la femme était à l’abri. La « créature » se décomposa et se forma en limace, comme vu avant. Ça rampait rapidement au sol pour rejoindre sa victime. Je le brûlai une fois de plus.


J’étais hésitant, je me demandais si je venais pas de tuer quelqu’un. Mais la situation me semblait bien étrange, quel genre d’alter bien dégueulasse ça pouvait bien être ? Je parlai à la femme, en état de choque.

- Bon je vais faire vite, il a dit quoi et il vous a fait quoi ? Pour quel motif si vous savez ?
- Je sais… pas… j’ai vu mon mari tombé à terre…. j’ai vu cette larve… et se transforma en cette chose…. Ses doigts… j’avais l’impression d’être aspiré… j’ai si froid.
- Mmh ok, bon les mioches on a du boulot, s’il vous plait, appeler les renforts, on sait jamais ce qu’il pourrait se passer. J’ai un mauvais pré-sentiment. Mais attendez il est où votre mari ?


Elle me montra du doigt apeuré son homme au sol. Je touchais le corps, pour voir s’il avait encore du pou, il en avait. Mon cœur n’avait fait qu’un tour, ma respiration s’était accéléré comme pas possible. J’avais vraiment peur qu’il soit mort. Mais il n’était clairement pas bien. Je n’aimais vraiment pas la situation, ça me mettait vraiment sur le cul. Je pouvais m’empêcher de sortir une petite réplique :

« Je ne déconnais pas en disant que j’étais là pour faire juste du shopping, mais bon on a trouvé quelque chose de mieux à faire...Pff fait chier on ira checker les promos après ! »


Un bruit sourd retenti, une porte vola juste en face de moi et une créature rouge refit son apparition. L’humanoïde sortait des toilettes, il semblait plus « gros ». Tel un chien enragé il se jeta sur moi et je me défendis aussitôt en envoyant une boule de feu. Voyant que ça ne suffisait pas, j’intensifiais l’attaque. La créature s’évapora sur le champs avec la limace. Je courais vers les toilettes : une boucherie. Il y avait du sang partout, mon regard resta figé et mon estomac réagit très mal. Du sang partout et des gens à terre. Je m’empressai d’aller dans la pièce. « Tout mais sauf ça », pensais-je très fort.


Ouf, ils semblaient être envie pour l’instant. Mais ils avaient clairement besoin d’une intervention. Je retirais mon casque, la chaleur semblait avoir augmenté d’un coup. Pourtant je résistais tellement bien à la température ambiante, c’était sûrement la pression. Je me posais à terre deux sec et m’adressais aux deux élèves.


- Bon, là ça vient de dépasser un stade inimaginable. On a eu de la chance, personne n’est mort encore… On a clairement besoin d’un pro là. Ces limaces de putain, j’ai l’impression qu’elles choppent le sang des victimes et prennent une forme humanoïde, et plus elles choppent du sang, plus elles deviennent fort ? Ça serait logique, car quand j’ai attaqué l’autre, elle me semblait résistance. Pourtant dans le chiotte il n’y avait que 5 personnes… il se passerait quoi si ça dépasser 10 ,20, 30 ou…


Mon monologue se finit quand un bruit de saturation fit son apparition. Ça venait des enceintes. D’un coup une voix suave, calme mit l’ambiance. C’était clairement pas l’annonceur annonçant que Dylan attendait ces parents à l’accueil.

« Lorsque ses serviteurs s'approchèrent de lui, et lui dirent : Père, alors même que le prophète vous aurait ordonné une chose difficile, vous auriez dû néanmoins la faire; combien plus deviez-vous obéir, lorsqu'il vous a dit : Allez vous laver, et vous deviendrez pur? Il s'en alla donc, et se lava sept fois dans le Jourdain, selon l'ordre de l'homme de Dieu; et sa chair devint comme la chair d'un petit enfant, et il fut guéri. ».



Je donnai l’ordre aussitôt aux autres de regrouper les citoyens et de le faire sortir immédiatement d’ici. Mais toutes les portent se fermèrent d’un coup et la sécurité s’enclencha avec une alarme. Je pouvais entendre des coups de feux retentir un peu au loin, comme si que les gardes étaient attaqué. Il commençait à y avoir des cries partout. Quand d’un coup tout stoppa. Plusieurs bruits de pas venaient vers nous. Les caméras se tournèrent et nous fixèrent. Je commençais avoir une sueur froide au front quand les bruits s’arrêtèrent. On était pris en chasse. Les hauts parleurs s’activèrent une fois de plus.

« Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés de toutes vos souillures, et Je vous purifierai de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et Je mettrai un esprit nouveau au milieu de vous; J'ôterai de votre chair le cœur de pierre, et Je vous donnerai un cœur de chair. »


La clairière qui servait de toit se péta d’un coup. Des morceaux de verres tombèrent au sol et blessa nombre de personne se situant en bas. Tandis que moi je me trouvais à l’étage, spectateur et impuissant.  Et le drame s’intensifia… une pluie de larve sortit du haut et frappa sur la foule en panique. Un torrent écarlate, mélangé avec les cries d’horreur. D’un, une bonne dizaine de créature rouge sorti par le troue, se jetant tous sur la foule. Ma respiration s’emballa de nouveau, mes sourcils se froncèrent, un sentiment de colère commença à venir lentement en moi. L’iris de mes yeux commençaient à s’embraser. Je mis aussitôt mon casque, et plongea dans la foule pour attaquer les monstres.





J’atterris au sol en envoyant une explosion enflammé. Les monstres furent balayés et projeter aux alentours. Je bondis sur le groupe et envoyant des rafales n’important où. Je m’approchai de l’une des créatures et carbonisa sa tête. Une deuxième et troisième arrivèrent dans mon dos. j’esquivais en faisant un salto et balança des flammes par les pieds. D’autres m’attaquèrent encore mais je contrai leurs coups sans problème. Je fis en sorte de les grouper, pour ainsi tous les brûler d’un coup.


Vite fais bien fais, je me calmai, et aidai aussitôt la foule en détresse à retirer les limaces sur eux. Mais d’autres créatures se mirent à venir. Je fis un violent coup de poing de le vide et une flamme intense balaya tout. J’arrivais prêt d’une personne mais d’autres vinrent encore. Ils brûlèrent tous d’un coup, sans même que je me retourne. « En dehors de mon chemin », sorti-je d’un air tellement menaçant que tout le monde autour de moi s’arrêta hurler.


Je brûlais les larves que je pouvais voir en les brûlant un à un. Je fis signe aux autres de m’aider. Sauf que d’un coup, les larves se détachèrent de la plupart des corps, et se mirent à fusionner. En plus de ça. Des créatures encore plus grosse venaient d’émerger. Une colère noir montait de plus en plus en moi. C’était rare, malgré mon apparence jovial, j’étais quelqu’un d’ironiquement froid et faux. Mais là, ma colère était bien réel.

« Dégager moi ces personnes et tuer moi ces larves. Un de vous deux s’occupe de protéger les citoyens tandis que l’autre trouve l’auteur de tout ça. En ce moment là il nous observe et je le sens. Yosuke tu te charges de lui casser la gueule. Alors que moi... »


Je m’avançais fièrement, mon corps s’embrasa laissant une traînée de braise de mon sillage. À chaque pas, mes flammes devenaient de plus en plus intensif tout comme ma rage.

« … j’ai un massacre à faire ».
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Akiharu Suiren
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 27
Disponible en RP : Toujours !

Fiche de Pouvoir
Grade: 3
Année et Classe: Première année - 1-C
Alter: Power Up !
Mer 10 Mai - 2:23
Alors que je venais juste de terminer ma phrase les deux phénomènes se figèrent sur place, leurs regards ayant changés du tout pour tout.

" - Vous allez b.... " commençais-je d'une voix amusé avant d'être rapidement interrompu par Yosuke.

" -  Laisse-moi deviner. C'est petit, rouge, gluant. Et c'est toute la raison de notre présence... " Son doigt se leva en direction de ce qui semblait être une personne vêtu de guêtres et fripes, un mendiant en somme.

Ses mots percutèrent mon cortex cérébral d'une manière incongru... Petit .... Rouge... Gluant ? c'était bien tout le contraire du personnage étant allongé sur le sol, de quoi pouvait-il bien référence ? Avais-je loupé un épisode ou sauté l'étape d'une blague ? Je ne voyais pas le rapport entre un vieillard inerte et une quelconque chose de ce genre.

* Merde, fallait peut-être que je rigole, raaaah ils vont croire que je suis un vieux lourd * Pensais-je en me crispant.

" On à le sujet de ton exercice à ce que je vois, on commence quand ? " Renchéri-t-il d'un ton des plus sérieux auquel visiblement je n'avais pas saisis toute les coutures.

*Mais bordel, de quoi peuvent t'il bien être entrain parler ? J'ai loupé un épisode ou quoi ?*

Sans crier gare Sundowner s'élança en direction du nécessiteux, un élan de générosité sans aucun doute, peut-être qu'au fond il n'était pas aussi réfractaire qu'il en avait l'air...

" -Que ! " ce mot sortie de ma bouche dans un élan d'étonnement.

En une fraction de seconde Sundowner avait extirpé depuis le dos du miséreux une étrange et dégoûtante bande blanchâtre empreinte de tâches rouges écarlates.

" - C'est quoi ce tr... " je n'eu pas le temps de terminer ma phrase que l'immonde pseudopode tortillant se fît carboniser entre les mains de notre tuteur, je n'avais même pas compris la moindre action qui venait de se dérouler devant mes yeux ébahies que Sundowner harangua la foule à appeler une ambulance.

Visiblement quelqu'un ou ... quelque chose.... en repensant à cette étrange créature avait blessé l'homme à terre.
Une épaisse tâche de sang maculait l'arrière de sa chemise suintant à grosse goûte sur le pavé étincelant du centre commercial, sans réfléchir au pourquoi du comment je m'élançais au côté de notre aîné, si quelque chose était entrain de se produire il fallait agir et vite !

" - Qu'est ce qu'il se passe Sun ? Un problème ? "  

" - AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! " Un crie d'horreur retentit avec fracas au moment même ou je finissais ma phrase, c'était la voix d'une femme en panique, son grain vocal était empreint d'un effroi sans nom.

Nos regards se rabattirent promptement sur notre gauche, d'autres cries de terreur fusèrent dans l'assemblée alors que les clients du centre commençait à se disperser en pagaille dans un début de panique général.

C'est pas possible, qu'est ce qui était entrain de se passer exactement ? Des vilains ? Ici et maintenant ? A peine arrivé à Yuuei et les ennuies se profile déjà, qu'est-ce que... Qu'est-ce que c'est que ce truc immonde !!!

Une forme chétive aux traits humanoïdes disparates et indistincts agrippait avec force une jeune femme aux cheveux verts se débattant tant bien que mal contre la créature au regard terrifiant, celui-ci avait profondément enfoncé ses longs et épais doigts à l'intérieur du poignet blanchâtre de la femme, la faisant pendre au dessus du sol telle une poupée désarticulée.  

" - Lâche la putain ! " Gueula Sundowner d'une voix roque et autoritaire.

Je n'avais encore jamais vu un vilain en vrai et pour tout dire la vue d'un d'aussi prêt, a une dizaine de mètre seulement me donnait la chair de poule, est-ce que ce qui se déroulait devant mes yeux était vraiment réel... Est-ce que... Cette dame était entrain de se faire aspirer le sang ?

* JE DOIS ALLEZ LA SAUVER ! * Mon sang ne fît qu'un tour, j'étais prêt à m'élancer quand la main de notre senpai se leva en une fraction de seconde vers le scélérat, un geyser de flammes incandescentes carbonisant et repoussant l'assaillant loin vers l'arrière, celui-ci se dissolut en un amas de sang et de cendre.

* Trooooooooooooooop coooooooooooooooool ! Alors c'est donc ça la puissance de l'altérité d'un 3 éme année ? " jubilais-je intérieurement.

La demoiselle tomba a terre, son corps livide heurtant lourdement le sol, une " larve " gorgé de sang s'extirpa du tas de cendre formé par l'attaque de Sundowner avant de ramper vers la femme, un agrégat grouillant d'acheteur, ceux-ci observaient la scène effrayés tandis que d'autres s'attroupaient en masse vers les portes de la zone co.
Une deuxième salve incandescente jailli de la paume du héros avant d'abattre froidement la bête se tortillant à la surface du sol avant de tomber en désuétude.

Sans le temps de reprendre son souffle l'homme en armure chromée se dirigea vers la victime de l'agression, moi j'étais à la fois émerveillé par un tel acte d'héroisme et en même temps sidéré par la témérité de l'agresseur qui n'avait en rien l'air d'un humain, était-ce un alter de type mutation ? Ou bien autre chose... Dans ce cas je venais d'assister à la mort de quelqu'un en direct... C'est plutôt brutale comme premier stage....

" - Bon je vais faire vite, il a dit quoi et il vous a fait quoi ? Pour quel motif si vous savez ?  La questionna t'il rapidement.

- Je sais… pas… j’ai vu mon mari tombé à terre…. j’ai vu cette larve… et se transforma en cette chose…. Ses doigts… j’avais l’impression d’être aspiré… j’ai si froid." Sa voix était haletante et son teint des plus pâles, chacune de ses respirations et des mots qu'elles s'exortait semblaient la faire souffrir, je ne pouvais m'empêcher de penser à ce que ce monstre de sang et de chair devait lui avoir fait pour la mettre dans cet état.

"- Mmh ok, bon les mioches on a du boulot, s’il vous plait, appeler les renforts, on sait jamais ce qu’il pourrait se passer. J’ai un mauvais pré-sentiment. Mais attendez il est où votre mari ? " nous adressa t'il d'une voix hâtive, visiblement il semblait plus que préoccupé par ce qui venait de se produire.  

D'un geste fébrile elle pointa le corps inerte d'un homme en costard allongé près d'un escalator, son trench-coat était maculé de sang et une épaisse traîné rougeâtre dessinée une ligne sur le sol. Yosuke et moi nous avancérent en même temps vers la victime, suivant Sundowner qui semblait être à première vu très stressé par la situation, d'un rapide coup de main il prit le pouls de la victime, celle-ci à l'image des 2 autres semblaient livide, comme ces histoires de vampire que me raconté papa quand j'étais petit...

Vampire... vamp.... Et si c'était ça ? Et si depuis le début quelqu'un ou quelque chose posséder une altérité similaire à celle des vampires ? Mais à quoi pouvait donc bien lui servir le sang et si ces choses n'étaient pas lui, ou se trouvait leur créateur ? Plusieurs questions se mirent à tourner dans ma tête tandis que j'essayais de figurer de multiples solutions, mais je n'avais pas le temps pour ça ! Il fallait que j'avertisse les héros en patrouille dans le quartier afin de venir nous apporter du renfort ainsi qu'aux éventuels autres blessés, il n'y avait pas une seul seconde à perdre et c'était de mon devoir d'apprentie héros de Yuuei d'accomplir cette mission.

" - Je m'en charge ! "

N'y une n'y deux je m'empressais de rejoindre l'une des sorties du magasin le plus vite possible en courant, mon t-shirt All Might se collait à mon corps tandis que mes lacés défaits et mon jogging trop grand brinquebalaient au vent de ma course.

« Je ne déconnais pas en disant que j’étais là pour faire juste du shopping, mais bon on a trouvé quelque chose de mieux à faire...Pff fait chier on ira checker les promos après ! » J'entendis ces mots derrière moi alors que je pénétrais dans l'épaisse et compacte foule se pressant en pagaille pour s'extirper de cette panade.

* BLAAAAAAAAAAAAAAAM ! FSCHOUUUUUUU BOUM ! FSCHOUUUUU BOUM ! FROUUUUUU ! * Un bruit de métal et de bois brisé vint perturber l'épais manteau sonore planant dans le magasin suivit d'une salve de deux explosion de feu, mon regard ainsi que celui de la majorité des fuyards se retournèrent avec prestance en arrière tandis que j'aperçue une gerbe de feu emporté le corps carbonisé d'un second homonculus celui-ci semblant s'être tenu à l'instant à seulement 2 mètres de Sundowner, celui-ci avait visiblement émergé depuis les toilettes publiques.

Ca commençait sérieusement à dégénérer et il fallait que je trouve le moyen le plus rapide d'avertir les autorités compétentes * Il faut que je me dépêche avant que la situation n'empire, vite ils comptent sur ... ATTEND C'EST DU SANG QUI SORS EN FLAQUE DES TOILETTES ? " une épaisse mare d'hématie coulait amèrement depuis l'intérieur de la pièce, un haut les coeur souleva mon ventre,  je ne voulais même pas imaginer le massacre qui avait du se produire à l'intérieur... Je n'avais encore jamais vu un être humain mourir devant mes yeux et je crois que cette expérience aurait était plus que traumatisante à l'heure actuelle, il fallait faire quelque chose et vite :

" - ÉVACUEZ LE PLUS RAPIDEMENT LE CENTRE COMMERCIAL ! NE VOUS RETOURNEZ PAS, IL N'Y A PAS DE TEMPS A PERDRE, VOTRE VIE ET VOTRE PROTECTION EN DÉPEND! " Hurlais-je afin d’accélérer la vitesse de fuite des retardataires s'attardant sur la scène.

Sundowner retira rapidement son casque, ses traits reflétaient la peur et l'interrogation, son regard fougueux et ses manières brutales avaient laissé place à un visage totalement différent, celui d'un homme n'ayant pas le contrôle de la situation. Ses cheveux en bataille et son front étaient couvert de sueur, visiblement il semblait à bout de nerf malgré son tempérament de feu.

- Bon, là ça vient de dépasser un stade inimaginable. On a eu de la chance, personne n’est mort encore… On a clairement besoin d’un pro là. Ces limaces de putain, j’ai l’impression qu’elles choppent le sang des victimes et prennent une forme humanoïde, et plus elles choppent du sang, plus elles deviennent fort ? Ça serait logique, car quand j’ai attaqué l’autre, elle me semblait résistance. Pourtant dans le chiotte il n’y avait que 5 personnes… il se passerait quoi si ça dépasser 10 ,20, 30 ou…

Ces mots firent 3 tours dans mon esprit avant de prendre tous leurs sens, je déglutis rapidement tout en retournant 50 fois la situation dans ma tête.

* Ces limaces aspirent le sang de gens ? Ca expliquerait ma théorie du vampirisme, mais alors... C'est bien l'alter de quelqu'un et donc une personne caché dans ce centre commercial cherche à nuire à la population.... Mais si déjà une seul de ces créatures formés de chair et de sang semble si imposante et brutale, 10 .... 20..... 30 ! C'est complètement fou, en si peu de temps le malfaiteur avait été capable d'éliminer 5 personnes dans les toilettes, alors dans un centre commercial comme celui-ci .... C'est l'endroit rêvé pour faire un véritable carnage ! C'est mon devoir de héros de sauver ces gens et de neutraliser le maximum possible de ces horreurs.... Mais si déjà notre sensei galère... Alors je n'imagine pas..... RAH JE NE DOIS PAS Y PENSER ! SE FOCALISER SUR LE SAUVETAGE DES CIVILS ! *   *

Tout s'embrouillait en moi, j'étais confus et stressé, comment pouvais-je réagir de façon sereine sachant qu'à tout moment une armée de ces machins pouvait apparaître au beau milieu de la zone commercial et engranger un massacre sans nom ! Le sang battait à mes oreilles à la mesure de mon angoisse grandissante... Mais il fallait que je reste stoïque face à l'adversité, sinon je ne pouvais pas prétendre au titre de héros, j'essayais donc tant bien que mal de conserver mon sang froid, quand soudain une voix suave et calme s'éleva depuis les enceintes de la zone, se mettant à lire ce qui semblait être une homélie des plus formelles :

« Lorsque ses serviteurs s'approchèrent de lui, et lui dirent : Père, alors même que le prophète vous aurait ordonné une chose difficile, vous auriez dû néanmoins la faire; combien plus deviez-vous obéir, lorsqu'il vous a dit : Allez vous laver, et vous deviendrez pur? Il s'en alla donc, et se lava sept fois dans le Jourdain, selon l'ordre de l'homme de Dieu; et sa chair devint comme la chair d'un petit enfant, et il fut guéri. ».

Notre tuteur nous somma avec inquiétude et rapidité de faire évacuer les personnes restantes, et alors que je m'élançais une seconde fois en arrière, les épais rideaux de métal et les barrières de protections du centre commercial s'activèrent, une alarme sonore et assourdissante se déclencha pendant que des bruits de coups de feu suivit de hurlements d'agonies déchirèrent l'atmosphère pesante.

Oy oy oy c'est quoi le délire, c'est des policiers qui viennent de se faire abattre ? Pourquoi les systèmes de protection externes viennent de s'allumer et qu'est ce qui avait pu provoquer ça ? Nous étions pris au piège comme des souris en cage, mais plus grave encore, les civils se mettaient à hurler de plus belle et à paniquer de la manière la plus chaotique possible.

Il fallait que je trouve une solution, peut-être que sundowner aurait pu faire fondre le système de protection et crée un gouffre pour permettre aux innocents de s'échapper, ou bien l'Alter de Yosuke aurait pu nous tirer de ce trépas ? A ce moment là je me sentais des plus inutiles, moi et mon manque d'altérité... Si seulement j'avais eu un gadget ou quoi... Et si je n'avais pas perdu de temps à me retourner plusieurs fois... J'aurais pu m'enfuir et avertir les secours... Si quelque chose devait arriver je ne pourrais pas me le pardonner, c'était la vie d'un de mes camardes de classe et d'un de mes supérieurs qui étaient en jeu !

Soudain, l'épais brouhaha sonore se tu, et dans une oppressante intemporalité, quelques secondes durèrent comme plusieurs minutes avant que le psaume diabolique se mît à recommencer de plus belle :

« Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés de toutes vos souillures, et Je vous purifierai de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et Je mettrai un esprit nouveau au milieu de vous; J'ôterai de votre chair le cœur de pierre, et Je vous donnerai un cœur de chair. »

De quoi pouvait-il bien parler ? Ce mec est totalement jeté, ça doit être le taré qui s'attaque aux gens depuis tout à l'heure, nous purifiais... Qu'est ce qu'il entend par.... MERDE !

Un boucan ravageur perça le silence une fraction de seconde après la dernière syllabe prononcé par l'étrange prophète, des morceaux de verres et de fers et de larves blanchâtres déferlaient depuis le sommet de nos têtes tandis que 'observais avec effrois des dizaines d'homonculus écarlates se jeter par l'embouchure crée par leur arrivé fracassante.

Une pluie de vers de sang se déversait sur la foule, des cris d'horreurs, de dégout et de peur résonnaient dans toute la zone,  tandis que l'une d'entre elle tomba à mes pieds, en une fraction de seconde et par instinct naturel mon pied vient écraser de toute ses forces l'horreur vampirique au sol, projetant du sang sur le côté de mes chaussures.

* AH MAIS ! C'EST HORRIBLE CE TRUC ON AURAIT DIT QUE J'AI ECRASE UN VIEUX CHEWING GUM OU UN GROS SCARABEE ! *

J'essuyais rapidement avec dégoût contre le sol les traces de sang sur mes chaussures, bordel c'était plus dégueulasse et visqueux qu'un plateau de Sukonbu mouillé, même les boulettes périmés de maman était plus consistante que ça.

* fschouuuuuu FROUUUUUUUUUUUU FSCHOUUUUUUUUUUUUU *

Plusieurs bruits de lance flamme couplé à des vociférations et des bruits d'explosion me firent détourner rapidement le regarde de mes chaussures, en quelques instant Sundowner avait éliminé la quasi totalité des homonculus et s'occupait à présent d'aider les civils, une épaisse et écoeurante odeur de sang brûlé empestée le hall. Dans un élan héroique, celui-ci nous ordonna d'une voix inquisitrice :

« Dégager moi ces personnes et tuer moi ces larves. Un de vous deux s’occupe de protéger les citoyens tandis que l’autre trouve l’auteur de tout ça. En ce moment là il nous observe et je le sens. Yosuke tu te charges de lui casser la gueule. Alors que moi... »

Son visage et son armure s'embrasèrent, il tourna les talons dégageant une aura des plus agressifs tandis que Yosuke s'élança à bras le corps, puis il termina sa phrase d'une manière des plus brûlante.

« … j’ai un massacre à faire ».

" - Yosuke fait attention à toi ! " Lui hurlais-je tandis que je fonçais tête baissé vers la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Yosuke Noguchi
Département des Héros 1-C
avatar
Messages : 111
Disponible en RP : Assez régulièrement
Double-compte : Non

Fiche de Pouvoir
Grade: 3
Année et Classe: 1-C
Alter: Spirit grasp
Jeu 11 Mai - 2:15
One Man Army
Mako Lewis - Suiren Akiharu - Noguchi Yosuke
  Comme attendu par le jeune homme, la situation dérape, devenant totalement hors de contrôle. Le pyromancien, bien que faisant preuve de beaucoup de puissance le flot d'ennemi est conséquent. Les larves, soudainement apparues des toilettes publiques,  s'en donnent à cœur joie de saper le sang de leur victimes pour se transformer en combattants écarlates difformes, pratiquement plus répugnants qu'ils ne sont dangereux, en tout cas tant qu'ils ne se recombinent pas. Car, comme il est force de constatation, ils peuvent fusionner entre eux et ainsi gagner en puissance. Et bien que le flamboyant Sundowner s'en rende compte et en pâlisse, ça ne le refrénè pas dans son élan belliqueux. Toujours carbonisant autant d'ennemis qu'il peut, tout en arrachant les larves du dos de leurs victimes, lui-même ainsi que ses deux stagiaires s'interrompent à l'annonce aux airs ecclésiastiques mais tout aussi malsains, dictée via les hauts-parleurs de l'établissement par une voix d'une tranquillité dérangeante au vu des évènements.

 - Lorsque ses serviteurs s'approchèrent de lui, et lui dirent : Père, alors même que le prophète vous aurait ordonné une chose difficile, vous auriez dû néanmoins la faire; combien plus deviez-vous obéir, lorsqu'il vous a dit : Allez vous laver, et vous deviendrez pur? Il s'en alla donc, et se lava sept fois dans le Jourdain, selon l'ordre de l'homme de Dieu; et sa chair devint comme la chair d'un petit enfant, et il fut guéri.

Ce ton, appelant à l'apocalypse entre les lignes monacales du paragraphe tout droit tiré du Nouveau Testament, et plus exactement des textes sur le baptême, voit son appel aboutir alors que des coups de feu et des cris mêlant effroi et agonie retentissent plus loin dans le complexe. Des voix très souvent masculines des dures, de personnes habituées au combat et à la situation de crise. Police, ou service de sécurité, quels que soient les hommes dont ces cris sont arrachés, ils passent certainement un des pires moments de leur carrière, en espérant que ce ne soit le dernier. Ces hurlements, bien que puissants, sont à peine audibles car noyées dans le capharnaüm sonore provoqué par l'alarme, retentissante, réitérative, insoutenable. Le chaos sonore, mêlant les innombrables phonèmes humain monstrueux et mécaniques, prend soudain fin dans un immense silence, un silence d'une densité qui pourrait peser sur un humain jusqu'à le faire plier. Jouant au prophète, l'aliéné aux commandes, contrôlant visiblement jusqu'aux caméras de surveillance qui se concentrent sur la foule, reprend son énoncé clérical.

- Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés de toutes vos souillures, et Je vous purifierai de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et Je mettrai un esprit nouveau au milieu de vous; J'ôterai de votre chair le cœur de pierre, et Je vous donnerai un cœur de chair.

 Le plafond de verre cède alors, laissant tomber sur le peuple plus de ces sangsues rougeoyantes qu'on ne peut en compter. Il n'en faut pas d'avantage à Mako pour se jeter au milieu de la foule, arrachant les parasites du dos de leurs hôtes, les rossant, et carbonisant les monstres qui déjà se lèvent parmi les gens. Bien entendu, il compte sur ses pouvoir pour causer le plus de dommages possibles à l'ennemi, et ordonne à ses deux camarades une assistance à la personne pour évacuation.

- Dégagez-moi ces personnes et tuez-moi ces larves. Un de vous deux s’occupe de protéger les citoyens tandis que l’autre trouve l’auteur de tout ça. En ce moment là il nous observe et je le sens. Yosuke tu te charges de lui casser la gueule. Alors que moi, j'ai un massacre à faire.

 Le jeune élève aux cheveux blancs semble lui-aussi désemparé bien qu'il ait pris sur lui déjà depuis un moment de faire évacuer les civils. Après avoir demandé à Yosuke de prendre soin de lui, il s'apprête à rejoindre les blessés. Le cowboy l'interpelle alors, prenant sa paire de poings américains de ses poches et les lui lançant. Il ne connaît pas l'alter du jeune homme à la toison platine, mais il semble bien qu'elle soit liée à son physique, car déjà il semble plus réactif et plus physique que la normale. Il fallait bien ça pour qu'une personne parvienne à passer l'examen d'entrée à Yuuei sans alter spécialement flashy.

- Attrape, bonhomme. T'en auras certainement plus besoin que moi.

 Il n'attend pas de réponse et se rue vers les escaliers, empoignant le couteau qui jusqu'alors pendait sagement à sa ceinture. Sa lame, aussi brillante qu'elle est tranchante, à brillamment été réparée après les nombreuses maltraitances qu'elle avait subi dans le métro. Avec une agilité témoignant de la maîtrise de son arme, Yosuke occis une paire de ces créatures sur le chemin de la cage d'escaliers. Passant à côté d'un plan d'évacuation, il l'arrache du mur. Un coup d’œil rapide lui permet de repérer le poste central de sécurité au deuxième étage, là où la vue est imprenable sur l'établissement. Il se met donc à gravir les marches d'un pas rapide mais ralenti pour minimiser le bruit. Comptant sur l’agressivité et le côté effrayant de l'alter de son camarade de feu pour concentrer toute l'attention, l'étudiant tente de se rapprocher le plus discrètement possible.

 Une fois arrivé au sommet de la cage d'escaliers, Yosuke ouvre la porte. Le spectacle y est morbide. Pas âme qui vive, et pourtant le lieu est souillé de ce sérum de vie rougeâtre en tout endroit. Toujours inaperçu, Yosuke prend bien soin de rester dans les angles morts, usant du Spirit Grasp pour lancer sa lame sur les caméras qui compromettraient son avancée. Certes, ça donne un message peu rassurant, mais toujours mieux qu'un visuel détaillé sur qui arrive et par où. Le lieu, dont la majeure partie du sol de verre s'est vue effondrée, semblait relativement instable par endroits. De plus, le sang s'écoulant sur le sol le rendait plus glissant, forçant l'apprenti héros à faire attention à l'emplacement de ses pieds. La moindre erreur peut s'avérer mortelle. Il rejoint dès que possible le sol de béton et une fois tout proche de la cabine, il s'adosse près de la porte.

 Jetant un coup d’œil par la vitre, il peut entrevoir une grande silhouette aux cheveux argentés debout devant les écrans de contrôle. Aucune arme dans la pièce, ni même de complice. Les théories commencent à fuser dans l'esprit du cowboy, dague en main. Ce ne serait donc pas le chef, ou l'instigateur. Il y aurait peut-être quelqu'un au dessus. Dans tous les cas, il entre en tracassant la porte, se ruant vers l'homme. L'impact lourd retentit dans tout l'établissement via le microphone toujours activé.

- Alors c'est toi le beau diable qui se fait passer pour Jésus ? J'espère que t'as la foi, parce que tu vas vraiment avoir besoin de ton Père pour t'en sortir après ce que t'as fait !

 Le télékinésiste attrape l'homme par la gorge. Mais celui-ci ne bronche pas, ne bouge pas, et ne tente même pas de se débattre. Ce calme permet d'ailleurs au jeune Noguchi d'entendre des pas venant dans sa direction : des larves transformées ont du le repérer et s'en viennent pour en découdre. Yosuke éclate la tête de l'homme contre le panneau pour l'assommer, le laissant toujours aussi peu animé sur une chaise et les mains liées. Puis il met le pied dehors, brandissant sa lame courte. Ces monstres dénués de logique ou de process cérébral n'ont que faire de pièges, mensonges ou ruses. Il décide donc de se lâcher, révélant son alter dans sa forme la plus pure. Lançant sa dague et la faisant virevolter d'un ennemi à l'autre, Yosuke parvient à peine a garder suffisamment de concentration pour aller se battre au corps-à-corps dans le même temps, utilisant donc son arme pour frapper les ennemis dont la défense est neutralisée par son intervention physique. Il encaisse quelques coups, quelques égratignures, mais ces monstres ne sont que chair à canon, jusqu'à ce que les deux derniers d'entre eux fusionnent.

 La donne change : la taille du monstre rouge double, et avec elle certainement sa puissance. Yosuke ramène sa dague à lui et se met en garde. Le colosse de sang jette son poing sur l'étudiant qui valse à l'intérieur de la salle, prenant un coup sur la nuque. Un peu étourdi, il ressort pour ne pas se laisser enfermer, et lance à nouveau sa dague. Celle-ci se loge dans la créature, et Yosuke décide de la faire bouger à l'intérieur plutôt que de la faire ressortir immédiatement. La bête ainsi mutilée de l'intérieur perd son efficacitée et entre dans un état d'agonie, aidant l'étudiant a en finir, la frappant et la poussant vers le fossé d'où sont tombées les autres larves.

- TIMBER !!! ATTENTION EN DESSOUS !!

 La chute lourde se voit terminée sur un débris de métal, empalant le monstre et le séduisant en flaque de sang, et la dague alors au sol retourne à la main de Yosuke en un éclair. Il la nettoie à l'aide de son long manteau et il retourne à l'homme. Il lui met quelques gifles pour le réveiller et le fait se lever.

- Allez coco, j'connais des gens qui veulent t'causer en bas...

Silencieux et d'un calme inquiétant, l'homme suit les ordres de l'orphelin. Trop, bien trop facilement à son goût. Il ne peut s'empêcher de penser à un coup fourré et regarde dans toutes les directions, toujours en alerte. Mais rien à signaler sur tout le chemin du retour vers Mako et Akiharu. Il le pousse contre un mur et pointe sa dague dans sa direction, appelant ses camarades à le rejoindre.

- Voila le type que j'ai trouvé dans le PC de sécurité. Par contre, c'est pas moi qui lui ai coupé la langue.

 Il met sa main sur l'épaule de Mako, encore assez chaude, afin de lui adresser à l'oreille discrètement pour n'inquiéter personne.

- Essaie de me le faire craquer avec tes flammes. Le sang ça n'aime pas la chaleur, ça va lui délier la langue. Par contre, fais gaffe... Sa capture était bien trop facile. Il ne s'est pas du tout débattu, et je n'aime pas ça...
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 116

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-B
Alter: Gargantua
Jeu 11 Mai - 12:16
Message supprimé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 11 Mai - 17:14
J’entendis une voix extérieur, me coupant dans mes actions. Je me retournai aussitôt et vis deux silhouettes. Des renforts ! Je me pouvais m’empêcher de me réjouir de cette nouvelle, faisant ainsi disparaître toute ma tension. Je voulais répondre à la fameuse interrogation du héro, mais des ennemies réapparurent en se jetant à partir du haut.





Je réagi aussitôt en envoyant des vagues enflammées pour toucher le plus d’ennemi possible. Après qu’ils arrivèrent au sol, je donnai plusieurs coups de poings dans le vide, projetant des barrages de flammes. Chaque jab touchait un ennemi, ça me permettait d’être précis sans risquer d’attaquer les civils. Ils étaient encore derrière moi, presque tous débarrassés des verres. Je fis un coup de pied au sol, gérant ainsi un mur de flamme serpentant le sol tel une rivière. Les ennemis se mirent à fusionner, ne laissant ainsi que trois créatures de sang bien impressionnant. Ils n’étaient pas loin des 3m de hauteur avec une musculature exemplaire.


Le premier traversa le mur de flamme et se jeta sur moi. J’esquivai tout ses coups  et je le détruisis avec une boule enflammée. Les deux autres me prirent sur les côtés, une tactique banale une fois de plus. À l’aide de ma flamme, je fis un grand saut, les ennemis s’entrechoquèrent, me laissant la voie libre pour les finir.

- Pas besoin de coup de main au final ahah !

Rigolai-je en montrant le pouce en l’air. Je repris vite mon sérieux en pensant aux autres personnes. Dans un centre commerciale aussi grand avec autant de monde, on pouvait dépasser les 1000 personnes, facile. J’espérai qu’une bonne partie sois sorti avant, mais tout le monde devait être disparate. Si je pouvais compter sur le bon sens des citoyens, ils seraient en train de se cacher dans des boutiques sûrement. Atteindre les issues de secours pouvaient être dangereux si des monstres étaient dans le coin.


Juste après cette réflexion, d’autres monstres se joignirent. Je les repoussai, encore et toujours, vague par vague. Mon alter me procurait un avantage certains. Sauf que je n’allais pas tenir longtemps sous cette cadence. À peine avais-je le temps de me préoccuper de mon sort, que des tires raisonnèrent dans le centre. Mes cibles finirent alors tous en gruyères avant même que je me rende compte de la situation. Les forces d’interventions étaient là ! Une foule d’homme et de femmes, armées de fusil d’assaut et bouclier anti-meute, sortirent des 4 coins du bâtiment.  Ils portaient tous des protections nécessaires, pour faire face à ce genre de situation. Ils accompagnèrent les civils, et formèrent un cercle autour d’eux. Je profitais de la situation pour m’occuper du fameux responsable qu’avait ramené Yosuke. L'autre élève, et les deux autres hommes suivirent aussi. Nous nous en allâmes tous. Les tires fusaient de partout, mes oreilles bourdonnèrent.  J’essayais d’attaquer le plus possible ces monstres pour nous permettre une meilleure fuite.


Le calme s’installa rapidement, on avait rejoins une galerie remplis de magasin de vêtement. J’en profitai pour faire signe aux autres de me rejoindre. Les forces d’interventions surveillaient bien le coin. On était bien placé stratégiquement, les assauts ne pouvaient venir que de deux coins. Tout les étudiants étaient présent avec moi, en face du fameux responsable.

- Vous pensez que si je lui pisse dessus, ça va faire une larve d’urine ?

Même si l’heure était mal venu pour la rigolade, ça me rassurait plus qu’autre chose. Je ne savais pas quoi faire de lui. Il n’avait pas parlé du chemin, il se laissait faire. C’était suspect. Je me posais la question de comment arrêter son alter. L’endormir, l’assommer, irait enlever l’effet ? À priori non, les ennemis semblaient avoir leurs propres consciences, bien qu’ils étaient débiles. Leurs désorganisations, et leurs manques de tactiques original me firent penser ça. Ils devaient recevoir un ordre, mais ils n’étaient peut-être pas forcement contrôlable à souhait. Du coup, la mort pouvait arrêter son alter ? Je n’étais pas un Vilain et encore un moins monstre, comme tout ceux ici. Je n’allais pas faire quelque chose d’aussi sale.

J’interrogeais aussitôt un officier. Je fis par de mon inquiétude vis à vis des autres personnes. Ceux présent avec nous n’étaient que la partie immergé de l’Iceberg. Il y en avait à peine 50, et il y avait 20 soldats. « Soldat », sous ce mot, je ne pouvais faire allusion à une situation de guerre. Une pensée grave et sombre, mais j’étais loin de me rendre compte de l’ampleur de la situation. On nous expliqua qu’il y avait d’autres forces spéciales, trouvant et accompagnant les autres civils. Le point de rendez vous étaient le sous sol. Une galerie souterraine qui amenait au parking. Le centre était barricadé, ne connaissant pas les détails de l'alter, ils voulaient éviter une épidémie ou je ne savais quoi.


L’ennemi principal était entouré d’arme, on pensait tous que c’était l’auteur de ce merdier. Difficile de ne pas avoir des doutes quant à son inaction. Pourtant il se prit des coups, les interrogations étaient plutôt musclés avec les officiers. Je commençais à douter, si c’était le responsable de tout ceci. Un des commandants reçu l’information de rejoindre le lieu de rendez vous.


La balade fut calme, mais avec une tension lourde. De peur de recevoir une autre attaque. Mais il ne se passait rien. Comme ci, que tout était déjà fini. Vraiment ? Déjà ? J’étais plutôt content de penser ça, mais je n’y croyais pas… Après quelques discussions que l’on pouvait entendre au talki walki. La situation semblait se calmer au niveau de la grande place du centre. Malheureusement on devait y retourner, c’était le seul moyen de passer par le sous sol. Je ne pouvais être plus inquiet en voyant la lumière traversant la verrière brisé, parcourant le rez de chaussé. J’observais les étages, vide, c'était perturbant. On vit alors un autre groupe d’homme armée, avec d’autres civils. Apparemment ils avaient déjà sorti des personnes. Pour une meilleur logistique, ils les firent passer par groupe de 100, accompagné de quelques officiers. Il y avait en tout 40 officier, ce qui n’était pas mal en sois. On avait clairement l’avantage en cas d’autres attaques.


«Voici, oh! qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble! »


Une explosion surgit aussitôt, projetant tout le monde. Des civiles étaient gravement touché. On aurait dit une grenade. Mais, ce n’était clairement pas ça, comme-ci ça provenait d’une personne… qui serait assez fou pour faire le kamikaze, alors ça devait être un… un alter ! Je cherchais du regard l’enfoiré à la tête de cône de signalisation. Il était debout, à l’opposé de notre groupe éclater. Tout le monde pointa son arme, ou son pouvoir, sur lui. Pourquoi à chaque référence biblique une merde allait se passer ?

Un autre groupe de civil se trouva derrière, accompagné d’un officier, seul ? Tête de cône se rapprocha de cette officier, qui retira aussitôt son casque. C’était une jolie jeune femme, blonde au regard doux à la peau diaphane. Plus angélique c’était impossible. Elle sortit pointa son arme contre la foule et tira une rafale. Tout le monde était sous le choc, des gens hurlaient, pleurer, le groupe de civil s’affola. Les officiers pointèrent tous leurs armes mais ne firent rien. Moi j’étais là comme un con sans savoir quoi faire. Il y avait au moins plusieurs personnes à terre ; le sang avait giclé sur le visage angélique de le fille. Ma main en trembla, j’étais paralysé face à une telle scène. Elle venait tuer des personnes, tranquillement, sans remords, ni haine, ni émotions.


- Oh tu étais à mes côtés, pendant tout ce temps.
- Oui père, je me montre enfin, car il heure de votre renaissance et de revenir sur le devant de la scène.

Je ne compris rien à cette discussion, mon casque cacha mes émotions, mais je tirais une gueule pas possible.

- C’est quoi ce délire, vous êtes qui au juste ? Que voulez vous ?
-  Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante. S’adressa la fille à son père.






Plusieurs créatures de sang surgirent, plus impressionnant que tout ceux croisés jusqu’à maintenant. Une flaque de sang sortirent des pieds de la jeune femme. Des larves en sortirent et grimpèrent sur tête de cône. Des créatures jaillirent d’autres recoins et allèrent sur l’homme. Ils éclatèrent tous sans exceptions et le sang se mirent à tourner autour de l’autre. L’homme s’écroula, et un cocon d’hématie coagulé se forma. Le liquide rouge écarlate tournait lentement, tel un nuage. On était tous hypnotisé par la scène. On avait l’impression que le temps s’était arrêté. Je ne faisais même plus gaffe à l’environnement. Une voix résonna à travers les oreilles de tous.


« Et Dieu, qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera aussi par sa puissance. »


Le cocon éclata et parti en cendre comme si ne rien n’était. L’homme s’éleva lentement, montrant sa taille incroyable de 2m. Il était largement plus musclé, une aura écarlate venait de son corps tendis que ses yeux rouges clair nous fixèrent tous. Je pouvais sentir sa soif de sang, sa rage, sa souffrance à travers son regard. Il fit à peine quelques pas, mais chaque mouvement nous firent reculer.


- Mon pouvoir est issu d’une fusion des alters venant respectivement à mes parents biologiques. J’suis l’auteur de cette attaque depuis le début, l’homme ici présent, n’est d’autre que le vilain nommé Judas’ priest. Après avoir affronté le symbole de paix, il a fini dans état déplorable, mais bien heureusement, mon pouvoir peur le faire renaitre de ses cendres. Oh, et quand à son alter, vous découvrirez très vite.


Tête de cône mit ses mains en arrières, sortant une explosion monstrueuse qui le propulsa en l’air. Il fonça sur le groupe d’intervention. Les officiers eurent à peine le temps de tirer qu’une autre explosion les balaya. Des déflagrations sortaient des mains et de pieds de l’ennemi. Il s’occupait du groupe avec une facilité déconcertante. Il avançait de manière désarticulé, comme un pantin. Il esquivait les tires en se propulsant avec les explosions. Arrivé au corps à corps, il utilisa son pouvoir à la figure de ses proies. Avec ses souffles explosifs, il déchiquetait tout sur son passage. On avait en face de nous un véritable feu d’artifice macabre.  Les autres officiers se mirent à pointer sur lui, trouvant l’occasion pour lui tirer dessus. L’ennemi était protégé des tires en restant au milieu du groupe qu’il attaquait. D’un coup, un projectile sous forme de sphère luminescente traversa le groupe de personne et s’explosa vers les tireurs. Il était capable de créer générer des explosions au bout de ses membres, et même d’envoyer des projectiles explosifs. Un bruit strident surgit et une explosion plus puissante que les précédentes se fit retentir. Une fumée opaque prit place.


Derrière cette amas grisâtre, un autre balle explosif sortit et s’explosa sur d’autres hommes armées.  Et d’un coup, dix boules partirent pour détruire les colonnes qui soutenais la partie gauche de l’étage supérieur. Les autres étages ne bougèrent pas, mais la partie visée s'écroula rapidement ensevelissant des pauvres civils. J’étais scotché, je ne pouvais plus bouger. Je n’avais jamais vu autant de violence, mon corps, mon esprit, mon âme n’étaient pas prêt pour ce genre d’épreuve. D’un coup, Judas s’envola de nouveau en direction du groupe d’étudiant… et de moi. Le héro, collègue de Ryoji, surgit de nul part et l’attaqua en plein ventre, coupant aussitôt son élan.  Une grosse explosion retenti de plus belle. Elle était si violente qu’elle me balaya moi et les autres.


Je me relevai, sonné et choqué. Je tentais de réfléchir mais une migraine atroce vint. Trop d’information circulait dans ma tête, mon cerveau n’en pouvait plus. Il fallait que ça cesse. Mince et les autres ? Comment ils allaient ? Les civils avec nous ? Je me retournais. Et vit notre sauveur, accroupis avec le Vilain derrière. Judas avait ses doigts sur la nuque du héro et maintenait aussi son bras. Le héro se glissa rapidement grâce à son alter. Le vilain ne s'attendait pas qu'il puisse bouger aussi vite. Sous ce moment de faiblesse, l'homme contre-attaqua d'un coup de pied pour s'écarter. Furax, l'ennemi répliqua avec plusieurs boules explosifs. Blue Ligthning se faufilait à travers les explosions à pleine vitesse tout en esquivant les débris. Il réussit à atteindre sa cible pour lui frapper au visage. Malheureusement, le vilain avait anticipé en laissant exploser une orbe à bout portant. Les deux personnes furent projetés, mais le héro semblait beaucoup plus touché.

Judas se releva et chargea une boule luminescente dans sa main. Un bruit strident retentit, signifiant que la prochaine attaque allait être violente. Il tendit son bras vers contre un groupe de civils paniqué. Son but était clair, il voulait tous les tuer. Sous cette pensée, un immense frisson me parcouru. J'étais terrifié à l'idée qu'il massacre un tas d'innocent de nouveau. D’un coup, une balle frôla le Vilain qui vint d'un dernier officier, tenant son fusil d’assaut.


- Enfoiré, bouge pas, ou je tues ta partenaire c’est compris ? Cria désespérément l’homme armé.
- Pourquoi elle ? Cette balle me revient de droit non ? Après tout j’ai tué tout tes collègues, c’était amusant. Et là je vais faire pareil avec ce héro et puis toi. Puis ensuite je vais tuer le reste.
- Ferme là ! Ferme là !
- Je suppose qu’il y avait des amis à toi ? Tu sais, j’ai pris un grand plaisir à les tuer. On dit que combattre une personne c’est mieux la connaître, c’est ironique, ça voudrait dire que je les connaîs mieux que toi.[/b]

L’homme hésita, les piques de Judas étaient simples mais diablement efficace. Sa voix perturbait complétement son esprit. D’un coup, un monstre de sang surgit furtivement par le haut et s’éclata contre l’homme. Le monstre prit sa tête et la retourna vivement. Le mouvement était sec et rapide. On entendit un craquement d'os; le bruit me fit des vertiges. Blue Lightning se releva, voulant arrêter à tout pris Judas. Au moment où le héro se mit à courir. Une dizaine d'avatar de sang surgit pour lui bloquer le passage. Je voulais aller l'aider, pouvoir brûler ces monstres et sauver ces personnes. Mais, impossible de lever le petit doigt, la peur et le stress m'avait complètement paralysé. La pensée de l’échec et d’aggraver la situation au moindre mouvement m'avait bloqué.

- Je vous ai donné 80 corps, avec ceux que vous aviez tué, ça en 50 de plus. C’est encore loin de vos vrais capacités. Je ne peux malheureusement pas vous faire évoluer aussi vite qu’un de mes enfants.

Judas décida alors de tirer dans la foule de civils. L’attaque était terriblement puissante et fit trembler tout le bâtiment. Des débris partirent dans tout les sens. Les étages au dessus, s'effondrèrent tel un château de carte. Il balaya, d’une simple boule, plusieurs vies, tant en ricanant : «tu es poussière et tu retourneras dans la poussière. ».


J'étais effondré, en larme. Je retirais mon casque pour mieux respirer. Mon esprit était complétement brouillé et je ne pouvais qu'entendre mon cœur battre à pleine vitesse. Moi qui était si froid, qui arrivait à bien gérer une situation délicate. Moi qui portait un masque, toujours en train de retenir mes émotions. J'étais vraiment à deux doigts de vomir. Je me sentais si mal, devant un tel carnage, on était impuissant. Le héro ne parvenait pas à se défaire des monstres écarlates malgré sa bonne volonté.

Subitement, le vilain tourna sa tête et nous fixa. Un silence apparu, laissant un calme morbide. Il commença à marcher lentement envers notre direction. La situation avait tellement empiré, à un point où ce n'était pas une question de sauver des personnes, mais de survivre.

"C'est par le feu que l'Éternel exerce ses jugements, C'est par son glaive qu'il châtie toute chair; Et ceux que tuera l'Éternel seront en grand nombre."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Présentation de Akiharu Tsukiyama [Validée]
» army builder(bien foutu en plus)
» Primer jaune army painter à vendre [vendu]
» Equipe 4 : Yosuke, Kenji, Youso, Nara
» Army Builder Légal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Rue Commerçante-
Sauter vers:


bouton partenariat FTM 88x310